Il a la frite notre libéral anti-libéral, no doubt about it!

Nicolas Sarkozy himself, telle que l’éternité le change. On ne pourra pas dire qu’il était « usé, vieilli, fatigué » lors de cette campagne électorale pour sa réélection. Il a la frite! On le retrouve tel qu’il a toujours été. L’affirmation péremptoire et la déclaration définitive. L’intendance suivra.

Le positionnement idéologique du Président-Candidat m’a paru aussi fort amusant à observer. D’une part,  la plupart des annonces en matière de politique publique (TVA sociale, accords d’entreprise facilités pour en finir avec les 35 heures, libération des droits à construire), à la seule exception de la taxe sur les transactions financières, vont clairement dans le sens de l’application à la France d’un modèle néo-libéral d’économie. L’Allemagne dans ce cadre devient le seul modèle à suivre, et j’ai bien peur qu’à force, une partie des électeurs français finissent par se dire que « l’Allemagne cela commence à bien faire ». D’autre part, dans le même mouvement, le Président condamne durement le libéralisme : il n’est que de voir la réponse cinglante faite à propos des critiques d’Alain Madelin sur la TVA sociale (reportée par un journaliste), où N. Sarkozy ne répond nullement aux dites critiques (qui portent en fait sur la spécialisation productive de la France dans des biens à faible valeur ajoutée que cela encourage), mais en profite pour placer un laïus sur l’échec de la dérégulation de la finance. Laïus qui reviendra d’ailleurs à plusieurs reprises. En fait, on ne saurait être plus contradictoire : d’une certaine façon, le dispositif même choisi semblait destiné à souligner ce fait. En effet, les deux journalistes, un « bonze » de BFM TV et le très historique (presque tremblotant, m’a-t-il semblé) Jean-Marc Sylvestre représentaient à eux deux les vestales du libéralisme le plus pur ; du coup, par contraste avec leurs questions traduisant une vision du monde pour le moins orientée par les mânes d’Hayek, Friedman & Co, N. Sarkozy en apparaissait presque gauchiste par moments. Je suppose que c’était voulu. Nos deux joyeux compères voulaient apparemment le rétablissement immédiat de l’esclavage, N. Sarkozy défendait seulement le servage. En même temps, N. Sarkozy dans sa réponse au pourquoi de réformes (libérales donc nécessaires) si tardives dans son mandat, se justifiait au nom même de la capacité (limitée) d’absorption de la nouveauté (nécessaire) par les Français. On était dans le fond pas si loin d’ailleurs avec ses propos sur le rebond de la crise économique à l’été 2011 qui aurait fait comprendre aux Français que, « désormais, c’était du sérieux », d’une « stratégie du choc » à la Naomie Klein vu par celui qui se trouve chargé de la mettre en oeuvre. Autrement dit, les Français sont un peu lents à comprendre que « le monde a changé ».

En tout cas, après cette prestation, personne d’un peu attentif ne pourra accuser le Président d’avoir vraiment caché son jeu..

Publicités

7 réponses à “Il a la frite notre libéral anti-libéral, no doubt about it!

  1. Pingback: Vers une alliance droite – FN ? Un peu de politique-fiction. – Joël Gombin

  2. TVA Sociale inique, mais aussi détournement de sémantique.
    Il y a quelques années, les avocats ont été assujettis à la TVA. Sur 1 000 euros d’honoraires, le citoyen lambda doit donc payer 1 190,60 euros dont 190,60 partent au trésor public, et demain, selon proposition du président candidat, 210,60 euros.
    Mesure inique. C’est indolore pour les sociétés, les grands groupes, qui récupèrent la TVA. Vous voyez ainsi les effets dévastateurs d’une mesure dont on n’a pas expliqué toutes les conséquences, tout est transfert. En quelques lignes, vous voyez aussi sur quels leviers ils jouent, à droite, mais aussi certains à gauche, et au profit de qui. Ils n’écoutent que leurs comptables. Nous n’avons pas les mêmes valeurs. Bien plus simple de spolier les plus humbles que les lobbys, de prendre un peu dans chaque poche que dans celle des plus gros. Quid du « Social » ? Les petits ruisseaux font les grandes rivières, mais tout le monde ne peut pas naviguer sur le fleuve.
    119 600 euros d’honoraires pour un avocat de Liliane, elle le vaut bien, dont 19 600 qu’elle récupère.
    Il serait particulièrement équitable (puisqu’elles font appel au service public, et leurs affaires passent bien avant les nôtres) d’interdire à ces sociétés d’y procéder, à fortiori lorsqu’elles succombent en justice. Un moyen de financer l’AJ en y réinjectant le « trop perçu ».
    Mais tout ceci va encore beaucoup plus loin. 1° inflation d’honoraires pour les avocats spécialisés, inaccessibles à tout un chacun 2° magistrats eux aussi spécialisés, trop petits pour les grandes affaires mais trop grands pour les petites. 3° les sociétés étalent le risque, et provisionnent.
    Idem pour la TVA à 5,5. Certes le « riche » mange mieux, mais pas plus que le « pauvre ». A combien le budget alimentaire pour l’un, et combien pour l’autre.
    Simple réflexion, espérant être utile. Bien cordialement.

  3. L’apparence peut être trompeuse. A preuve les 2 photos de Nico ce matin, l’une dans Le Figaro, évidemment pleine de prestance, l’autre dans Les Echos où il apparaissait bien plus sombre. Et je n’ai pas vu celle que devait afficher Libé !!!…
    Bien décevante cette campagne, où l’on a en fait 3 « centres-droits » avec Sarko, Bayrou pas très loin des idées UMP – même s’il s’en défend – et Hollande qui n’est pas beaucoup à gauche de Bayrou. A l’extrême droite bien sûr la Marine qui risque de fédérer tous les mécontents et les déçus, de droite comme de gauche, et puis à gauche Mélenchon trop égal à lui-même dans ses écarts de langage qui le discréditent… Quant à Eva, elle semble bien moribonde.
    En fait ce sont les abstentionnistes qui vont faire l’élection. Pour notre malheur les déçus et les mécontents, eux, iront vraisemblablement voter en masse pour l’amatrice de bals viennois sulfureux, et les Ump-istes et Les Ps-istes risquent de faire un faible score. L’extrême gauche fera entre 5 et 10, mais ce sera insuffisant, et Bayrou restera sans doute vers les 15. L’écart final entre les 3 (Marine, Nico et Hollande) sera fonction de l’abstention ; si elle est forte ce sera sans doute en défaveur de Sarko, et l’on aura un 2è tour Marine/Hollande, ce dernier fera peut-être 65-70% au second tour, avec là encore une forte abstention probable, beaucoup des voix de droite refusant de se porter sur Marine. En revanche si – malgré tout – au premier tour les sympathisants de droite mais excluant l’extrême droite se décident – faisant contre mauvaise fortune bon cœur – à voter Nico, on aura un face à face Hollande/Sarko, et là tout reste possible au second tour, car Sarko est pugnace, et Hollande sans doute pas assez à gauche…

    A-t-on remarquer que le 6 mai, jour du 2è tour, était le jour de « sainte Prudence » ? (!!!…)

    Enfin, une préoccupation « pipeule » annexe, mais psychologiquement intéressante, quand Nico et Carla vont-ils se séparer après l’éventuel échec de Sarko ? 1semaine ? 1 mois ? 1 an après le 6 mai ?

    • @ conte d’automne : c’est vrai qu’on voit se dessiner comme une forte abstention si les choses continuent à ronronner ainsi, chacun n’ayant pas de cartes très originales à abattre. Mais sait-on jamais quelque événement va peut-être nous réveiller…

  4. Je ne suis pas sûr que ce que vous appelez les « écarts de langage » de Mélenchon rebutent tant les gens que ça. « Les gens » ne sont pas content, et ne l’envoient pas dire…
    Je ne vois strictement aucune raison pour laquelle Bayrou ferait 15%. Il est à mon avis largement surévalué dans les sondages. Et Mélenchon sous-évalué. Par ailleurs, hormis ses vitupérations, il y a aussi des idées dans ce programme, qu’il n’hésite pas à expliquer dans ses discours, de même que Jacques Généreux, ou Pierre Laurent, qui certes ne sont pas reçu beaucoup sur les ondes, mais qu’on peut entendre en se déplaçant.
    Hollande sur France 2 rendait un son bien creux…

  5. Pingback: Révision générale des promesses électorales, la suite | Polit’bistro : des politiques, du café

  6. Mélenchon discrédité par des écarts de langage…. Vraiment pas d’accord, son langage direct, et non directif, entend plier le capitalisme… Quel vocabulaire contre une telle arnaque pourrait vous convenir ? Quel autre moyen utiliser contre la folie ? Des médecins psychiatres au chevet de la France ? Une analyse freudienne peut-être ? Ou l’acceptation d’une mise bas sous péridurale du monstre capitaliste comme nous la propose le PS ? Une petite abstention pour une grande réforme ? Un accouchement au forceps préconisé par l’UMP ? Si l’on ne veut pas capituler, il faut utiliser la même violence que ceux qui ne cessent de nous importuner en édictant des règles qui ont pour projet l’asservissement aveugle à la finance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s