Aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années

Ah les classiques avaient tout prévu…

Mais les politistes ne sauraient s’étonner trop de la rapide ascension vers d’éminentes responsabilités qui attend, semble-t-il, l’un des fils de notre Président de la République. Une des données les plus établies dans l’étude de la politique en France sur les deux derniers siècles n’est-il pas l’importance du nom, de l’héritage familial, de la lignée? Je renvoie aux travaux de Marc Abelès sur l’Yonne (cf. en particulier Jours tranquilles en [19]89. Ethnologie politique d’un département français, Paris : Odile Jacob, 1989). Ils datent un peu désormais, mais que la politique dans une vieille démocratie représentative comme la nôtre  constitue une profession où bien des choses se transmettent en héritage, comme d’ailleurs dans le reste  du monde social, me semble un acquis. L’affaire Jean Sarkozy n’est alors que trop ordinaire. Elle choque parce qu’elle nous rappelle l’inégalité ordinaire des destins – le fond d’aristocratie  que dissimule tant bien que mal l’égalité républicaine- , surtout au moment même où un Président bien intentionné récite à la jeunesse le discours convenu de l’égalité des chances républicaine. Une vraie pièce de vaudeville à ce compte-là!

Mes étudiants ont semblé choqué sans doute parce qu’ils sentent bien dans un IEP de  province  qu’ils n’ont pas tant d’atouts dans leur manche, je ne le suis pas, c’est là la réalité de notre société politique, et, comme l’a dit Jean Sarkozy dans son intervention sur France 3 – par ailleurs excellente dans la forme!toutes mes félicitations à ceux qui l’ont préparé!-, les électeurs d’un canton des Hauts-de-Seine l’ont élu conseiller général. Changez le choix de ces électeurs-là, vous changerez notre société politique, sinon il est vain de se plaindre.

Il n’empêche que cet acte de « népotisme », aussi légal que possible par ailleurs, m’apparait comme une aubaine pour l’opposition. Quel magnifique symbole. Laurent Fabius s’est déjà gaussé sur France-Inter de l’impétrant.

On ne ressent du coup que plus amèrement l’absence d’une voix unique faisant autorité dans l’opposition. La situation politique de ce pays serait sans doute en cet automne 2009 toute autre si le PS avait un leader, mais là… il faut suggérer une solution ottomane!

Publicités

Une réponse à “Aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années

  1. « Mes étudiants ont semblé choqué sans doute parce qu’ils sentent bien dans un IEP de province qu’ils n’ont pas tant d’atouts dans leur manche ».

    C’est bien vrai, en tant que « jeune », je pense que nous avons tous ressenti cette pointe d’amertume de voir une reproduction sociale si flagrante. Mais, bon, aux diners parisiens nous pouvons opposer les sommets de Belledonne et les pistes de Chamrousse… un subtil équilibre entre activité du corps et de l’esprit.

    Le fait que la polémique coïncide avec le discours compassé sur l’égalité des chances à de quoi remuer la jeunesse en profondeur.

    Pour la forme, je vous l’accorde, Jean Sarkozy, dans son élégance aristocratique (belle chevelure blonde à la manière d’un chevalier), est d’une efficacité exemplaire… Il se distingue par contre très peu de la gestuelle et des figures rhétoriques paternelles. Rien d’étonnant à cela, un fils de garagiste est rarement une buse en mécanique…

    A chacun ces avantages…

    Très sympathique ce blog par ailleurs, vous n’êtes pas si dépassé que ça! ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s