Fare una brutta figura.

Face aux tous derniers développements en Tunisie, dont le départ (il faut l’espérer définitif) du « président Ben Ali » vers une destination encore inconnue à cette heure tardive où j’écris, la seule expression, à propos de l’attitude des autorités françaises dans la crise de ce pays si lié à la France, qui me paraisse adéquate à exprimer mon profond désarroi de citoyen français, me vient en italien : « fare una brutta figura » – cela désigne dans la langue de Dante un mélange de ridicule, d’inconvenance, de bêtise, de déni de la réalité.  La déclaration d’une ministre de la République devant le Parlement français du début de la semaine proposant aux autorités tunisiennes l’expertise, internationalement reconnue, de la France en matière de  maintien de l’ordre pour permettre des manifestations sans heurts risque bien de rester dans les annales du décalage avec la réalité… (en en adoptant ici l’interprétation la plus charitable). On a connu la dite ministre plus avisée dans ses propos.

La France, pays des droits de l’homme et phare autoproclamé de l’humanité, en prend encore une fois pour son grade. Au mieux, à juger de leur attitude publique depuis que les émeutes ont commencé en Tunisie, les autorités françaises auront essayé de faire comme si de rien n’était ou presque. De fait, les Tunisiens ne doivent qu’à eux-mêmes la chute de ce qu’il faut bien appeler un dictateur, un tyran, un despote. (S’il y a eu intervention extérieure, elle est l’œuvre de ces bons et mauvais génies qui ont créé les subprimes d’une part et les réseaux sociaux sur Internet d’autre part. ) J’entendais encore ce soir un politique français intervenant à la radio utiliser une périphrase pour éviter ces termes évidents pourtant (dictateur, despote, tyran). Les Tunisiens, ceux du moins qui veulent les libertés démocratiques , sont plus que prévenus : à Paris, en haut lieu, cela n’enchante guère. On « prend acte » , on se « tient au côté du peuple tunisien » (comme le maton auprès du prisonnier???), comme dit le communiqué officiel… il faut bien dire que cela fait sans doute fort mal de s’apercevoir qu’on va rester pour l’éternité sur des photos et vidéos en bonne compagnie d’un dictateur déposé par la rue quelque temps plus tard.

Espérons que, dans la suite des événements, les autorités françaises nous fassent moins « fare una brutta figura ».

Ps. Allez lire le coup de gueule (informé) de Jean-François Bayart sur Mediapart, qui permet de mesurer les raisons de cette « brutissima figura che facciamo ».

 

 

Advertisements

2 réponses à “Fare una brutta figura.

  1. Pouvez-vous me dire quand MAM a-t-elle été « plus avisée dans ses propos »?
    Elle ne s’est distinguée jusqu’à présent que par sa longévité ministérielle comme ces ministres gaullistes qui occupèrent tous les portefeuilles ministériels de 1958 à 1981 (cf. Peyreffite ou Guichard, qui, eux, avaient une autre envergure) et par son obsession de tenir les « apparences  » du poste (cf. son réveillon ridicule en côte d’Ivoire lorsqu’elle était ministre de la Défense ou son entregent pour étouffer les affaires à la Justice).
    La révolution tunisienne nous informe par défaut en quelque sorte de la déréliction de l’élite politique française ( cf. les déclarations sur le miracle tunisien de Strauss-Kahn, Delanoe Séguin et j’en passe ) et de son faible penchant pour l’approfondissement de la démocratie (cf le bel article de Plénel dans Médiapart daté du 17 janvier).

  2. @ erich le floch : je disais cela, non pour dire qu’elle aurait tenu des propos remarquables par ailleurs, mais que jamais elle n’avait tenu des propos aussi destinés à rester (en mal) dans l’Histoire. Par ailleurs, elle a dit aussi dans ses fonctions des banalités ordinaires dont j’avoue ne plus me souvenir.

    Plus généralement, je suis d’accord qu’elle n’est pas la seule à être mise en cause par ce qui vient de se passer en Tunisie : toute une part de la classe politique française est en cause.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s