Archives de Tag: néolibéralisme

E. Macron: plouto-populisme, stato-populisme, centrisme?

Et voilà, c’est fait : François Bayrou et ce qu’il reste du Modem autour de lui vient de rejoindre la candidature présidentielle d’Emmanuel Macron. Il ne sera pas apparemment le dernier des anciens UDF à le rejoindre, déjà le pourtant très grincheux Jean-Louis Bourlanges vient, semble-t-il, de se rendre malgré ses grommellements euro-républicains dans Slate. Cette alliance au nom du centrisme bon teint est d’autant plus piquante à observer qu’à l’automne dernier encore, le même F. Bayrou prétendait – à en croire quelques tweets que des fâcheux ressortent à propos – se méfier du dit E. Macron et des grands intérêts économiques qui le soutenaient, et il me semble même bien d’ailleurs me souvenir que toujours le même F. Bayrou a tenu des propos peu amènes sur le dit E.  Macron lors d’une Matinale de France-Inter il n’y a pas si longtemps. Souvent centriste varie, bien fol qui s’y fie. Quoi qu’il en soit, ce ralliement, comme les autres soutiens engrangés parmi les élites du « cercle de la raison » (A. Minc & Cie) témoigne de la crédibilité qu’a atteint la candidature d’E. Macron à ce stade de la campagne électorale pour le premier tour de cette présidentielle 2017.

Mon jeune collègue Fabien Escalona a donné pour Médiapart l’analyse la plus acérée à ce jour du phénomène, en rappelant qu’E. Macron et son mouvement En Marche! n’étaient pas sans évoquer des entreprises similaires de conquête de l’électorat dans l’histoire européenne récente. Il rappelle fort à propos que cela a  été théorisé en science politique sous le nom de « business firm party » dès la fin des années 1990 – sans que toutefois l’expression soit beaucoup reprise par la suite. La montée en généralité conceptuelle a été en effet difficile à imposer en raison de la dépendance presque totale de ces « partis-fonctionnant-à-la-manière-d’une-firme-privée » à leur fondateur et leader et au destin de ce dernier dans chaque contexte national particulier. En effet, il s’agit toujours d’une organisation, créée ex nihilo autour d’un leader charismatique auto-proclamé et ayant le plus souvent le mérite de ne pas être un homme politique de longue date. Comme ce parti challenger se veut la voix du peuple tout entier, son leader critique toutes les élites politiques en place, sauf bien sûr celles qui se rallient opportunément à lui. Laissez venir à moi les petits enfants. Son orientation la plus visible prend soin de se couler dans les grands courants de l’opinion tels que les lui dévoilent les sondages d’opinion. Je vous ai compris! Son leader invoque un nécessaire renouveau du pays au delà des clivages habituels et un rassemblement des hommes et femmes de bonne volonté autour de sa personne. La rhétorique du mouvement que ce type de leader entend créer est donc clairement populiste. (Je n’aime certes guère ce terme qui finit par être un obstacle sérieux à l’analyse de la réalité politique à force d’être employé pour des forces politiques aux orientations idéologiques et aux histoires opposées, mais, en l’occurrence, il correspond bien à la rhétorique d’ E. Macron du coup de balai et de la nouveauté qu’il prétend représenter, opposés à tous les autres candidats, rhétorique qu’on appelle de fait dans le langage courant populisme.)   Surtout dans le cas de ces business firm party, contrairement à d’autres partis émergents tenant  au nom du peuple un discours similaire de rupture avec tous les partis déjà là – ce qui ne peut que être le point commun à tout parti nouvellement créé -, aucune base militante du parti ou milieu partisan (pour paraphraser mon collègue F. Sawicki) ne préexiste  au leader qui tient ce discours. La base militante ne provient donc pas d’une mobilisation sociale ou pré-politique préalable d’une partie de la population. Elle est recrutée à la va-vite par ce dernier et ses proches au fil de la campagne électorale comme des supporters d’une équipe qui va nécessairement gagner.

En effet,  l’organisation du mouvement part du sommet. De fait, elle ne peut exister et se déployer rapidement que parce que le leader dispose lui-même de moyens économiques importants – ou bien parce que des personnes qui en disposent lui en procurent. (En l’occurrence, E. Macron bénéficie d’évidence de la manne de dons de personnes pouvant donner dans les limites imposées par la loi française, soit 7500 euros par an, et il peut de ce fait selon ce qui est paru dans la presse salarier actuellement 50 personnes.) Par ailleurs, le programme de ce genre de partis challengers, souvent promus par un milliardaire, comme la Team Stronach en Autriche il y a quelques années ou l’ANO 2011 de Andres Babis en République tchèque au même moment, ou attirant l’argent des groupes les plus aisés de la société comme Scelta Civica de Mario Monti en Italie en 2013 , se trouve être de manière plus ou moins avouée, néo-libéral.(L’orientation vis-à-vis de l’Union européenne varie par contre beaucoup.) Bien que le terme n’existe pas en science politique, il me semble donc qu’on pourrait inscrire E. Macron dans cette famille du « plouto-populisme », soit d’une entreprise de conquête de l’opinion sous des oripeaux populistes qui ne peut toutefois exister que parce qu’elle est portée par des groupes fortunés pour faire une fois au pouvoir ce qu’ils croient être – à tort ou à raison d’ailleurs – leurs intérêts. L’un des premiers exemples de ce genre de stratégie de rupture de l’ordre électoral par le haut remonte en fait à la candidature du milliardaire Ross Perot lors des élections américaines de 1992.

Bien sûr, comme le remarque F. Escalona à juste titre, l’exemple le plus patent d’une telle entreprise de conquête de l’électorat par une puissance économique n’est autre que celle de Silvio Berlusconi en 1993-94 en Italie. Constatant l’écroulement du camp électoral modéré (DC-PSI-PSDI-PRI-PLI) suite aux scandales dits de « Mains propres » (et voulant aussi sauver sa peau d’entrepreneur très lié à une partie de ce même camp électoral qui se trouve en train de s’écrouler), S. Berlusconi, cet ancien client ou allié du Parti socialiste italien (PSI), crée donc un parti ex nihilo, Forza Italia, autour de sa personne. Ce parti n’est au départ littéralement qu’une filiale de son conglomérat économique. Or ce dernier, spécialisé dans les médias télévisuels et la publicité grand public, se trouve alors à la pointe de ce qui se fait de mieux en Italie en matière de marketing et de communication. Comme le montre le reportage de Mediapart sur les dessous organisationnels de la « start-up » Macron, on observe mutatis mutandis la même avance des « macronistes » dans l’usage des instruments de connaissance et de manipulation de l’opinion publique.  Le parallélisme entre  le « berlusconisme » et le « macronisme » me parait d’autant plus troublant qu’il existe aussi une parenté idéologique entre les deux. En effet, comme ce dernier incarne au mieux le devenir néo-libéral d’une bonne partie du PS, le « berlusconisme » s’était constitué en continuité avec l’involution néo-libérale du PSI des années 1980 que S. Berlusconi avait accompagné culturellement à travers le contenu pour le moins débilitant de ses trois chaînes de télévisions depuis les années 1970. C’est donc dans les deux cas le socialisme partidaire qui, à travers sa défense de l’individu et de ses droits, de son émancipation, finit par muter  en défense d’un individualisme acquisitif, soutenu concrètement comme entreprise électorale nouvelle par une ou des grandes entreprises ou les milieux d’affaires. Il faut cependant ajouter que E. Macron réussit pour l’instant un miracle dont S. Berlusconi n’avait eu pas besoin de réaliser : malgré son passé très récent auprès du très impopulaire Président F. Hollande, il réussit en effet à se présenter comme un homme nouveau aux idées neuves. Au moins, quand S. Berlusconi propose son « parti libéral de masse » pour reprendre une expression de l’époque à l’attention des électeurs italiens, il a quelques preuves à faire valoir de ses intentions en ce sens – ne serait-ce que parce qu’il a imposé la présence de ses télévisions privées contre la législation étatique en vigueur. Pour E. Macron, c’est l’illusion parfaite, ou la « lettre volée » comme dans la célèbre nouvelle d’E. A. Poe.

Par ailleurs, à cette proximité entre le « berlusconisme » et le « macronisme », il faut ajouter la même capacité à exister – dans un premier temps tout au moins – uniquement par les sondages. S. Berlusconi avait en effet réussi à faire croire à la poussée de  Forza Italia d’abord grâce au fait que les sondages lui ont été immédiatement favorables (y compris ceux faits par des sondeurs proches de son propre groupe économique), ce qui a incité aux ralliements de certains politiciens modérés et permis la constitution d’une double alliance Nord/Sud de toutes les droites autour de lui. De même, pour l’instant, c’est la croyance collective – y compris la mienne! – dans la validité des sondages qui fait exister le « macronisme » – avant même qu’aucun vote réel n’ait jamais été exprimé pour E. Macron. On notera aussi dans le registre des parallélismes cette récente  promesse d’E. Macron d’exempter la masse du bon peuple de France de la taxe d’habitation. Or il se trouve que S. Berlusconi a fait son miel d’une promesse similaire lors de ses dernières campagnes électorales en date (2006, 2008 et 2013), non sans d’ailleurs s’embrouiller à ce sujet, d’une part, avec les autorités européennes à raison de la perte de revenus que cela représentait pour l’État italien et, d’autre part, avec les collectivités locales italiennes privées de ce revenu essentiel. Cette promesse d’E. Macron semble en tout cas montrer qu’il a compris comme S. Berlusconi qu’il faut prendre l’électorat modéré par les grands sentiments du porte-monnaie.

Au delà de ces parallélismes (et peut-être de l’inspiration que trouve E. Macron dans le cas Berlusconi? ), il ne faut pas toutefois nier les différences. S. Berlusconi, quand il entre en politique en 1993-94, se situe sur une ligne plutôt nationaliste. Il tend à critiquer l’Union européenne. (Il changera ensuite, pour revenir ensuite à ses débuts.) Les élites économiques et universitaires italiennes les plus légitimes sont généralement très réticentes à son égard, et les grands médias (enfin ceux qu’il ne possède pas…) ne le voient guère d’un bon œil. De fait, le modéré S. Berlusconi a surtout réussi à coaliser toutes les droites italiennes autour de lui, jusqu’ici exclues de toutes coalitions possibles avant 1994, en s’alliant avec les régionalistes nordistes de la Ligue du Nord d’U. Bossi au nord du pays et avec les néo-fascistes du Mouvement Social Italien de G. Fini au sud et au centre du pays, tout en se ralliant les démocrates-chrétiens les plus à droite. Le « macronisme » est constitué à ce stade de la campagne comme une entreprise résolument et limitativement centriste. C’est le grand bal mondain de tous les coalisables et coalisés. C’est le retour surprenant de la « Troisième force » d’avant 1958 dans une Vème République guère favorable pourtant à cette formule (malgré les « ouvertures » de 1988 ou de 2007). On verra bien ce qu’il en advient s’il arrive à passer le premier tour. Toutefois, il va de soi que E. Macron ne ralliera pas à son panache blanc ni les droites et extrêmes-droites considérant la colonisation comme un fait positif de l’histoire de France ni les gauches et extrêmes-gauches opposées à son œuvre législative comme Ministre de l’économie de F. Hollande. Il vivra du centre, et il y vaincra ou périra.

Par ailleurs, même si les liens entre E. Macron et certains milieux d’affaire paraissent difficilement niables, son aventure m’évoque aussi la théorie du « parti-cartel » de R. Katz et P. Mair énoncée dès 1995. En effet, cette théorie énonce que, dans les vieilles démocraties, les partis politiques ne portent plus les demandes des populations en direction de l’État, mais qu’ils sont devenus à l’inverse des instruments à travers lesquels les élites qui gèrent les États recrutent des électeurs pour légitimer ce que ces dernières avaient de toute façon l’intention de faire. De ce point de vue, certains ralliements d’économistes néo-libéraux depuis longtemps bien en cour au sommet de l’État au « macronisme » (comme son responsable de son programme, Jean Pisani-Ferry), tout comme la défense de l’ordre européen actuel par E. Macron, me ferait plutôt évoquer à son sujet un « stato-populisme ». Ces élites d’État rêvent, semble-t-il, de toujours plus de réformes structurelles. E. Macron leur promet de faire enfin le nécessaire et d’amener le bon peuple à accepter de bonne grâce la potion proposée – ce qui faut bien le dire tient presque de la magie tant la proximité de ce que notre bon apôtre propose est grande avec ce même « socialisme de l’offre » qui a tout de même réussi à rendre F. Hollande le Président de la République le plus impopulaire de la Vème République au point de le mettre en incapacité de se présenter à sa réélection.

Bien sûr, on dira sans doute que ma distinction « plouto-populisme » ou « stato-populisme » est des plus spécieuse. En effet, ce qui se profile derrière E. Macron, c’est l’intrication entre la très haute fonction publique qui croit dur comme fer au néo-libéralisme et à l’Union européenne, le monde des grandes entreprises du CAC 40, et celui des économistes les plus dominants qui ne savent que penser au fil des décennies l’avenir néo-libéral du pays.Après tout, il ne s’agit dans le fond que de « centrisme » dans toute sa beauté conservatrice de l’ordre économique et social existant. « Tout changer pour que rien ne change », l’habituel transformisme comme le souligne à juste titre F. Escalona..

Il reste toutefois qu’une anomalie demeure. Pourquoi une partie de ces élites centristes sont-elles en train de se rallier à E. Macron au lieu de soutenir béatement le candidat de la droite républicaine dans la recherche d’une tranquille alternance?  Certes, il y a le scandale autour des présumés emplois fictifs de la famille Fillon, mais la candidature d’E. Macron précède de quelques bons mois ce rebondissement. Tout de même,  après tout, F. Fillon a proposé à l’automne 2016 un programme de « réformes structurelles » tout à fait alléchant, validé par des millions de braves électeurs et non simplement par des sondages. Au delà de la personne de F. Fillon et de ses embrouillaminis judiciaires, qu’est-ce qui explique le manque de confiance dans cette droite républicaine? Pourtant, elle a donné des gages à travers les projets qu’elle a voté au Sénat depuis qu’elle en a repris le contrôle.

Ma première hypothèse pour expliquer ce doublon Macron/Fillon pourrait bien être l’absence de confiance dans la loyauté européenne de F. Fillon. Après tout, ce dernier a été un proche de P. Séguin, il pourrait donc  bien se souvenir en cas de difficultés de cette proximité, et privilégier les intérêts de ses électeurs à ceux de l’Union européenne. Il a aussi, semble-t-il, tissé des liens personnels avec V. Poutine. De ce point de vue, E. Macron parait un élément bien plus sûr.

Ma seconde hypothèse pour expliquer ce doublon serait le fait que justement le « macronisme » n’étant pas du tout à ce stade tout au moins  un parti au sens ordinaire du terme ne pourrait pas une fois arrivé au pouvoir être redevable de quoi ce soit à une base électorale organisée. La droite républicaine au contraire doit quand même se préoccuper au choix du sort des médecins, notaires, Écoles libres, cathos, familles, agriculteurs, PME, personnes âgées, et autres corporations dont il est bien évident pour un économiste néo-libéral bon teint qu’il faut en faire tabula rasa au plus vite. La droite républicaine est aussi par ailleurs un réseau d’élus locaux, présents partout, même dans la France supposée inutile des campagnes et des petites villes, qui ne sont pas prêts à tous les sacrifices au nom de l’Union européenne et de la nécessaire compétitivité. Que G. Collomb, le grand féodal lyonnais « social-barriste », soit le premier soutien d’E. Macron correspond bien à cet égoïsme territorial des métropoles qui se débarrasseraient bien du fardeau de la France profonde.

Ma troisième hypothèse serait enfin que la droite républicaine apparaitrait trop proche des thèses du FN en matière de traitement des minorités visibles, et que cela finirait par nuire aux affaires. Il est vrai que pour l’Islam de France pour lequel plaide l’Institut Montaigne, avec un F. Fillon à la Présidence de la République (malgré son évidente proximité avec un responsable de ce même institut), cela parait mal parti.

Ce ne sont là que des hypothèses. Et après tout tout le monde sait bien que tout ce beau monde se rassemblera au second tour contre la candidate du FN pour que tout continue comme avant dans le meilleur des mondes possibles. Le reste n’est dans le fond  que détail. Et vive le populisme centriste ou le centrisme populiste du cercle de la raison!

PS. Je précise qu’en écrivant ces quelques lignes, j’ai conscience: a) de bien sûr « faire le jeu du FN » – puisque la continuité de fond du « macronisme » fera éventuellement sens à la veille du second tour –; b) d’être manipulé à l’insu de mon plein gré par les services de désinformation soviétique russe; c) d’être aigri de ne pas avoir été recruté pour conseiller louanger le grand leader – ceci d’ailleurs comme tous les journalistes ou universitaires  qui tentent de garder leur sang-froid face au « macronisme ». Tous des idiots utiles, des traitres ou des aigris.

Bernard Lahire, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse ».

img20160127_11410803 (2)Les temps sont durs pour les universitaires (ces salauds de gauchistes! comme il sera démontré sous peu dans ce même blog), et tout particulièrement pour les sociologues. Le Premier Ministre Manuel Valls n’a cessé de le répéter solennellement depuis les attentats du 13 novembre 2015: « expliquer, c’est excuser ». Ceux qui expliquent, et donc excusent, les actes par nature inexcusables des criminels, ce sont d’évidence dans son esprit ces bonnes âmes de sociologues. Telles les sirènes pour Ulysse, il n’y a rien de plus urgent pour un politique ayant le sens de l’État et de la République que de fermer ses oreilles, son esprit et son cœur à leurs propos aussi séduisants que fallacieux qui, si l’on n’y prenait garde, seraient bien prêts de faire se fracasser le navire France. On ne les fait pas encore passer en Haute Cour, mais cela ne saurait trop tarder.

Il se trouve que les sociologues, par la voix de leurs associations professionnelles, ne l’entendent guère ainsi. Ils se plaignent par voie de lettre ouverte, en rappelant la différence entre une explication du réel qui propose un jugement de fait et une excuse (ou une absence d’excuse) qui relève d’un jugement de valeur. Ce n’est pas du tout la même chose de dire qu’une bagarre a éclaté dans un bar parce que, entre autres motifs, les participants à cette dernière étaient sous l’emprise de l’alcool – simple constat empirique au regard de leur alcoolémie mesurée objectivement après coup(s) – , que de dire que ces personnes doivent être excusés de leur conduite pour cette raison même (ils n’étaient plus eux-mêmes), ou, au contraire, particulièrement stigmatisés ou condamnés justement parce qu’ils ont sciemment abusé de cette drogue légale dont ils ne pouvaient raisonnablement ignorer les effets de perte de contrôle sur soi-même (ils ont pris en toute responsabilité ce risque). En fait, la différence entre les deux ordres de propos, ainsi rappelée, me parait tellement basique au demeurant que la nécessité où deux associations professionnelles (l’AFS et l’ASES) se trouvent de la rappeler par voix de presse signale surtout le degré d’ignorance pour la logique la plus élémentaire de la langue qui peut exister dans une part de l’opinion publique et sur lequel certains de nos gouvernants comptent bien s’appuyer . L’expliquer, c’est excuser n’est pas loin en effet de ces slogans insultants la logique ordinaire des mots inventés par Orwell dans son roman dystopique, 1984.

Les déclarations de M. Valls ne constituent en fait que le point culminant à ce jour d’une tendance bien plus ancienne à faire porter à la sociologie tous les maux de notre société. Il se trouve que l’un des sociologues français les plus connus, Bernard Lahire, enseignant-chercheur à l’ENS de Lyon, avait en fait préparé une riposte à ces propos du Premier Ministre avant même qu’ils ne soient prononcés. Il en est sorti un livre, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse » (Paris : La Découverte, janvier 2016, 183 p.). L’écriture de ce livre résulte très probablement du coup de sang qu’a du avoir B. Lahire, comme des centaines d’autres sociologues ou spécialistes d’autres sciences sociales aussi visées par cet expliquer, c’est excuser, face au battage médiatique favorable autour du livre de Philippe Val, Malaise dans l’inculture (Paris : Grasset, 2015). Paru au printemps 2015, comme réaction aux attentats de janvier 2015, ce livre entendait faire du « sociologisme », et plus précisément de la sociologie inspirée de prés ou de loin par l’œuvre de Pierre Bourdieu, la cause principale de tous les risques encourus par notre pays. La charge était digne d’un pamphlet des années 1930, et les propos tenus publiquement lors de la promotion de l’ouvrage allaient parfois encore plus loin, comme cette assimilation de toute critique sociale à de l’antisémitisme à venir sur les ondes de France-Inter.

J’en avais un peu rendu compte sur le présent blog, mais je m’en étais épargné l’achat et la lecture complète. B. Lahire lui a bien plus de courage que je n’en ai, et il l’a lu in extenso. Il en livre en appendice de son propre ouvrage une critique raisonnée (Supplément.  Le monde selon Val : une variante de la version conservatrice, p. 129-168).  Celle-ci accepte d’anoblir son sujet d’étude en le prenant au sérieux, et le résultat est au final plutôt intéressant. Le fond de l’affaire semble en effet que P. Val plaide pour une vision monadique de l’individu. Ce dernier se crée à lui-même son destin quelle que soient les circonstances (avec, comme le dit B. Lahire, p.150, une « idéologie du coup de reins »[sic], expression dûment empruntée à P. Val), il ne doit donc rien à personne sinon à lui-même. Quant à la société (occidentale), elle est parfaite pourvu que le libre marché y fonctionne sans entraves. L’enseignant de théorie politique que je suis y reconnait une version pour les nuls de la pensée libertarienne la plus radicale. C’est sûr que P. Val n’est pas ni A. Rand, ni R. Nozick, ni Rothbard, mais l’inspiration me parait clairement la même. L’individu s’auto-crée, et il est responsable de tout ce qui lui arrive de bien et de mal. Personne n’est en droit de se plaindre, puisque le marché est juste. Il serait intéressant de savoir par quels biais P. Val a eu connaissance de ces arguments libertariens, mais, sur point, B. Lahire ne dispose d’aucune information particulière.

L’intérêt de l’ouvrage de B. Lahire va cependant bien au delà de l’analyse des propos réactionnaires en diable d’un P. Val. Il montre tout d’abord que ces propos s’inscrivent dans une longue suite de propos similaires (cf. chap. 1, Accusée d’excuser : la sociologie mise en examen, p.15-31). Le refus de l’explication sociologique vue comme une excuse à des comportements déviants a d’abord été l’apanage de la droite américaine, pour devenir de fil en aiguille un lieu commun de l’actuelle classe dirigeante du Parti socialiste français.

Dans le reste de l’ouvrage, B. Lahire plaide la cause de la sociologie comme science.  Comme cela n’étonnera sans doute aucun lecteur du présent blog, une telle activité humaine vise à établir méthodiquement des faits et des liaisons entre les faits concernant la vie humaine en société. Elle doit être distinguée de l’activité qui consiste à juger, au sens de la justice ou de la morale, des comportements humains qui constituent ces faits. En réalité, la différence paraissait tellement évidente il y a encore quelques années qu’il faut l’abnégation d’un B. Lahire pour redire ainsi ce qui devrait aller de soi. La visée de l’ouvrage est en effet d’expliciter pour le profane ce qui va largement de soi pour qui sait déjà ce qu’est la sociologie. N’étant pas un profane en la matière, j’ai du mal à juger de la réussite de l’exercice que B. Lahire s’est imposé, mais il me semble qu’il dit et redit l’essentiel. Une fois que l’on a bien compris la différence entre le verbe « être » et le verbe « devoir », il me semble d’ailleurs que l’on a compris l’essentiel. Le texte de B.Lahire m’a paru en plus parfois fort bien tourné, et plein d’humour vache.

Cependant, d’un point de vue plus professionnel, il ne m’a pas paru sans défauts, à la fois sur le plan épistémologique et sur le plan polémique.

D’une part, il affirme à plusieurs reprises l’étanchéité entre la sociologie qui établit des faits à propos de la vie humaine en société et les jugements moraux, ou politiques, qu’on peut avoir de ces mêmes faits, en revendiquant pour le sociologue le même rapport distancié que pourrait avoir par exemple un astronome face aux étoiles qu’il étudie. Or, sur ce point, notre sociologue se fait souvent prendre en défaut, en montrant bien qu’en réalité, il attend quelque chose en matière d’avancée de l’humanité de la science même qu’il établit. En effet, de très nombreux exemples de savoirs sociologiques qu’il donne en exemple ont trait à la mise en lumière des inégalités entre les groupes sociaux, et plus généralement aux conditions sociales qui expliquent telle ou telle destinée d’un individu. Or B. Lahire, en même temps qu’il affirme l’objectivité des résultats ainsi obtenus, ne cesse de rappeler  que cet établissement objectif des inégalités peut avoir un effet en lui-même sur le devenir même de la société. Pour lui, il va de soi que la mise en lumière d’une inégalité (par exemple que les enfants d’ouvriers réussissent moins bien à l’école que les enfants de cadres supérieurs) doit inciter à terme à corriger cette inégalité. Or une telle vision défavorable de l’inégalité ne va pas elle-même de soi. C’est aussi un fait social, comme l’avait bien expliqué en son temps Louis Dumont dans ses travaux comparatif entre l’Inde et l’Occident. L’égalité est effectivement la valeur cardinale de notre société, mais, comme le montre d’ailleurs, l’analyse du pamphlet de P. Val, certains y prônent aussi l’acceptation de l’inégalité et ne voient dans la revendication égalitaire que de l’envie dissimulée en morale.

Certes, B. Lahire anticipe largement cette critique en usant de la distinction wébérienne entre rapports au valeur et jugements de valeur sans trop l’expliciter d’ailleurs (p. 36-39), mais il reste qu’il sera facile à un lecteur d’orientation libertarienne, ou considérant la hiérarchie naturelle entre les hommes comme une fort bonne chose, qu’il ne faut pas perturber, de souligner qu’ainsi présentée, la sociologie n’a absolument rien de neutre dans les jugements implicites qu’elle porte par les objets d’étude même qu’elle se donne. Ce n’est d’ailleurs pas un scoop. Je ne connais pas en effet une œuvre récente de sociologie où l’auteur, face à une inégalité qu’il décrit, proposerait de la maintenir, voir de l’accentuer. W. Pareto et G. Mosca sont bien des astres morts. Imagine-t-on par exemple les études de genre qui prôneraient l’accentuation des inégalités de genre? Des études sur les Rroms proposant de  les rendre encore plus misérables? Des spécialistes de l’éducation proposant de faire pire encore en matière d’inégalités par établissements? etc. De fait, la haine que suscite la sociologie chez les partisans de l’inégalité, de la hiérarchie,  d’une conception individualiste du destin (comme l’explique très bien B. Lahire dans son chapitre 3, La fiction de l’Homo clausus et du libre arbitre, p. 51-65), me parait parfaitement explicable, parce que la sociologie décrit justement les promesses encore imparfaitement tenues d’une société qui se veut égalitaire et que ses praticiens proposent souvent les moyens d’aller encore plus loin dans la réalisation de ces mêmes promesses, alors même qu’un P. Val, un Zemmour, etc. souffrent déjà d’un trop plein d’égalités de tout acabit. B. Lahire a peur qu’on lui accole l’étiquette de « gauchiste » (p.38), il devrait plutôt admettre que certains haïssent les sociologues, parce qu’ils ont pour boussole l’égalité – ce qui devient effectivement gauchiste dans un monde occidental qui dérive à grande vitesse vers l’extrême droite.

D’autre part, si l’on prend un point de vue encore plus en recul, on remarquera que la sociologie telle que B. Lahire la présente adopte un point de vue utilitariste sur la vie humaine. La sociologie ne fait pas que décrire, elle vise aussi à éviter ainsi des drames, de la souffrance dans ce monde-ci. Comme le dit B. Lahire, « Les logiques qui ont contribué à rendre possibles les crimes, les incivilités, la délinquance ou les attentats, poursuivent tranquillement leur déploiement. Comprendre sereinement ces logiques, c’est se donner la possibilité d’agir, et, à terme, d’éviter de nouveaux drames ». (p. 46) C’est là le programme classique des sciences depuis Bacon : en expliquant la nature, je peux agir sur elle, pour le plus grand bien de l’humanité. Ce programme est probablement partagé par l’immense majorité des scientifiques en général, et des sociologues en particulier, et, de fait, il est difficilement critiquable aujourd’hui. Cependant, là encore, il serait de bonne méthode de reconnaître qu’il constitue un axiome du raisonnement de la sociologie, telle que la pratique B. Lahire dans la filiation d’un Durkheim ou d’un Weber. Après tout, un raisonnement gnostique ou apocalyptique pourrait très bien se passer de cette considération. Un idéologue djihadiste ne peut d’ailleurs que se féliciter hautement que l’expliquer, c’est excuser se répande jusqu’au sommet de l’État, puisque cela le rapproche du chaos final qu’il recherche à établir pour sauver l’humanité souffrante.

Pour conclure ce trop long post, le livre de B. Lahire me parait encore trop sur la défensive. Il tend à se cacher derrière l’objectivité par crainte d’être stigmatisé comme gauchiste, alors qu’en réalité  la sociologie contemporaine ne prend sens qu’à travers les valeurs d’égalité et d’eudémonisme qu’elle défend indirectement – un peu comme la médecine défend la santé humaine contre la maladie, la souffrance et la mort. Cette opposition philosophique ressort pourtant fort bien des meilleurs passages de  l’ouvrage et de son analyse du livre de P. Val.

Enfin, comment ne pas admettre qu’un politicien qui prône l’expliquer, c’est excuser n’est rien d’autre qu’un partisan des bonnes vieilles hiérarchies naturelles, encore un peu honteux tout de même? Il est socialiste, n’est-ce pas? Continuons donc à lui faire honte! Mais préparons-nous à bien pire encore.

Ps. Pour les lecteurs intéressés, les compte-rendus du livre de B. Lahire ne manquent pas.

Il faut d’abord aller voir celui, très bien fait, intitulé « La sociologie sans excuses », d’Arnaud Saint-Martin sur le site la Vie des idées. L’intertitre choisi pour la dernière partie du compte-rendu (La sociologie produit des résultats et elle émancipe. Excusez du peu!) illustre bien à mon sens ce que je voudrais rendre plus évident dans la pratique majoritaire contemporaine de la sociologie, même si le contenu des lignes qui suivent cet intertitre ne vont pas aussi clairement dans ce sens. Pourquoi en effet devrait-on se féliciter à propos d’une science du fait qu’elle « émancipe »? (Je ne suis pas contre l’idée d’émancipation, mais je sais bien par ailleurs que ce n’est pas un but partagé par tous dans l’humanité que la dite émancipation. J’ai même le vague sentiment que cela dérange bien des gens plutôt puissants et mal lunés.)

Il faut aussi aller voir celui de Denis Colombi, sur son blog, « Une heure de peine… », « La sociologie est politique, mais pas normative ».  Il y explique, partant en particulier de l’exemple de la prostitution, que la sociologie « nous interroge, mais ne nous donne pas les solutions. C’est à nous de les inventer ». Il continue : « Cette idée implique notamment que la sociologie est d’autant plus pertinente politiquement qu’elle assure correctement son rôle scientifique, qu’elle s’obstine, très précisément, à rechercher le savoir pour lui-même. Si Durkheim disait de la sociologie qu’elle ne vaudrait pas une heure de peine s’il ne devait avoir qu’un intérêt spéculatif, il ajoutait aussitôt « Si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce n’est pas pour négliger ces derniers : c’est, au contraire, pour nous mettre en état de les mieux résoudre ». C’est bien ce dernier point sur lequel il y a de ma part désaccord. Au moins, implicitement, ne serait-ce que par son choix d’objets, la sociologie dit qu’il y a « problème pratique » pour reprendre les termes de Durkheim- ce qui ne va pas de soi. Tout problème ou absence de problème doit lui-même être interrogé. Par ailleurs, dans l’état actuel de la discipline, il n’est que trop transparent de voir de quel côté penchent la plupart des sociologues. Certes, la sociologie comme connaissance objective permettrait a priori de faire des choix politiques éclairés par cette dernière dont la nature normative n’est pas fixée par avance – mais, dans l’immense majorité des cas, le sociologue participe d’une norme égalitaire, ou eudémoniste. La discussion sur la prostitution, proposée par B. Lahire et reprise par D. Colombi, est en ce sens éclairante : personne  n’étudiera (sauf erreur de ma part) la prostitution dans le cadre de valeurs inégalitaires qui se disent prêtes à sacrifier ces femmes ou ces hommes au bon plaisir d’autrui, y compris si l’on prouve par a+b qu’elles/ils sont littéralement forcé/e/s de se livrer à cette pratique bien au delà de tout prétention à exercer une quelconque liberté. Selon D. Colombi,  « le fait que les prostituées soient dominées doit être pris en compte dans toute réflexion politique sur cette question, mais ne commande pas a priori et de façon définitive le choix d’une politique. » Je suis très dubitatif, pour ne pas dire plus, sur cette absence de lien dans ce cas précis en particulier.

Plus généralement, il n’est pas très difficile de constater que la presse de gauche encense B. Lahire et la présentation qu’il fait de la sociologie (cf. Maud Vergnol, « Qui a peur des sciences sociales? », L’Humanité par exemple) et qu’il ne semble pas avoir vu passer un papier de même nature sur ce dernier dans celle de droite. Pour l’instant – il faut arrêter de se cacher derrière son petit doigt-, la majorité de la réflexion sociologique française se trouve avoir partie liée avec la gauche et ses valeurs d’égalité (enfin, plus exactement avec la gauche historique pré-Val[ls]-ique), et elle ne peut que se faire logiquement haïr pour cela. Voir aussi l’entretien fort éclairant de B. Lahire sur son livre pour le site SES-ENS. Les gens qui vont traduire la sociologie en politiques publiques ne sont probablement pas dans l’esprit de B. Lahire les proches collaborateurs de la présidente du FN… ou alors je me trompe complètement.

 

 

Quelques remarques rapides sur les « intellectuels » dans la France socialiste de 2015

Manuel Valls s’est demandé il y a quelques jours où étaient les « intellectuels », pourquoi diable ne venaient-ils pas au secours du Parti socialiste affrontant des élections départementales en position pour le moins difficile face à la droite et au FN. Le journal Libération reprend le thème aujourd’hui vendredi 20 mars 2015 en titrant sur « L’éclipse des intellectuels ».

Face à cet appel de Manuel Valls, qui m’a passablement exaspéré, trois remarques me viennent à l’esprit.

Premièrement, Manuel Valls fait mine de croire que sa propre politique économique, sociale et culturelle vient de Sirius, qu’elle n’est pas elle-même inspirée par des idées créées par des « intellectuels », c’est-à-dire par des gens qui manient des théories, descriptives ou prescriptives, explicites sur le réel auquel nous avons affaire, et qui suggèrent fortement d’agir en en tenant compte. Le journaliste de Libération, Robert Maggiori, brode sur le thème de politiciens qui ne liraient plus rien d’intellectuel et qui ne consulteraient pas les intellectuels. Or la politique du gouvernement Valls, et plus généralement celle de ce quinquennat Hollande, possèdent à la fois des inspirations: le néo-libéralisme, et l’européisme, et un nom officiel : le « socialisme de l’offre ». Les bibliothèques sont de fait pleines de travaux qui démontent la généalogie intellectuelle des politiques publiques mises en œuvre depuis bien des lustres désormais dans notre pays (c’est, entre autre, le cas de la célèbre « approche cognitive des politiques publiques »), et le gouvernement Valls n’innove nullement en la matière. J. M. Keynes avait bien raison de souligner que les politiciens vivants ne sont que les esclaves de théoriciens morts. Toute la politique menée depuis mai 2012, ce n’est jamais dans le fond que du Hayek, du Friedman et du Schumpeter pour les nuls, mâtinée d’européisme au rabais. Bien sûr, tout n’est pas parfait de ce point de vue, comme dirait un Attali ou un Tirole, mais on progresse, on progresse. Emmanuel Macron, notre actuel Ministre de l’Économie, qu’est-ce d’autre qu’un « intellectuel » en ce sens-là? Les « réformes structurelles » qu’il entend mettre en œuvre, avec la bénédiction et l’encouragement des autorités européennes, ne sont rien d’autre que la mise en application, plus ou moins réussie par ailleurs, de théories économiques qui prévoient que certaines modifications du droit produiront certains effets économiques souhaitables. Ne prenons qu’un exemple : la libéralisation du travail du dimanche est censée créer de l’emploi et de l’activité – et ce lien est d’abord une construction intellectuelle.  Bref, cher Manuel Valls, ne vous plaignez pas. Certains intellectuels néo-libéraux sont avec vous, même s’ils vous trouvent bien tiède tout de même. Et certes le Dieu Marché vomit les tièdes!

Deuxièmement, Manuel Valls fait comme si les « intellectuels » devaient nécessairement être « de gauche », « démocrates », « républicains ». Bien sûr, les grandes heures de l’histoire de France telle qu’on la raconte aujourd’hui aux enfants des écoles ou aux retraités en mal d’activités culturelles mettent en valeur les « intellectuels » en ce sens-là. D’Émile Zola à Jean-Paul Sartre, Albert Camus ou François Mauriac, les « intellectuels » les plus en vue depuis l’apparition du terme à la fin du XIXe siècle furent du bon côté de l’Histoire. Cependant, c’est là une profonde erreur de perspective : depuis au moins la Révolution française, il existe des « intellectuels » au sens de penseurs, polémistes, pamphlétaires, théoriciens, etc. qui inspirent (ou qui servent) tous les partis de la droite à la gauche en passant par le centre. Un Drumont ou un Maurras n’étaient pas moins des « intellectuels » qu’un Zola ou un Péguy. Le combat des idées, des conceptions, des visions du monde, etc. n’a jamais cessé depuis 1789 – et encore est-ce là une simplification que de se limiter à cette période d’après la Révolution. La période la plus contemporaine voit simplement se terminer le rééquilibrage des forces intellectuelles entre les droites et les gauches entamé dès les années 1970. En effet, les polémistes, théoriciens, pamphlétaires de droite, surtout les plus conservateurs (maurrassiens par exemple), avaient été décimés  et déconsidérés par leur participation plutôt enthousiaste à la Collaboration (1940-44), souvent ancrée dans leur antisémitisme (comme un Céline par exemple). Désormais, le temps ayant passé, leurs héritiers, plus ou moins lointains, plus ou moins conscients d’ailleurs de l’être, peuvent s’exprimer, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne s’en privent pas sous un gouvernement de gauche.  Je ne vois pas en quoi un Premier Ministre d’un pays qui se veut pluraliste et respecteux de la liberté d’expression devrait cependant s’en plaindre particulièrement. Comme François Hollande est censé être le second Président de la République socialiste de la Ve République, il est en effet assez logique que cela soient les « intellectuels d'(extrême) droite » à la Eric Zemmour qui s’en donnent depuis 2012 à cœur joie. Ils auraient tort de se priver. Il s’agit de la logique de la situation : un intellectuel quand il s’exprime publiquement est largement là pour critiquer ce qui existe ou ce que fait le pouvoir en place, or, actuellement, le pouvoir politique national est censément  « socialiste ». Il est donc  tout à fait normal que Causeur, Valeurs actuelles, et le dernier Zemmour se vendent comme des petits pains.

Troisièmement, l’extraordinaire capacité de la gauche au pouvoir lors de l’actuel quinquennat à se plier à toutes contraintes du réel sans rien laisser finalement à l’idéal ne donne sans doute pas envie à beaucoup d’« intellectuels de gauche » de livrer leur petit mot tendre en faveur du pouvoir actuel. Que se soit individuellement (comme dans le présent blog) ou collectivement (par exemple les « Économistes atterrés » ou pour les intervenants du « Festival Raisons d’agir »), les critiques de la part des « intellectuels de gauche » se sont multipliées depuis mai 2012 sans qu’aucun effet ne soit observable sur l’orientation des politiques publiques suivies. Des ministres ont démissionné pour protester contre la tiédeur des mesures prises, des députés socialistes sont devenus « frondeurs ». De fait, la majorité actuelle a semblé parfaitement sourde à toute réflexion un peu « gauchisante » en matière économique et sociale – au sens de recherche d’un chemin vers l’idéal propre au socialisme historique. Il n’a pas donné non plus beaucoup d’espoirs aux tenants de l’écologie comme nouvel idéal. Le récent coup de massue sur la tête des agriculteurs bio, allié au sauvetage d’Areva, constitue aussi une belle illustration de cette surdité-là.  Il faut aussi dire que le très mauvais sort fait à l’Université et à la Recherche depuis mai 2012 par Madame Fioraso – sauf à quelques Présidents d’Université zélés – en aura refroidi plus d’un parmi ces  « intellectuels de gauche », qui se trouvent par ailleurs être de profession  universitaire ou chercheur. Il leur a en effet été (trop) facile  de constater (trop) directement dans leur vie professionnelle que le changement n’était pas pour maintenant, et que la différence Pécresse/Fioraso demandait de ce fait une étude approfondie du problème. ε est-il une différence? Oui, au sens mathématique, mais au sens phénoménologique? En dehors des intellectuels d’obédience néo-libérale, qui y trouvent sans doute au moins partiellement leur compte, les choix faits sous la Présidence Hollande dans la plupart des domaines de l’action publique paraissent donc tellement éloignés de ce que peut penser, écrire, lire, espérer la gauche sociale, économique, écologique ou humaniste, qu’il ne faut pas s’étonner qu’elle réagisse finalement comme une bonne part des électeurs de gauche en général, par l’abstention ou par l’opposition à l’encontre du pouvoir. Pour ma part, je n’aurais vraiment aucun regret si la droite ou le FN emportaient tous les départements sans exception lors de ces élections départementales. Je sais bien pourtant qu’en raison de l’inertie de l’électorat, cette disparition du PS dans les départements, seule à même de faire (un peu) réfléchir F. Hollande & Cie, n’arrivera pas. Je soupçonne aussi que l’annihilation progressive du PS dans les collectivités locales n’est pas ressentie au sommet de son appareil, parce qu’aussi lourdes soient-elle, ces défaites laissent espérer un retour de balancier par la suite en faveur de ce parti, vu la nature des nos mécanismes institutionnels et des rapports de force à gauche. Le PS s’achemine donc vers une déroute qui, comme l’a dit d’avance François Hollande dans le magazine Challenges, ne changera rien à sa politique. Et ne comptez pas sur les « intellectuels de gauche » pour s’en plaindre. Que cela soit donc. La droite et le FN vont donc se gaver. Bon appétit, messieurs! Que la fête commence!

Le FN, bientôt grand vainqueur des élections grecques?…

Depuis hier soir, les choses commencent de nouveau à se préciser très sérieusement en matière de rapports entre la démocratie et l’Union européenne. Ce lourd dossier risque de s’alourdir encore d’un nouvel épisode. La Banque centrale européenne a décidé de suspendre un de ses moyens de refinancement des banques grecques, puisque le nouveau gouvernement d’Alexis Tsipras n’entend pas poursuivre sur la voie des memoranda signés par ses prédécesseurs. Il y avait déjà eu il y a quelques jours la déclaration fort claire du Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, selon laquelle les règles européennes l’emportaient sur les demandes formulées par un peuple européen à travers sa démocratie nationale. Depuis hier soir, il devient évident qu’au delà des seules déclarations qu’il s’agit de faire pression sur le nouveau gouvernement grec pour qu’il accepte de revenir sur ses promesses de campagne, et pour qu’il continue à appliquer une politique d’austérité, dont même le (très gauchiste) Président des Etats-Unis, Barack Obama, a souligné récemment et publiquement la bêtise du point de vue économique.

Dans le cadre français, on commence donc à bien comprendre pourquoi le FN de Marine Le Pen avait tant apprécié la victoire électorale de l’extrême-gauche grecque. En effet, si la BCE, l’Allemagne de Mme Merkel et ses alliés, et la Commission européenne de J.C. Juncker, arrivent finalement à rendre nulles et sans effets toutes les promesses faites à leurs électeurs par les deux partis composant le nouveau gouvernement grec en menaçant la Grèce d’expulsion de la zone Euro, tous les partis souverainistes, nationalistes, europhobes, du continent tiendront là leur démonstration ultime par a+b qu’il n’y a vraiment rien du tout à attendre d’une Union européenne fâchée avec toute idée de démocratie nationale, du moins de démocratie nationale chez les Etats vassaux d’un centre formé par l’Allemagne et ses alliés. L’humiliation infligée au gouvernement Tsipras (y résisterait-il d’ailleurs?) éduquera certes les électeurs des autres pays tentés de se plaindre, dont bien sûr nos concitoyens. Cela montrera par ailleurs aux militants de l’extrême droite que les gauchistes comme A. Tsipras & Cie ne sont pas comme prévu à la hauteur de la situation, et que seuls des nationalistes (de droite), des « patriotes », sont prêts à aller à l’affrontement avec l’Union européenne au nom de la souveraineté du peuple. Quel magnifique résultat cela va être, vraiment. I’m so happy.

En outre, que le bloc des austéritaires gagne ou doive tout de même admettre  un compromis avec le nouveau gouvernement grec, toute cette affaire grecque continuera à constituer une démonstration sans fin que la « solidarité européenne »  ne reste au mieux (ou au pire?) qu’une réalité financière: chaque dirigeant européen autour de la table du Conseil européen est d’abord et avant tout le représentant de ses électeurs, et il s’avère incapable de prendre en compte les besoins et les souffrances des populations des autres pays de l’Union européenne. La Grèce constitue pourtant un cas d’école en la matière : tous les chiffres disponibles montrent que la situation sanitaire, économique et sociale de la population grecque est alarmante, que les évolutions depuis 2010  en la matière contredisent les promesses de bien-être faite dans les Traités européens aux peuples de l’Union européenne. Cependant, cet aspect de « bonheur national » (qui est d’ailleurs censé guider depuis peu les politiques publiques des pays de l’OCDE) ne joue vraiment aucun rôle dans le grand jeu en cours. Les bases sociopolitiques, émotionnelles, affectives, du « fédéralisme de la zone Euro », que d’aucuns (comme le groupe Eiffel) réclament comme la solution institutionnelle à la crise de l’Euro, semblent se défaire sous nos yeux à mesure que celle-ci avance. Certes, il existe aussi l’affirmation de courants d’opinion transnationaux de solidarité (en l’occurrence de soutien par une partie de la gauche européenne au gouvernement Tsipras et à ce qu’il représente), mais, pour l’heure, ces courants s’avèrent très minoritaires (pour ne pas dire plus) au niveau des gouvernements qui dominent l’Union européenne.

Et, là, je ne parle même pas de la possibilité que tout cela finisse par un « Grexit », une sortie contrainte de la Grèce de la zone Euro. Cela serait la démonstration que l’Euro n’est pas irréversible, juste une question de convenance, vraiment le début de la fin pour l’Euro et l’Union européenne. Vraiment un trop beau cadeau pour le FN et quelques autres.

De la « Loi Macron » ou de la paralysie montante du pouvoir « socialiste ».

Hier matin, mercredi 9 décembre 2014, le contenu de la « Loi Macron » a été finalement détaillée d’abord au Conseil des Ministres, puis devant les médias. Les mesures annoncées, correspondant largement à ce qui avait filtré dans la presse depuis quelques jours, s’inscrivent parfaitement dans le grand référentiel « néo-libéral » des politiques publiques en vigueur depuis au moins les années 1980. Faites en sorte qu’il y ait plus de concurrence entre offreurs de biens et de services, et vous aurez plus de croissance économique par le simple fait que les prix des biens et services concernés baisseront et que les consommateurs dégageront ainsi du pouvoir d’achat pour acheter d’autres biens et services, entrainant ainsi de la croissance. Par exemple, la « Loi Macron » veut libéraliser le transport par autocar en France. Cela accroitra la concurrence avec les autres moyens de transport individuels et collectifs, le prix baissera et/ou la qualité augmentera, les consommateurs de transport seront plus satisfaits qu’avant, ils garderont leur bel argent pour faire d’autres achats. Ils achèteront par exemple sur un cybermarchand une console de jeu fabriquée en Chine par exemple…

Au delà de son inspiration 100% néo-libérale – qui aurait aussi bien pu être présentée par une majorité de droite -, cette « Loi Macron » frappe en fait surtout par sa tiédeur. Nos partenaires européens (c’est-à-dire en pratique la Commission européenne de Mr. Juncker, la Banque centrale européenne de Mr. Draghi, et l’Allemagne de Madame Merkel) attendent en effet des « réformes structurelles » pour prix de leur magnanimité en matière de dépassement par la France des critères de déficit public et de dette publique. Le « paiement » dans cette monnaie bien particulière qu’est devenue entre pays européens de la zone Euro la « réforme structurelle » est attendu en mars 2015. Or cette « Loi Macron » d’évidence ne fera pas le poids. Ce n’est pas en autorisant un peu plus largement le travail le dimanche que l’on satisfera les Dieux voraces de la zone Euro. Pour l’instant, il n’est question que de quelques dimanches de plus et d’extension de l’ouverture des commerces le dimanche dans certaines zones … or, en bonne logique néo-libérale, le travail du dimanche devrait être autorisé encouragé toujours – tous les dimanches du premier au dernier – et son extension spatiale, conçue comme une nécessité historique d’envergure mondiale (le temps est argent en tout temps et en tout lieu!), ne doit pas s’encombrer en plus d’archaïques discussions avec les syndicats représentatifs (de quoi d’ailleurs? un syndicat est une association de délinquants prédateurs du bien public pour un néo-libéral cohérent). D’évidence, du point de vue néolibéral, il faudrait des sacrifices bien plus consistants pour que le compte y soit (les « 35 heures », les seuils sociaux, les jours fériés, les congés payés, le « contrat unique » à la Tirole, le statut de fonctionnaire, etc.), or, de fait, dans le projet Macron, il n’y a vraiment rien  à ce stade de bien révolutionnaire sur le marché du travail.

Ce texte proposé pourtant par un jeune Ministre qu’il serait fort malséant de soupçonner de quelque « conservatisme » que ce soit montre donc que la Présidence Hollande considère qu’elle ne peut plus aller plus loin. D’une part, elle se méfie sans doute de la « fronde » dans les rangs des parlementaires socialistes, et, d’autre part, elle sait bien qu’elle se trouve à un minimum de popularité qui la rendrait très fragile devant tout mouvement social de grande ampleur. On semble donc entendre déjà en haut lieu les cris « Hollande dégage! » hurlés par les masses en furie.  Comme pour l’Ecotaxe et ses possibles camionneurs Chilean style, il est donc urgent de reculer – ou tout au moins de ne pas avancer trop imprudemment.

L’annonce faite ce matin même par l’Élysée que, finalement, le budget des Universités serait moins amputé que prévu, s’inscrit dans la même logique. Il ne faudrait pas que, poussés par des universitaires évidemment manipulateurs,  mécontents de tant de coupes déguisées en mirobolantes augmentations de crédits, qui protestent aujourd’hui, « la jeunesse soit dans la rue ».

Personnellement, je doute que la France s’en tire à si bon compte auprès de nos partenaires européens. Il faudra bien leur donner quelque chose de plus dès le printemps 2015. Cela sera sans doute la tâche d’un autre gouvernement, peut-être d’une autre majorité, voire d’un autre Président. Les « socialistes » ont donné tout ce qu’ils pouvaient – électeurs, élus, cohérence (cf. leur charte de valeurs à peine adoptée…), honneur (cf. les reniements dans leurs rangs sur le travail du dimanche )- à la très noble cause du néolibéralisme, d’autres acteurs devront entrer en scène, sans doute après les élections départementales. Elles mettront sans doute fin à toutes les illusions des socialistes sur leur  degré de popularité dans le pays. La messe sera dite, si j’ose dire.

Y’a Bon l’austérité! Y’a Bon la crise!

Toutes mes excuses à mes lecteurs pour le titre un peu vulgaire de ce post, mais j’ai  vraiment de plus en plus de mal à contenir mon exaspération face aux errements de la Présidence de François Hollande. En ce début d’automne 2014, nous semblons en effet nous acheminer vers une phase ultérieure de la longue crise européenne commencée en 2008, celle où la France va occuper le centre de la scène. Les indicateurs économiques sont médiocres en France pour 2014, et les prévisions de croissance de l’INSEE pour 2015 sont désormais inquiétantes. Se situant à bien moins de 1,5% de croissance, elles signifient à coup sûr l’augmentation du chômage.

De fait, il est clair que le piège européen se trouve en train de se refermer sur la France. Le budget 2015, proposé par le gouvernement de Manuel Valls, essaye de combiner une acceptation de la logique de l’ajustement structurel (le « consensus de Bruxelles »), typique des règles européennes, avec une prise en compte de la détérioration de la conjoncture macroéconomique en France et en Europe. On ferait donc comme prévu en janvier 2014 des économies à hauteur de 21 milliards d’euros l’an prochain, mais pas plus que prévu, pour ne pas que le « multiplicateur » ne joue trop négativement sur la conjoncture. On repousserait le retour au 3% (en part de PIB) de déficit budgétaire de deux ans encore à 2017, alors qu’on avait déjà négocié un report à 2015.  Or des bruits courent déjà dans les médias que ce budget 2015 sera refusé par la Commission européenne. Il ne correspondrait pas à ce à quoi la France s’est engagé, en particulier dans le plus récent traité (TSCG) ratifié sous la Présidence de F. Hollande.  L’accueil plutôt désagréable fait par les Eurodéputés de droite lors de son audition à Pierre Moscovici, candidat au poste de Commissaire européen aux Affaires économiques, témoigne s’il en était encore besoin de l’écart des visions présentes en Europe sur les moyens de sortir de la crise économique : Moscovici, pourtant vu  par une bonne partie de la gauche française comme un néo-libéral sans nuances, a été en somme accusé de ne pas avoir su imposer de « la vrai austérité qui saigne » en France quand il était Ministre de l’économie, comment saurait-il alors garantir que les règles imposant l’austérité à tous les pays soient respectées, en particulier par la France? Moscovici semble avoir été déçu de tant d’ingratitude…

Bref, malgré les preuves empiriques accumulées depuis 2010 que réduire les budgets publics ou augmenter les impôts en période de récession nuit à la croissance économique, la majorité relative de droite en Europe et la majorité de son aile française tiennent exactement pour le contraire : l’austérité ne peut pas nuire à la croissance, tout au moins à terme. Une bonne saignée rétablit le malade. Il est, par ailleurs, à ce stade de la crise (nous sommes en 2014, pas en 2010) probable que les « austéritaires » savent en fait parfaitement que l’austérité nuit fortement à la croissance et à l’emploi, mais que leurs objectifs se trouvent ailleurs que dans la croissance et l’emploi. On peut faire l’hypothèse qu’il s’agit en fait d’en finir à l’occasion de cette crise avec les formes de démarchandisation de la vie qu’instituait l’État social : la France « socialiste » constitue du coup une cible d’autant plus importante dans la mesure où beaucoup croient en Europe que nous aurions encore en 2014 un État social particulièrement généreux et un marché du travail particulièrement rigide et protecteur.  Un stage de terrain auprès des bénéficiaires du RSA-socle ou du Minimum-vieillesse, ou bien dans une agence d’Intérim, d’un certain nombre de commentateurs européens, en particulier de l’Europe du nord, changerait peut-être ces fausses perceptions, mais il faut tenir compte de ces croyances en une « douce France » où, sans être un rentier ou un gagnant à l’Euromillion, l’on pourrait vivre comme un nabab sans travailler.

Plus généralement, nous en restons toujours au dilemme apparu dès les années 1970 (sic) : doit-on et peut-on gérer l’économie européenne comme un tout où l’on pourrait penser à faire une politique macroéconomique pour l’ensemble européen, ou doit-on se contenter simplement de rendre compatible les politiques macroéconomiques nationales avec l’existence d’une intégration économique et monétaire poussée?  De fait, la situation n’est pas si différente avec ces années-là, certes fort lointaines, où les partenaires de l’Europe des 9, puis des 12, n’arrivaient à coordonner leurs efforts de relance économique, et où ils ont fini avec le Traité de Maastricht pour opter pour la non-relance partagée, associée à la création d’une monnaie unique. C’est toujours en somme la question du partage des coûts et des bénéfices d’une relance économique qui fait achopper l’Europe depuis plus de 40 ans. Nous ne sommes décidément pas aux États-Unis, où c’est le budget fédéral, fondé sur une taxation directe des individus et des entreprises, qui peut relancer l’économie au cas où sans qu’il y ait au départ une discussion entre Etats fédérés sur qui finance la relance et sur qui en bénéficiera vraiment. Quoiqu’il en soit de ces considérations institutionnelles,  F. Hollande va du coup peut-être être amené à aller où il ne voulait pas du tout aller.

En effet, si la Commission européenne rejette effectivement le budget 2015 de la France, il faudra en effet choisir : soit le gouvernement de Manuel Valls modifie son budget pour s’ajuster aux règles européennes, donc augmente les impôts et/ou diminue les dépenses encore plus par rapport à la première version, et, là, il sera clair aux yeux de tous les citoyens un peu informés que la France a vraiment perdu sa souveraineté budgétaire sous la Présidence Hollande, il sera clair aussi pour beaucoup que la France s’engagera alors dans une spirale dépressive pour quelques années. Nous allons tous visiter la Grèce, voire la Lettonie, sans bouger de notre place. Soit le gouvernement de Manuel Valls refuse de revoir son budget, et, là, il faudra assumer un conflit avec les partenaires européens sur le sens même de la politique économique européenne.  Paradoxalement, le très prudent et pusillanime François Hollande a déjà un allié dans ce combat éventuel : l’actuel Président du Conseil italien, Matteo Renzi. Ce dernier a en effet récemment déclaré que personne en Europe ne devait être traité comme un élève par un instituteur. En effet, vu l’état de l’économie italienne (en récession depuis 2011), M. Renzi se rend bien compte que la dernière chose dont l’Italie aurait besoin, c’est d’une France qui se mettrait à ressembler à la Grèce et qui, en voulant rétablir ses comptes publics, emporterait toute l’économie européenne vers le fond, l’Italie la première.

Au vu de ses choix depuis son arrivée au pouvoir en 2012, il est fort probable que F. Hollande accepte un compromis, il lui en coûtera encore quelques points de popularité, et l’on pourra prendre les paris sur le jour où le chiffre de sa popularité sera égal à celui du taux de chômage en France. Je me demande par contre comment les députés socialistes « frondeurs » et assimilés vont pouvoir accepter l’éventuelle seconde version du budget 2015, revue et approuvée par la Commission européenne. Je suivrais avec joie les contorsions d’un Pierre-Alain Muet, ci-devant (macro)économiste, allant répéter partout ces temps-ci que le choix de l’austérité à marche forcée n’est pas le bon: jusqu’où ira sa loyauté partisane? Right or wrong, my party! La nemesis socialiste approche de plus en plus, et je ne m’en réjouis guère.

L’absence de changement, c’est maintenant et pour l’éternité.

La démission du gouvernement Valls I et sa reconstitution immédiate sous forme d’un Valls II épuré de ces (rares) éléments (supposés) gauchistes constituent d’évidence l’aboutissement d’un parcours commencé dès l’été 2012. Contrairement à ce qui a été beaucoup écrit et contrairement à ce que prétend le Président de la République lui-même en mettant en avant son Pacte de responsabilité de janvier 2014, la ligne économique et sociale est toujours restée la même. Je l’ai moi-même constaté en la suivant au jour pour les besoins d’un article de politique comparée en anglais, devenu ensuite un working paper en français (disponible sur le site de l’IEP de Grenoble). Pourtant présente dès l’été 2012, elle était relativement indicible au début du quinquennat, parce qu’elle reste bien trop choquante par rapport aux attentes (classiques) du « peuple de gauche ». Maintenant, elle peut apparaître en pleine lumière. Le dit « peuple de gauche » a fait défaut aux municipales et aux européennes, il ne reviendra sans doute pas voter pour le PS aux régionales de l’an prochain. Les dégâts en matière de postes électifs et de prébendes associées sont en fait désormais largement acquis, et il n’est pas utile de pleurer sur les pots de lait renversés. Le Président Hollande peut donc faire ce qu’il croit être bon pour le pays sans plus  s’occuper de ces aspects électoraux propres au  PS. Il est donc possible de ne plus cacher un Emmanuel Macron dans les couloirs de l’Élysée, il est même devenu jouable de l’exposer en pleine lumière au Ministère de l’Économie. Ce n’est là finalement que justice, puisque cet inspecteur des finances, passé par la Banque Rothschild, était le principal conseiller économique du Président Hollande depuis son entrée en fonction en 2012. Comme il se trouve sans doute largement être l’un des responsables des choix économiques faits depuis lors, il est  logique, et honnête vis-à-vis des électeurs, qu‘il assume son bilan présent et à venir. Les électeurs sauront en effet au moins qui vouer aux gémonies si toute celle telle mécanique de « redressement » ne fonctionne pas. Même remarque pour Pierre Gattaz, l’actuel dirigeant du MEDEF, qui semble désormais approuver pleinement la ligne suivie par le gouvernement Valls I et annoncée pour le gouvernement Valls II.  Les médias parlent à très juste titre de « clarification ». La « désinflation compétitive » des années 1980 connaitra donc son digne héritier dans la « dévaluation interne » des années 2010. De ce point de vue, l’augmentation du chômage, inexorable selon ce que les économistes prévoient, n’est nullement une mauvaise nouvelle pour le gouvernement Valls II, puisqu’elle signifie une plus grande modération salariale encore, ce qui est bien l’effet recherché. En effet, si la France veut tenir le rythme de la baisse des coûts du travail face à l’Espagne et au Portugal  (et à l’Allemagne dans une moindre mesure), il faudra encore faire quelques gros efforts, et quelques points de chômage supplémentaire auront un effet disciplinaire bienvenu sur les aspirants et actuels salariés. (Si la France entrait vraiment en déflation, il faudra aussi penser à baisser les traitements des fonctions publiques,  le SMIC et les minima sociaux…, à la manière grecque, mais là j’ai peur que cela coince un peu tout de même.)

Maintenant que les choses sont claires, il reste un tout petit détail à régler : les quelques députés socialistes qui avaient, soit mal compris en 2012 le fond de la pensée de F. Hollande par simple naïveté militante (pourtant ce n’est pas faute d’avoir été prévenu par l’histoire du PS depuis 1981), soit voulu mal comprendre par espoir fort déplacé que cela ne soit pas ainsi et que l’on puisse changer le rapport de force de l’intérieur.  Le gouvernement Valls II va demander un vote de confiance à la Chambre des députés : toute la question est désormais de savoir si les « frondeurs » et autres mécontents supporteront l’humiliation que F. Hollande et M. Valls viennent de leur infliger ces trois derniers jours. Est-ce que d’ici ce vote de confiance des mesures, même parfaitement symboliques, seront prises pour leur éviter de perdre totalement la face? de ne pas finir par être les Gérard Filoche de service? soit une de ces personnes, pour moi  au final un peu étranges du point de vue de la décence ordinaire qu’on attend dans l’espace public, qui perdent tous les combats internes à leur parti et qui font mine d’y croire encore? Le partisan du nucléaire civil chez les Verts, de l’augmentation des minima sociaux à l’UMP, ou de l’immigration de masse au FN…

Avec la réaffirmation d’une ligne économique « approuvée par le MEDEF » et la nomination d’un E. Macron à un poste ministériel d’une telle importance et visibilité, le duo Hollande-Valls n’est-il pas en effet allé trop loin dans l’humiliation de certains? Le duo compte visiblement sur la peur supposée de ces députés de « tuer le PS » en provoquant la dissolution de l’Assemblée nationale qui résulterait de leur refus de voter pour ce gouvernement Valls II et surtout de finir ainsi sans gloire leur carrière politique ? Certes, nos « frondeurs » peuvent avoir peur pour leur avenir personnel, mais Hollande et Valls ont-ils bien fait leurs calculs? Bien sûr, ils les connaissent bien mieux que moi, ces élus de base, et ils peuvent bien juger d’expérience pour avoir participé, directement ou indirectement, à leur sélection que ce sont tous des « petites bites » sans courage, des « employés du mois », mais qui sait?  Cela pourrait mal tourner. F. Hollande n’aurait plus alors qu’ à dissoudre et attendre la victoire probablement écrasante de l’UMP-UDI-Modem. L’opposition en cas de dissolution et de victoire de son camp a en tout cas raison d’annoncer qu’elle refuserait toute cohabitation avec F. Hollande. Espérons qu’elle tienne jusqu’au bout cette (bonne) résolution, car cela permettrait au moins de montrer que le PS à la Hollande ne mène qu’à une impasse et d’espérer débarrasser durablement la gauche de ce parti. Cette démission forcée de F. Hollande rétablirait au moins l’espoir d’une gauche qui resterait loyale à l’avenir  à ses électeurs.

En tout cas, vu cette orientation économique et sociale réaffirmée, il ne faudra pas venir se plaindre ensuite de tout ce qui arrivera ensuite électoralement à la « gauche de gouvernement ». Le modèle de la manœuvre en cours, le SPD lui-même, ne s’est d’ailleurs pas complètement remis des années Schröder, pour ne pas parler du PASOK ou des socialistes hongrois et polonais. Il ne faudra pas se lamenter non plus de la hausse de l’abstention, il ne faudra pas se désoler outre mesure non plus si une bonne part des électeurs pensent que « l’UMPS » en matière économique et sociale existe bel et bien, et qu’ils en tirent certaines conséquences pour le moins désagréables.

Enfin, maintenant, au moins, c’est sûr, la France va se redresser!  Je m’en vais de ce pas consommer, emprunter, faire la fête.