Expliquer E. Macron= W. Streeck + A. Thiers?

Puisque tout le monde y va ces jours-ci de son bilan d’un an du macronisme au pouvoir, je me lance moi aussi dans cette figure obligée, au risque de ne rien apporter de bien original à mes lecteurs.

En effet, à mesure que les mois passent, le cas Macron semble bien devenir clair. Le récent sondage demandant de positionner LREM sur l’échelle droite-gauche et la comparaison qu’il opère avec la perception de 2017 montrent s’il en était besoin que le caractère droitier de la Présidence Macron n’échappe plus à grand monde. Ainsi, rendant compte de ces sondages effectués par IPSOS, Gérard Courtois écrivait le 5 avril dans le Monde:

« La perception par les Français de LRM après une dizaine de mois d’exercice du pouvoir a sensiblement évolué. En mars 2017, 12 % jugeaient ce parti très à gauche ou à gauche ; ils ne sont plus que 5 % ; 9 % le situaient au centre gauche, ce pourcentage n’a pas varié. En revanche, 33 % classaient LRM au centre ; ils ne sont plus que 21 %. De même, 13 % situaient le parti présidentiel au centre droit et 15 % à droite en mars 2017 ; désormais, ils sont respectivement 25 % et 20 %, tandis que 5 % le jugent, comme hier, très à droite. (…) : un tiers des Français le [LREM] classaient à droite il y a un an ; ils sont désormais 50 %. »

 

Du fond de sa mort politique, Jean-François Copé déclare qu’à en juger par ses actes, E. Macron est bel et bien « le Président de droite qu’on n’attendait pas ».  Il n’aurait pas en un an pris une seule mesure de gauche. (Il me semblait bien aussi…) Et, de fait, selon un autre sondage plus récent, l’électorat se disant de droite semble de plus en plus séduit par un E. Macron dont le présent gouvernement sait en direct sur BFM mater cheminots, étudiants, personnels hospitaliers, crasseux, punks à chiens et autre zadistes prenant en otage les braves gens ou des hectares d’honnête bocage bien français. De fait, notre Président ne cache plus du tout son orientation des plus market friendly, pour ne pas dire capital friendly, particulièrement dans la presse étrangère. Et puis, au delà des choix économiques et sociaux, il faut bien constater aussi ce thatchérisme de style, sinon de référence, avec cette mise à l’écart des syndicats, et plus généralement de tous les corps intermédiaires, de tout ce qui peut faire société. Pour E. Macron, il ne semble bien exister que des individus. No such thing as society. Dans tous les secteurs de politique publique, sur lesquels on peut avoir quelque information dans les médias, les avis des syndicats ou des associations prétendant y représenter la base de la société française sont  négligés. Les plus réformistes de ces corps intermédiaires (la CFDT dans le champ syndical, les associations proches du monde catholique dans le champ des politiques sociales, etc.) sont eux-mêmes tenus pour quantité négligeable. (Il est d’ailleurs assez piquant de voir E. Macron aller flatter les évêques d’un côté, et négliger tout l’apport du monde social catholique de l’autre, en matière d’accueil des migrants ou de lutte contre la pauvreté par exemple.) On se trouve désormais à l’exact inverse de la longue période d’après guerre où tout le jeu politique et administratif consistait justement à associer les corps intermédiaires à la décision publique. Le Michel Crozier de « On ne change pas une société par décret » semble bien faire partie de ces temps révolus: place au nouveau triomphe de la volonté du bon sens (des élites). Une partie de la haute fonction publique semble en effet avoir reçu carte blanche pour n’en faire qu’à sa tête (bien faite). Il ne reste de fait d’associé à la décision publique qu’un seul groupe d’instances, celles qui représentent les intérêts des (grandes) entreprises. Un pluralisme réduit à celui du CAC40 en somme.

La théorie qui me semble le mieux rendre compte de cette situation est celle du sociologue allemand Wolgang Streeck dans son livre essentiel, Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique (Paris: Gallimard, 2014, rééd. poche 2018, 1ère éd. all. 2013). Ce dernier explique que, dans le stade actuel du capitalisme, le pouvoir politique comme agent est pris en étau entre deux principaux aux exigences très difficilement compatibles vu la faible croissance: d’une part, les électeurs ou plus largement les populations qui expriment des besoins sociaux ou qui prétendent voir honorées des promesses de protection et de bien-être faites par le passé et, d’autre part, les détenteurs de la dette publique, alias les marchés, qui entendent que leurs créances financières soient honorées à leur valeur anticipée lors de leur souscription (sans inflation donc). Selon W. Streeck, les États européens sont entrés au cours des années 2010 dans la phase de ce qu’il appelle « l’État de consolidation », appuyé sur un régime régional (l’Union européenne) qui contraint toute évolution contraire. Pour rassurer les marchés auxquels toute priorité est donnée, les dirigeants de l’État considèrent en effet qu’ils n’ont pas d’autre choix que de diminuer la dépense publique et surtout de remettre en cause tout ou partie des promesses faites aux populations, en particulier aux retraités, actuels ou futurs. En relisant les pages du livre de W. Sreeck consacré à cet « Etat de consolidation » (p. 141 et sq.), son analyse me semble terriblement bien s’appliquer à la dernière année: d’une part, on augmente la CSG sur les revenus des retraités, on baisse les APL, on supprime les emplois aidés, et on se prépare à s’en prendre aux privilèges des futurs retraités; d’autre part, on reste sourd à l’ensemble des plaintes qui montent des divers secteurs de l’action publique qui sont mis en crise par l’absence durable de ressources publiques adéquates aux tâches que le législateur (imprévoyant, dispendieux, clientéliste, démagogue, etc.) leur a confiées par le passé (hôpitaux, EPHAD, prisons, écoles, universités, etc. ). (C’est sûr qu’aujourd’hui, si l’enseignement supérieur public, les EPHAD ou l’hôpital public n’existaient pas, ce ne sont pas ces dirigeants-là qui iraient les inventer! Bien trop cher!) En même temps, cet « État de consolidation » ne peut pourtant pas s’officialiser dans toute sa dure et cynique réalité aux yeux du grand public. Si tu es pas rentier, et si tu ne payais pas l’ISF avant sa suppression, tu peux crever mon brave dans ton EPHAD mouroir! Et vite si possible! Certes, le gouvernement répète à longueur d’interviews qu’il ne faut pas augmenter les impôts, mais baisser les dépenses publiques pour maîtriser la dette publique. Il lui reste cependant quelques pudeurs de maquerelle, quelques pieux mensonges de dame patronnesse, répétés sans grande conviction d’ailleurs : non, non, la loi ORE n’introduit pas la sélection à l’Université, n’évite pas d’avoir à inscrire plus de jeunes nés en 2000 dans le supérieur et ne présage pas la hausse ultérieure des droits d’inscription, non, non, la loi sur la réforme ferroviaire ne prépare pas la fin de tout maillage fin du territoire par le rail et la privatisation de la SNCF, non, non, la suppression de la taxe d’habitation ne signifie pas l’augmentation d’autres impôts locaux ou la suppression de nombreux services publics locaux, non, non, la réforme des institutions n’est pas le moyen d’achever de faire du Parlement une chambre d’enregistrement (express) de sacrifices réformes, certes bien pénibles (pour vous, chers électeurs) mais indispensables, non, non, la réforme des retraites ne réduira pas les droits acquis et n’introduira pas des fonds de pension pour ceux qui voudront éviter la soupe populaire dans leurs vieux jours, etc. Tout cela est certes cousu de fil blanc, mais cela traduit le fait que cet « État de consolidation » ne peut guère espérer de légitimité démocratique tant il se heurte à une autre tendance de nos sociétés, celle qui insiste sur la socialisation des risques de la vie dans une société d’individus. Comme me l’a dit et répété un collègue optimiste, le socialisme pris en ce sens est inscrit dans l’évolution historique de nos sociétés.

A cette caractéristique de downsizing de l’État social pour cause de dette publique à honorer, largement partagée par les dirigeants des autres États européens, Emmanuel Macron ajoute pourtant comme un supplément d’âme inscrit dans l’histoire de France, dans cet « absolu » qu’il déclare tant chérir. On avait déjà remarqué quelques propos bien sentis de ce dernier sur les classes populaires, que ce soit directement (« les illettrées », « ceux qui sont rien ») ou indirectement (« les premiers de cordée »). La vision d’une France qui n’existerait que par ses bourgeoisies privées et publiques en vient même à créer un écart élitiste avec le discours (public) habituel de la droite ou de l’extrême droite. Le « travailler plus pour gagner plus » de N. Sarkozy, émis principalement alors en direction des ouvriers, en parait par contraste bien respectueux du populo, et pour tout dire désuet. On n’est plus du temps d’un libéral comme VGE qui se piquait de jouer de l’accordéon pour faire peuple. Il ne s’agit pas en effet avec le macronisme de gagner (un peu) plus, mais infiniment plus, par l’innovation, la disruption, la transgression des règles! C’est là le très vieux slogan orléaniste : « Enrichissez-vous par le travail et par l’épargne! », mais dans sa version révisée par Schumpeter et la Silicon Valley. Enfin notre Président – tout surmoi effacé? – y va même désormais de ses saillies  sur la République qui, dans les temps difficiles, se réfugia à Versailles. L’identification à l’orléaniste Adolphe Thiers, certes « le libérateur du territoire national » (contre la puissance germanique…), mais tout de même « bourreau de la Commune de Paris » (contre ces proto-Zadistes…), affleure donc, et, à prendre E. Macron au mot, il n’y aurait donc pour notre Président de bonne République que conservatrice et bourgeoise, à défaut d’une monarchie qu’on ne saurait certes rétablir, mais qui a tant fait pour créer la nation française. Cela réchauffera le cœur de l’électeur de gauche qui s’est dévoué pour aller sauver cette même République  du fascisme l’an dernier.

Cela étant dit, cet État de consolidation à relents orléanistes qui semble bien devoir s’installer au fil de ce quinquennat pose quelques questions.

Premièrement, il n’aura échappé à personne qu’E. Macron a plutôt bénéficié d’une image centriste pour se faire élire (voir les sondages cités plus haut). Il fut même un temps où Macron se voulait l’incarnation de la bienveillance. (J’en ris encore!) De ce fait, une part de l’électorat attaché à la justice sociale, ou simplement à une vision humaniste de la société, peut encore une fois se sentir floué par un candidat venant (eh oui!) de la gauche (tout au moins officiellement par les postes qu’il a occupés avant son élection). En 2012, un certain François Hollande se fait élire en proclamant bien haut que « son ennemi, c’est la finance ». On sait ce qu’il en advint (avec dans les coulisses de l’Élysée un certain Emmanuel M.), et ce qu’en pensa au final l’électorat en général et le peuple de gauche en particulier. De fait, le présent quinquennat réitère le même mécanisme en pire. On croyait élire un centriste social-libéral, on a élu un lointain héritier de l’orléaniste Adolphe Thiers. On croyait voter pour défendre la République menacée par une Marine Le Pen, on a finalement élu à l’insu de notre plein gré une Margaret Thatcher aussi libérale et autoritaire que sa version originale – certes l’euroscepticisme en moins. On a voté pour une France ouverte au monde, on se retrouve avec une loi Asile et Immigration dont le contenu révulse l’ensemble du monde associatif concerné par ces questions, loi qui a fini en plus par avoir l’aval de députés du Front national sur quelques uns de ses aspects. Il ne faudra pas s’étonner ensuite si une partie de l’électorat, en particulier  populaire, ne montre pas dans l’avenir une grande confiance dans les mécanismes de la démocratie électorale. Pourquoi voter si les étiquettes ne correspondent décidément pas aux produits vendus? Et comment ne pas voir, avec W. Streeck toujours, que, de ce pas allègre, en marchant gaiement, l’on va tout droit vers la suspension de la démocratie réelle parce qu’elle contredit vraiment trop les nécessités de l’État de consolidation?

Deuxièmement, jusqu’où Emmanuel Macron compte-t-il pousser son avantage? Jusqu’ici, les résistances ont été pour le moins éparses. En effet, le plus souvent, il a eu la tâche facile, parce qu’il tend à achever ou à compléter un processus engagé bien avant lui. Contrairement à l’image de prétendue nouveauté qu’il a entendu se donner, il s’appuie en effet toujours sur une nécessité de la réforme qui a été rabâchée par qui de droit à l’opinion publique depuis des lustres. Il incarne donc bien  la double continuité des sommets de l’État et celle des éditorialistes si j’ose dire – de François de Closets à Élie Cohen ou Christophe Barbier. Depuis des décennies, avec leur tournant néo-libéral repéré par des collègues politistes dès le début des années 1980, une bonne part des élites étatiques n’ont eu en effet de cesse de se débarrasser des compromis d’après-guerre. Donc il y aura bien sûr la fonction publique, il y aura bien sûr les retraites, et ensuite? La conséquence probable cependant de toutes ces réformes, contrairement à ce que prétendent – hypocritement ou bêtement? – ceux qui les promeuvent, est qu’elles rendront encore plus angoissés les Français pour leur avenir. La précarité généralisée et l’individualisation de tout, c’est bien sympathique vu du haut, mais un peu moins vu du bas. Il ne faudra pas s’étonner ensuite des radicalisations observées dans l’électorat.

Troisièmement, qu’est-ce qui peut enrayer cette machine qui  détruit consciencieusement la société en refusant de répondre à ses besoins?  Quel mécanisme à la Polanyi peut finir par se déclencher? En tout cas, ce n’est pas une analyse sur un blog tel que celui-ci, ou n’importe quel autre commentaire plus ou moins savant ou objectif, qui va enrayer quoi que ce soit. Quelles mobilisations établissant un rapport de force avec le pouvoir peuvent ralentir tout cela? Pour l’instant, il y a surtout ce long rappel de 1968 dans les médias qui souligne tristement à quel point les mouvements sociaux en général se sont étiolés depuis. Il ne reste plus qu’à espérer qu’un secteur de la société nous surprenne par la vivacité de sa protestation, sinon il faudra attendre les élections de 2022 pour tirer le bilan du macronisme. Malheureusement, j’ai quelque doute sur la capacité des gauches à profiter de son probable échec auprès des classes populaires et moyennes. La gauche reste en effet trop divisée sur la question européenne, alors que toutes les droites non macronisées n’auront guère de difficultés idéologiques à s’unir un délire nationaliste-identitaire.

Désolé, voilà, c’était mon bilan d’un an de macronisme, et, comme d’habitude, je n’ai guère été optimiste.

 

Publicités

2 réponses à “Expliquer E. Macron= W. Streeck + A. Thiers?

  1. Dans mon bilan du macronisme, je ne suis pas plus optimiste que vous :
    https://setnibaro.wordpress.com/2018/05/07/le-macronisme-au-microscope/

    Concernant les droites non macronisées, dès l’instant où l’hypothèque Wauquiez sera levée, il n’y aura plus d’obstacle à une alliance ou fusion entre LR et le FN sur un programme identitaire. Avec tous les sondages qui créditent LR de scores médiocres avec Wauquiez, cela peut arriver plus tôt que prévu…

  2. Personne pour commenter alors je me lance : je n’ai rien de particulier à objecter mais je voulais vous dire que vous êtes lus et que vous m’avez donné envie de lire ce livre dont je n’avais jamais entendu parler. Continuez ce blog !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s