De la bureaucratisation de la recherche…

nouveau-image-windows-bitmap1Voilà un bel exemple de bureaucratisation de la recherche en sciences sociales. Ce magnifique schéma décrit le fonctionnement d’un futur GIS (Groupement d’intérêt scientifique) auquel devrait appartenir mon laboratoire de rattachement (PACTE). Super! Encore du temps à perdre en réunions de coordination. (Sans moi, bien sûr.) Le thème de cette jolie « usine à gaz » s’avère être le regroupement de tous les chercheurs travaillant en France de prés ou de loin sur les formes « nouvelles » de participation du public aux décisions publiques (surtout ne pas parler des décisions « privées »… de ces  grands groupes économiques qui déterminent le vécu de tout un chacun… n’est-ce pas les Antillais?). Je n’aurais pas la cruauté de citer intégralement ici le document préparatoire du GIS qui m’est parvenu en tant que membre de PACTE (« laboratoire en lutte » officiellement, pour quoi? Pour les contrats publics me semble-t-il). On ne saurait faire plus belle langue de bois à destination des sponsors des futures recherches (en l’occurrence les divers organismes concernés par le Grenelle de l’environnement).  Sur le fond, toute cette vaste coordination de recherches passées et à venir repose sur un postulat non questionné selon lequel il existerait une tendance à la démocratisation des choix publics qu’il faudrait étudier.

J’ai beau me dire que chacun a bien le droit d’occuper son temps de recherche comme il l’entend et de se flatter d’innover de surcroit en allant dans le sens de l’air du temps (au lieu de jouer au vieux conservateur stérile dans mon genre), mais j’ai pourtant du mal à encaisser que des collègues fassent semblant (du moins je l’espère) de croire pareilles billevesées.  Sauf à nier tout acquis préalable en science politique (depuis Aristote si j’ose dire), il existe des fondamentaux de notre situation « démocratique » qui démentent dès l’abord l’importance de ces mécanismes (s’ils existent) qu’on se propose d’étudier là. Aurait-on idée en médécine de réétudier en partant de zéro la circulation sanguine en niant le rôle du coeur?

En pleine crise financière et économique provoquée d’évidence par les actions d’un nombre plutôt restreint d’individus (au regard de l’humanité, du nombre des citoyens, ou même des agents économiques),  et ce en dépit des mobilisations de groupes restreints comme ATTAC sur le continent européen qui avaient déjà averti depuis dix ans  qui voulait l’être des dangers de la financiarisation de l’économie, je trouve un peu indécent de se moquer de la réalité politique et économique à ce point. L’apathie citoyenne et le faible intérêt pour la politique des citoyens constituent des éléments qui ne sont plus à démontrer, et ce ne sont pas ces dispositifs qui changeront cette donnée de fond qui informe toute la situation vécue des sociétés de masse. Pour ma part, je raisonnerais d’ailleurs plutôt à l’inverse! Tous ces dispositifs  constituent un moyen ultérieur de se débarasser définitivement du citoyen ordinaire, peu intéressé par la politique, en créant de nouveaux dispositifs illusionnistes qui permettront de prétendre l’avoir consulté (sur les détails, car l’essentiel, mon bon monsieur,  c’est plié depuis longtemps…).

Bien sûr, certains diront que c’est justement ce qu’ils démontreront par a plus b grâce à l’argent ainsi récolté, retournant ainsi les moyens de l’institution contre elle-même. Certains se défendront au nom d’une possibilité d’agir par ce biais si on évite les « dérives ». Je ne goûte guère ce genre de subtilités.

Petit détail amusant : tout ce beau programme nous mène à la veille des élections présidentielles de 2012, ce qui permettra sans doute de « nourrir » les discours politique de cette année électorale là.  Je souhaite donc « longue vie et prospérité » au GIS P2D2P. Vive l’exploitation des opportunités bureaucratiques de financement de la recherche! Vive l’air du temps! Vive l’insignifiance bien organisée!

Publicités

4 réponses à “De la bureaucratisation de la recherche…

  1. Deux petits témoignages :

    – Une personne que nous connaissons tous les deux a très justement répondu aux emails sur ce sujet (en me mettant en copie) que les non-participations et les exclusions des débats étaient plus intéressantes que les inclusions… ! Étudier la santé doit aider à percevoir les « jeux de consultation » sous cet angle.

    – L’an dernier, j’était discutant sur un panel de conférence titré « Participation et Citoyenneté ». Je m’attendais à des niaiseries sur le renouveau bottom-up de la parole publique… pas du tout : les deux papiers ont désenchanté leurs objets de manière brutale, en montrant l’instrumentalisation des dispositifs mis au service d’intérêts politiques. C’était dans une conférence… britannique, à Édimbourg.

  2. Et en guise de confirmation de ces doutes, à partir du cas du « développement durable », montrant plutôt l’utilisation tendancielle de la démocratie comme technologie de gouvernement, voir http://yannickrumpala.wordpress.com/2008/11/30/le-%c2%ab-developpement-durable-%c2%bb-appelle-t-il-davantage-de-democratie/

  3. @ phnk :
    Les deux papiers britanniques auxquels vous faites allusion et qui sont sans doute des travaux valables (je vous fais entière confiance sur ce point) valaient-ils cependant la peine d’être écrits? Est-ce faire œuvre de science cumulative que de démontrer – certes brillamment – que « les vaches ne volent pas »? J’en doute de plus en plus, y compris pour mes propres écrits.

    @ yrumpala :
    Je reconnais bien là ta vision réaliste de ces problèmes, j’ai bien peur que ton association au GIS cité soit difficile…

  4. @ bouillaud :
    Ces deux papiers apportaient un contrepoint objectif à deux discours institutionnels (celui d’un parti politique et celui du National Health Service). C’est la raison pour laquelle leurs démonstrations me semblent précieuses (valuable) ; cumulatives, c’est une autre (bonne) question.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s