En passant par quelques librairies britanniques

Croyant échapper à la canicule française, je suis allé il y a quelques jours chercher la fraicheur au Royaume-Uni, ce fut à moitié raté, puisque, là aussi, tout au moins au sud du pays, la chaleur régnait. J’en ai profité du coup pour aller voir dans la fraîcheur de la climatisation ce qui se vendait dans les librairies britanniques. En effet, il est toujours significatif des préoccupations de l’opinion publique d’un pays que de voir ce qui se vend vraiment (ou qui cherche à se vendre…) dans les librairies du coin de la rue. Dans le cas britannique, j’ai surtout musardé dans les librairies de la chaîne Waterstone’s qu’on trouve un peu partout.

Conclusion rapide de cette étude au jugé : le lecteur britannique semble beaucoup plus préoccupé d’enjeux globaux que nous ne le sommes. Certes, à Glasgow et à Édimbourg, on peut trouver pas mal de livres liés au futur référendum sur la souveraineté de l’Écosse (avec d’ailleurs une conscience du contexte global : que veut dire être « souverain » aujourd’hui?), et, plus généralement, on trouve bien sûr des livres sur le (triste) sort présent de la Grande-Bretagne (par exemple sur le NHS ou sur les transports ferroviaires), mais ce qui m’a frappé, c’est le côté « globaliste » des préoccupations supposées des lecteurs, avec par exemple de nombreux livres sur l’avenir du capitalisme mondial. Il y a sans doute effectivement de quoi être préoccupé par le devenir de ce dernier quand on sait que Londres a été l’une des capitales, sinon la capitale, de la phase financiarisée du capitalisme depuis une quarantaine d’années. Un autre capitalisme supposerait que la Grande-Bretagne se trouve une autre source de revenus. J’ai  été particulièrement frappé par une table de livres à la librairie Foyle’s de la gare londonienne de King’s Cross/San Pancrass, entièrement consacrée au changement climatique, cela à la fois du point  de vue scientifique et fictionnel (c’est-à-dire forcément dystopique). Il y avait d’ailleurs parmi la trentaine de livres rassemblés ainsi par le choix du libraire un petit livre à la couverture orange, que j’ai vu partout, entièrement consacré à l’explosion démographique dans le cadre du changement climatique (Stefen Emmot, 10 Billion), autant dire à l’apocalypse! En le feuilletant, on s’aperçoit en fait qu’il s’agit plus d’un tract amélioré que d’un livre proprement dit, mais son existence même au milieu d’autres ouvrages du même type signale bien une préoccupation. En France, parler de démographie mondiale explosive et insoutenable vous expose immédiatement à l’accusation de malthusianisme, d’éco-fascisme, etc., et personne ne se risque à trop parler de ces sujets, et encore moins à en faire un livre cherchant le succès grand public dans les gares.

En dehors de ce « globalisme », j’ai été aussi frappé par l’absence presque totale de l’Europe. Sauf à aller fouiller dans le fond des rayons, on ne peut rien trouver cet été sur la crise européenne en cours dans une librairie britannique. Je n’ai vu en fait qu’un seul livre bien en vue, celui de Gavin Hewitt, The Lost Continent. Il s’agit du livre, assez rapide m’a-t-il semblé, du correspondant Europe de la BBC, et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Europe n’y pas présentée comme allant pour le mieux… (en couverture, on a droit au Radeau de la Méduse…).

Bref, ce rapide passage dans des librairies britanniques ordinaires (pas des librairies spécialisées pour les universitaires) m’a confirmé l’éloignement mental de l’opinion publique par rapport à l’Europe et son insertion dans une vision globale (ou post-impériale?).

A part ça, la bière anglaise (quand on sait s’éloigner des grandes marques) est toujours aussi excellente, et cela a suffi à me faire oublier l’apocalypse qui vient et l’Europe qui sombre. Ce furent donc d’excellentes vacances.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s