Finalement Macron sera notre Gamelin.

En ce matin du jeudi 12 mars 2020, les autorités françaises restent toujours dans le discours lénifiant sur l’épidémie, pardon la pandémie, de coronavirus. Le Ministre de l’Éducation nationale vient en effet d’affirmer qu’il serait « contreproductif » (sic) de fermer toutes les écoles et autres établissements d’enseignement sur tout le territoire de la République. Il est vrai que fermer la grande garderie nationale pourrait inquiéter le bon peuple des travailleurs, si bête qu’il ne pourrait comprendre la nécessité de cette mesure. Et, hier, la visite dans une école du Ministre de la Santé et du Ministre de l’Éducation nationale a été tout de même du dernier ridicule, en prétendant qu’il suffirait que les petits enfants se lavent les mains régulièrement pour que tout aille pour le mieux. Ce moment va rester dans les annales de la bêtise universelle. Traduisant sans doute l’ambiance au sommet de l’État,  la porte-parole du gouvernement a affirmé hier que les mesures prises en Italie au début de l’épidémie ont été inutiles et non scientifiquement fondées. Voilà qui va aider à l’apaisement des relations franco-italiennes… C’était bien la peine de faire un sommet franco-italien à Naples il y a quelques semaines pour en arriver à ce degré de mépris.

La réaction des autorités françaises me fait surtout horriblement penser à la description par Marc Bloch dans l’Etrange défaite de la réaction de l’État-major français dirigé par Gamelin face à l’invasion allemande du 10 mai 1940. Selon l’historien, toute cette défaite  correspondit à l’incapacité de nos chefs militaires à comprendre le rythme, la vitesse, qu’imposait désormais l’adversaire. L’armée française tentait toujours de redresser la situation sur une ligne de front déjà dépassée de fait par l’avancée ennemie. Ce dernier allait en effet beaucoup plus vite que dans tout ce qui était pensable alors par nos chefs. Face à de l’inédit, il faut réagir de manière inédite. Visiblement la start-up nation n’est pas si prête à innover qu’elle ne le prétend.

Ayant consacré le gros de mon activité scientifique depuis 30 ans à l’étude de la vie politique italienne, et ayant quelque affection pour l’Italie, je dois dire que je suis plus qu’affligé par ces réactions.

De fait, j’y vois la confirmation de ce que j’ai toujours su, et qui explique le peu d’intérêt pour mon sujet de prédilection en France. Il y a au sein des élites politiques et administratives françaises un discret mais profond mépris pour les Italiens, largement en raison de la supposé impéritie de leur système politique encore accommodé à la sauce IVème République française. Or les tous derniers jours ont montré au contraire une capacité extraordinaire de ce système politique, supposément dysfonctionnel par nature, à prendre des décisions pour le moins radicales. Le gouvernement italien dispose en effet d’une arme sans appel en cas d’urgence, le décret-loi. Les décisions prises par le gouvernement Conte l’ont été sous cette forme. Ces derniers sont d’application immédiate. Ils doivent juste être validés par le Parlement dans les 60 jours. Ils entrent en plus assez dans les détails pour que chacun puisse savoir immédiatement à peu prés à quoi s’en tenir. La présomption française se voit aussi dans la conviction des autorités que notre système de santé saura mieux réagir que le système de santé italien. Or il est évident que les mêmes causes produiront les mêmes effets. N’en déplaise aux fantasmes de supériorité entretenue par nos élites politiques et administratives, l’Italie n’est pas un pays lointain ni un pays sous-développé. Visiblement les Danois, ces affreux nordiques à la xénophobie bien connue, qui ont pris des mesures drastiques ces dernières heures, l’ont bien compris. Pas nos beaux esprits progressistes dans leurs ministères.

En outre, il faut souligner que ces décisions des derniers jours sont le fruit d’une réaction à la fois transpartisane et corporative. L’opposition externe à la majorité gouvernementale, la Ligue de Matteo Salvini, poussait de son côté à des mesures fortes. L’opposition interne à la majorité elle-même, Matteo Renzi, allait dans le même sens. (Il a d’ailleurs fait un entretien en anglais avec les médias internationaux pour pousser tous les pays à faire de même, et à ne pas connaitre le même sort que l’Italie qui a trop procrastiné au début.) La majorité Mouvement 5 Étoiles/ Parti démocrate, a rallié cette position. Celle-ci s’explique surtout largement par la nature encore discrètement corporative du système politique italien. En effet, l’impulsion est venue largement de Lombardie: la région Lombardie, gouvernée par la Ligue, a consulté l’Assolombarda (le patronat organisé) de la région, qui constitue le cœur de la Confindustria (le Medef italien). Cette discussion a sans doute calibré les mesures à prendre, finalement adoptées et étendues à tout le territoire national.  De fait, en ces circonstances tragiques, l’Italie démontre qu’il existe encore en son sein des réseaux corporatifs (dont les partis politiques qui ne sont pas complètement des coquilles vides, contrairement à LREM) qui permettent de faire circuler rapidement l’information de la base au sommet. Je suppose aussi, vu l’alignement du Vatican, sur les mesures prises par le gouvernement italien, que les réseaux catholiques sont aussi impliquées dans cette réaction radicale.

Maintenant, nous sommes jeudi matin. Peut-être ce soir même notre Président aura-t-il à cœur de me démentir, et de montrer une véritable capacité de disruption. J’en doute. On annonce qu’il veut rassurer. « Nous nous replions sur des positions prévues à l’avance. »

Post-scriptum (matin du vendredi 13 mars 2020):

Fort heureusement, le Président s’est laissé convaincre par les scientifiques consultés hier de prendre la décision drastique qui paraissait déjà en retard: la fermeture « jusqu’à nouvel ordre » de tous les lieux scolarisant des enfants et des jeunes. C’est déjà cela. Il y aura sans doute d’autres mesures, et cela ne va pas être très facile dans les prochaines semaines de vivre normalement, surtout en ville. J’ose espérer que la suite des événements continuera à invalider mon post, et que, malgré tout, Emmanuel Macron ne restera pas dans l’histoire comme le Président nous ayant mené dans le mur d’une épidémie hors de tout contrôle.

Pour ce qui est de ma réaction, j’ai vu ensuite la publication en fin d’après-midi de ce même jeudi sur le site de Libération d’un appel des correspondants de presse français en Italie à prendre au sérieux la situation italienne et à ne pas répliquer les erreurs commises au début par ce pays. Il est évident que mon énervement du matin, proche de la panique si je suis honnête, tenait à la lecture de la presse italienne ces temps-ci.

La personne qui tient lieu de porte-parole du gouvernement a dû s’excuser pour ses propos sur l’Italie. J’ose espérer que nous en serons débarrassés dès le prochain remaniement gouvernemental. Tant de nullité satisfaite d’elle-même n’est plus acceptable dans de telles circonstances.

 

 

 

2 réponses à “Finalement Macron sera notre Gamelin.

  1. Bonjour M. Bouillaud, Macron vous a bien contredit… Enfin une mesure d’envergure qui prend au sérieux cette menace d’épidémie. Nous verrons dans les prochains jours si cela a un effet positif… Remarquons que les mesures drastiques en Italie n’ont que peu d’effet. Plus de 2 000 nouveaux cas hier… C’est inquiétant. Je crois que cela ne tient pas à la qualité des mesures mais plutôt à leur application tardive. Et j’ai peur que cela soit de même concernant la France. Les courbes montrent que nous sommes sur un scénario à l’italienne. Note positive tout de même: la Chine s’en relève maintenant, après 80 000 cas… Espérons qu’il ne faille pas attendre ce seuil… Bien à vous.

    • @matarnaudet : Mon post visait à faire partie d’un mouvement d’opinion qui incite à agir. Je suis vraiment content d’avoir été contredit!

      Pour ce qui est du caractère tardif des mesures, aussi bien en Italie qu’en France, vous avez sans doute raison, mais cela sera moins pire que cela aurait été sans prendre ces mesures. Simplement cela va durer des semaines avant que cela se calme. Le temps va paraître long…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s