Macron, notre Thatcher, notre Brüning ou notre Laval?

Nous voilà donc arrivé fin février 2020, bientôt trois ans de « macronime ». Que ce fut long, et que cela reste long encore. Une nouvelle décennie a (mal) commencé. L’Australie a brûlé. Le coronavirus de cette année nous plonge tous dans un film catastrophe de série B, dont l’issue semble pour le moins incertaine. Et, en France, le conflit social sur la réforme des retraites, commencé tout de même le 5 décembre 2019, continue. Les avocats en particulier restent mobilisés, démontrant ainsi chaque jour qui passe le mépris du « macronisme » pour toute une profession au cœur de notre vieux libéralisme venu du XIXème siècle républicain.  Le conflit s’est désormais déplacé à l’Assemblée nationale, où il ne fait plus mystère pour personne que tout cela finira en 49.3, soit disant à cause de  députés  stalino-vénézuéliens qui empêchent un débat serein avec leurs amendements sans intérêt et leurs questions désagréables. Tout cela était si prévisible qu’il n’y a même plus lieu de commenter.

Sur le fond, à mesure que le temps passe, l’état du conflit sur cette réforme des retraites me parait en effet désormais d’une clarté aveuglante.

Premièrement, tout le déroulement des négociations, parfois brèves, avec les divers syndicats montre que le sens général de la reforme des retraites (dite « réforme universelle par points ») constitue en une baisse des droits (financiers) à la retraite et à un recul dans le temps du moment où les personnes concernées peuvent faire valoir leurs droits acquis à la retraite. On dispose désormais d’une belle collection de secteurs (policiers, militaires, pilotes de ligne, etc.) où la négociation a consisté à ne rien changer, ou à changer assez lentement les choses pour que les personnes concernées puissent se préparer. Cette réalité est bien sûr aussi générationnelle: en effet, depuis les annonces du 1er ministre le mercredi 11 décembre, chacun sait que, pour ce qui concerne le calcul des droits, rien ne changera avant les générations nées en 1975. Autrement dit,  cette réforme, comme toutes les réformes des retraites depuis les années 1990, vise à diminuer le montant des retraites servies et la durée du temps de retraite (ou au moins à le maintenir constant, si l’on suppose que l’espérance de vie se trouve bien en augmentation). Le site ad hoc du gouvernement destiné à rassurer  s’avère  lui-même très clair sur ce point, avec son titre « Système universel des retraites :Suis-je concerné(e)? ».  Le quidam y arrive vite à une information essentielle: « Pensez-vous pouvoir prendre votre retraite avant le 1er janvier 2037 (dans 16 ans) ? » (Notez la double précision pour les mal comprenant ). Et si oui, le site vous indique gentiment que rien ne change pour vous. Il précise depuis janvier 2020: « La possibilité du départ à la retraite à partir de 62 ans est maintenue. ». Bien évidemment, cette possibilité est assortie de toutes les conditions financières déjà présentes, et peut-être d’autres qui se rajouteront d’ici l’été à travers le travail de la Conférence de financement.  Tout cela est évidemment cousu de fil blanc: les retraites du futur seront bel et bien pires que celles d’aujourd’hui, et il s’agit d’indiquer que seuls les jeunes trinqueront donc vraiment. (Cela leur apprendra encore une fois à ne pas voter!) Il ne restera plus aux personnes nées à partir de 1975 – à celles qui en auront les moyens – qu’à se précipiter chez leur banquier ou leur assureur pour se doter d’une retraite par capitalisation.  Toute la rhétorique enchantée des porte-parole de la majorité se brise sur ce simple fait:  le combat de tous les syndicats sectoriels (comme ceux des policiers ou des avocats par exemple) et de la majorité des confédérations syndicales (CGT, FO, FSU, CFE-CGC) vise à conserver l’ancien système. Personne parmi eux n’a jamais proposé d’appliquer dès aujourd’hui les prétendus bons aspects du nouveau système (la fameuse meilleure prise en compte du caractère discontinu des carrières, le meilleur sort fait aux femmes…). Le gouvernement aurait proposé  que, dès l’an prochain, l’on calcule pour chaque futur nouveau retraité sa retraite selon l’ancien système et selon le nouveau système et que l’on lui attribue comme montant de retraite le meilleur résultat obtenu, il aurait été possible qu’un esprit logique ait été séduit. Au contraire, on ne fait actuellement que comparer l’ancien système et le nouveau système dans un futur lointain, et les résultats, surtout si l’on s’interroge un peu sur les nombreux détails omis par le gouvernement, ne sont pas des plus probants pour la générosité du nouveau système. Pour les enseignants nés après 1975 les seuls concernés désormais, le caractère en est apparu tellement désastreux que le gouvernement a dû accourir pour leur promettre de tout faire pour ne pas en arriver là.

Deuxièmement, la manière qu’a le gouvernement de faire des concessions aux diverses forces mobilisées contre sa réforme semble totalement liée à des considérations de rapports de force, et aucunement à la justice intrinsèque qu’aurait un départ à la retraite à tel âge et avec tel montant pour telle ou telle profession, comme pour les égoutiers, ou bien à l’existence d’un système de retraite bien (auto-)géré par une profession, comme pour les avocats. La corporation policière a donc été particulièrement bien servie, et n’a eu à montrer que sur une seule journée son caractère décidément indispensable à ce pouvoir ne tenant que par sa capacité à contrer par la force policière les mobilisations sociales. Plus anecdotique, les danseurs de l’Opéra ont obtenu pour eux-mêmes la « clause du grand-père » (qui veut dire que toutes les personnes en poste garderaient leur ancien système avec retraite à 42 ans, seuls les nouveaux recrutés seraient concernés), ils l’ont dignement refusé pour l’instant. Il est vrai qu’il reste compliqué, même pour un gouvernement comme celui d’Emmanuel Macron, d’expliquer qu’on peut danser à un haut niveau jusqu’à 62 ans, et dangereux de rentrer dans une discussion un peu sérieuse sur l’usure du corps et de l’esprit au travail. N’est-il pas vrai pour le Président que le travail n’est jamais « pénible »? Les députés de la majorité  lors du débat parlementaire semblent être frappés de la même cécité – liée à leur propre condition sociale de CSP+ – vis-à-vis du caractère pénible, usant et aliénant du travail. On aura rarement eu l’occasion de voir aussi clairement dans un tel forum à quel point les classes sociales existent. On comprend d’ailleurs qu’il soit du coup de la plus grande urgence pour un tel pouvoir de ne plus financer du tout les sciences sociales dans les universités et au CNRS.

Où cela nous mène-t-il politiquement? Aux yeux de Macron lui-même et de ses proches, il y a et il y aura sans doute le sentiment d’avoir enfin réformé la France, non sans mal certes – avec le fameux mandat de l’élection présidentielle de 2017, répété désormais comme un mantra. Le récit néo-libéral triompherait enfin. Finalement, ce qui ne fut pas fait en 1995 l’aurait été en 2019-20: le mouvement social aura été vaincu en jouant la durée et la répression policière, sans prendre en compte l’opinion publique restée obstinément du côté des protestataires. A ce stade, qui se soucie d’ailleurs  encore des sondages? En faisant cette réforme de plus, après celle du marché du travail et de l’indemnisation du chômage, en attendant celle de l’assistance (RSA en particulier), E. Macron croit sans doute ne faire que son devoir, à savoir démanteler le « modèle social français » pour aller vers un modèle d’État social résiduel low cost à l’anglo-saxonne. Le premier problème de cette vision pour tout dire thatchérienne des choses, qui finirait par être apprécié par une bonne part de l’électorat, est que toutes les réformes depuis 2017, dont celle présente des retraites en 2019-20, s’accompagnent d’une énorme dose d’hypocrisie, d’une présentation fallacieuse où, prétendûment, les personnes concernés doivent s’en trouver mieux. Cela ne trompe certes pas grand monde, mais cela ne peut qu’irriter encore plus les gens hostiles à ces transformations. Personnellement, je préférerais par exemple entendre un discours clair sur la disparition à terme de la fonction publique pour tout ce qui n’est pas les quelques fonctions régaliennes plutôt que l’enfumage actuel sur la rénovation de la fonction publique, je préférerais aussi qu’on dise franchement que la retraite par répartition deviendra résiduelle à terme et qu’il faudra se tourner vers la capitalisation, je préférerais qu’on assume la fin de l’hôpital public, etc. Le minimum serait au moins de prévenir tout un chacun de la situation future pour que chacun puisse s’y préparer. Cette hypocrisie permanente est donc particulièrement pénible. Le mensonge pur et simple, comme celui de la porte-parole du gouvernement sur la nécessité de faire 65 référendums si l’on voulait approuver par voie directe la loi de réforme du système de retraite,  finit aussi par exaspérer. E. Macron se fait donc ainsi plus d’ennemis que nécessaire.

Plus généralement, comme l’ont montré tous les sondages, la majorité des actifs est hostile à cette réforme. Il est probable à ce stade qu’en raison des pouvoirs dont dispose un Président doté d’une majorité à la Chambre des députés et de la loyauté sans faille de la police, elle finisse par être adopté. Il reste seulement à voir si la CFDT ira jusqu’à lui donner son blanc-seing, reconnaissant ce monstre pour son enfant, ou si elle aura enfin le courage de se dire manipulée et instrumentalisée. Quoi qu’il en soit, l’épisode laissera sans doute dans le monde du travail un sentiment de mépris profond. Encore une fois, les droits des actifs sont revus à la baisse.  L’horizon long de la plupart d’entre nous s’obscurcit.  Les mobilisations de 1995 contre les réformes Juppé sont souvent interprétées comme l’une des explications de la victoire surprise deux ans plus tard de la « gauche plurielle » dirigé par Lionel Jospin. On peut donc s’interroger sur les effets électoraux des mobilisations de cette année.

Il n’aura échappé à personne que le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen s’est positionné contre cette réforme, tout comme d’ailleurs son allié du second tour de l’élection présidentielle de 2017, Debout la France (DLF) de Nicolas Dupont-Aignan. Pour des raisons évidentes, soutenir même indirectement un combat de la CGT ne va pas de soi pour ces deux partis. Mais il reste qu’ils ont habilement pris cette position-là. Ils prennent date comme on dit. De fait, en réformant à coup de flash-ball et de 49.3 la France, Emmanuel Macron prend tout de même un risque pour 2022, d’être notre Brüning, ce réformateur obtus qui constitue à l’insu de son plein gré les conditions économiques et sociales propices par la somme des désespoirs engendrés à l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir. Soit exactement l’inverse de ce qu’il prétendait vouloir faire en se présentant à la Présidence de la République en 2016-17. Le risque n’est pas tant que toutes les personnes mobilisées contre ses différentes réformes anti-sociales  depuis 2017 votent contre lui au second tour de l’élection présidentielle en donnant leur suffrage à une Marine Le Pen de nouveau arrivée au second tour, mais que beaucoup d’entre elles s’abstiennent tout simplement. Cela vaut pour toute cette France ne se sentant pas proche d’un parti, mais qui se mobilise cependant comme « Gilets jaunes », comme « membres d’un collectif » ou comme « syndiqués ». Il est même probable qu’à force de combler sa droite en matière économique et sociale et d’en rajouter en plus dans les mesures liberticides et/ou xénophobes d’ici 2022,  il devienne presque impossible aux différents dirigeants d’une gauche éclatée façon puzzle d’appeler à voter pour Emmanuel Macron « pour faire barrage » au second tour.

Après ce scénario d’un Macron ouvrant la voie à l’extrême-droite (y compris aussi en normalisant complètement le discours de cette dernière sur l’immigration ou sur l’islamisme), on peut encore rêver d’une gauche unie qui lui oppose d’ici 2022 un nouveau Front populaire. En effet, à la fois par toutes ses réformes et par tous ses manquements en matière de politiques publiques (par exemple, le sous-financement chronique de l’hôpital ou de l’université), le « macronisme » dessine en creux un programme minimal pour la gauche, écologistes compris. Les revendications des divers secteurs mobilisés (santé, social, éducation, université, etc.), qui n’aboutiront sans doute pas sous le « macronisme », pourraient  être totalisées pour bâtir un programme ayant quelque chance d’être populaire.  Il est aussi intéressant d’ailleurs de voir que la réforme des retraites semble enfin, tout au moins au niveau parlementaire, creuser un vrai fossé entre LREM et le PS.  Certes, à ce stade, si l’on regarde les choses au niveau national, cette reconstitution d’un camp de la gauche, comprenant aussi les écologistes et les insoumis, semble pourtant bien mal engagée. L’absence de leadership un peu partagé en son sein est patent. L’attitude de Yannick Jadot, à la tête d’EELV, ne présage en particulier rien de bon. Il reste toutefois que, dans un mois, les municipales vont peut-être éclaircir l’horizon. En effet, en dehors de la défaite fort prévisible de la majorité présidentielle, sauf là où elle se sera habilement réfugiée dans le giron de la droite, il faudra voir si les listes de gauche (socialistes, communistes, écologistes, insoumis, etc.) arrivent à s’unir, au premier ou au second tour, comme un camp opposé à l’extrême-droite, à la droite, mais aussi à LREM.  Et, si possible, à l’emporter parfois.

Cette césure locale entre LREM et la gauche (y compris ce qui reste du PS) me parait essentielle pour la suite: en effet, LREM, comme le montre sa nomenklatura d’ex-strauss-kahniens à la Benjamin Griveaux, est essentiellement une scission de la droite arriviste du PS. Cela correspond bien à une gestion « apolitique » des affaires locales, souvent via l’influence « dépolitisante » des intercommunalités (où droite, centre et gauche doivent travailler ensemble). Il faut donc voir si ce qui reste de PS au niveau local continue majoritairement son alliance de fait avec sa propre scission LREM ou si les élections municipales clarifient les choses en constituant une césure nette entre PS et LREM.  De ce point de vue, la situation grenobloise pourrait bien être le symbole national d’un échec: un candidat PS, Olivier Noblecourt, semble bien s’orienter vers une alliance de second tour avec la candidate LREM, Emilie Chalas, pour contrer la reconduction à la mairie d’une alliance « rouge-verte ». Que la direction du PS accepte une telle situation en ayant investi un tel candidat ayant travaillé depuis 2017 pour la « macronie » ne présage vraiment rien de bon pour l’avenir.

Quoiqu’il en soit, s’il n’y a pas de réveil électoral et quelques victoires pour la gauche dans cette élection municipale, le scénario du nouveau Front populaire risque bien de rester des plus chimériques, et il faudra se préparer à l’un des deux autres, ou à leur combinaison. Et, en plus, avec le coranavirus qui va tous nous tuer, on n’est même plus sûr connaître la fin de la parabole d’Emmanuel Macron dans la politique française. Dommage.

12 réponses à “Macron, notre Thatcher, notre Brüning ou notre Laval?

  1. J’oscille entre la fureur et le désespoir quand je vois l’état dans lequel le macronisme met la France. Votre discours sur la méthode macronienne est particulièrement juste (et désespérant).
    J’aimerais croire à l’émergence d’une opposition de gauche forte mais je ne vois ni idées ni personnalité pour les porter et les incarner (il manque une offre politique à gauche [c’est donc qu’elle n’a pas su mener une bonne politique de l’offre ces dernières années, ah, ah], JM Denquin a écrit d’intéressantes lignes à ce sujet http://blog.juspoliticum.com/2018/12/20/les-gilets-jaunes-sont-ils-constitutionnels-par-jean-marie-denquin/). Vous n’avez pas vraiment l’air d’y croire non plus et je ne crois pas que nous soyons en désaccord.
    En revanche, je crois que vous postulez un peu rapidement que Macron sera au 2nd tour de la présidentielle. On peut penser que le score de M. Le Pen sera au même étiage qu’en 2017 et qu’elle se « qualifiera » pour le 2nd tour. Mais Macron ? Je ne pense pas que la majorité de ses électeurs de gauche de 2017 aient envie de revoter pour lui. Le socle électoral de LREM était clairement à droite aux européennes mais si LR parvient à sortir du chapeau un bon candidat en 2022 (X. Bertrand ? Ou même n’importe qui sauf Wauquiez !), ce seront autant de voix qui manqueront à Macron. Et dans un contexte d’offre politique éclatée, le seuil de qualification pour le 2nd tour ne sera peut-être pas très élevé, peut-être inférieur à 20% des suffrages exprimés, ce qui ouvre bien des possibilités me semble-t-il.

  2. @ POC: Vous avez raison : un candidat de droite modéré pourrait peut-être passer devant Emmanuel Macron pour aller au second tour. Oui, mais qui? La droite et le centre-droit ne sont plus unifiés dans un parti, puisque « Les Républicains »(LR) ont vu partir certains de leurs leaders (V. Pécresse, X. Bertrand) et que le centre existe de nouveau (UDI et autre petits partis de centre-droit). Surtout, à cause des suites de la primaire de 2016, ce camp ne veut plus entendre parler de ce mécanisme de sélection. Comment se mettre d’accord alors sur un candidat unique? Cela promet donc logiquement un éclatement des candidatures à droite et au centre.

    Après, vous pouvez effectivement aboutir à une course vers le bas, où le seuil de qualification pour le second tour descend vers les 10% des suffrages. Et là, à la limite, un candidat de droite aurait ses chances de passer devant Macron… tout comme un candidat de gauche d’ailleurs. Une loterie peu recommandable au final.

    Il faut en plus ne pas négliger que le dit Macron fera tout pour être réélu. Il ne lâchera pas l’affaire : les possibles candidats émergents à droite ont intérêt à ne pas avoir de cadavres dans leurs placards, s’ils ne veulent pas finir comme un vulgaire Fillon.

  3. Il est surtout difficile de voir la portée de cette défaite du mouvement social. Le chant du cygne comme en Italie…ou à la préparation à la revanche dans les urnes ? Il faut aussi imaginer une situation où macron éliminé au premier tour, on aurait un second tour FN -gauche… Pas sûr que cette dernière l’emporte…

    • @ Madeleine : en cas de second tour RN (ex-FN)/gauche, c’est surtout la nature de la gauche qui serait en cause pour permettre une éventuelle victoire de M. Le Pen. Un candidat trop à gauche ou trop écologiste serait effectivement plus à risque de défaite qu’un centriste.

  4. Bonjour,
    si je souscris à votre analyse je voudrais vous dire que je déplore l’absence d’un paragraphe nous expliquant la pesante tutelle de la Commission de Bruxelles qui donne le tempo à Macron,comme elle l’avait donné antérieurement à Sarkozy et à Hollande à travers les GOPÉ (Grandes Orientations des Politiques Économiques).
    Ces recommandations/injonctions,selon l’évangile ultra-libéral en vigueur,faites à chacun des États membres de l’UE pour les contraindre à « moderniser » leur Droit du Travail (coucou les lois El Khomri puis les ordonnances Macron), leur système de retraite (en pleine actualité),leur système d’indemnisation des chômeurs,leurs Services Publics: transports ferroviaires (coucou la réforme de la SNCF), production et distribution de l’électricité (coucou les barrages hydrauliques EDF), etc.
    Si l’on oublie de parler du marionnettiste et que l’on ne se concentre que sur la marionnette,on se retrouve dans la situation de l’imbécile qui ne regarde que le doigt du sage quand celui-ci lui montre la lune.

    PS: j’invite les lecteurs curieux à aller consulter ces GOPÉ sur le site de la Commission « Européenne »,ceci afin de mieux comprendre la renonciation par tous nos dirigeants qui se sont succédés,à la souveraineté de l’État rendant ainsi le vote populaire inutile puisque ne pouvant plus rien changer si notre pays ne sort pas du carcan de l’UE.

    • @ Jean-Paul B. : Vous avez (partiellement) raison, car il ne faut pas négliger les marges de manœuvre qui existe au niveau des États membres. L’Union européenne indique certes des (mauvaises) orientations, mais elle n’est pas la seule instance à donner des orientations. Sur les inégalités, l’OCDE ou le FMI ont aussi un rôle. C’est au final le gouvernement national qui choisit de ralentir ou d’accélérer.
      Ensuite, il faut bien souligner le caractère particulièrement maladroit ou radical si l’on veut d’Emmanuel Macron et de son équipe. Cela introduit un élément « personnel » dans le conflit, pour le moins inédit, cf. le chant des Gilets jaunes (« On est là, on est là, même si Macron ne le veut pas… »). Bref, politiquement, Macron n’est pas seulement une marionnette de l’UE, et en plus, l’UE, c’est surtout désormais les États (donc Macron lui-même).

      Quant à la sortie de l’UE, et donc de l’Euro, pour l’instant, le peuple français n’y est pas prêt.

      • Jean-Paul B.

        « C’est au final le gouvernement national qui choisit de ralentir ou d’accélérer. » dites-vous.
        Est-ce que je comprends bien qu’en disant cela vous reconnaissez implicitement que si « le gouvernement national » d’un pays de l’UE peut choisir de ralentir ou d’accélérer, il n’a par contre pas le pouvoir de choisir de stopper?
        L’UE c’est « surtout les États » (donc Macron lui-même),mais cette
        UE=États annihile in fine la Souveraineté Nationale (donc populaire) de chacun des 27 États qui la composent.
        Au regard de ces précisions pourriez-vous nous dire s’il y a bien un marionnettiste et des marionnettes et les nommer pour mieux éclairer les lecteurs-citoyens?
        Cordialement.

  5. « Cette hypocrisie permanente est donc particulièrement pénible. » : je vous rejoins complètement sur ce point. C’est insupportable de maltraiter à ce point le réel.

    NB : une coquille dans « toute cette France ne [se] sentant pas proche d’un parti ».

  6. « Quant à la sortie de l’UE, et donc de l’Euro, pour l’instant, le peuple français n’y est pas prêt. »
    Pour le moment,compte tenu de ce que l’on nous dit de l’état de l’opinion publique sur cette question,ce que vous dites est vrai.
    Mais vous savez aussi que rien n’est jamais définitif, l’Histoire des nations nous le rappelle régulièrement
    Si les partis de Gauche n’ouvrent pas rapidement le débat sur les avantages et les inconvénients d’une sortie de l’UE, je pense qu’un jour prochain le Peuple français excédé par l’austérité permanente imposée par l’UE, va choisir en désespoir de cause plus mauvaise voie pour se défaire de ce carcan et alors nous allons tous regretter ce manque de courage politique consistant à refuser d’examiner objectivement et de trancher sereinement cette question de l’appartenance de la France à cette UE.
    Rappelons que cette UE, à l’ADN ultra-libéral en raison des traités,est en pratique (unanimité requise des 27 pays membres pour modifier un traité!) impossible à réformer au bénéfice du plus grand nombre et en particulier des classes populaires.
    Ça vaut le coup d’y réfléchir un peu non ou bien on fait comme si c’était déjà trop tard et on abandonne définitivement le terrain à l’Extrême-Droite?
    Cordialement.

    • @ Jean-Paul B. : Bien sûr, rien n’est éternel en histoire.

      Pour ce qui est d’envisager une « sortie de gauche » de l’Euro, je n’y crois guère, car la gauche, y compris la plus à gauche et bien sûr les écologistes, se définit par son internationalisme. Il lui est difficile de se définir sur un point de son programme comme nationaliste. Regardez ce qui est arrivé au Labour: ses militants (c’est à dire ceux qui connaissent le plus les valeurs historiques du parti) ont amené le parti travailliste sur une position de fait pro-Remain contre l’avis (caché?) de leur propre chef, Jeremy Corbin. Certains élus locaux du parti ont bien indiqué aux militants que les électeurs de gauche ne les suivraient pas. Mais cela a été le choix dues militants du parti travailliste. D’où la déroute ensuite.

      En fait, il est quasiment impossible d’articuler une position « indépendantiste » vis-à-vis de l’UE et un discours de gauche ouvert à la présence d’étrangers sur le sol national. Cela est intellectuellement possible (on peut bien sûr être contre l’UE et l’Euro sans être xénophobe, raciste, etc.), mais cela ne prend pas dans le gros de l’électorat populaire. La position des nationalistes, en l’espèce des Conservateurs britanniques, est bien plus cohérente, bien plus facile : ni Union européenne, et ni étrangers non voulus.

      Donc pour l’instant, si la sortie de l’UE doit se faire, elle se fera par la porte de droite. Désolé.

  7. Votre conclusion sur la question de l’appartenance à l’UE me désole.
    En substance vous nous dites le peuple étant ce qu’il est, il va choisir à coup sûr de choisir de sortir par « la porte de droite »,donc le moindre mal consiste à éviter de lui poser la question et continuer à appartenir à cette UE brinquebalante.
    Attention cette « politique de l’autruche » finira par idéaliser l’extrême-droite aux yeux de ceux qui placent la souveraineté nationale au dessus de tout
    et pourrait pousser une majorité de citoyens excédés à porter au pouvoir ces imposteurs.
    Si cette hypothèse se réalise nous regretterons amèrement,nous les républicains et démocrates,de ne pas avoir osé nous interroger rationnellement quand il était encore temps cette question cruciale de l’appartenance de notre pays à cette UE mortifère.

    PS: Est-il nécessaire de préciser que je souhaite me tromper?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s