(Assistanat=cancer)

Qu’est-ce que certains membres de la majorité ne vont pas inventer pour essayer de regagner son électorat perdu… dans l’abstention ou  vers les terres nationalistes.  Je m’ennuyais un peu, et, puis, voilà que le ministre Laurent Wauquiez se met à la  tête d’une croisade (parlementaire) contre l’assistanat, le vrai cancer de notre société selon lui. Croisade qui dénonce, avec moult détails sur les abus de ces fainéants d’assistés (rappelant les welfare queens d’ascendance reaganienne) les effets d’assistanat lié au RSA (Revenu de solidarité active).

Je n’attendais pas vraiment dans ce rôle de père fouettard pour le moins traditionnel  le jeune Ministre des affaires européennes. La dénonciation de l’assistanat constitue bien sûr comme un fond de sauce de tout discours de droite (et aussi d’extrême-droite bien sûr) depuis quelques décennies. Le mot même d’assistanat est d’ailleurs un marqueur politique fort.  Ce qui ne cesse de m’amuser depuis que les médias ont relayé la proposition du Ministre, c’est que, justement, le dit RSA avait été vendu (tout au moins à l’électorat intéressé par cet aspect des choses) comme une « rupture » avec le RMI. Selon la rhétorique d’alors, ce dernier, puisqu’inventé par la gauche en 1988, donnait lieu massivement à de l’assistanat. ( F. Bayrou en faisait aussi beaucoup dans le même sens.) Du coup, le candidat et président à peine élu de 2007 s’était quand même pas mal impliqué dans cette affaire, confiée certes à un haut fonctionnaire de gauche (Martin Hirsch), mais je crois bien me rappeler qu’il était alors question justement de ne pas encourager l’inactivité (d’où le nouvel acronyme, RSA, « revenu de solidarité active« ). Et, là, bingo, notre jeune Ministre d’affirmer que, sur ce plan-là, c’est complètement raté (… comme le reste, dirons les esprits bougons), et que le RSA n’est autre que le revenu socialiste d’assistanat en somme. Vraiment une grande et brillante idée que cette dénonciation d’une des grandes réformes du quinquennat. On comprend la réaction pour le moins mitigée de certains responsables de la majorité (R. Bachelot, F. Fillon). Le bilan de N. Sarkozy se voit du coup diminué d’un item supplémentaire. Avait-il besoin de cela?

Sur le fond, la proposition de L. Wauquiez – cinq heures de travail au minimum par semaine comme contrepartie de l’aide et un écart important entre le revenu minimum des travailleurs (qui se lèvent tôt) et le revenu maximum des assistés (qui n’en branlent pas une)-  satisfait sans doute les canons de la proposition populiste : simple en apparence, mais niant les réalités  pratiques de la politique publique en question. Les spécialistes du domaine ont tout de suite fait noter les incohérences de la proposition ministérielle.

Cependant, imaginons même que cette règle des cinq heures minimum de travail entre en vigueur. Je ne suis pas certain que les plus gênés par cette mesure nouvelle soient vraiment les allocataires du RSA qu’on veut ainsi sanctionner de quelque façon dans leur oisiveté ; je soupçonne que ce seraient bien plutôt les gestionnaires locaux du RSA qui seraient fort marris de cette nouveauté. En effet, L. Wauquiez a-t-il réfléchi une seconde aux coûts organisationnels, de gestion quotidienne, qui consistent à trouver un travail (faisable tout de même) à tous les allocataires du RSA? Que fait-on par exemple du cas des femmes seules ayant des enfants en bas âge à faire garder? Des personnes faibles d’esprit ou de corps? Et ce pour cinq heures par semaine seulement? Notre Ministre ignore-t-il que, de nos jours, toute gestion d’ hommes ou de femmes en vue d’un travail officiel – même le plus simple!-  est devenu un labyrinthe bureaucratique, y compris bien sûr dans tout ce qui consiste le maquis du traitement social du chômage, de l’emploi d’insertion, etc.? Si elle était appliquée, en plus de ce qui est déjà prévu dans la loi actuelle sur l’activité dans le RSA, une telle mesure aurait au moins le mérite de donner un coup de fouet à la création d’emplois de petits bureaucrates pour gérer cette obligation. Plus généralement, du point de vue du budget public, il revient moins cher de payer les gens à ne rien faire, que de les payer à faire un peu quelque chose. Comme de nombreux analystes l’ont dit très rapidement à propos du RMI, ce qui n’a pas fonctionné, c’est l’insertion, justement parce que cela supposait de coûteuses politiques publiques pour trouver quelque chose à faire d’un peu logique aux dits assistés. Certes, du temps du camarade Staline, les choses étaient bien plus simples : on convoquait tous les chômeurs parasites sociaux (hooligans?) d’une ville, on leur donnait deux, trois outils pour dix personnes, et l’on leur suggérait sous bonne garde de quelques membres du NKVD de bien vouloir creuser avec vigueur et entrain ce joli canal bien nécessaire toute de même à l’édification du socialisme. Aujourd’hui, ce traitement de masse des assistés parasites sociaux par le travail manuel simple et sans chichis n’est vraiment plus possible; tout simplement, en 2011, en France, il n’existe plus, tout travail est devenu hautement technique; il faudrait de toute façon individualiser les travaux à effectuer, ce qui suppose toute une bureaucratie ad hoc derrière.   Sans compter qu’il ne s’agirait pas en faisant trop simple, à la Staline, de réinventer les « Ateliers nationaux » de 1848, et de permettre à ces RSAistes de se connaître entre eux et donc de penser à se mobiliser! Les assistés doivent rester des individus, et ne jamais avoir l’occasion en pratique, de devenir un collectif, sinon où irait-on?

Pire encore, admettons que, par un effort bureaucratique inédit, on leur trouve tous un travail à ces hordes d’assistés, fainéants, sans doute affreux, sales et méchants. Soit il s’agit effectivement d’un travail créant de la richesse (au sens de la comptabilité nationale), et, dans ce cas, il aurait mérité d’être réalisé sous des formes normales : la concurrence avec les travailleurs effectuant les mêmes tâches sous d’autres statuts ne sera que trop évidente, et il apparaitra du coup que certains secteurs de l’action publique sont effectivement sous-financés. Soit, en réalité, il n’existe pas de travaux utiles, que le marché ou le secteur public ne prennent pas déjà en charge, et alors, pour éviter la concurrence avec les travailleurs déjà occupés, il ne reste plus qu’à leur faire creuser des trous dans le sol et à les remplir ensuite, et là, on ne peut pas dire qu’il y ait contrepartie de la part de l’assisté. (Sinon que, grâce à cette activité physique, cela l’empêchera de devenir obèse et de peser par sa mauvaise santé sur les comptes de la Sécurité sociale…)

De fait, je crois bien que, dans une société compliquée comme la nôtre, toutes les tâches simples créant de la richesse ont déjà été inventées. Il n’existe pas de gisement caché de travaux à effectuer, surtout s’il s’agit de tâches demandant une faible qualification. On peut certes revenir sur le progrès technique dans certains domaines : du genre, on peut ramasser les feuilles mortes à la main, une par une, on peut réinventer le « poinçonneur des Lilas », mais cela revient à creuser des trous et à les reboucher.

Le débat lancé par Laurent Wauquiez me parait du coup surtout traduire l’absence de réflexion de la part de certains politiciens de droite sur l’avenir du travail non qualifié dans un pays comme la France. Venant d’un jeune, destiné à incarner la relève, c’est inquiétant. En même temps, puisque seul le message compte pour séduire l’électeur… pourquoi pas? Let’s have fun!

Ps. Beau texte, sobre et dur, de Lionel Stoleru, « L’indigne ‘droite sociale’ de Laurent Wauquiez » dans le Monde du jeudi 12 mai 2011. Les temps ont bien changé : je me suis demandé si, aujourd’hui, avec un Wauquiez et quelques autres apprentis en populisme droitier en circulation, il serait possible d’instituer ex nihilo un revenu minimum, dont pourtant on peut se demander avec L. Stoleru, « Que serait devenue la société française sans ce filet de sécurité? »

Publicités

4 réponses à “(Assistanat=cancer)

  1. Attendez – ôtez-moi d’un doute, vous ne seriez pas en train de suggérer qu’un des brillants ministres que le monde nous envie est une grosse buse, tout de même ? Si ?…

    • @ erik antoine : non pas vraiment… je ne doute pas de l’intelligence de notre Ministre, de son usage raisonné du populisme… mais là, en l’occurrence, sans se rendre compte qu’il donnait un coup de poignard dans le dos (pour user d’une expression historique) à son cher leader!

  2. Je n’arrive pas non plus à imaginer une stratégie, même tordue façon coup de billard à six bandes, derrière cette déclaration pro- et contra- partisane pour Laurent Wauquiez—qui vient du fin fond du Massif central, juste à côté de chez Brice Hortefeux, et qui a écrit un bouquin intéressant, Un huron à l’Assemblée nationale, il y a quelques années.

    La seule possibilité stratégique serait, mais c’est vraiment tordu : (1) forcer le gouvernement à mettre en oeuvre le “décret Wauquiez” ; (2) observer une croissance de l’emploi d’autant de personnes que de bénéficiaires du RSA “inactif”, causée par le travail supplémentaire des bénéficiaires eux-mêmes et des nouveaux employés recrutés par l’État pour encadrer la nouvelle main d’oeuvre, dans les proportions propres à une entreprise publique incorporant au moins 1 000 nouveaux postes ; (3) observer une part de croissance endogène liée aux nouveaux postes plutôt qu’au travail des bénéficiaires ; (4) espérer que les gains économiques sur les trimestres 2-4/2011 et 1/2012 se convertissent en votes pour Nicolas Sarkozy ; (5) récolter le bénéfice définitif de l’opération auprès de l’intéressé, réélu sur son bilan économique.

    Ce serait entièrement rationnel de procéder de la sorte, si l’on fait confiance à ce que l’on sait en analyse électorale et en économie des services. Mais Laurent Wauquiez est agrégé d’histoire, et je ne le vois pas monter un scenario aussi barré.

    • @ Fr : là, effectivement, vous m’en bouchez un coin, comme on dit vulgairement! Bravo, pour le scénario tordu… ceci étant, il parait que des députés UMP ont applaudi et un « sondage en ligne » Opinion Way approuve la sortie du Ministre. Répétez après moi: « le poumon, le poumon, le poumon! » L’historien, normalien et agrégé, Wauquiez sait fort bien comment se mettre au diapason de son public contre « les salauds en casquette »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s