Hallal-follies!

Quand, lors de la revue de presse hebdomadaire de mes étudiants de 3ième année à l’IEP ce mardi, ces derniers ont rappelé à l’auditoire que N. Sarkozy avait déclaré en gros que le problème du caractère hallal ou non de la viande était le problème qui préoccupait le plus les Français, je n’y ai pas cru. Je me suis dit que mes étudiants se trompaient, mais il m’a été facile de vérifier (par exemple, ici ou ) qu’ils avaient bien fait le travail que je leur avais demandé.

Effectivement, le Président de la République française a déclaré lundi lors d’une visite à Saint-Quentin à des journalistes : «Le premier sujet de préoccupation, de discussion des Français – je parle sous votre contrôle -, c’est cette question de la viande halal.» (sic, selon le Figaro, qu’on ne peut soupçonner de  bidonner les propos présidentiels!) . Deux journalistes du Monde, Arnaud Leparmentier et Vanessa Schneider, proposent une belle reconstitution à chaud de ce revirement, qui tient, semble-t-il, à une lecture de sondages indiquant que le cœur de cible électoral de N. Sarkozy discutait effectivement de la question.  François Fillon a rajouté son grain de sel sur l’abattage rituel juif et musulman qui doit se mettre au goût du jour, et, voilà, effectivement, une belle polémique bien lancée.

Sur le fond, ce n’est pas la première fois qu’un leader de la « droite républicaine » en période d’élection présidentielle se lance dans un propos clairement destiné à attirer (ou retenir) la partie la plus xénophobe de son électorat potentiel. Aurait-on oublié la bonne vieille diatribe de Jacques Chirac sur le « bruit et l’odeur »?

Ces déclarations sur le hallal s’inscrivent donc dans une tradition de mobilisation de l’électorat conservateur : en effet, il est absolument certain que la viande hallal n’est pas la première préoccupation des électeurs français en général (d’ailleurs les sondages disponibles ne testent même pas ce supposé problème); par contre, il est tout aussi certain qu’une partie des électeurs, ceux qui se sentent  proches des positions du  Front National, se déclarent prioritairement préoccupés par l’immigration.

Autrement dit, je n’aurais pas dû m’étonner tant que cela.

Encore que je ne voie pas l’intérêt qu’il y a à donner de fait raison si vite  à Marine Le Pen (après lui avoir donné tort dans un premier temps en plus), qui a évoqué la première le supposé problème il y a moins de trois semaines , ce qui va lui permettre ensuite de plastronner en soulignant qu’elle a eu raison de parler la première de « cette première préoccupation des Français ».

Encore que je ne voie pas l’intérêt de mettre en porte-à-faux une Rachida Dati que le camp présidentiel venait juste de mobiliser au service de la campagne présidentielle. Considère-t-on au château que tout l’électorat issu de la « diversité » (pour utiliser l’affreux jargon en usage) est de toute façon perdu, ou négligeable dans la recherche d’une majorité au second tour?

Encore que je ne voie pas l’intérêt de semer le désordre dans sa propre majorité (voir les déclarations des uns et des autres, y compris d’un Jean-Claude Gaudin), et de donner à tous ses opposants (en dehors du FN) le beau rôle de défenseurs des traditions républicaines de tolérance (et, accessoirement, des intérêts géopolitiques de la France).

Encore que je ne voie pas l’intérêt d’inquiéter la communauté juive par la même occasion, ou encore de mettre en cause la filière viande de l’agro-alimentaire qui a déjà connu quelques crises de confiance de la part du consommateur depuis 20 ans.

Bref, c’est bien beau de monter en gamme dans la provocation pour occuper le devant de la scène – cela peut certes marcher, comme l’a démontré un Berrlusconi pendant des années -, mais il faudrait tout de même penser à ne pas sombrer dans le ridicule!

Ps. Dans le même ordre d’idée, la déclaration de l’actuelle Madame Sarkozy, « Nous sommes des gens modestes. » Il ne manque plus qu’une déclaration du genre « Les Allemands, cela commence à bien faire… »

Publicités

14 réponses à “Hallal-follies!

  1. Le « problème du caractère hallal ou non » de la viande, n’est sans doute pas ce qui préoccupe prioritairement les Français (ou les sondés). Le chômage, l’économie, la France et son avenir, me paraissent être des sujets beaucoup plus importants à cet égard.

    L’instrumentalisation d’une thématique, lancée par la Présidente du FN, et reprise par M. SARKOZY (avant un rétropédalage), est aussi criante, et il est possible que le Président (qui n’est pas candidat de l’UMP, puisqu’il n’a pas reçu l’aval des militants, dixit les statuts) ait voulu, par ce biais, s’attirer les bienfaits de son électorat le plus fâché avec lui.

    Maintenant, est-ce une raison pour disqualifier la thématique elle-même ? Pour faire d’une question légitime – que me donne-t-on à manger ? – surtout en France – où l’on est fier d’avoir la meilleure nourriture au monde parait-il – un axe…xénophobe ?

    Savoir si la « viande » est « hallal ou pas » n’est pas un problème. Quoique… pourquoi les plus laïcards seraient-ils méprisés quand on tient en si haute estime les plus religieux des Français : égalité en…Droits ? Pourquoi les catholiques ne pourraient-ils exiger que leur agneau pascal soit béni par les curés ? Ou les musulmans exiger que leur gâteau soit sans beurre ?

    Il n’est pas normal, en revanche, que les citoyens soient trompés sur la marchandise. Qu’à leur insu, ils financent un culte de manière privée (une taxe par bête « bénie ») ! Que l’exception (rituelle) supplante la règle (qui veut que les animaux soient tués sans violence excessive) et qu’en plus, on utilise l’argument « rituel » pour en fait donner à manger une nourriture moins saine et inutilement tué de manière sauvage…Tout çà pour des raisons de profit !

    Où est le respect prôné ? Les « consciences » appelées en recours, sont-elles calmées d’être instrumentalisées pour légitimer des raisons bien peu liées à la religion ?

  2. Pingback: Variae › Comment le halal a fait exploser la direction de campagne de Sarkozy

  3. @ seb : même si l’on peut admettre à la limite qu’il existe un problème lié aux circuits de distribution de la viande « hallal », il reste que ce n’est vraiment pas quelque chose qui devrait empêcher les Français de dormir.

    Je dis cela d’autant plus que les Français sont loin d’exprimer une forte préoccupation pour les droits des animaux (en général). Cela existe certes depuis bien longtemps, mais le mouvement inspiré par les droits des animaux qui nous mènerait au végétarisme reste très faible dans la population. En effet, pour ma part (ici je parle plus en apprenti philosophe qu’en politiste), je crois que discuter de la façon de mettre à mort les animaux de boucherie n’est en soi qu’hypocrisie de mangeurs de viande – étourdir ou ne pas étourdir? – la vraie question du point de vue philosophique est celle de notre non-végétarisme. Sur ce point, une immense majorité de ce pays est d’accord en pratique pour manger de la viande!

  4. La question n’est pas de disqualifier ou non un débat, juste parce qu’il a des échos chez les conservateurs ! Et si ceux-ci pour une fois avaient raison ?…Quand il pleut, il pleut.
    Il y a deux ou trois problèmes : d’abord, on a le droit de savoir ce qu’on mange. Surtout si cet abattage sans ligature de l’estomac présente des risques non négligeables de E-coli. Ce n’est donc pas un simple « hypocrisie de mangeurs de viande. »
    Ensuite, on a le droit de refuser de payer la religion musulmane (que dirait-on si les cathos percevaient par exemple une dime sur le poisson, le vendredi ?…)
    Enfin, il est étonnant que personne ne dise que l’abattage rituel a été accepté à titre d’exception, il a quelques années. Auparavant, l’abattage sans étourdissement était interdit par la loi. Il ne faudrait pas qu’il devienne la règle, contrairement à nos principes, et subventionne ainsi une religion un peu envahissante au pays de la laïcité et des droits de l’homme et de la femme…

  5. @ Prudence : en admettant même que vos arguments qui justifieraient d’en faire un grand débat public soient exacts, il reste que cela n’en fait qu’un thème fort secondaire au regard des problèmes qui sont identifiés par la majorité de la population (chômage, logement, pouvoir d’achat, délocalisation, etc.).
    Même si on considère le débat sur la viande « hallal » comme un moyen de débattre en fait d’une « religion un peu envahissante au pays de la laïcité et des droits de l’homme et de la femme », il me semble qu’il vaudrait mieux en discuter directement, sans faux semblants.

  6. C’est bien de se moquer de Sarkozy, mais que penser de cette déclaration de Hollande à propos de la viande halal : « Ce n’est pas des sujets sur lesquels nous devons débattre, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait aucun problème » ?
    Pas mal, non ?

    • @ vince38 : effectivement, elle est belle celle-là! Du pur Caragiale!

      • Merci pour la référence littéraire, que je ne connaissais pas.
        Cela dit, sur le halal, les réactions de l’opinion ne sont pas étonnantes : les gens ont l’impression que les minorités ne cessent d’obtenir des passe-droits et autres dérogations. Par ailleurs, je trouve qu’un autre problème n’a pas vraiment été discuté : les chiffres évoqués (y compris par des gens sérieux) sur la part de l’abattage rituel dans l’ensemble des abattages sont excessivement élevés (les deux tiers des ovins). La vraie question est donc de savoir pourquoi les médias n’en ont jamais parlé avant la polémique lancée par le FN. Car derrière tout ça, il y a aussi la privatisation des abattoirs, et la course à la rentabilité : égorgez-moi tout ça, c’est moins cher !

  7. @Bouillaud

    Certes, il faudrait en faire un grand débat public. Certes, les problèmes de chômage, logement, délocalisation etc sont plus graves. Mais je n’aime pas que vous disiez «  »en admettant que vos arguments soient exacts ». Ils sont exacts, ce sont des faits. Niez- vous qu’en 2004 on ait ajouté une petite phrase à la loi, pour faire une exception pour le halal, contrairement à nos idées ? Niez-vous qu’on paie une taxe à l’islam chaque fois qu’on achète de la viande halal (comme si justement on n’avait pas assez de taxes sans rajouter celle-là)? Niez-vous qu’il y a un risque de E-coli ?…
    au moins que chacun sache tout cela, c’est la moindre des choses à l’époque de l’information…

    • @ Prudence : d’accord, mais c’est un peu comme le composant cancérigène dans le Coca-Cola, dont on a parlé très récemment dans les médias. Pour l’instant ( par exemple présence d’E-coli dans la viande hallal selon ce que vous m’apprenez), on ne semble pas en mourir pas en masse! Moins en tout cas que de bien d’autres choses (par exemple des accidents de la route). De fait, il suffit de ne pas abuser de Coca-cola, ni de viande, hallal ou pas d’ailleurs.

      Quoi qu’il en soit, débattre du circuit de la viande hallal lors d’une élection présidentielle en pleine crise économique me parait aussi inutile que de discuter du statut des vaguemestres dans l’armée française le 17 mai 1940… Une démocratie doit un peu peu savoir collectivement hiérarchiser les urgences à traiter. Du genre, actuellement, comment remet-on les finances publiques d’aplomb?

  8. @ vince38 : effectivement, on pourrait imaginer qu’il y ait effectivement une recherche de la rentabilité dans les abattoirs; en même temps, j’avais cru comprendre, au contraire, que l’abattage hallal obligeait à employer plus de monde, en créant de fait un marché du travail réservé pour les sacrificateurs (moins rapides que les machines pour les volailles par exemple).

    Crois-tu vraiment que les gens sont énervés par les droits des minorités à tous les sens de ce mot, qu’il s’agisse de la vieille passion française de l’égalité, ou plus simplement qu’une partie du public en veut à une minorité et à une seule? A l’approche des 50 ans des accords « d’Evian » (anagramme de viande en plus!), je parie pour la seconde option.

  9. Ah oui ça vous paraît inutile d’en discuter ? Pas à moi. N’ironisez pas sur E-coli, vous risquez de l’attraper, comme nous tous, et de rire jaune.
    Discuter du halal, c’est discuter d’un choix de société. Voulons-nous faire allégeance à une religion qui lapide les femmes et qui autorise les maris à les battre ? Qui veut jeter les homosexuels du haut des falaises ? Vous voulez la fin de la République, et le califat à la place ? Car c’est à cela qu’aboutit le fait de céder à l’islam.

  10. Et, à propos du grand débat public que vous demandez vous-même « un moyen de débattre en fait d’une “religion un peu envahissante au pays de la laïcité et des droits de l’homme et de la femme”, il me semble qu’il vaudrait mieux en discuter directement, sans faux semblants et au-delà du halal » ( mais ces questions sont évidemment liées), que pensez vous de ce qu’écrivait Georges Marchais en 1981 : « Je vous le déclare nettement : oui, la vérité des faits me conduit à approuver, sans réserve, la riposte de mon ami Paul Mercieca. … Plus généralement, j’approuve son refus de laisser s’accroître dans sa commune le nombre, déjà élevé, de travailleurs immigrés … En raison de la présence en France de près de quatre millions et demi de travailleurs immigrés et de membres de leur familles, la poursuite de l’immigration pose aujourd’hui de graves problèmes. Il faut les regarder en face et prendre rapidement les mesures indispensables. … La cote d’alerte est atteinte. … C’est pourquoi nous disons : il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage. … Je précise bien : il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. … Il faut résoudre l’important problème posé dans la vie locale française par l’immigration. … Se trouvent entassés dans ce qu’il faut bien appeler des ghettos, des travailleurs et des familles aux traditions, aux langues, aux façons de vivre différentes. Cela crée des tensions, et parfois des heurts entre immigrés des divers pays. Cela rend difficiles leurs relations avec les Français. … Quand la concentration devient très importante … la crise du logement s’aggrave ; les HLM font cruellement défaut et de nombreuses familles françaises ne peuvent y accéder. Les charges d’aide sociale nécessaires pour les familles immigrés plongées dans la misère deviennent insupportables pour les budgets des communes » (Georges Marchais au Recteur de la Mosquée – L’Humanité, 6 janvier 1981)

  11. @ Prudence : si pour vous la question de la viande « hallal » est une entrée vers une discussion sur l’Islam, pourquoi pas? Cela ne me parait pas à moi une entrée très flatteuse pour l’état du débat public dans notre pays. Vous exprimez d’évidence des craintes vis-à-vis de cette religion en général, en allant jusqu’à y voir l’arrivée (pas trop lointaine) d’un « Califat » en France (je reprends votre terme). Je ne désire pas discuter de vos convictions sur ce point, mais justement un débat ouvert sur la place présente et future de l’Islam (et non le hallal) en France pourrait peut-être vous rassurer (ou vous inquiéter?). Ne serait-ce qu’en vous rappelant qu’il n’existe pas « un » Islam, mais des façons très différentes de vivre cette religion…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s