Lire, puis voter (ou pas) aux Européennes.

Comme à chaque fois, les élections européennes sont l’occasion en France d’une vaste révision d’instruction civique sur l’Union européenne. On semble vraiment la découvrir à cette occasion. A la veille de l’élection, de bons auteurs proposent du coup leur interprétation du cours actuel de l’Union européenne, mais, en général, ils ne concluent pas en indiquant qu’elle serait le vote à exprimer à ces Européennes en fonction de ce qui a été exprimé par eux dans l’ouvrage. Je me suis amusé en reprenant mes lectures (qui ont parfois été l’occasion d’un post sur le présent blog) à aller un pas plus loin qu’eux. Cela ne correspond pas toujours à ce que l’auteur ferait lui-même dans la mesure où, comme tout le monde, ils ne sont pas parfois capables (ou désireux) de tirer les conclusions de leur propre vision (ou science?) de la réalité.

#Laurent Wauquiez, Europe : il faut tout changer (Paris, Odile Jacob, 2014). A ma connaissance, L. Wauquiez, membre de l’UMP, demande toujours à ce jour de voter le dimanche 25 mai 2014 pour son propre parti. Cependant, il faut bien dire que, si le lecteur le suit dans son propos, il devrait plutôt voter pour Debout La République (DLR) pour le côté « souverainiste-ronchon-de-droite-mais-pas-facho-tout-de-même », ou bien pour le côté « UDI-Modem-revenons-aux-bases-fédéralistes-du-projet-de-départ-et-repartons-sur-des-bases-saines », ce qui veut dire en faisant la moyenne des deux positions… voter UMP?  Il est cependant possible que certains lecteurs (de droite) en concluent que le FN a eu raison avant tout le monde, et que le petit Wauquiez commence seulement à comprendre.

#Frédéric Lordon, La malfaçon. Monnaie européenne et souveraineté démocratique (Paris, LLL Les liens qui libèrent, 2014) : de cette exécution publique des potentialités progressistes de l’Union européenne actuelle, et de l’Euro en particulier, il ressort surtout qu’il ne faut surtout pas voter, si on s’identifie à la gauche, pour la « droite complexée », c’est-à-dire le PS, et qu’il faut éventuellement voter bien plus à gauche aux européennes. Surtout, il faut faire vivre et respecter la réalité de la démocratie nationale qui constitue le seul espoir possible et réaliste d’émancipation pour les temps qui nous restent à vivre. Donc vote possible pour le Front de gauche, Nouvelle Donne, LO, NPA (pour leurs aspects nationaux), ou abstention .

#Franck Dedieu, Benjamin Masse-Stamberger, Beatrice Mathieu, Laura Raim, Casser l’€uro pour sauver l’Europe (Paris, LLL Les liens qui libèrent, 2014). Cette équipe de journalistes de la grande presse bourgeoise (comme disait jadis) soulignent que l’Euro n’est pas une réussite économique (euphémisme!?!) et qu’il faudrait en sortir si possible en douceur en créant une « monnaie commune » (sur un modèle inspiré très visiblement par F. Lordon ou J. Sapir). Pas très crédible à mon sens : ce sera l’Euro perinde ac cadaver, ou bien le retour aux monnaies nationales, tertium non datur. Normalement, cette lecture doit cependant échauffer le sang du lecteur (qui suit l’analyse) et, selon son inclination politique, devrait l’inciter à voter, ou FN, DLR, ou bien FG, NPA, LO, ou encore éventuellement UPR.

#Coralie Delaume, Europe. Les Etats désunis (Paris, Michalon, 2014). Présentation fort pédagogique des tenants et aboutissants de l’impasse européenne actuelle, en particulier de la désunion, économique, sociale, politique, que provoque en pratique la monnaie unique à l’insu du plein gré de ses instigateurs. Cet ouvrage ne donnera pas vraiment de piste à son lecteur pour voter, puisqu’il se situe plutôt dans une vision de moyen terme des problèmes européens actuels. Quoiqu’il en soit, il incite plutôt à sanctionner ceux qui ont gouverné à l’échelle européenne et nationale ce désastre, soit pour la France, ce qu’on peut appeler la « Triplice » UMP-PPE, PS-PSE, UDI-Modem-ALDE-PDE. Dans la mesure où elle considère tout réel saut fédéral comme une chimère  (cf. Conclusion, p. 214), cela interdit à son lecteur de voter sereinement même pour le Front de gauche, et ne lui laisse guère que le choix de l’abstention (prônée d’ailleurs par le MRC de J. P. Chévènement),  le vote « indépendantiste » pour l’UPR, ou, si on fait partie de la droite décomplexée, FN, DLR.

#François Rufin, Faut-il faire sauter Bruxelles? Un touriste enquête (Amiens, Fakir Editions, 2014). Cette petite brochure présente, en partant d’un point de vue de gauche de la gauche (plus rouge que rouge tu meurs camarade!), les institutions européennes/bruxelloises comme entièrement aux mains des lobbys affairistes (et sans pudeur en plus). Cela n’incite pas à mon avis à aller voter, même pour le Front de gauche (selon lui, des mous européistes comme les ultra-vendus au grand capital transnational de sociaux-traitres du PS et les lavettes de la Confédération européenne des syndicats). Il invite à tenir la position, guère représentée dans l’espace politique français, de l’indépendantisme de gauche. A la limite, si vous tenez à aller voter, il vous faudra voter LO, NPA, ou profiter du vote blanc, ou encore  « indépendantiste »,  UPR par exemple. Mais, à mon avis, c’est bien plutôt vers l’abstention que se dirigerait le lecteur cohérent.

#Antoine Vauchez, Démocratiser l’Europe (Paris, Seuil, la République des idées, 2014) : en soulignant que « la vérité est ailleurs » (c’est à dire dans la domination des « indépendantes » – c’est-à-dire de la Commission, de la BCE, et de la Cour de Luxembourg – sur tout le reste du système politique européen), cet auteur souligne l’illusion démocratique que constitue en conséquence le Parlement européen et inciterait plutôt à l’abstention dimanche prochain. Le compte-rendu de cet ouvrage dans le Monde allait d’ailleurs à la même abominable conclusion : voter serait alors inutile, mon Dieu, quelle apostasie!  Cependant, l’importance de la technicité des élus européens pour prendre les « indépendantes » à leur propre jeu de l’intérêt général européen qu’elles sont censées défendre inciterait à voter quand même, non pas pour un parti, non pas pour changer un rapport de force au sein du Parlement, mais pour un éligible qui comprenne et travaille vraiment les affaires européennes. En somme, si vous tenez à aller voter le 25 mai, votez pour un parti qui présente des éligibles qui ont travaillé leurs dossiers ou qui ont une bonne chance de travailler leurs dossiers d’après les informations publiquement disponibles sur cette personne! (Attention, dans ce cas-là, vu les éligibles de la plupart des partis français qui vous pousseront donc vers l’abstention, vous ne pouvez pas choisir de voter en Allemagne, en Grande-Bretagne ou Suède… désolé).

#Bernard Cassen, Hélène Michel, Louis Weber, Le Parlement européen, pour faire quoi? (Bellecombes en Bauges, Editions du Croquant, 2014). Les trois auteurs de ce petit ouvrage, à la fois incisif et rempli de connaissances, sur le Parlement européen soulignent qu’il ne faut pas le rêver pour l’instant comme constituant le lieu d’une vie démocratique parlementaire semblable à celle d’un pays membre – il y a pour l’heure un fort aspect consensuel dans ce Parlement entre les trois partis européens de la « Triplice » PPE-PSE-ALDE -, mais qu’il faut cependant savoir l’utiliser de manière stratégique pour soutenir les luttes (sociales, éthiques, etc.). Il ne faut pas même envisager un ralliement du PSE à une alternance à gauche au sein de ce Parlement, entièrement construit sur l’idée de consensus centriste et dépolitisant entre libéraux des deux rives. Pour les auteurs, le poids et l’activisme des eurodéputés de la gauche de la gauche (Parti de la gauche européenne [PGE]) ou de certains élus de la gauche modérée (y compris donc certains élus écologistes et socialistes) peut déterminer des avancées (ou plutôt des non-reculades sociales) dans l’Union européenne, pour autant qu’il y ait une action combinée entre ces élus qui agissent de l’intérieur et un mouvement social qui les appuie de l’extérieur. En conclusion, il faut aller voter Front de gauche, ou éventuellement EELV, à l’exclusion d’autres forces de gauche de la gauche, parce que ce sont soit des social-traîtres (le PS of course qui a droit à une exécution en règle), soit parce qu’ils (LO, NPA, Nouvelle Donne, Féministes pour l’Europe) ne peuvent avoir raisonnablement des élus vu le mode de scrutin spécial anti-petits partis émergents adopté en 2003 par la droite et pas remis en gauche par le PS depuis 2012 . Ainsi, pour les auteurs, il ne faut pas surtout se laisser prendre aux balivernes du PS sur le tournant que représenterait un socialiste à la tête de la Commission. Les luttes sociales priment en Europe comme ailleurs, mais avoir des élus européens en appui feu peut aider à l’assaut de l’infanterie. Hourra camarades! Vinceremos!

#Aurélien Bernier, La gauche radicale et ses tabous. Pourquoi le Front de gauche échoue face au Front national (Paris, Seuil, 2014). Ce livre n’est pas exclusivement consacré à l’Union européenne, mais il insiste sur le fait que le Front de Gauche a laissé pour l’heure le monopole de la défense de la Nation au Front national. Il s’agit plus d’une analyse de ce qui risque de se produire le 25 mai, à savoir un FN qui représenterait en pourcentage des suffrages le double voire le triple du score du FG. Cela correspond à l’hésitation du FG sur l’Euro : faut-il vouloir en sortir ou pas? ou se contenter d’appeler à une zone Euro revue par la pensée de gauche? Pour la présente élection, je suppose que cela incite tout de même plutôt à aller voter malgré tout Front de gauche.

Globalement, tous ces ouvrages soulignent à quel point la situation actuelle est pleinement insatisfaisante dans l’Union européenne, mais aucun d’entre eux ne remet en cause par contre l’Idée même d’intégration européenne. Ceux qui veulent sortir de l’Euro inventent même la possibilité d’une illusoire « monnaie commune » pour ne pas s’effrayer eux-mêmes devant le désastre moral que cette sortie représenterait pour l’Idée européenne. Personnellement, je ne crois pas du tout au désastre économique que provoquerait une fin sans gloire de l’Euro, mais, par contre, je suis persuadé du désastre moral que cela représenterait pour l’Idée européenne! L’Euro et l’Union européenne vivront ou périront ensemble désormais: les choses sont allées bien au delà du point de non-retour. En revanche, aucun de ces ouvrages ne constitue un plaidoyer pour la ligne suivie par les partis actuellement au pouvoir en Europe, soit ce que j’appelle la « Triplice » PPE-UMP, PSE-PS, ALDE-UDI-Modem, qu’un militant du FN appellerait, plus simplement et moins exactement, l’UMPS, ou « le système ». Le seul grand texte que j’ai vu passer pendant cette campagne qui soit un plaidoyer intelligent pour l’Europe communautaire actuelle n’est autre que la longue tribune de Jean-Louis Bourlanges dans le Monde du mardi 20 mai 2014 (p. 20), « L’imposture euro-présidentielle ». Il y souligne la réalité du fonctionnement nécessairement consensuel de l’UE (comme en fait  le livre Le Parlement européen, pour faire quoi?),  et refuse qu’on vende de l’illusion aux électeurs français avec le choix prétendûment offert aux électeurs entre un président de droite  ou un président de gauche de la Commission. C’est kif-kif.

En résumé, avec tout cela, c’est surtout le PS qui est habillé pour l’hiver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s