Il faut sauver le marin Seafrance.

Et nous voilà en 2012! Bonne année! Meilleurs vœux!

Même si j’ai rarement vue une année être présentée à travers le prisme des médias comme l’année de tous les désastres à venir comme celle qui s’ouvre. Le cadrage y semble plus à la préparation au suicide qu’à l’espoir d’une amélioration.

Il faut dire qu’une année qui s’ouvre par la création officielle de « la Hongrie » qui remplace « la République de Hongrie » ne peut effectivement qu’être un excellent millésime. C’est sûr qu’en Europe, la démocratie ne cesse de s’approfondir.

Mais, heureusement, notre cher Président de redevenir lui-même, pétulant, impulsif, primesautier. Et je suppose que nous n’avons encore rien vu! Cette campagne électorale  va être mémorable.

En effet, si j’ai bien suivi dans la journée d’hier, Nicolas Sarkozy a lancé un contrordre général : il est désormais urgent de donner les moyens aux syndicalistes de Seafrance de mener à bien leur projet de création d’une S. C. O. P. (Société coopérative ouvrière de production) pour sauver de  la disparition la filiale de transport trans-Manche de la SNCF. Il y a encore quelques jours, le Ministre des Transports, Thierry Mariani, dénonçait le « fanatisme » des syndicalistes (d’obédience CFDT) voulant imposer cette solution aux détriments de toute autre. Et là, contrordre, il faut aider à tout prix cette solution-là!

Cette volte-face ouvre l’année politique 2012 de manière d’autant plus amusante :

– qu’elle oblige tous les ministres concernés à des contorsions par rapport à leurs déclarations précédentes – prouvant ainsi encore une fois à l’auditoire ayant un minimum de mémoire à quel point la parole des ministres se trouve sans importance dans la configuration sarkozyste du pouvoir – sans doute parce que ces derniers n’ont plus, ni poids politique propre en dehors de la machine à laquelle ils appartiennent (qui donc t’a fait duc, marquis, comte?), ni convictions même minimales à défendre (Paris vaut bien une messe, un sabbat, un ramadan, etc.) ;

-qu’elle revient à soutenir ce qu’on aurait en d’autres temps appelé un « canard boiteux » : la droite libérale française depuis l’époque de Raymond Barre croit savoir qu’il faut parfois en finir avec des activités économiques peu rentables, comme semble bien l’être le transport trans-Manche à l’époque d’Eurotunnel;

– que le gouvernement de N. Sarkozy se rallie ainsi à une solution de gestion, la S.C.O.P., soutenue (au moins en paroles) par la gauche, dont le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ne fait pas partie du patrimoine idéologique de la droite française – en même temps, c’est un ministre de droite, qui avait ouvert avant 1997, la voie à la réduction, si honnie aujourd’hui par N. Sarkozy, du temps de travail.

Bref, c’est pour être charitable une belle démonstration de pragmatisme –  mais elle me semble, tout à fait inutile du point de vue de la séduction de l’opinion publique, dont certains, y compris les journalistes de télévision (France 2 hier soir à 20h00), la soupçonnent d’y trouver son vrai motif : en effet, en créant ce rebondissement autour de Seafrance, N. Sarkozy montre certes son intérêt pour la défense de l’emploi en France, mais surtout amène les médias nationaux à parler d’emploi, encore plus qu’ils ne le font déjà. Après tout cette affaire de Seafrance aurait pu rester confinée dans les pages régionales de la P.Q.R. ou les pages économiques de la presse généraliste. Malheur aux vaincus, et voilà tout!

Ainsi, quoi qu’il en soit du sort de Seafrance, cet épisode aura amené l’agenda médiatique à se concentrer sur les problèmes d’emploi. Or, vu la situation objective du marché du travail en France, le sortant n’a guère intérêt à attirer l’attention sur ce point. Il peut certes avoir la crainte d’apparaître comme celui qui ne fait rien pour résoudre le problème n°1 des Français, et il veut montrer son volontarisme. Il y a ainsi un sommet pour l’emploi prévu pour le mois de janvier 2012. Mais, là encore, quelque que soient les décisions prises, seraient-elle innovantes, géniales, consensuelles, cela ne ferait que renforcer le handicap du sortant sur ce point.  Si l’électorat français commence à concentrer son attention sur l’emploi …

Ps. Ce vendredi 6 janvier 2012, sort dans les médias nationaux (Libération, Figaro, Europe 1) toute une série d’éléments d’ambiance qui tendraient à montrer que les promoteurs syndicaux de la SCOP, affiliés à la CFDT, ne seraient pas des perdreaux de l’année. J’ai même entendu ce matin un journaliste radio au vu de ces informations (encore à vérifier par voie judiciaire) les traiter carrément de « néo-maffieux ». Ressort aussi l’information que j’avais déjà entendue ou lue quelque part auparavant selon laquelle la CFDT nationale ne serait pas vraiment en accord avec le syndicat local sur cette stratégie de création d’une SCOP. Du coup, l’insistance pour le moins subite de N. Sarkozy (contre les déclarations préalables de son propre gouvernement) à vouloir aider ce projet-là de SCOP au nom du refus de l’impuissance publique face à la crise économique pourrait finir par apparaitre comme un magnifique exemple d’erreur de jugement de sa part. (Il dispose pourtant sans doute des sources policières,ainsi que de l’avis confidentiel de la direction de la SNCF, pour se faire une idée plus exacte de la situation.) Il ne serait cependant pas le seul. Il me semble que la région concernée, gérée par la gauche, était elle aussi prête à mettre de l’argent dans cette SCOP. On peut certes y voir avec vraiment beaucoup de machiavélisme une stratégie de N. Sarkozy pour mettre les salariés de Seafrance en demeure de choisir eux-mêmes la sauce à laquelle ils doivent être mangés, et pour pouvoir s’en laver les mains ensuite, mais cela me parait peu crédible. Simplement, notre cher Président a voulu tenter un coup. Il a bien mal choisi son terrain apparemment.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s