« Solidarité européenne » pour Chypre.

L’Eurogroupe, la BCE et la Commission européennes sont donc parvenus cette nuit de dimanche à lundi  à un accord avec les autorités chypriotes pour que Chypre bénéficie de la « solidarité européenne » (via le « Mécanisme européen de solidarité »).

Les leçons à chaud de cette crise chypriote sont nombreuses et confirment ce que l’on avait déjà vu dans les étapes précédentes de la crise des dettes publiques européennes engagées depuis 2010.

Tout d’abord, quelque soit le niveau de vexation infligé à un État membre par ses partenaires et les institutions chargées de la gouvernance économique internationale et européenne (FMI, BCE, Commission), les autorités nationales du pays concerné finissent toujours par plier – et ne font jamais jouer la clause « révolutionnaire » de sortie de l’Euro. De ce point de vue, il se confirme que l’Euro s’avère bien irréversible, dans la mesure où aucun parti politique en mesure de s’assurer une majorité dans un pays de la zone Euro n’est prêt au grand saut dans l’inconnu que serait la sortie du pays de la zone Euro. Le Président chypriote a menacé de démissionner, mais il ne l’a pas fait, il est allé jusqu’au bout de la négociation. De fait, n’importe quelles mesures peuvent être imposées au pays membre défaillant au nom de la bonne tenue de l’ensemble. Dans le cas présent, les autorités chypriotes ont dû  avaler la couleuvre de la fin pure et simple du modèle économique chypriote fondé sur une intermédiation financière internationale laissant un trop grande place à de la fraude fiscale et au blanchiment d’argent mal acquis.  Le communiqué de presse de l’Eurogroupe du 25 mars 2013 au matin me semble très clair sur ce point. En dehors d’allusions directes à la lutte contre le « blanchiment d’argent », il y est en particulier explicitement dit que la taille du secteur bancaire chypriote doit rejoindre en proportion du PIB du pays la moyenne européenne d’ici 2018 (« an appropriate downsizing of the financial sector, with the domestic banking sector reaching the EU average by 2018 »). Le choix de réduire en pratique à zéro pour un temps largement indéterminé la valeur des dépôts de plus de 100.000 euros dans les deux grandes banques, la Cyprus Bank et la Laiki, et d’autoriser Chypre à user de toutes les mesures possibles pour retenir les dépôts dans les autres banques sous sa juridiction revient à envoyer le message suivant : le paradis fiscal chypriote, c’est fini. Le Président chypriote, qui voulait la semaine dernière défendre ce statut, sauve à grand peine les meubles. J’attends avec amusement la réaction de l’État russe, des intérêts moins avouables concernés, ou d’autres groupes lésés dans l’affaire.

Deuxièmement, il est probable qu’avec ce genre de décisions immédiates sur le secteur bancaire, plus les décisions en matière de privatisations, austérité budgétaire, et réformes structurelles trop habituelles depuis 2008 en pareil cas, l’économie chypriote s’effondre purement et simplement – au moins dans un premier temps. Certes, comme pour les autres pays d’Europe touchés par une telle crise depuis 2008, la méthode habituelle de la dévaluation interne va être appliquée, et, ici, d’autant plus facilement que le chômage va sans doute exploser rapidement, avec la faillite/restructuration des banques, et plus généralement de tout le secteur lié à la présence des investisseurs étrangers sur l’île, des entreprises privés de leur comptes bancaires, etc.  Pour aller plus vite en besogne, peut-être faudrait-il que le plan d’ajustement structurel, visé par le MES, ait la bonne idée de prévoir tout de suite une baisse de 50% de tous le salaires, privés et publics, ou même plus si nécessaire. Pourquoi ne pas licencier aussi d’un coup l’ensemble des salariés chypriotes et redéfinir tout de suite leurs justes conditions de rémunération pour ceux qui voudraient continuer à travailler? Il est en effet grand temps que les Chypriotes ré-apprennent à vivre selon leurs maigres moyens: quelque olives, deux ou trois plages, deux ou trois ruines antiques, beaucoup de soleil, etc.  Autant le faire vite et bien, à la Lettone si j’ose dire, pas de longues tergiversations.  La Commission européenne est sans doute prête à les aider dans ce dur chemin. Baisse immédiate des salaires et des prix à un niveau soudanais! Pardon pour mon humour saumâtre… Plus sérieusement, la conséquence de la baisse logique du PIB va bien sûr être que le rapport dette publique/PIB ne va pas se maintenir aux alentours de 100% comme le prévoit le plan agréé le 25 mars 2013. Les choses ne vont pas se passer toutes choses égales par ailleurs : vu le poids du secteur financier dans l’économie chypriote, il va de soi que cette dernière va se contracter fortement. Il est donc piquant de constater que la décision de ce matin a été prise en ne tenant pas compte de cet aspect, tout en insistant sur le fait qu’un endettement supplémentaire de Chypre était impossible et que le MES ne pouvait apporter en conséquence que 10 milliards d’euros et non 17 milliards. En plus, Chypre – à ma connaissance – n’a pas d’autre ressource économique à faire valoir à court terme : l’immobilier y est déjà en crise (ce qui explique une partie des difficultés des banques), et son dynamisme était lié au statut de paradis fiscal de l’ile ; il reste le tourisme, mais là il faudra baisser radicalement les salaires pour attirer des clients en masse suffisante pour avoir un rebond économique  lié à ce seul secteur (sans compte tous les pays d’Europe du sud qui comptent déjà sur cette manne du tourisme…). Il leur reste le gaz, à terme…

Troisièmement, mais est-il besoin de le souligner, cet épisode chypriote de « solidarité européenne » montre jusqu’à la caricature à quel point la zone Euro et l’Union européenne fonctionnent sur des rapports de force entre Etats, entre créanciers et débiteurs, entre centre et périphérie, entre gros et petits – et, comme ce sont des Etats démocratiques, les courants dominants dans les opinions publiques des grands Etats comptent infiniment plus que ceux des petits Etats. L’opinion publique allemande, dominée par les craintes des contribuables allemands de « payer pour ces fainéants de Chypriotes abritant l’argent des maffieux russes », est largement derrière cette décision de casser purement et simplement l’économie chypriote actuelle. On peut certes s’en féliciter, et y voir d’un point de vue européen les prolégomènes nécessaires à une fiscalité unifiée en Europe sur les bases mobiles de taxation (capital, revenus des entreprises). A quand le tour des autres paradis fiscaux? Monaco, Luxembourg, les îles anglo-normandes, etc?  A quand le blocus de la Confédération helvétique? On peut aussi constater que, décidément, le « peuple européen », y compris dans ses éventuelles articulations entre riches, classes moyennes et pauvres, n’existe pas. Les « contribuables allemands » (qu’on supposera tout de même riches ou, tout au moins, appartenant aux classes moyennes) vont en effet par cette décision qu’ils appuient, via leur soutien au gouvernement Merkel, contribuer à ruiner certains riches Chypriotes, et aussi certes à renvoyer dans la pauvreté et la misère les classes moyennes et les pauvres chypriotes. Un peu comme si, en France, les gros contribuables de Neuilly appuyaient un gouvernement français décidant d’en finir avec « Monaco ». Les décisions prises par l’Eurogroupe ne sont donc guère analysables en tant que dialectique au sein d’un « peuple européen » en devenir, mais bientôt en tant qu’articulation difficile entre Etats et peuples européens plus ou moins puissants. L’aspect géopolitique intervient aussi : Chypre paye sans doute aussi l’addition du rejet du « Plan Annan » en 2004, et son rôle ambigu  à la lisière d’un Proche-Orient. La Turquie, avec son économie florissante et son rôle indispensable pour les Occidentaux dans la crise syrienne actuelle, apparaît comme  l’autre grand  gagnant de la situation.

Quatrièmement, cette décision du 25 mars 2013 a le mérite de revenir sur l’erreur de celle du 16 mars avec sa taxation des dépôts de moins de 100.000 euros. Il reste que l’erreur a été faite. Cela ne sera pas oublié.

Cinquièmement, le choix d’aider Chypre tout en en finissant avec son modèle de paradis fiscal va permettre des comparaisons avec l’Islande. On verra dans quelques années ce qu’il en advient… Comment vit un ex-paradis fiscal aux marges de la zone Euro? Mais là de l’eau aura passé sous les ponts…

Toutes ces conclusions reposent bien sûr sur l’idée qu’il ne doive se produire aucun événement qui mette à bas le schéma dessiné par l’Eurogroupe. Mais, à part une révolution à Chypre, je vois mal ce qui pourrait faire sortir de ce scénario finalement assez ordinaire depuis 2008 de « solidarité européenne ».

Ps 1. Après avoir écrit ce post, je me suis rendu compte que je n’étais pas le seul à avoir fait le lien entre la baisse prévisible du PIB de Chypre et l’évolution du rapport dette publique/PIB. C’est tellement évident qu’on peut se demander là encore pourquoi les décideurs de l’Eurogroupe ont été « aveugles » sur ce point.

Ps 2. Le joyeux et jeune Ministre néerlandais des Finances a craché le morceau hier après-midi, avant de se démentir immédiatement après. La solution chypriote est un modèle de résolution des crises bancaires : un les actionnaires perdent tout (ce qu’il a appliqué il me semble sur une banque néerlandaise récemment en la nationalisant), deux les obligataires perdent tout si nécessaire, trois les gros déposants (au dessus de 100.000 euros) participent à la fête. C’est évidemment simple et élégant pour égaliser l’actif et le passif d’une banque en difficulté (sauf si l’actif restant est inférieur à la somme des dépôts de moins de 100.000 euros), il fallait y penser. Comme il a sans doute dit ce qu’il avait vraiment sur le cœur, son secrétariat a été amené à démentir immédiatement après : Chypre est un cas unique. Cependant, avec sa méthode, plus besoin de supervision bancaire nationale ou européenne, il suffit de supposer que les gros déposants, les obligataires et les actionnaires font leur travail de surveillance de la qualité des risques pris par chaque banque. CQFD. Pour l’Europe, plus besoin non plus d’union bancaire, le marché libre et non faussé peut surveiller tout cela. Une vraie révolution, et sans doute un beau casse-tête pour les particuliers ou les trésoriers d’entreprise ayant plus de 100.000 euros à placer. A dire vrai, ce Néerlandais est bien plus drôle que notre Pierre Moscovici qui aurait pu occuper le poste de président de l’Eurogroupe si l’on en croit la rumeur. Deux ou trois sorties dans ce genre, et quelques décisions bien vues encore (comme les deux accords successifs sur Chypre), et le navire Euro va chavirer par inadvertance « à l’insu de son plein gré ».

Publicités

16 réponses à “« Solidarité européenne » pour Chypre.

  1. La crise n’est pas terminée, ni à Chypre, ni en Grèce, ni ailleurs; il y aura d’autres rebondissements… Gardons-nous d’affirmer que l’euro est irréversible sous prétexte qu’il n’y a pas encore d’exemple de pays sortant de la zone euro.

    • @ albert75 : c’est certain que la crise n’est pas finie, mais, de la situation chypriote, il ressort aussi que les forces politiques qui sont appelés à gouverner les pays européens ne sont pas prêtes au saut dans le vide que représente pour elles la sortie d’un pays de la zone Euro. Cette sortie appellerait d’autres forces politiques au pouvoir. Dans le cas de Chypre, le Président n’a pas eu le courage de démissionner, ni celui d’affronter un vote parlementaire – mais, au final, cela semble devoir passer.

      • « Cette sortie appellerait d’autres forces politiques au pouvoir ». Justement, lorsqu’on voit la montée de Syriza en Grèce et celle de Beppe Grillo en Italie, on ne peut pas exclure que des forces eurosceptiques finissent par arriver au pouvoir si la crise continue (et tout indique qu’elle va continuer).

  2. Concernant l’irréversibilité de l’euro, un article de la Tribune tire la conséquence inverse : « l’institut de Francfort a brisé un tabou : celui de l’irréversibilité de l’entrée dans la zone euro » (…) « En menaçant de couper le programme d’accès à la liquidité d’urgence ELA, elle a dessiné ce qui ressemble à une procédure d’exclusion de la zone euro. »

    source : http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130325trib000755841/chypre-pourquoi-la-zone-euro-ne-sera-plus-jamais-comme-avant.html

    • @ albert75 : j’y vois pour ma part plutôt un bluff, un moyen de pression de la part de la BCE. Sans les liquidités, les banques chypriotes n’auraient plus pu fonctionner, mais la sortie de la zone Euro aurait encore demandé deux ou trois étapes supplémentaires. Il faut des gens décidés politiquement à sortir pour surmonter les obstacles techniques que cette sortie représenterait.
      Dans la décision prise par l’Eurogroupe, il est en plus assuré que la BCE n’essuie pas de pertes, puisque le programme ELA de la banque en faillite (Laiki) retombe sur la Bank of Cyprus
      Je ne peux pas croire que la BCE, sous aucun prétexte humainement concevable, soit prête à se suicider en autorisant un pays à sortir de l’Euro! (Car toute sortie serait la preuve que l’Euro est mortel.) Elle n’accepte déjà pas d’assumer la moindre perte.

  3. C’est bien l’euro qui est au coeur du problème, une monnaie unique adoptée par des pays qui restent souverains pour leurs politiques économiques… Chacun peut faire ses bêtises mais au bout d’un temps et les conséquences de ces bêtises, il faut bien payer l’addition et demander à la BCE de payer les pots cassés. Un paradis fiscal c’est d’abord un endroit où ceux qui ont de l’argent d’épargne bien ou mal acquis peuvent le placer sans supporter des taxes confiscatoires sur les revenus de cette épargne. Jersey, l’île de Man, Luxembourg, Lichtentein et Monaco s’en sortent pas mal! La descente aux enfers de Chypre rapportée par le Monde apporte un éclairage supplémentaire sur votre billet; http://bit.ly/15Os5dI
    Cordialement

  4. C’est encore une crise de l’euro disais-je! voir cet article
    http://www.bbc.co.uk/news/business-21936554
    et ses liens notamment « Eurozone rift » et « German Gamble ».
    ainsi que l’article du Figaro http://bit.ly/X9gsyA

  5. @albert75 : certes, des forces sont montantes qui pourraient assumer la sortie de leur pays de la zone Euro, mais encore leur faudra-t-il être très majoritaire pour prendre une telle décision. Dans les cas que vous citez, comme Syriza en Grèce ou le M5S en Italie, je ne suis pas sûr qu’elles soient elles-mêmes entièrement unies dans l’idée d’une sortie de l’Euro. En tout cas, pour Syriza, lors de sa dernière campagne électorale, il s’agissait de répudier la dette odieuse de la Grèce tout en restant dans la zone Euro. Plus prés de chez nous, le « Parti de gauche » dans son congrès ne vient pas d’appeler à la sortie de la zone Euro, mais à une transformation de gauche de cette monnaie. La zone Euro n’éclatera que le jour où une élite politique nationale montante d’un pays de la zone Euro y verra son intérêt et sera appuyée pour effectuer ce geste de défi à l’Histoire (avec un grand « H ») par une nette majorité du peuple en révolte (y compris les forces de l’ordre et les forces armées). A mon avis, ce n’est pas demain la veille… mais peut-être après-demain…

    • Pour sortir de l’euro, il suffirait que ces nouvelles forces politiques se rebellent et rejettent l’austérité voulue par la troïka. Même si elles ne veulent pas sortir de l’euro, elles seront contraintes d’en sortir par leur refus d’obéir. C’est ce que laisse entendre quelqu’un comme Mélenchon, qui n’assume pas pour l’instant une sortie de l’euro, mais qui a déclaré : «L’Union européenne nous a fait la démonstration (avec Chypre) qu’il y aura la situation où il faudra choisir entre la souveraineté du peuple et l’euro. Je choisis la souveraineté du peuple» C’est on ne peut plus clair.

      • @ albert75 : vous avez raison en insistant sur la décision « en situation » d’un Mélenchon, il reste qu’actuellement il n’est pas pour la sortie de la France de la zone Euro.
        Par ailleurs, dans le cas français, si la fin de l’Euro devait se faire dans les toutes prochaines années, cette sortie se ferait probablement par la porte de droite… La droite « nationale » serait sans doute plus à même d’assumer ce revirement en liaison avec l’extrême-droite.

  6. Questions peut-être un peu idiotes, mais…qu’entend-on au juste par « dépôt de moins de 100 000 euros » ? Si, par exemple, j’ai trois comptes avec 35000 euros sur chaque, dans la même banque, je me fais piquer 30% de mes avoirs ? Ou bien est-ce « 100 000 » euros par compte ? Et, si je suis une entreprise, qui détient des comptes pour ses salariés et pour elle-même, je suis taxée de la même manière que le Russe milliardaire ? (30%?)

  7. @ clem : effectivement, comme le dit albert75, la garantie est calculée par personne pour un établissement. Autrement dit, si on est prudent, il ne faut en aucun cas laisser plus de 100.000 euros dans une seule banque.

  8. La saga n’est pas finie, car comme le souligne un article de Mediapart, des fuites de capitaux ont eu lieu y compris après le « blocage », si bien que les prélèvements sur les dépôts supérieurs à 100 000 euros seront probablement confiscatoires et menacent le système tout juste « sauvé » d’un nouvel effondrement ! Mais comme le disait François Hollande il n’y a pas si longtemps, « la crise de l’euro est derrière nous ».

    • @ Fabien Escalona : oui, Jacques Sapir semble aussi avoir des informations dans ce sens de transferts massifs de capitaux. La semaine dernière n’a pas été perdue pour tout le monde; la saga chypriote va sans doute continuer: tous ceux qui n’auront pas pu partir à temps vont être particulièrement remontés contre cette situation, où, effectivement, certains gros déposants sont partis pour tout perdre. Après le blocage sur les banques, il y aura aussi le problème de la dette publique chypriote.
      En plus, les autres paradis fiscaux (Luxembourg et Malte) commencent à s’inquiéter de l’exécution capitale de Chypre…

  9. Bonsoir,

    « le choix d’aider Chypre tout en en finissant avec son modèle de paradis fiscal va permettre des comparaisons avec l’Islande »

    En attendant, l’Islande n’est sans doute pas passé de paradis fiscal à paradis terrestre, mais le taux de chômage y est de 5.3%. Il m’étonnerait que Chypre puisse en dire autant d’ici quelques années.

    Une comparaison (récente) avec le cas irlandais.
    http://www.ofce.sciences-po.fr/blog/?p=3248

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s