Alegerile Europene. Tu decizi.

Version roumaine de la campagne du Parlement européen.« Elections européennes. Tu décides ». On aura reconnu le slogan de la campagne paneuropéenne menée par le Parlement européen pour inciter à la participation électorale le 7 juin 2009.

Eh oui, je me suis fait rare sur ce blog… J’étais en vacances dans ma belle-famille roumaine, et mes parents par alliance ne sont équipés que de clavier « Qwerty » sans accents ce qui rend toute écriture informatique bien pénible, d’où mon silence de ces jours-ci. J’ai donc passé une quinzaine de jours (du 6 au 20 mai) dans ce pays qui vote pour la deuxième fois seulement aux Élections européennes, et bien, croyez-le ou non, dans ce pays de l'(ex) « Nouvelle Europe », la campagne électorale pour les Européennes se voit dans les rues et à la télévision. Il existe indéniablement dans ce pays une double campagne, à la fois pour encourager les électeurs roumains à s’exprimer et, de la part de chaque parti politique, pour emporter les sièges d’Europarlementaires qui lui sont dus selon lui.

P5151124Je ne comprends pas très bien la langue roumaine, je peux juste suivre le sens d’une conversation sans pouvoir cependant  y mettre mon grain de sel (ce qui devient un peu frustrant à la longue), mais je n’ai aucun problème à comprendre les slogans des grands partis politiques roumains. Celui du Parti social-démocrate (PSD Partidul social-democrat, membre du PSE) vous rappellera quelque chose : « Pentru 0 Europa sociala » (Pour une Europe sociale), que j’ai vu en petites affichettes sur les lampadaires partout dans la modeste  ville moldave  où habitent mes beaux-parents. On trouvera aussi le plus terne : « Alege Bine » (Vote bien). Celui du Parti démocrate-libéral (PD-L Partidul Democrat – Liberal, membre du PPE) m’a semblé plus original : « La bine si la greu » – c’est selon ma femme la même formule que lors d’un mariage, « pour le meilleur et pour le pire »! Cela m’a étonné dans un premier temps, un parti qui vous propose de voter pour lui « pour le pire », mais j’ai trouvé cela plutôt bien vu, un idéal-type d’appel à l’identification partisane dans le contexte de crise économique montante. C’est le parti du chef du gouvernement, Emil Boc, un homme  de taille modeste qui veut sans doute se la jouer à la Churchill. Un de ceux du Parti national-libéral (PNL Partidul national-liberal, membre de l’ELDR) m’a tellement plu que je n’ai pas résisté à l’immortaliser en le prenant en photo en situation en plein coeur de Bucarest : « Europa este liberala » – soit, vous l’aviez deviné, « L’Europe est libérale » (ah enfin du parler vrai!) Un autre slogan du PNL qui fait chaud au cœur est : « Bani pentru Romani. Bani europeni », soit:  « De l’argent pour les Roumains. De l’argent européen » (sic). Ce slogan pour le moins  « matérialiste », pré-Ingelhartien si j’ose dire, m’a évoqué  le rappel de l’aide américaine dans les années 1950 dans les campagnes électorales à l’Ouest du continent de la part des partis conservateurs. Les autres partis m’ont semblé inexistants dans l’espace public.

Ces slogans basiques sont toujours accompagnés d’un code couleur omniprésent : le PSD est rouge, le PD-L est orange, le PNL est jaune-bleu.  Comme me l’a dit ma belle-soeur, une urbaine fière de l’être qui enseigne l’anglais aux enfants dans une école privée de la capitale, de toute façon,  « le villageois » a besoin de signes simples pour se repérer, et les couleurs, surtout si vives,  c’est donc vraiment pratique. C’est vrai qu’on ne peut les manquer. On ne peut pas manquer non plus les stands établis au coin des rues de Bucarest avec ces mêmes couleurs, aussi entêtantes à la longue qu’une publicité pour une vulgaire marque de boisson gazeuse.

P5171157Ma connaissance du roumain ne m’a pas permis de comprendre tout le sel des arguments échangés lors des débats télévisés,  sinon que chaque parti prétend présenter les plus compétents des hommes et des femmes pour représenter le pays à Bruxelles. J’ai bien saisi toutefois que les enjeux de cette campagne européenne n’étaient pas d’une saillance extrême du point de vue européen. Par contre, l’information télévisée, qui constitue là comme ailleurs la source privilégiée d’information du grand public, était pleine du nième épisode de la grande saga (implicite), le Président Basescu contre le reste du monde (se représentera-t-il? oui, non, peut-être, quand?  comment? pourquoi? etc. ad libitum jusqu’à la nausée). Dans ce flux continu d’événements présentés par une rhétorique télévisuelle à la Fox News ou presque comme décisifs pour le sort du monde (au moins, si ce n’est de l’univers!), je me suis noyé pendant de longues heures. C’est une expérience dictée par la nécessité de l’ennui de la vie provinciale qui m’a fait tester le degré d’irréalité qu’atteint la vie politique présentée ainsi comme « Dallas-sur-Dambovitza ». A force de zapper entre chaînes, j’ai fini par avoir la surprise (pour moi) de trouver que, « le réel » (au sein du Spectacle!), c’était au choix : un match de football (y compris en différé), un récital de chansons folkloriques roumaines, ou encore un interview d’un sommelier roumain sur la vertu de cet objet merveilleux qu’est un « tastevin »(in french in the text). A cause de mon handicap linguistique,  je me suis mis finalement à la place de quelqu’un qui ne comprend pas grand chose à la politique et qui est scotché toute la journée devant sa télévision. C’est en fait une expérience salutaire que d’expérimenter de temps en temps ce que l’on enseigne soit même par ailleurs, à savoir que « la politique » constitue un univers aux codes particuliers auxquels tous les habitants d’un pays n’ont pas naturellement accès. Pour tout dire, si les Roumains ne se rendent pas beaucoup aux urnes le 7 juin, je ne serais pas plus surpris que cela. Il y aura eu une campagne certes, mais perdue dans « Dallas-sur-Dambovitza », elle risque bien d’être passée inaperçue.

Advertisements

2 réponses à “Alegerile Europene. Tu decizi.

  1. Je suis un peu déçu. Un article sur la campagne des européennes en Roumanie, une comparaison entre la saga Băsescu et Dallas, et pas un mot sur sa fille Elena ?

  2. @ Mathieu: désolé, je n’ai vu aucune trace de la dite fille du Président dans la publicité électorale ou à la télévision, j’étais déçu moi aussi, mais il est vrai que je n’ai pas lu la presse populaire roumaine (genre Bild ou Gala) qui en parlait peut-être. J’ai cependant l’impression que l’insistance des candidats roumains pour souligner à longueur d’émissions leur (propre) extraordinaire compétence indiquait en creux sa présence, ou du moins le soupçon qui plane dans le pays d’un usage purement arriviste de ces extraordinaires sièges bruxellois. En revanche, le cher président B. était bien présent lui, omniprésent même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s