Pablo Iglesias, La Démocratie face à Wall Street.

arton4520  Les librairies françaises accueillent ces jours-ci un livre de Pablo Iglesias, le leader actuel du parti Podemos, titré La Démocratie face à Wall Street (Les Arènes : Paris, 2015, 279 p.). Ce livre est paru à la fin de 2014 en Espagne. Il est marqué par le moment d’enthousiasme qu’a représenté pour Podemos sa performance aux élections européennes de 2014. Depuis lors, le vent a quelque peu changé de direction : les sondages d’opinion sont loin d’être aussi favorables à ce nouveau parti qu’ils pouvaient l’être alors; les récentes élections régionales catalanes ont représenté une défaite pour la branche catalane de Podemos; et surtout l’allié grec de Podemos, Syriza, semble se trouver en bien piètre posture, condamné qu’il se trouve être par le Mémorandum du 13 juillet 2015 à appliquer à la lettre une politique économique et sociale qu’il réprouve. La Préface de Thomas Piketty, en date du 31 juillet 2015, laisse d’ailleurs entrevoir ce changement d’ambiance en ne cachant pas l’ampleur de la défaite du gouvernement grec face aux diktats conservateurs de Wolfgang Schäuble, elle laisse cependant ouverte la possibilité de l’émergence en cas de la victoire de la gauche aux prochaines élections générales espagnoles d’un basculement de la majorité politique dans l’Eurozone au détriment des conservateurs (en supposant qu’un certain François H. au pouvoir dans le second pays de l’Eurozone soit finalement de gauche).

Quoi qu’il en soit de ces développements récents et des perspectives de réorientation de la politique économique et sociale de l’Eurozone, le livre de P. Iglesias permet d’avoir une idée de l’arrière-plan idéologique du leader de Podemos.  C’est d’ailleurs largement qu’il semble avoir été conçu par son auteur, comme un instrument d’élucidation du réel tel qu’il le voit.

Tout d’abord, P. Iglesias explique comment il comprend l’histoire de l’Espagne depuis 150 ans. Elle n’aurait été dans le fond que la longue lutte entre les oligarchies et le peuple cherchant à s’émanciper. Lors d’un très long chapitre II, Histoire. La bataille de la démocratie (un combat vieux de plus de cent ans) (p. 79-160), il décrit le caractère illusoire des différentes étapes de la démocratie représentative qu’a connu l’Espagne depuis le milieu du XIXème siècle. Derrière la façade des pluralismes partisans qui se succèdent (lorsqu’une dictature n’est pas en vigueur), il décèle l’existence d’une oligarchie, toujours bien en place au fil des décennies, dont la Royauté se trouve être  à la fois le défenseur et le symbole, une oligarchie prête à frapper dur et fort dès que son pouvoir réel sur les richesses de l’Espagne se trouve menacé par les avancées démocratiques. Pour la période la plus récente, il s’en prend vivement aux leaders de la gauche syndicale et partisane lors de la « transition démocratique » des années 1970 pour avoir accepté de pactiser avec les tenants du régime franquiste en ne poussant pas leur avantage (cf. p. 158 son coup de griffe à l’encontre des vieux leaders du PCE [Parti communiste espagnol] se vantant encore aujourd’hui des accords d’alors), et pour avoir en quelque sorte trahi par prudence excessive les revendications populaires de l’époque appuyé sur de forts mouvements sociaux.  Ces pages consacrées à la relecture de l’histoire espagnole sont malheureusement ternies pour le lecteur français et l’universitaire que je suis par un amateurisme déplacé de la part d’un leader politique venu de l’Université: d’une part, beaucoup de livres ou d’auteurs sont cités sans une référence précise en note;  d’autre part, le discours reste trop cursif et allusif pour un lecteur qui ne connaîtrait pas toutes les péripéties de l’histoire politique espagnole. Je me suis d’ailleurs demandé si la version espagnole de l’ouvrage souffrait des mêmes maux, car, au delà des notes, tout cela ne m’a paru bien trop allusif. En tout cas, pour un lecteur français, on se perd largement dans les méandres de la politique espagnole, et la maison d’édition n’a presque pas fait le travail qui aurait été nécessaire en matière d’adaptation du texte, même si quelques notes de bas de pages ont été mises par la traductrice (Amandine Py) lorsque cela devenait franchement incompréhensible (y compris pour elle sans doute).

Ces pages sur l’histoire de l’Espagne, telle qu’elle est vue par P. Iglesias, permettent en tout cas d’entrevoir pourquoi Podemos ne prend pas vraiment en Catalogne. En effet, pour P. Iglesias, les élites catalanes, économiques et politiques, ne sont pas substantiellement différentes des élites espagnoles en général, auxquelles elles apportent le plus souvent depuis le milieu du XIXème siècle leur appui sous des dehors d’opposition de façade à Madrid. La même analyse vaut pour le Pays Basque, même si la question se trouve bien moins abordée dans l’ouvrage. Pour P. Iglesias, seule la question démocratique qu’il entend porter avec Podemos  existe en Espagne, et les questions nationales (catalane, basque, etc.) ne sont que des ruses de la domination oligarchique.

Ce dédain pour les questions nationales internes à l’Espagne m’a paru d’autant plus paradoxal que le discours de P. Iglesias est dirigé par ailleurs contre des ennemis extérieurs qui empêchent la majorité du peuple espagnol de vivre dignement, seul but qu’affirme poursuivre Podemos selon les mots de P. Iglesias (p. 254) Ces ennemis extérieurs sont au nombre de trois : l’Allemagne conservatrice qui domine l’Union européenne; cette dernière en elle-même comme organisation destinée à castrer les démocraties nationales (P. Iglesias adopte la vision d’un Hayek inspirateur de l’UE en dernier ressort); et enfin une plus vaste oligarchie financière internationale, centrée sur les États-Unis, qui chapeaute le tout (« le parti de Wall Street » pour utiliser son propre terme) et qui organise la contre-révolution néo-libérale depuis les années 1970 pour en finir avec l’Etat-Providence en Occident. Il insiste aussi beaucoup sur la mise en périphérie de l’économie espagnole par le modèle de développement européen des dernières années, avec la prééminence en résultant du tourisme et de l’immobilier dans la Péninsule ibérique. Cette analyse qui incrimine clairement un parti de l’étranger et ses alliés espagnols ne l’incite pourtant pas à réclamer l’indépendance de l’Espagne vis-à-vis de cette Union européenne qu’il décrit pourtant comme un pur instrument de domination des peuples au profit des oligarchies financières, mais à demander une réorientation du projet européen dans un sens démocratique. C’est là une position incohérente, en tout cas bien plus incohérente que celles des nationalistes catalans, de droite comme de gauche, qui veulent, plus modestement certes, se débarrasser de la tutelle de Madrid à laquelle ils font par ailleurs les mêmes reproches de négation de la volonté populaire des Catalans que P. Iglesias fait lui-même à l’Union européenne pour les Espagnols et les européens du sud en général. Il me parait en effet plus logique de quitter un système de domination dans lequel vous êtes structurellement minoritaire que de chercher à le réformer de l’intérieur. C’est un peu la base de toute lutte anti-impérialiste ou anti-coloniale.

Le reste de l’ouvrage, celle qui ne porte pas sur l’histoire de l’Espagne, apparaîtra plus familière à un lecteur français (et encore plus à un lecteur français connaisseur de l’Italie par ailleurs comme je le suis). En effet, P. Iglesias décrit, non sans verve d’ailleurs, la corruption des grands partis espagnols de gouvernement et l’impunité presque totale des principaux bénéficiaires de cette corruption en raison d’une justice ibérique lente et empêchée, la collusion de ces partis dans les circonstances importantes de la vie politique espagnole des dernières décennies (dont la ratification du TSCG), leur tendance à rejeter le coût de la crise économique et sociale sur les plus faibles et à défendre au contraire les institutions financières, la mainmise des grandes entreprises sur les médias espagnols, le poids démesuré des lobbys catholiques, l’héritage au sein de l’appareil d’État espagnol des méthodes franquistes de répression des mobilisations populaires. Le portrait de la vie politique espagnole que dresse P. Iglesias est donc fort sombre, et il ressemble fort à celui que les leaders du M5S pourraient dresser de l’Italie contemporaine. On y retrouve à peu de choses près les mêmes pathologies – issues d’ailleurs toutes deux d’une continuité de l’État et du capital privé au delà de l’épisode dictatorial du XXème siècle qu’ont connu ces pays (fascisme et franquisme respectivement). P. Iglesias n’ignore d’ailleurs aucunement les parallèles entre les deux grands pays de l’Europe du sud, et cela nourrit son propos. Il déclare ainsi emprunter le terme de « caste » pour désigner la classe politique de son pays au livre paru en 2007 en Italie sous la plume de journalistes du Corriere della Sera qui décrivit l’accumulation presque risible des privilèges des politiciens italiens au fil des décennies d’après guerre.

Le point le plus intéressant de l’ouvrage est sans doute la description par P. Iglesias de sa conception de la stratégie politique (cf. les premières pages du livre,  le chapitre  I de l’ouvrage, Politique, et l’Épilogue. Gagner les élections ce n’est pas gagner le pouvoir). Elle se veut réaliste, au double sens suivant : d’une part, P. Iglesias entend mener Podemos à des victoires dans le cadre de la démocratie représentative telle qu’elle existe et telle qu’elle se joue (il faut donc par exemple aller dans les médias), et il récuse donc tout usage de la violence révolutionnaire, nécessairement perdante dans les circonstances actuelles de l’Espagne, comme il le dit, il faut « jouer aux échecs » et non pas « faire de la boxe »; d’autre part, il se défend de toute illusion selon laquelle la légitimité populaire ainsi acquise dans les urnes  permettrait en elle-même de changer les rapports de force. En effet, les luttes entre l’oligarchie et le peuple ne se résument pas à l’arène électorale, parce que les élites peuvent user de leurs pouvoirs concrets comme d’un rapport brut de force dans la société et l’État pour briser l’élan populaire issu des élections.

Probablement, ce qui s’est passé en Grèce depuis la victoire de Syriza aux élections de janvier 2015 n’a pas déçu les attentes théoriques de P. Iglesias : le blocus financier de la BCE à l’encontre de la Grèce constitue en effet une magnifique illustration de ce pouvoir des élites financières européennes sur le reste des habitants de l’Eurozone. Il écrit lui-même en décrivant ses discussions avec les leaders de Syriza aux lendemains des élections européennes (donc quand ceux-ci sont encore dans l’opposition) que « Nous n’avons pas choisi ce terrain : nous l’avons reçu. C’est l’Europe d’aujourd’hui » (p. 251).  P. Iglesias insiste sur les alliances à nouer : « Et surtout, il faudra travailler à consolider nos alliances en Europe comme dans le monde entier, car, sans alliés extérieurs, mettre en œuvre un programme de changement tiendrait de l’impossible, même pour le plus volontariste des gouvernements » (p. 253) Or comment ne pas voir que le gouvernement Tsipras se trouve  en train de vérifier chaque jour depuis sa victoire de janvier 2015 la validité de cette phrase? Faute d’alliés véritables parmi les gouvernements de la zone Euro, il est allé à Canossa en juillet 2015, et, dans les jours qui viennent, il risque d’avoir à aller encore plus loin dans le reniement. Le secours rose se fait toujours attendre…

Je serais largement prêt à souscrire à ce genre d’analyse, si je ne voyais pas par ailleurs, un Viktor Orban réussir de son côté grâce au soutien de l’opinion de son pays à imposer sa voie autoritaire sans guère disposer d’alliés en Europe. Certes, malgré toutes ses frasques, V. Orban a réussi à rester membre du PPE et il n’est pas isolé en ce sens, mais il n’y a pas tout de même pas grand monde parmi les élites européennes (de l’ouest riche et dominant) qui approuve le modèle économique et social qu’il impose dans son pays. Il est vrai que la Hongrie n’est pas membre de la zone Euro, il est vrai aussi que la Hongrie demeure un petit pays dont le sort importe finalement peu à quiconque. On pourrait cependant aussi citer le cas de l’Islande ou de la Suisse. On pourrait aussi citer les demandes de renégociation de la place du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne de la part de David Cameron. Dans tous ces cas, les orientations choisies par ces pays, qu’ils soient membres de l’UE ou simplement sous son influence, sont celles de s’en éloigner  pour s’assurer un minimum d’autonomie dans leurs choix politiques (ce qui peut correspondre comme dans le cas britannique à une volonté de profiter de l’Union sans en payer les coûts). Or, à chaque fois, c’est le nationalisme (de droite) qui s’empare de cette fonction d’autonomie démocratique. Personnellement, je trouve cela à la fois logique et tragique. Logique, parce qu’il est plus facile de défendre l’autonomie politique des habitants d’un territoire à partir de positions nationalistes et souvent xénophobes. Tragique parce que la gauche de la gauche reste bloqué dans un européisme contradictoire : peut-on dire autant de mal de l’Union européenne que ne le fait P. Iglesias (cf. p183-193 par exemple), tout en espérant transformer ce plomb oligarchique en or démocratique? Est-ce que ce n’est pas là être soi-même prisonnier du rêve fédéraliste à la Altiero Spinelli des années 1950-1980? Une « Europe sociale » est-celle encore possible à ce stade? 

C’est donc peu dire que le livre de P. Iglesias m’a laissé une impression pour le moins mitigée. On aurait envie de dire fraternellement : encore un effort camarade pour être réaliste!

2 réponses à “Pablo Iglesias, La Démocratie face à Wall Street.

  1. Bonjour! un mot de la traductrice, qui a nécessairement refait le chemin canonique universitaire de Pablo Iglesias pour retrouver toutes les citations bibliographique: je peux vous assurer que la rigueur et l’honnêteté intellectuelle de PI sont irréprochables dans cet ouvrage. En revanche le choix éditorial a été de respecter la contrainte de l’essai, qui préfère faire disparaître ces références. Ne vous déplaise, il ne s’agit ni d’une thèse, ni d’un mémoire, et rien n’empêchera un lecteur curieux de se plonger dans les manuels d’histoire —voire même de sauter le chapitre historique en question. Oui, cette partie est allusive, mais parce que ce que l’auteur cherche à démontrer lui semble plus important que la narration historiographie proprement dite, il l’expose bien lui-même. Et non, cela ne m’a pas semblé incompréhensible. (Peux-être parce que je suis moi-même politiste et agrégée?) J’en rajoute un peu car j’ai cru percevoir une pointe de dédain qui dessert votre critique du livre!

    • @ py : De fait, je soupçonnais bien qu’il y ait quelque chose comme un « choix éditorial » dans cette disparition des références dans la partie plus proprement historique et espagnole de l’ouvrage, en effet, j’ai aussi remarqué que, dans les autres parties de l’ouvrage, des références sont données d’auteurs internationalement reconnus (et le plus souvent traduits en français, comme David Harvey par exemple). Or ce choix de se situer, au moins partiellement, sur le registre de l’essai comme vous le dites, me parait extrêmement erroné : en effet, un auteur d’extrême gauche comme Pablo Iglesias, universitaire de surcroit, ne peut pas se permettre d’apparaitre comme n’étayant pas ses propos pas à pas. En effet, il prétend incarner une politique appuyée sur des raisons solides ancrées dans la réalité partagée par la plupart des gens. Il doit combattre le sens commun, tout en s’appuyant sur des choses que personne ne met en doute par ailleurs (par exemple, quand il cite toutes les affaires de corruption qui ont touché la classe politique espagnole). La traduction du rapport parlementaire sur la dette grecque (aux éditions Les Liens qui Libèrent) comprend elle toutes les notes nécessaires à sa crédibilité auprès d’un vaste public. Si j’ose dire, P. Iglesias ne doit pas se situer, même marginalement par rapport à son propos, sur le registre discursif d’un Lorant Deutsch, qui peut lui raconter n’importe quoi sans avoir à se justifier de ses références historiques. En même temps, ce « choix éditorial » correspond aussi à l’éditeur lui-même : les Arènes ne font pas partie à ma connaissance des éditeurs alternatifs, littéraires ou politiques, de ce pays. Cet éditeur commercial comporte sans doute beaucoup d’avantages du point de vue de la mise en place de l’ouvrage en librairie et de la diffusion de l’ouvrage auprès d’un vaste public, le livre est d’ailleurs présent dans les petites librairies lyonnaises autour de chez moi, mais il tend lui-même à décrédibiliser l’ouvrage s’il désire attirer un lectorat de militants éclairés. Je ne cesse de souligner pour mes étudiants (qui ne sont pas tous destinés à devenir des universitaires loin de là) que, dans le monde d’internet, tout doit être dûment référencé (citations, vidéos, chiffres, etc.), et,du coup, je m’en sens en droit de m’étonner qu’un leader politique, qui veut incarner un renouveau de la politique, se sente en droit de ne pas référencer ses propos (ou de laisser faire qu’une traduction s’autorise cette lacune). Il y a d’ailleurs une façon d’écrire pour les essais où l’on peut plus élégamment escamoter le besoin même de référence, ce qui aurait évité ce sentiment gênant d’entre deux eaux. Ce n’est donc pas du dédain, mais le sentiment que Pablo Iglesias ne comprend pas toutes les règles du jeu politique contemporain (en tout cas, pas celles qui le rendront crédibles auprès du lectorat français éclairé). Ou alors, horresco referens, qu’il ne s’agit dans le fond que d’un coup de pub permettant de passer à la télévision lors de la sortie de l’ouvrage, et que le contenu du livre n’a aucune importance, comme pour tout essai politique ordinaire.

      Enfin, votre suggestion de ne pas lire la partie historique me parait elle aussi malvenue, sauf à avoir précisé dans l’ouvrage lui-même (comme on le fait parfois) que le lecteur peut ne pas lire cette partie plus technique. A partir du moment, où des pages sont imprimées dans un livre, où elles ont été traduites en l’occurrence, le lecteur auquel on s’adresse doit pouvoir les lire sans problèmes particuliers sauf avis contraire dûment explicité. Aucun lecteur ne va s’amuser à relire un manuel d’histoire espagnole pour comprendre pleinement ces pages…

      Voilà, ne percevez donc dans ma critique aucun dédain de ma part donc, ni envers l’auteur, ni envers la traductrice que vous êtes, mais, par contre, une très forte déception.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s