Michaël Foessel, Récidive 1938.

foesselLe livre de Michaël Foessel, Récidive 1938 (Paris : PUF, 2019) aurait tout eu a priori pour m’énerver au plus haut point. Voilà en effet un philosophe de profession qui s’essaye à dire quelque chose d’un peu intéressant sur notre temps (2018) à travers la seule lecture des journaux français de l’année 1938  – certes tous désormais disponibles sur Internet- en allant y chercher une analogie éclairante.  Cette façon de procéder paraîtra sans aucun doute désinvolte au spécialiste de ces années-là, d’autant plus que l’auteur se met lui-même en scène armé de ses seuls souvenirs scolaires et de quelques réminiscences issues de lectures philosophiques.

Par ailleurs, comme politiste, j’aurai pu être fort agacé par cette lecture. En effet, Michaël Foessel n’est pas loin de redécouvrir la méthode comparative. Il l’explique bien dans son Épilogue (p. 171-173) en effet: « Une analogie n’est pas une simple ressemblance, mais une égalité des proportions. Elle n’affirme pas que A = B (1938 = 2018), mais que A/B = C/D : il s’agit d’une identité des rapports entre des réalités hétérogènes. En l’occurrence, l’hypothèse finale de ce livre est que la politique Daladier, faite d’assouplissement économique et de reprise en main autoritaire, est aux régimes totalitaires qu’elle combat ce que les politiques néolibérales menées depuis plus d’une décennie sont au nationalisme autoritaire qui menace de venir dans nombre de pays européens. » (p. 170-71). Il ajoute quelques lignes plus loin: « L’analogie entre 1938 et 2018 présente aussi l’intérêt de mettre en garde contre des mesures prises pour défendre la démocratie, et qui, dans les faits, risquent de la mettre à terre. » (p. 172).

En fait, Michaël Foessel, sans le thématiser explicitement,  suppose qu’il existe des régularités dans le fonctionnement des sociétés humaines en général, et des « démocraties bourgeoises » en particulier.  Je suis très loin d’être opposé à l’idée que la recherche puisse dégager des régularités de (dys)fonctionnement des démocraties représentatives. Mais au nom de quel juridiction un philosophe s’exerce-t-il à cette légitime recherche de régularités  en amateur – quand il existe  des travaux scientifiques sur le sujet (celui de la dé-démocratisation) par ailleurs? J’entends d’ici ricaner des collègues sociologues qui verront dans l’ouvrage de Michaël Foessel la énième illustration des prétentions de nos philosophes franchouillards à « dire l’universel » dans l’espace public – que ce soit dans la version old chap, BHL ou Badiou, ou dans celle des plus jeunes philosophes médiatisés, qui disposent d’une opinion (modérée) sur tout sans jamais avoir travaillé aucun sujet.

Cependant, au delà de ces énervements possibles, on peut aussi juger cet ouvrage seulement comme une intervention politique au sens strict. Une manière, pour le coup fort socratique, d’avertir autrui, en montrant comment en soi-même, à travers la lecture de cette presse de 1938, une conscience de la situation du présent se crée. Après tout, rien n’interdit à un philosophe de montrer sa naïveté, ses affects, ses ignorances,  pour inciter autrui, son lecteur, à réfléchir par ce biais sur le présent. Michaël Foessel ose ce qui pourrait paraître à première vue comme le bon moyen d’être humilié par ses pairs des différentes sciences sociales au nom du message alarmiste qu’il pense ainsi transmettre à un large public. A force de se défendre contre la contestation sociale pour faire perdurer un modèle économique en grande difficulté et d’instrumentaliser la question des étrangers pour détourner l’attention du bon peuple, les « démocrates » à la Daladier/Macron ressemblent en effet de plus en plus à leurs adversaires (de droite). J’ai bien peur d’ailleurs que M. Foessel ne soit pas le seul à remarquer et à vouloir faire remarquer ce glissement autoritaire au nom même de la défense des libertés républicaines. Le récent entretien donné au Monde, par Jean-Marie Delarue, le nouveau président de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, est assez éclairant sur l’état de la question. La « criminalisation des mouvements sociaux » est d’ailleurs en train de devenir une banalité sociologique, et la répression du mouvement des « Gilets jaunes » en est une illustration sans appel. Tous les éléments semblent désormais en place pour aller vraiment très loin dans la répression de toute contestation de quelque nature que ce soit. L’avantage paradoxal d’une vision par la seule lecture de la presse est aussi de bien nous faire mesurer tout ce que ces évolutions de pratiques répressives doivent à une évolution parallèle du langage utilisé. Jean-Marie Delarue le dit à sa manière: avec l’argument-massue de « la sécurité première des libertés », il n’est guère difficile d’installer toutes les restrictions possibles des libertés. Là encore, tout ce que certains éditorialistes ont dit depuis novembre 2018 à propos du mouvement des Gilets jaunes peut n’apparaître que comme une vaste récidive des propos de la presse bourgeoise de 1938 à l’encontre des derniers feux du Front populaire.

Un point toutefois détraque quelque peu l’analogie heuristique que Michaël Foessel veut faire ressentir à son lecteur. En 1938, la France n’est pas en conflit avec des groupes terroristes qui prétendent agir au nom d’opprimés réels ou supposés venus eux ou leurs aïeuls d’ailleurs. Les luttes anticolonialistes en métropole, quoique durement réprimées, restent légalistes. Surtout, la haine montante des Juifs et des étrangers, et tout ce qu’elle peut justifier de dire ou de faire (dont Michaël Foessel montre de fait bien la continuité avec ce qui va se passer de 1940 à 1944), n’ont en fait rien dans la France de 1938 pour s’ancrer dans la réalité – en dehors de l’assassinat à Paris en novembre 1938 du consul allemand qui sera d’ailleurs la justification de la « Nuit de Cristal » . L’agression juive, que ressent l’extrême-droite de l’époque, c’est bien sûr l’arrivée de Léon Blum au pouvoir en 1936, mais cela ne correspond à rien comme mouvement de fond dans la société (sauf à supposer que « les Juifs » manipulaient toute la mobilisation de la gauche de l’époque). En 2018-19, il sera difficile de ne pas mettre dans le tableau de la société française l’existence du terrorisme djihadiste, bien réel malheureusement en France ou dans des zones d’intérêt pour la France (Sahel, Levant). Cette circonstance complique encore la tâche de ceux qui voudraient une fin heureuse, libérale, démocratique, sociale, à nos tribulations. Toute lutte pour éviter un recul des libertés doit désormais passer par une réflexion sur ce sujet dont il faut bien le rappeler nos concitoyens de 1938 attachés à leurs libertés républicaines n’avaient pas à se préoccuper. C’est à mon sens peut-être la limite heuristique de cette analogie.

Mais, à tout prendre, cette Récidive vaut la lecture, surtout parce que tout dans l’époque nous crie désormais que nous sommes à la veille d’un pire des mondes possible si nous n’y prenons pas garde. Là vraiment, Winter is coming.

 

 

 

4 réponses à “Michaël Foessel, Récidive 1938.

  1. Une autre parallèle frappant est le remplacement de l’antisémitisme par l’islamophobie dans la sphère publique.

    • @ Madeleine: M. Foessel nous amène bien sûr sur cette piste, mais je crois comprendre qu’il est plus attentif à la lutte des classes. Il y a en effet tout un passage sur le refus de la « retraite des vieux » par les nationalistes, droites modérées et radicaux. C’est d’ailleurs un des passages les plus cruels de l’ouvrage.
      Et, pour le coup, mon commentaire visait bien à souligner que l’antisémitisme ne pouvait pas s’ancrer dans la réalité (pas de « terroristes judéo-bolchéviques » en France dans les années 1930), mais que, dans la France contemporaine, il serait irréaliste et surtout politiquement inopérant de nier qu’il existe du djihadisme opéré au nom d’une interprétation de l’Islam. Cela change singulièrement la situation politique que la gauche doit affronter.

  2. @ Madeleine : justement non, le parallèle ne marche pas : aujourd’hui, l’antisémitisme vient d’abord de l’islam.

  3. Observons le rejet de la France exprimé à la moindre occasion (drapeau du pays d’origine des parents lors d’un match de foot,paroles haineuses dans certaines chansons de rappeurs,émeutes anti-pompiers ou anti-policiers dans certaines banlieues,participation réelle ou symbolique au djihad en Syrie ou en Irak,port ostensible de vêtements considérés comme signes d’une appartenance religieuse,montée de l’antisémitisme d’origine musulmane,etc.) par des français d’origine culturelle et/ou religieuse arabo-musulmane.
    Tous ces signes mis bout à bout font apparaitre une véritable fracture au sein de la société française qui va mettre en péril bientôt l’unité nationale par le simple jeux de la démographie (cf. le taux du choix des prénoms donnés ces dernières années et les travaux de Mme Michèle Tribalat sur la composition de la population de la France actuelle).
    Le politiquement correct empêche beaucoup de le voir,de le dire et pour certains d’entre eux les fait même se sentir coupables de le penser.
    Et que l’on vienne pas me faire un procès en xénophobie parce que je constate que certaines populations,de plus en plus nombreuses, ne veulent pas adhérer aux valeurs républicaines et laïques du pays dont ils sont pourtant les citoyens.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s