Archives de Tag: crise des Gilets jaunes

E. Macron contre l’esprit (plébiscitaire) de la Vème République

(Les réflexions qui vont suivre énerveront sans doute une bonne part de mes lecteurs. Qu’ils me pardonnent donc cet éloge mesuré d’un certain général d’un temps désormais fort ancien. Bonne et heureuse année 2019 tout de même.)

Avec  la proposition de « Référendum d’initiative populaire » (R.I.C.) qui a émergé du mouvement des Gilets jaunes,  nous avons eu droit à une révision générale des concepts de « démocratie représentative » et de « démocratie directe ». Un très beau texte de Samuel Hayat a redonné la profondeur historique nécessaire au débat qui semble s’engager ainsi. Il y souligne à juste titre que l’idée d’une expression directe du peuple pouvait aboutir à une négation des conflits internes à ce même peuple, à un unanimisme où il y a toujours des perdants dans le peuple lui-même, et qu’inversement, malgré ses défauts bien connus de la dépossession du pouvoir de décider qu’elle impose aux citoyens, la vieille démocratie représentative des partis professionnalisés avait eu au moins le mérite de souligner et de faire vivre ces conflits internes au peuple.

Or, en le lisant, je me suis fait la remarque que, au moins dans le récit et même dans la pratique de son fondateur, la Vème République en ses désormais lointains débuts prétendit résoudre cette contradiction. En effet, dans la geste gaullienne, le « régime des partis », pourtant tant dénoncé par De Gaulle, demeura  sous la forme de la pluralité des partis et d’institutions parlementaires pour faire la loi et pour gouverner au jour le jour, mais ce dernier était dépassé par la redéfinition du rôle du Président de la République comme garant de l’intérêt national,  ou, si l’on veut, porte-voix de la volonté générale. Dans le récit gaullien des origines,  il y avait donc à la fois « le beurre » de l’unanimité du peuple (en pratique : la majorité référendaire ou la majorité parlementaire plus facile à obtenir avec le scrutin à deux tours)  et « l’argent du beurre » du pluralisme conflictuel au sein du peuple (en pratique : un régime pluraliste dit « semi-présidentiel »). Et ce Président « au dessus des partis » – mais aussi seul maître de son camp majoritaire – était doté institutionnellement des moyens de vérifier à tout moment, selon son bon plaisir, qu’il incarnait bien la volonté générale, que ce soit en appelant à des référendums, ou en pouvant dissoudre à sa guise une Assemblée nationale rétive à sa volonté. La Vème République avait donc à ses débuts un aspect des plus plébiscitaires. Elle faisait craindre à ses critiques (de gauche) un retour au « césarisme » bonapartiste (cf. la célèbre dénonciation par un futur Président de gauche du « coup d’État permanent », ou l’interrogation des politistes nord-américains d’alors sur la nature « fasciste » ou non du « gaullisme »). Le plébiscite paraîtra sans doute un bien vieux concept à mes lecteurs démocrates, mais il me semble que ce dernier avait au moins le mérite d’établir la règle selon laquelle un dirigeant, doté d’autant de pouvoirs qu’un Président de la Vème République, devait avoir en permanence l’appui d’une majorité du peuple. Ainsi le « R.I.C. » des Gilets jaunes et leur « Macron démission! » ne sont par bien des côtés que le rappel de la solution gaullienne au dilemme « démocratie représentative/démocratie directe ». Un pouvoir ne doit pas seulement être légal, il doit être légitime, au sens où il doit avoir en permanence l’appui de la majorité du peuple. Or, c’est là le génie du gaullisme,  il est prévu dans notre Constitution que la légitimité du pouvoir puisse être testé, tant que de besoin, dans des formes légales prévues à l’avance.

Même si l’on n’apprécie pas les orientations idéologiques (évidemment de droite) du fondateur de la Vème République, force est cependant de constater qu’il a tenu pour lui-même cette ligne de l’identité de vue, démontrable si besoin, entre sa personne (particulière) et le peuple (électoral). (C’est bien ce qui lui a permis par exemple de résoudre in fine la « question algérienne » au grand désarroi d’une partie de ses propres partisans du 13 mai 1958.) Ce rapport plébiscitaire au peuple français ne s’est en effet jamais démenti, jusqu’à son départ dans l’instant même de sa défaite référendaire en 1969.  Or il faut bien reconnaître que ses successeurs n’ont pas eu du tout la même interprétation que lui de la Constitution de la Vème République. Ils ne se sont pas risqués à organiser des référendums qu’ils savaient raisonnablement pouvoir perdre. Ils ont accepté de longues périodes d’impopularité, des cohabitations avec le camp d’en face, et même, pour bien enterrer le gaullisme selon De Gaulle chez un héritier du gaullisme partisan, un référendum perdu dans les grandes largeurs (comme pour J. Chirac en 2005 avec le TCE) n’a plus signifié le départ anticipé en retraite. Une ironie de l’histoire dont nous n’avons pas par ailleurs fini de ressentir les conséquences.

Avec Emmanuel Macron, on semble bien en arriver vraiment à la fin des fins de cette évolution anti-plébiscitaire de la Vème République. Face à un mouvement social qu’il lui a fallu faire réprimer durement, en allant jusqu’aux limites de ce que peut offrir à un pouvoir républicain l’appareil répressif ordinaire (police et gendarmerie) sans faire des dizaines de morts – Dieu merci!- , il s’est en effet bien gardé, jusqu’ici tout au moins, d’user des moyens institutionnels à sa disposition pour réaffirmer sa légitimité à gouverner le pays. Où est donc la dissolution de l’Assemblée nationale? Où est donc le référendum qui permettrait de légitimer sa politique économique et sociale? Où est même la grande manifestation populaire de soutien au pouvoir politique organisée par les « grognards » d’Emmanuel Macron?

De fait,  il serait question dans les hautes sphères « macronistes » de clôturer le débat national que notre Président entend organiser pour enterrer clore  la crise des Gilets jaunes par une salve de référendums portant sur les institutions (avec, dit-on, la suppression du Sénat ou la réduction drastique du nombre de parlementaires) ou sur d’autres sujets lui agréant. L’idée parait des plus habiles a priori: en ayant plusieurs questions référendaires à poser -formule inédite en France à ma connaissance -, il serait possible de gagner d’un côté et de perdre de l’autre, surtout si les questions devaient faire fond sur l’antiparlementarisme que flatte depuis son origine Emmanuel Macron. L’habile manœuvre peut bien sûr réussir, mais l’opinion publique pourrait aussi se focaliser sur un des sujets qui deviendra le point disputé, et finir par mettre ainsi en minorité l’option présidentielle. Plus généralement, il sera en effet tout de même bien difficile d’organiser un ou des référendums sans dire l’option que le pouvoir politique préfère voir triompher. Il suffira alors, comme en 1969, aux opposants de voter contre cette option. « Get the Bastard out! » sera le mot d’ordre général.

La situation de notre Président pourrait du coup ressembler à celle de Matteo Renzi en Italie. Sa majorité de centre-gauche avait voté en 2015-16 une vaste réforme constitutionnelle. Elle semblait bien correspondre, tout au moins a priori à la demande des Italiens d’en finir avec le « vieux monde » de la Constitution (ultra-pluraliste) de 1948 pour aller vers le « nouveau monde »  d’une Constitution « décisionniste », où un chef élu par le peuple pourrait décider de toute chose à toute vitesse. On sait ce qu’il en advint. Défaite totale de Matteo Renzi lors du référendum de confirmation de cette même réforme le 4 décembre 2016. Défaite, d’une part, par la coalition de tous ses opposants politiques, anciens (FI, LN et FdI et gauche non-PD) et nouveaux (M5S) et, d’autre part, par l’effet de la crise économique et sociale sur l’électorat italien (du sud en particulier) le poussant au « dégagisme » le plus radical. Et, face à la déroute, malgré quelques velléités de faire comme si de rien n’était, impossibilité du coup pour Matteo Renzi de se maintenir plus longtemps aux affaires. L’Italie étant une république parlementaire, un proche lui succéda à la tête du gouvernement, et l’on attendit encore une bonne année des élections générales, où son parti (le Parti démocrate) fut très sévèrement défait.

Que se passerait-il en France en pareil cas? Macron serait-il assez « gaulliste » pour accepter le désaveu du peuple à l’égard de ses réformes? Ou plus exactement de sa personne. J’en doute. Suivant en cela la pratique de ses prédécesseurs, comme lors de ses vœux du 31 décembre, il préfèrerait sans doute se rattacher à la légalité de son élection de l’an 2017 et de celle de sa majorité de la même année. Il est propriétaire de notre destin pour cinq ans, et nous n’avons qu’à nous y faire. On votera mieux la prochaine fois.

En guise de conclusion, le défaut du général De Gaulle aura été de croire que les électeurs ne se tromperaient pas dans le choix de successeurs loyaux au principe d’accord permanent avec la volonté générale qu’il avait édicté. Comme disait Machiavel, en donnant ses lois à une Cité, il faut supposer les hommes méchants et les grands avides de dominer. Il avait raison.

De l’art libéral de nier la crise démocratique.

Parmi les prises de position de collègues politistes à l’occasion de la « crise des Gilets jaunes », l’on retrouve de fort vénérables positions. Notre collègue bordelais, Olivier Costa, a ainsi ressorti du tiroir des idées classiques de la théorie politique l’idée bien connue : la foule n’est pas le peuple.  Son texte sur ce thème a été publié par The Conversation, puis repris par France-Info.  Il y rappelle qu’une minorité mobilisée et usant de surcroit de la violence ne saurait imposer sa volonté à la majorité silencieuse des citoyens – comme le montre la citation de Tocqueville qui conclut son texte.

C’est là l’actualisation d’un très vieux plaidoyer, bien connu en théorie politique, pour le respect des règles de la représentation démocratique par le vote et pour l’adoption de formes de conflits réglés par des institutions (au sens sociologique ou juridique) entre majorité(s) et minorité(s), contre les tentations sans-culottiste de ceux qui prônent, pour aller encore plus loin qu’Olivier Costa dans la délégitimation de tout mouvement populaire un peu trop spontané et acéphale à tous les sens du terme, « tout le pouvoir aux Soviets ».

Malheureusement, notre collègue en vient à sous-estimer du coup la crise démocratique que connaît notre pays.

Premièrement, il reconnait certes qu’Emmanuel Macron n’a pas été élu avec une approbation large:  « Certes, cette majorité est un peu artificielle, et Emmanuel Macron a sans doute perdu de vue qu’il a été élu par de nombreux citoyens qui entendaient, avant tout, s’opposer à Marine Le Pen. »  On pourrait même arguer qu’Emmanuel Macron n’est d’ailleurs pas le seul ces derniers temps à avoir été élu ainsi (Chirac déjà en 2002), et n’en avoir fait qu’à sa tête ensuite. Or ce n’est toutefois pas une raison pour ne pas s’inquiéter: dans un contexte de division de plus en plus forte de l’opinion publique en une multitude de courants (comme dans les autres pays européens d’ailleurs), il n’est peut-être pas très raisonnable – d’un point de vue strictement prudentiel – de s’en tenir à ce genre de constat d’institutions faites pour donner un Président à la France et une majorité parlementaire à ce Président fraîchement élu le rendant apte à gouverner. Que dira demain notre collègue libéral sachant invoquer son Tocqueville lorsqu’une force extrémiste de droite ou de gauche se sera emparé de (presque) tout le pouvoir politique de notre pays à la faveur d’une élection présidentielle? Certes, en théorie, surtout avec un scrutin à deux tours, l’électeur médian n’est pas prêt à donner une majorité électorale à un extrémiste, mais qui sait? La France n’est certes pas le Brésil, mais bon, inutile de chercher à le prouver par l’expérience empirique. Je serai personnellement plus rassuré par un système parlementaire à l’allemande, où, jusqu’à preuve du contraire, pour devenir Chancelier, il faut une majorité parlementaire plus large, et, donc dans les circonstances actuelles, pluraliste.

Deuxièmement, il rappelle à très juste titre que : « En outre, la démocratie ne s’épuise pas dans le vote, et la majorité ne peut pas tout imposer. Les citoyens doivent pouvoir s’exprimer entre deux élections. C’est la raison pour laquelle la démocratie garantit le droit de s’exprimer, de s’engager dans un parti, un syndicat ou une association, de manifester, de faire grève, de signer une pétition. » Il ajoute  quelques paragraphes plus loin: « Ce qui caractérise le mouvement des gilets jaunes depuis le premier jour, c’est la méconnaissance des règles habituelles de la mobilisation, qui doit opérer à travers un ensemble d’outils démocratiques et pacifiques : pétitions, tribunes dans la presse, manifestations (déclarées et encadrées), contacts avec les élus, grèves… » Il m’a semblé en lisant ces quelques lignes que  notre collègue a vraiment manqué un élément important du déroulement sociopolitique qui mène en France à la « crise des Gilets jaunes » et à son soutien, au moins dans un premier temps, dans l’opinion publique mesurée par les sondages.

Il se trouve en effet que ce qu’il appelle les « règles habituelles de la mobilisation » ne fonctionnent plus depuis des années, ou tout au moins qu’elles fonctionnent de moins en moins bien, voire pas du tout sous le présent quinquennat. Il est quand même assez tragique de constater que notre collègue ne prenne pas en compte cet aspect. Il ne comprend pas qu’en plus, l’esprit de LREM, s’il y en a un, se trouve très officiellement tout entier orienté vers la managérialisation de la politique, vers l’efficacité de gens qui incarnent la raison (contre le vieux monde des anciens partis, des syndicats, etc.). Le chef a, ou les chefs, ont toujours raison, puisqu’ils sont la raison, et les plaintes de la base sont toujours sans fondements, puisqu’ils sont la déraison. La médiation politique classique n’y a donc plus aucune place. D’où en réaction l’anomie et la violence dans la mobilisation actuelle .

Pour prendre un seul exemple, sauf erreur de ma part, il me semble que les retraités avaient dûment protesté contre la hausse de la CSG qu’il leur incombait de payer. Ils ont fait tout pour protester dans les règles que rappelle O. Costa, et, en plus, individuellement, ils ont inondé de leur prose les élus de la majorité. Ceux-ci ne s’en sont d’ailleurs pas cachés: selon ces élus LREM/Modem, tout le monde leur en a parlé de cette hausse perçue comme inique de la CSG. Résultat : néant ou presque. Avec toute l’énergie qu’ont mis les Gilets jaunes à ne pas respecter les règles, et à être violents, tout d’un coup le Président et son gouvernement se rappellent subitement du cas de ces mêmes retraités pour calmer le jeu. Entre le tragique et le comique.

Autrement dit, il faudrait déjà avant de juger qu’un mouvement ne respecte pas les règles, de le délégitimer par ce qu’il se laisse aller à la pente dangereuse de la violence, de la contrainte même envers les particuliers,  juger de ce qui s’est passé avant. Si les gouvernements successifs, dont bien sûr le dernier en date, avaient un peu plus respecté les anciennes règles d’écoute de la base, établies au fil de l’histoire sociale de la France, en particulier en ce qui concerne le monde du travail salarié, celui des retraités, de la ruralité, ou le monde du secteur public,  il ne se serait pas trouvé face à des gens ne respectant plus les règles habituelles. Il ne se trouverait pas  devant des gens qui demandent désormais  une refonte du fonctionnement de la démocratie en général (avec par exemple le référendum d’initiative populaire).  Il aurait suffi à ces gouvernants de bien vouloir lire  et méditer tout ce que nos collègues de nombreuses disciplines des sciences sociales ont pu écrire sur les diverses souffrances de nos concitoyens, et d’en tenir vraiment compte, au lieu de s’acharner dans leur surdité face aux plaintes faites dans les formes prescrites.

Bref, notre collègue Olivier Costa reproche à certains de gueuler trop fort,  de monopoliser indument la voix populaire, et de tout casser,  j’aurai préféré qu’en démocrate, il se rappelle d’abord que la surdité des autres est la cause première de tous ces dégâts qu’il déplore. Mais c’est là  aussi un vieux débat… le libéral vs. le démocrate.