E. Macron contre l’esprit (plébiscitaire) de la Vème République

(Les réflexions qui vont suivre énerveront sans doute une bonne part de mes lecteurs. Qu’ils me pardonnent donc cet éloge mesuré d’un certain général d’un temps désormais fort ancien. Bonne et heureuse année 2019 tout de même.)

Avec  la proposition de « Référendum d’initiative populaire » (R.I.C.) qui a émergé du mouvement des Gilets jaunes,  nous avons eu droit à une révision générale des concepts de « démocratie représentative » et de « démocratie directe ». Un très beau texte de Samuel Hayat a redonné la profondeur historique nécessaire au débat qui semble s’engager ainsi. Il y souligne à juste titre que l’idée d’une expression directe du peuple pouvait aboutir à une négation des conflits internes à ce même peuple, à un unanimisme où il y a toujours des perdants dans le peuple lui-même, et qu’inversement, malgré ses défauts bien connus de la dépossession du pouvoir de décider qu’elle impose aux citoyens, la vieille démocratie représentative des partis professionnalisés avait eu au moins le mérite de souligner et de faire vivre ces conflits internes au peuple.

Or, en le lisant, je me suis fait la remarque que, au moins dans le récit et même dans la pratique de son fondateur, la Vème République en ses désormais lointains débuts prétendit résoudre cette contradiction. En effet, dans la geste gaullienne, le « régime des partis », pourtant tant dénoncé par De Gaulle, demeura  sous la forme de la pluralité des partis et d’institutions parlementaires pour faire la loi et pour gouverner au jour le jour, mais ce dernier était dépassé par la redéfinition du rôle du Président de la République comme garant de l’intérêt national,  ou, si l’on veut, porte-voix de la volonté générale. Dans le récit gaullien des origines,  il y avait donc à la fois « le beurre » de l’unanimité du peuple (en pratique : la majorité référendaire ou la majorité parlementaire plus facile à obtenir avec le scrutin à deux tours)  et « l’argent du beurre » du pluralisme conflictuel au sein du peuple (en pratique : un régime pluraliste dit « semi-présidentiel »). Et ce Président « au dessus des partis » – mais aussi seul maître de son camp majoritaire – était doté institutionnellement des moyens de vérifier à tout moment, selon son bon plaisir, qu’il incarnait bien la volonté générale, que ce soit en appelant à des référendums, ou en pouvant dissoudre à sa guise une Assemblée nationale rétive à sa volonté. La Vème République avait donc à ses débuts un aspect des plus plébiscitaires. Elle faisait craindre à ses critiques (de gauche) un retour au « césarisme » bonapartiste (cf. la célèbre dénonciation par un futur Président de gauche du « coup d’État permanent », ou l’interrogation des politistes nord-américains d’alors sur la nature « fasciste » ou non du « gaullisme »). Le plébiscite paraîtra sans doute un bien vieux concept à mes lecteurs démocrates, mais il me semble que ce dernier avait au moins le mérite d’établir la règle selon laquelle un dirigeant, doté d’autant de pouvoirs qu’un Président de la Vème République, devait avoir en permanence l’appui d’une majorité du peuple. Ainsi le « R.I.C. » des Gilets jaunes et leur « Macron démission! » ne sont par bien des côtés que le rappel de la solution gaullienne au dilemme « démocratie représentative/démocratie directe ». Un pouvoir ne doit pas seulement être légal, il doit être légitime, au sens où il doit avoir en permanence l’appui de la majorité du peuple. Or, c’est là le génie du gaullisme,  il est prévu dans notre Constitution que la légitimité du pouvoir puisse être testé, tant que de besoin, dans des formes légales prévues à l’avance.

Même si l’on n’apprécie pas les orientations idéologiques (évidemment de droite) du fondateur de la Vème République, force est cependant de constater qu’il a tenu pour lui-même cette ligne de l’identité de vue, démontrable si besoin, entre sa personne (particulière) et le peuple (électoral). (C’est bien ce qui lui a permis par exemple de résoudre in fine la « question algérienne » au grand désarroi d’une partie de ses propres partisans du 13 mai 1958.) Ce rapport plébiscitaire au peuple français ne s’est en effet jamais démenti, jusqu’à son départ dans l’instant même de sa défaite référendaire en 1969.  Or il faut bien reconnaître que ses successeurs n’ont pas eu du tout la même interprétation que lui de la Constitution de la Vème République. Ils ne se sont pas risqués à organiser des référendums qu’ils savaient raisonnablement pouvoir perdre. Ils ont accepté de longues périodes d’impopularité, des cohabitations avec le camp d’en face, et même, pour bien enterrer le gaullisme selon De Gaulle chez un héritier du gaullisme partisan, un référendum perdu dans les grandes largeurs (comme pour J. Chirac en 2005 avec le TCE) n’a plus signifié le départ anticipé en retraite. Une ironie de l’histoire dont nous n’avons pas par ailleurs fini de ressentir les conséquences.

Avec Emmanuel Macron, on semble bien en arriver vraiment à la fin des fins de cette évolution anti-plébiscitaire de la Vème République. Face à un mouvement social qu’il lui a fallu faire réprimer durement, en allant jusqu’aux limites de ce que peut offrir à un pouvoir républicain l’appareil répressif ordinaire (police et gendarmerie) sans faire des dizaines de morts – Dieu merci!- , il s’est en effet bien gardé, jusqu’ici tout au moins, d’user des moyens institutionnels à sa disposition pour réaffirmer sa légitimité à gouverner le pays. Où est donc la dissolution de l’Assemblée nationale? Où est donc le référendum qui permettrait de légitimer sa politique économique et sociale? Où est même la grande manifestation populaire de soutien au pouvoir politique organisée par les « grognards » d’Emmanuel Macron?

De fait,  il serait question dans les hautes sphères « macronistes » de clôturer le débat national que notre Président entend organiser pour enterrer clore  la crise des Gilets jaunes par une salve de référendums portant sur les institutions (avec, dit-on, la suppression du Sénat ou la réduction drastique du nombre de parlementaires) ou sur d’autres sujets lui agréant. L’idée parait des plus habiles a priori: en ayant plusieurs questions référendaires à poser -formule inédite en France à ma connaissance -, il serait possible de gagner d’un côté et de perdre de l’autre, surtout si les questions devaient faire fond sur l’antiparlementarisme que flatte depuis son origine Emmanuel Macron. L’habile manœuvre peut bien sûr réussir, mais l’opinion publique pourrait aussi se focaliser sur un des sujets qui deviendra le point disputé, et finir par mettre ainsi en minorité l’option présidentielle. Plus généralement, il sera en effet tout de même bien difficile d’organiser un ou des référendums sans dire l’option que le pouvoir politique préfère voir triompher. Il suffira alors, comme en 1969, aux opposants de voter contre cette option. « Get the Bastard out! » sera le mot d’ordre général.

La situation de notre Président pourrait du coup ressembler à celle de Matteo Renzi en Italie. Sa majorité de centre-gauche avait voté en 2015-16 une vaste réforme constitutionnelle. Elle semblait bien correspondre, tout au moins a priori à la demande des Italiens d’en finir avec le « vieux monde » de la Constitution (ultra-pluraliste) de 1948 pour aller vers le « nouveau monde »  d’une Constitution « décisionniste », où un chef élu par le peuple pourrait décider de toute chose à toute vitesse. On sait ce qu’il en advint. Défaite totale de Matteo Renzi lors du référendum de confirmation de cette même réforme le 4 décembre 2016. Défaite, d’une part, par la coalition de tous ses opposants politiques, anciens (FI, LN et FdI et gauche non-PD) et nouveaux (M5S) et, d’autre part, par l’effet de la crise économique et sociale sur l’électorat italien (du sud en particulier) le poussant au « dégagisme » le plus radical. Et, face à la déroute, malgré quelques velléités de faire comme si de rien n’était, impossibilité du coup pour Matteo Renzi de se maintenir plus longtemps aux affaires. L’Italie étant une république parlementaire, un proche lui succéda à la tête du gouvernement, et l’on attendit encore une bonne année des élections générales, où son parti (le Parti démocrate) fut très sévèrement défait.

Que se passerait-il en France en pareil cas? Macron serait-il assez « gaulliste » pour accepter le désaveu du peuple à l’égard de ses réformes? Ou plus exactement de sa personne. J’en doute. Suivant en cela la pratique de ses prédécesseurs, comme lors de ses vœux du 31 décembre, il préfèrerait sans doute se rattacher à la légalité de son élection de l’an 2017 et de celle de sa majorité de la même année. Il est propriétaire de notre destin pour cinq ans, et nous n’avons qu’à nous y faire. On votera mieux la prochaine fois.

En guise de conclusion, le défaut du général De Gaulle aura été de croire que les électeurs ne se tromperaient pas dans le choix de successeurs loyaux au principe d’accord permanent avec la volonté générale qu’il avait édicté. Comme disait Machiavel, en donnant ses lois à une Cité, il faut supposer les hommes méchants et les grands avides de dominer. Il avait raison.

8 réponses à “E. Macron contre l’esprit (plébiscitaire) de la Vème République

  1. Très bonne analyse !
    Aucun énervement de ma part.

    PS : une coquille dans « pour aller [vers] le « nouveau monde » d’une Constitution « décisionniste » ».

  2. C’est toujours un plaisir de vous lire, à la fois pour retrouver les références implicites et pour apprendre, voir les événements sous un angle auquel on ne pensait pas. Merci, ne vous arrêtez pas !

  3. Rien d’énervant :) Il rompt avec l’équilibre légalité/légitimité du « Général », mais aussi parce que depuis le début, il n’a pas les mêmes moyens de reproduire sa légitimité. Il hérite de « ressources de commandement » exorbitantes sur le papier, mais qui ont largement perdu en substance (j’avais tenté de synthétiser tout ça dans un long papier Mediapart : https://www.mediapart.fr/journal/france/280517/pavane-pour-une-republique-defunte?onglet=full). On peut donc à la fois trouver qu’il n’a pas le panache du Général, mais aussi que de toute façon, la logique de la Cinquième est plus obsolète que jamais.

    • @ Fab Escalona : Tu as raison. Je viens de relire ton papier. Il était excellent et presque prémonitoire. Il reste toutefois que les institutions de la Vème République légalement en place pourraient servir à E. Macron à « s’auto-dégager » dans l’honneur de sa personne et dans le respect des formes légales. En somme, je voulais souligner dans ce post qu’il existait des « soupapes » institutionnelles pour en sortir, du moins à court terme, comme d’ailleurs, il y a une disposition institutionnelle (l’article 16) pour nous projeter dans le mur de la dictature.
      Après sur l’obsolescence de la Vème République, je suis d’accord, comme sur le fait que l’absence de réflexion sur l’UE en relation avec la démocratie nationale n’arrange pas les choses.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s