De l’art libéral de nier la crise démocratique.

Parmi les prises de position de collègues politistes à l’occasion de la « crise des Gilets jaunes », l’on retrouve de fort vénérables positions. Notre collègue bordelais, Olivier Costa, a ainsi ressorti du tiroir des idées classiques de la théorie politique l’idée bien connue : la foule n’est pas le peuple.  Son texte sur ce thème a été publié par The Conversation, puis repris par France-Info.  Il y rappelle qu’une minorité mobilisée et usant de surcroit de la violence ne saurait imposer sa volonté à la majorité silencieuse des citoyens – comme le montre la citation de Tocqueville qui conclut son texte.

C’est là l’actualisation d’un très vieux plaidoyer, bien connu en théorie politique, pour le respect des règles de la représentation démocratique par le vote et pour l’adoption de formes de conflits réglés par des institutions (au sens sociologique ou juridique) entre majorité(s) et minorité(s), contre les tentations sans-culottiste de ceux qui prônent, pour aller encore plus loin qu’Olivier Costa dans la délégitimation de tout mouvement populaire un peu trop spontané et acéphale à tous les sens du terme, « tout le pouvoir aux Soviets ».

Malheureusement, notre collègue en vient à sous-estimer du coup la crise démocratique que connaît notre pays.

Premièrement, il reconnait certes qu’Emmanuel Macron n’a pas été élu avec une approbation large:  « Certes, cette majorité est un peu artificielle, et Emmanuel Macron a sans doute perdu de vue qu’il a été élu par de nombreux citoyens qui entendaient, avant tout, s’opposer à Marine Le Pen. »  On pourrait même arguer qu’Emmanuel Macron n’est d’ailleurs pas le seul ces derniers temps à avoir été élu ainsi (Chirac déjà en 2002), et n’en avoir fait qu’à sa tête ensuite. Or ce n’est toutefois pas une raison pour ne pas s’inquiéter: dans un contexte de division de plus en plus forte de l’opinion publique en une multitude de courants (comme dans les autres pays européens d’ailleurs), il n’est peut-être pas très raisonnable – d’un point de vue strictement prudentiel – de s’en tenir à ce genre de constat d’institutions faites pour donner un Président à la France et une majorité parlementaire à ce Président fraîchement élu le rendant apte à gouverner. Que dira demain notre collègue libéral sachant invoquer son Tocqueville lorsqu’une force extrémiste de droite ou de gauche se sera emparé de (presque) tout le pouvoir politique de notre pays à la faveur d’une élection présidentielle? Certes, en théorie, surtout avec un scrutin à deux tours, l’électeur médian n’est pas prêt à donner une majorité électorale à un extrémiste, mais qui sait? La France n’est certes pas le Brésil, mais bon, inutile de chercher à le prouver par l’expérience empirique. Je serai personnellement plus rassuré par un système parlementaire à l’allemande, où, jusqu’à preuve du contraire, pour devenir Chancelier, il faut une majorité parlementaire plus large, et, donc dans les circonstances actuelles, pluraliste.

Deuxièmement, il rappelle à très juste titre que : « En outre, la démocratie ne s’épuise pas dans le vote, et la majorité ne peut pas tout imposer. Les citoyens doivent pouvoir s’exprimer entre deux élections. C’est la raison pour laquelle la démocratie garantit le droit de s’exprimer, de s’engager dans un parti, un syndicat ou une association, de manifester, de faire grève, de signer une pétition. » Il ajoute  quelques paragraphes plus loin: « Ce qui caractérise le mouvement des gilets jaunes depuis le premier jour, c’est la méconnaissance des règles habituelles de la mobilisation, qui doit opérer à travers un ensemble d’outils démocratiques et pacifiques : pétitions, tribunes dans la presse, manifestations (déclarées et encadrées), contacts avec les élus, grèves… » Il m’a semblé en lisant ces quelques lignes que  notre collègue a vraiment manqué un élément important du déroulement sociopolitique qui mène en France à la « crise des Gilets jaunes » et à son soutien, au moins dans un premier temps, dans l’opinion publique mesurée par les sondages.

Il se trouve en effet que ce qu’il appelle les « règles habituelles de la mobilisation » ne fonctionnent plus depuis des années, ou tout au moins qu’elles fonctionnent de moins en moins bien, voire pas du tout sous le présent quinquennat. Il est quand même assez tragique de constater que notre collègue ne prenne pas en compte cet aspect. Il ne comprend pas qu’en plus, l’esprit de LREM, s’il y en a un, se trouve très officiellement tout entier orienté vers la managérialisation de la politique, vers l’efficacité de gens qui incarnent la raison (contre le vieux monde des anciens partis, des syndicats, etc.). Le chef a, ou les chefs, ont toujours raison, puisqu’ils sont la raison, et les plaintes de la base sont toujours sans fondements, puisqu’ils sont la déraison. La médiation politique classique n’y a donc plus aucune place. D’où en réaction l’anomie et la violence dans la mobilisation actuelle .

Pour prendre un seul exemple, sauf erreur de ma part, il me semble que les retraités avaient dûment protesté contre la hausse de la CSG qu’il leur incombait de payer. Ils ont fait tout pour protester dans les règles que rappelle O. Costa, et, en plus, individuellement, ils ont inondé de leur prose les élus de la majorité. Ceux-ci ne s’en sont d’ailleurs pas cachés: selon ces élus LREM/Modem, tout le monde leur en a parlé de cette hausse perçue comme inique de la CSG. Résultat : néant ou presque. Avec toute l’énergie qu’ont mis les Gilets jaunes à ne pas respecter les règles, et à être violents, tout d’un coup le Président et son gouvernement se rappellent subitement du cas de ces mêmes retraités pour calmer le jeu. Entre le tragique et le comique.

Autrement dit, il faudrait déjà avant de juger qu’un mouvement ne respecte pas les règles, de le délégitimer par ce qu’il se laisse aller à la pente dangereuse de la violence, de la contrainte même envers les particuliers,  juger de ce qui s’est passé avant. Si les gouvernements successifs, dont bien sûr le dernier en date, avaient un peu plus respecté les anciennes règles d’écoute de la base, établies au fil de l’histoire sociale de la France, en particulier en ce qui concerne le monde du travail salarié, celui des retraités, de la ruralité, ou le monde du secteur public,  il ne se serait pas trouvé face à des gens ne respectant plus les règles habituelles. Il ne se trouverait pas  devant des gens qui demandent désormais  une refonte du fonctionnement de la démocratie en général (avec par exemple le référendum d’initiative populaire).  Il aurait suffi à ces gouvernants de bien vouloir lire  et méditer tout ce que nos collègues de nombreuses disciplines des sciences sociales ont pu écrire sur les diverses souffrances de nos concitoyens, et d’en tenir vraiment compte, au lieu de s’acharner dans leur surdité face aux plaintes faites dans les formes prescrites.

Bref, notre collègue Olivier Costa reproche à certains de gueuler trop fort,  de monopoliser indument la voix populaire, et de tout casser,  j’aurai préféré qu’en démocrate, il se rappelle d’abord que la surdité des autres est la cause première de tous ces dégâts qu’il déplore. Mais c’est là  aussi un vieux débat… le libéral vs. le démocrate.

 

2 réponses à “De l’art libéral de nier la crise démocratique.

  1. En sus des retraités, on pourrait aussi évoquer toute l’agitation autour de la crise climatique qui fait pétitionner et marcher à qui mieux mieux. Pour quel résultat ? Strictement aucun.

  2. Bonjour,
    la « surdité » des pouvoirs aux revendications des gens modestes qui les ont portées « poliment » en respectant gentiment comme on leur demandait le parcours des manifestation généreusement accordés pour leur donner l’illusion qu’ils sont en démocratie,est la cause principale de cette éruption sociale en cours depuis le 17 novembre dernier.
    En creusant un peu plus la question on arrive immanquablement à la perte de souveraineté monétaire (donc aliénation de la souveraineté nationale donc populaire) au profit d’une structure non légitime, librement consentie par nos gouvernements successifs depuis l’Acte Unique pourtant sans l’accord formel de la majorité des citoyens,voire contre leur choix comme en mai 2005.
    Ce mépris du peuple,plus ou moins discret auparavant,est devenu la marque de fabrique de l’adolescent attardé de l’Élysée et ses clones Bac+7 quand ils ont accédé au pouvoir.
    Le réveil des humiliés depuis tant d’années n’est pas aussi brutal qu’on aurait pu le craindre, mais attention personne ne sait quand la colère se transforme en haine et dérape dans la violence physique contre ceux qui sont considérés comme étant la cause du désespoir (ici les députés LREM, les petit(e)s marquis(es) du gouvernement voire le Président lui-même).
    À trop exacerber les tensions le Pouvoir risque,sans l’avoir voulu,de déclencher une tornade que plus personne ne pourra canaliser.
    L’heure est grave et n’est pas De Gaulle qui veut.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s