Archives de Tag: populisme

E. Macron: plouto-populisme, stato-populisme, centrisme?

Et voilà, c’est fait : François Bayrou et ce qu’il reste du Modem autour de lui vient de rejoindre la candidature présidentielle d’Emmanuel Macron. Il ne sera pas apparemment le dernier des anciens UDF à le rejoindre, déjà le pourtant très grincheux Jean-Louis Bourlanges vient, semble-t-il, de se rendre malgré ses grommellements euro-républicains dans Slate. Cette alliance au nom du centrisme bon teint est d’autant plus piquante à observer qu’à l’automne dernier encore, le même F. Bayrou prétendait – à en croire quelques tweets que des fâcheux ressortent à propos – se méfier du dit E. Macron et des grands intérêts économiques qui le soutenaient, et il me semble même bien d’ailleurs me souvenir que toujours le même F. Bayrou a tenu des propos peu amènes sur le dit E.  Macron lors d’une Matinale de France-Inter il n’y a pas si longtemps. Souvent centriste varie, bien fol qui s’y fie. Quoi qu’il en soit, ce ralliement, comme les autres soutiens engrangés parmi les élites du « cercle de la raison » (A. Minc & Cie) témoigne de la crédibilité qu’a atteint la candidature d’E. Macron à ce stade de la campagne électorale pour le premier tour de cette présidentielle 2017.

Mon jeune collègue Fabien Escalona a donné pour Médiapart l’analyse la plus acérée à ce jour du phénomène, en rappelant qu’E. Macron et son mouvement En Marche! n’étaient pas sans évoquer des entreprises similaires de conquête de l’électorat dans l’histoire européenne récente. Il rappelle fort à propos que cela a  été théorisé en science politique sous le nom de « business firm party » dès la fin des années 1990 – sans que toutefois l’expression soit beaucoup reprise par la suite. La montée en généralité conceptuelle a été en effet difficile à imposer en raison de la dépendance presque totale de ces « partis-fonctionnant-à-la-manière-d’une-firme-privée » à leur fondateur et leader et au destin de ce dernier dans chaque contexte national particulier. En effet, il s’agit toujours d’une organisation, créée ex nihilo autour d’un leader charismatique auto-proclamé et ayant le plus souvent le mérite de ne pas être un homme politique de longue date. Comme ce parti challenger se veut la voix du peuple tout entier, son leader critique toutes les élites politiques en place, sauf bien sûr celles qui se rallient opportunément à lui. Laissez venir à moi les petits enfants. Son orientation la plus visible prend soin de se couler dans les grands courants de l’opinion tels que les lui dévoilent les sondages d’opinion. Je vous ai compris! Son leader invoque un nécessaire renouveau du pays au delà des clivages habituels et un rassemblement des hommes et femmes de bonne volonté autour de sa personne. La rhétorique du mouvement que ce type de leader entend créer est donc clairement populiste. (Je n’aime certes guère ce terme qui finit par être un obstacle sérieux à l’analyse de la réalité politique à force d’être employé pour des forces politiques aux orientations idéologiques et aux histoires opposées, mais, en l’occurrence, il correspond bien à la rhétorique d’ E. Macron du coup de balai et de la nouveauté qu’il prétend représenter, opposés à tous les autres candidats, rhétorique qu’on appelle de fait dans le langage courant populisme.)   Surtout dans le cas de ces business firm party, contrairement à d’autres partis émergents tenant  au nom du peuple un discours similaire de rupture avec tous les partis déjà là – ce qui ne peut que être le point commun à tout parti nouvellement créé -, aucune base militante du parti ou milieu partisan (pour paraphraser mon collègue F. Sawicki) ne préexiste  au leader qui tient ce discours. La base militante ne provient donc pas d’une mobilisation sociale ou pré-politique préalable d’une partie de la population. Elle est recrutée à la va-vite par ce dernier et ses proches au fil de la campagne électorale comme des supporters d’une équipe qui va nécessairement gagner.

En effet,  l’organisation du mouvement part du sommet. De fait, elle ne peut exister et se déployer rapidement que parce que le leader dispose lui-même de moyens économiques importants – ou bien parce que des personnes qui en disposent lui en procurent. (En l’occurrence, E. Macron bénéficie d’évidence de la manne de dons de personnes pouvant donner dans les limites imposées par la loi française, soit 7500 euros par an, et il peut de ce fait selon ce qui est paru dans la presse salarier actuellement 50 personnes.) Par ailleurs, le programme de ce genre de partis challengers, souvent promus par un milliardaire, comme la Team Stronach en Autriche il y a quelques années ou l’ANO 2011 de Andres Babis en République tchèque au même moment, ou attirant l’argent des groupes les plus aisés de la société comme Scelta Civica de Mario Monti en Italie en 2013 , se trouve être de manière plus ou moins avouée, néo-libéral.(L’orientation vis-à-vis de l’Union européenne varie par contre beaucoup.) Bien que le terme n’existe pas en science politique, il me semble donc qu’on pourrait inscrire E. Macron dans cette famille du « plouto-populisme », soit d’une entreprise de conquête de l’opinion sous des oripeaux populistes qui ne peut toutefois exister que parce qu’elle est portée par des groupes fortunés pour faire une fois au pouvoir ce qu’ils croient être – à tort ou à raison d’ailleurs – leurs intérêts. L’un des premiers exemples de ce genre de stratégie de rupture de l’ordre électoral par le haut remonte en fait à la candidature du milliardaire Ross Perot lors des élections américaines de 1992.

Bien sûr, comme le remarque F. Escalona à juste titre, l’exemple le plus patent d’une telle entreprise de conquête de l’électorat par une puissance économique n’est autre que celle de Silvio Berlusconi en 1993-94 en Italie. Constatant l’écroulement du camp électoral modéré (DC-PSI-PSDI-PRI-PLI) suite aux scandales dits de « Mains propres » (et voulant aussi sauver sa peau d’entrepreneur très lié à une partie de ce même camp électoral qui se trouve en train de s’écrouler), S. Berlusconi, cet ancien client ou allié du Parti socialiste italien (PSI), crée donc un parti ex nihilo, Forza Italia, autour de sa personne. Ce parti n’est au départ littéralement qu’une filiale de son conglomérat économique. Or ce dernier, spécialisé dans les médias télévisuels et la publicité grand public, se trouve alors à la pointe de ce qui se fait de mieux en Italie en matière de marketing et de communication. Comme le montre le reportage de Mediapart sur les dessous organisationnels de la « start-up » Macron, on observe mutatis mutandis la même avance des « macronistes » dans l’usage des instruments de connaissance et de manipulation de l’opinion publique.  Le parallélisme entre  le « berlusconisme » et le « macronisme » me parait d’autant plus troublant qu’il existe aussi une parenté idéologique entre les deux. En effet, comme ce dernier incarne au mieux le devenir néo-libéral d’une bonne partie du PS, le « berlusconisme » s’était constitué en continuité avec l’involution néo-libérale du PSI des années 1980 que S. Berlusconi avait accompagné culturellement à travers le contenu pour le moins débilitant de ses trois chaînes de télévisions depuis les années 1970. C’est donc dans les deux cas le socialisme partidaire qui, à travers sa défense de l’individu et de ses droits, de son émancipation, finit par muter  en défense d’un individualisme acquisitif, soutenu concrètement comme entreprise électorale nouvelle par une ou des grandes entreprises ou les milieux d’affaires. Il faut cependant ajouter que E. Macron réussit pour l’instant un miracle dont S. Berlusconi n’avait eu pas besoin de réaliser : malgré son passé très récent auprès du très impopulaire Président F. Hollande, il réussit en effet à se présenter comme un homme nouveau aux idées neuves. Au moins, quand S. Berlusconi propose son « parti libéral de masse » pour reprendre une expression de l’époque à l’attention des électeurs italiens, il a quelques preuves à faire valoir de ses intentions en ce sens – ne serait-ce que parce qu’il a imposé la présence de ses télévisions privées contre la législation étatique en vigueur. Pour E. Macron, c’est l’illusion parfaite, ou la « lettre volée » comme dans la célèbre nouvelle d’E. A. Poe.

Par ailleurs, à cette proximité entre le « berlusconisme » et le « macronisme », il faut ajouter la même capacité à exister – dans un premier temps tout au moins – uniquement par les sondages. S. Berlusconi avait en effet réussi à faire croire à la poussée de  Forza Italia d’abord grâce au fait que les sondages lui ont été immédiatement favorables (y compris ceux faits par des sondeurs proches de son propre groupe économique), ce qui a incité aux ralliements de certains politiciens modérés et permis la constitution d’une double alliance Nord/Sud de toutes les droites autour de lui. De même, pour l’instant, c’est la croyance collective – y compris la mienne! – dans la validité des sondages qui fait exister le « macronisme » – avant même qu’aucun vote réel n’ait jamais été exprimé pour E. Macron. On notera aussi dans le registre des parallélismes cette récente  promesse d’E. Macron d’exempter la masse du bon peuple de France de la taxe d’habitation. Or il se trouve que S. Berlusconi a fait son miel d’une promesse similaire lors de ses dernières campagnes électorales en date (2006, 2008 et 2013), non sans d’ailleurs s’embrouiller à ce sujet, d’une part, avec les autorités européennes à raison de la perte de revenus que cela représentait pour l’État italien et, d’autre part, avec les collectivités locales italiennes privées de ce revenu essentiel. Cette promesse d’E. Macron semble en tout cas montrer qu’il a compris comme S. Berlusconi qu’il faut prendre l’électorat modéré par les grands sentiments du porte-monnaie.

Au delà de ces parallélismes (et peut-être de l’inspiration que trouve E. Macron dans le cas Berlusconi? ), il ne faut pas toutefois nier les différences. S. Berlusconi, quand il entre en politique en 1993-94, se situe sur une ligne plutôt nationaliste. Il tend à critiquer l’Union européenne. (Il changera ensuite, pour revenir ensuite à ses débuts.) Les élites économiques et universitaires italiennes les plus légitimes sont généralement très réticentes à son égard, et les grands médias (enfin ceux qu’il ne possède pas…) ne le voient guère d’un bon œil. De fait, le modéré S. Berlusconi a surtout réussi à coaliser toutes les droites italiennes autour de lui, jusqu’ici exclues de toutes coalitions possibles avant 1994, en s’alliant avec les régionalistes nordistes de la Ligue du Nord d’U. Bossi au nord du pays et avec les néo-fascistes du Mouvement Social Italien de G. Fini au sud et au centre du pays, tout en se ralliant les démocrates-chrétiens les plus à droite. Le « macronisme » est constitué à ce stade de la campagne comme une entreprise résolument et limitativement centriste. C’est le grand bal mondain de tous les coalisables et coalisés. C’est le retour surprenant de la « Troisième force » d’avant 1958 dans une Vème République guère favorable pourtant à cette formule (malgré les « ouvertures » de 1988 ou de 2007). On verra bien ce qu’il en advient s’il arrive à passer le premier tour. Toutefois, il va de soi que E. Macron ne ralliera pas à son panache blanc ni les droites et extrêmes-droites considérant la colonisation comme un fait positif de l’histoire de France ni les gauches et extrêmes-gauches opposées à son œuvre législative comme Ministre de l’économie de F. Hollande. Il vivra du centre, et il y vaincra ou périra.

Par ailleurs, même si les liens entre E. Macron et certains milieux d’affaire paraissent difficilement niables, son aventure m’évoque aussi la théorie du « parti-cartel » de R. Katz et P. Mair énoncée dès 1995. En effet, cette théorie énonce que, dans les vieilles démocraties, les partis politiques ne portent plus les demandes des populations en direction de l’État, mais qu’ils sont devenus à l’inverse des instruments à travers lesquels les élites qui gèrent les États recrutent des électeurs pour légitimer ce que ces dernières avaient de toute façon l’intention de faire. De ce point de vue, certains ralliements d’économistes néo-libéraux depuis longtemps bien en cour au sommet de l’État au « macronisme » (comme son responsable de son programme, Jean Pisani-Ferry), tout comme la défense de l’ordre européen actuel par E. Macron, me ferait plutôt évoquer à son sujet un « stato-populisme ». Ces élites d’État rêvent, semble-t-il, de toujours plus de réformes structurelles. E. Macron leur promet de faire enfin le nécessaire et d’amener le bon peuple à accepter de bonne grâce la potion proposée – ce qui faut bien le dire tient presque de la magie tant la proximité de ce que notre bon apôtre propose est grande avec ce même « socialisme de l’offre » qui a tout de même réussi à rendre F. Hollande le Président de la République le plus impopulaire de la Vème République au point de le mettre en incapacité de se présenter à sa réélection.

Bien sûr, on dira sans doute que ma distinction « plouto-populisme » ou « stato-populisme » est des plus spécieuse. En effet, ce qui se profile derrière E. Macron, c’est l’intrication entre la très haute fonction publique qui croit dur comme fer au néo-libéralisme et à l’Union européenne, le monde des grandes entreprises du CAC 40, et celui des économistes les plus dominants qui ne savent que penser au fil des décennies l’avenir néo-libéral du pays.Après tout, il ne s’agit dans le fond que de « centrisme » dans toute sa beauté conservatrice de l’ordre économique et social existant. « Tout changer pour que rien ne change », l’habituel transformisme comme le souligne à juste titre F. Escalona..

Il reste toutefois qu’une anomalie demeure. Pourquoi une partie de ces élites centristes sont-elles en train de se rallier à E. Macron au lieu de soutenir béatement le candidat de la droite républicaine dans la recherche d’une tranquille alternance?  Certes, il y a le scandale autour des présumés emplois fictifs de la famille Fillon, mais la candidature d’E. Macron précède de quelques bons mois ce rebondissement. Tout de même,  après tout, F. Fillon a proposé à l’automne 2016 un programme de « réformes structurelles » tout à fait alléchant, validé par des millions de braves électeurs et non simplement par des sondages. Au delà de la personne de F. Fillon et de ses embrouillaminis judiciaires, qu’est-ce qui explique le manque de confiance dans cette droite républicaine? Pourtant, elle a donné des gages à travers les projets qu’elle a voté au Sénat depuis qu’elle en a repris le contrôle.

Ma première hypothèse pour expliquer ce doublon Macron/Fillon pourrait bien être l’absence de confiance dans la loyauté européenne de F. Fillon. Après tout, ce dernier a été un proche de P. Séguin, il pourrait donc  bien se souvenir en cas de difficultés de cette proximité, et privilégier les intérêts de ses électeurs à ceux de l’Union européenne. Il a aussi, semble-t-il, tissé des liens personnels avec V. Poutine. De ce point de vue, E. Macron parait un élément bien plus sûr.

Ma seconde hypothèse pour expliquer ce doublon serait le fait que justement le « macronisme » n’étant pas du tout à ce stade tout au moins  un parti au sens ordinaire du terme ne pourrait pas une fois arrivé au pouvoir être redevable de quoi ce soit à une base électorale organisée. La droite républicaine au contraire doit quand même se préoccuper au choix du sort des médecins, notaires, Écoles libres, cathos, familles, agriculteurs, PME, personnes âgées, et autres corporations dont il est bien évident pour un économiste néo-libéral bon teint qu’il faut en faire tabula rasa au plus vite. La droite républicaine est aussi par ailleurs un réseau d’élus locaux, présents partout, même dans la France supposée inutile des campagnes et des petites villes, qui ne sont pas prêts à tous les sacrifices au nom de l’Union européenne et de la nécessaire compétitivité. Que G. Collomb, le grand féodal lyonnais « social-barriste », soit le premier soutien d’E. Macron correspond bien à cet égoïsme territorial des métropoles qui se débarrasseraient bien du fardeau de la France profonde.

Ma troisième hypothèse serait enfin que la droite républicaine apparaitrait trop proche des thèses du FN en matière de traitement des minorités visibles, et que cela finirait par nuire aux affaires. Il est vrai que pour l’Islam de France pour lequel plaide l’Institut Montaigne, avec un F. Fillon à la Présidence de la République (malgré son évidente proximité avec un responsable de ce même institut), cela parait mal parti.

Ce ne sont là que des hypothèses. Et après tout tout le monde sait bien que tout ce beau monde se rassemblera au second tour contre la candidate du FN pour que tout continue comme avant dans le meilleur des mondes possibles. Le reste n’est dans le fond  que détail. Et vive le populisme centriste ou le centrisme populiste du cercle de la raison!

PS. Je précise qu’en écrivant ces quelques lignes, j’ai conscience: a) de bien sûr « faire le jeu du FN » – puisque la continuité de fond du « macronisme » fera éventuellement sens à la veille du second tour –; b) d’être manipulé à l’insu de mon plein gré par les services de désinformation soviétique russe; c) d’être aigri de ne pas avoir été recruté pour conseiller louanger le grand leader – ceci d’ailleurs comme tous les journalistes ou universitaires  qui tentent de garder leur sang-froid face au « macronisme ». Tous des idiots utiles, des traitres ou des aigris.

Publicités

Jusqu’ici tout va bien… pour le PS.

L’élection législative partielle dans l’ancienne circonscription de Jérôme Cahuzac  s’est donc très bien déroulée au total pour le candidat du PS.  Il arrive tout de même troisième! Il a conquis pas les suffrages de pas moins de 10,35% des inscrits de la circonscription de Villeneuve-sur-Lot, soit 23,76% des suffrages exprimés. Pas si mal. Le candidat de l’UMP fait 12,54% des inscrits et 28,80% des exprimés, et le candidat FN fait 11,37% des inscrits et 26,11% des exprimés. Bien sûr, le PS subit une hémorragie en voix par rapport à 2012, et  le candidat du PS est sèchement éliminé du deuxième tour, comme il se doit avec un tel niveau d’abstention établi à 54,28% (sans compter un niveau de blancs et nuls de près de 5% parmi les votants).

Pourtant, tout va très bien, dans cette circonscription le PS reste malgré tout le grand parti indépassable de la gauche. Ni le « Front de gauche » (5,10% des exprimés) ni bien sûr les « Verts » (2,79% des exprimés) ne sont sur le point de le remplacer là-bas dans le cœur de l’électorat de gauche. Surtout, le PS ne tombe pas comme une pierre. Il n’est pas (encore?) à 5% ou moins des exprimés.

Ma réaction vous étonne? Simplement, je me permets de comparer implicitement la situation du PS avec celle du PSI (Parti socialiste italien) dans les années 1990. J’ai vu la mort électorale de ce parti, où il est passé en quelques mois au début des années 1990 de 15/13% des voix à 2/1%, pour ne plus jamais dépasser ensuite cet étiage lors de ses diverses tentatives de réincarnation. (Et il y en a eu, un vrai roman.) Je pense aussi à la mort électorale des socialistes polonais et hongrois, tout aussi brutale.

Pourquoi une comparaison avec le PSI?

Parce qu’en l’occurrence, s’il y a dû y avoir une législative partielle, c’est suite à l’affaire Cahuzac, magnifique exemple de corruption et d’arrivisme des élites socialistes de ces dernières années.  Pour voter le candidat du PS à Villeuneve-sur-Lot, il fallait bien différentier l’homme Cahuzac et le PS – pour ne pas voter aussi d’ailleurs, puisqu’il y a eu, semble-t-il, une candidate fantaisiste pro-Cahuzac. En pratique, cela veut dire que la marque PS est encore dissociée par une partie des électeurs de cette circonscription de la corruption avouée d’un de ses membres éminents. En Italie, à un certain moment (entre le printemps et l’automne 1992), le mot même de « socialiste » est devenu pour l’immense majorité de l’électorat un synonyme de « corrompu », et le beau mot de « socialisme » ne s’en est jamais remis (encore en 2013). Il est d’ailleurs intéressant de ce point de vue que le PS ait choisi de présenter son candidat et n’ait pas essayé de se cacher derrière une candidature unitaire d’un Monsieur Propre venu d’un autre parti de gauche.

Parce que la situation économique de la France (comme de l’Italie au début des années 1990) est pour le moins mauvaise (euphémisme) : chômage record, croissance nulle, et pouvoir d’achat stagnant ou en régression. Un candidat pro-gouvernemental n’a donc pas grand chose à faire valoir auprès de l’électeur comme bilan après un an de gouvernement de la gauche.

Donc, pour le moins, les vents étaient contraires au candidat du PS, et pourtant il fait tout de même un petit quart des suffrages exprimés, et le reste de la gauche n’est visiblement pas en état de modifier le rapport de force interne dans ce camp.

Donc j’en conclus que tout va bien pour le PS : il va continuer à perdre toutes les élections à venir, mais il restera la force à laquelle la majorité de l’électorat de gauche (en tout la partie qui va voter) s’identifie. En conséquence de quoi, une fois renvoyé dans l’opposition, ce qui ne manquera pas de se produire au train où vont les choses,  il pourra repartir à la conquête du pouvoir.

Le Batave plie, mais ne rompt pas.

Les élections anticipées du 12 septembre 2012 qui ont eu lieu au Pays-Bas ont donné lieu à des commentaires de la première heure soulignant la surprise que représentait la victoire des forces « pro-européennes », soit essentiellement le parti libéral du Premier Ministre sortant, Mark Rutte, le VVD, et le parti travailliste, le PvdA (membre du Parti socialiste européen), dirigé par Diederick Samsom, alors que les médias se seraient plutôt attendu à un succès des forces eurosceptiques (aux extrêmes droite et gauche du spectre politique). (Pour les résultats en français, voir l’excellent site de Laurent de Boissieu. ) Il est vrai que les sondages avaient évolué en ce sens dans les dernières semaines précédant le scrutin et que les médias avaient déjà rendu compte de ce retournement de situation, mais les articles un peu fouillés que les journalistes avaient produit sur la situation batave soulignaient tous que les électeurs néerlandais semblaient franchement exaspérés pour une raison ou pour une autre à l’égard de l’Europe.

Or il me semble que, contrairement à cette impression de surprise attendue puis déniée par les faits, cette élection aux Pays-Bas s’inscrit assez bien dans des logiques habituelles des élections contemporaines en Europe.

Premièrement, on se trouvait devant un cas typique de conflit entre partenaires de gouvernement. Le « Parti de la Liberté » (PVV) de Geert Wilders a retiré son soutien au gouvernement de coalition, dirigé par le libéral Marc Rutte au printemps dernier, à propos du financement d’un nouveau plan d’austérité, – gouvernement qu’il soutenait au Parlement sans y participer. Cette épreuve de force s’est mal terminée pour lui puisqu’il a perdu presque la moitié de ses députés (passant de 24 à 15 sur 150 dans la Chambre basse), en faisant passer son pourcentage d’électeurs de 15,4% à 10,1%. Le parti le plus extrémiste d’une coalition s’expose en effet à subir ce genre de déconvenues lorsqu’il prend l’initiative de rompre l’alliance : en effet, d’une part, ses électeurs les plus extrémistes auront déjà été troublés au moment de la signature de cette dernière de le voir transiger avec le diable, ils auront eu en plus le sentiment au fil des mois que le programme du parti n’était pas  complètement mis en œuvre dans les politiques publiques de la coalition gouvernementale, et, d’autre part, ses électeurs les plus modérés seront ensuite déçus de cette « irresponsabilité » et rejoindront sans doute le parti dominant de la coalition lors de l’élection anticipée. Ce genre d’écroulement du parti extrémiste de droite allié à la droite classique au gouvernement s’est déjà observé en Autriche de manière encore plus nette avec le FPÖ de J. Haider au début des années 2000. G. Wilders a sans doute cru se prémunir contre cet effet en n’entrant pas dans le gouvernement Rutte, mais en le soutenant seulement de l’extérieur (comme l’a fait avec un succès certain le DFP au Danemark avec les gouvernements conservateurs pendant la dernière décennie). Il reste qu’il aurait dû en tant que leader populiste à la base électorale fragile suivre la vieille leçon de Mussolini ou Hitler : la Présidence du gouvernement ou rien! Il serait resté dans l’opposition à la suite des élections de 2010 qui avaient été un triomphe pour lui, il serait sans doute aujourd’hui prêt à prendre le pouvoir… ou, en train d’attendre, que la coalition alternative explose…  Un grand bravo en tout cas à Marc Rutte pour sa tactique!

Deuxièmement, bien que l’Europe semble avoir été au centre des débats, cette élection batave semble témoigner de la capacité d’absorption du clivage européen par le plus classique clivage gauche/droite entre partis traditionnels. La métabolisation des affaires européennes semble avoir été d’autant plus grande que, d’après ce que j’ai pu en lire sous la plume des correspondants étrangers aux Pays-Bas, le chef du gouvernement sortant et son principal opposant travailliste ne se sont pas pour une fois privés de parler d’Europe. Le libéral M. Rutte a tenu une position « tchatchérienne », en soutenant le cours « austéritaire » tout en récusant le saut vers le fédéralisme qui se profile  et surtout des transferts financiers ultérieurs vers les fainéants de Grecs. Le travailliste D. Samsom s’est lui obligé à sauver le soldat hellène, et a appuyé (comme F. Hollande avant mai 2012…) sur la nécessité de la croissance en Europe et pas seulement de l’austérité. Bien que les commentateurs en aient beaucoup moins parlé, cette élection de 2012 voit aussi la suite de l’écroulement électoral du CDA, les chrétiens démocrates néerlandais : le grand parti du centre-droit est en train de devenir au fil des élections un petit parti du centre-droit : avec seulement 8,5% des voix, il passe en dessous du PVV qui, malgré son échec, reste à 10,1% des voix, surtout, c’est de loin le plus mauvais score du CDA.

Troisièmement, quand on conclut de la victoire des libéraux et des sociaux-démocrates, que les électeurs bataves ne sont pas majoritairement eurosceptiques, et qu’ils ont récusé les options extrémistes de Geert Wilders et du parti « socialiste » local (qui n’est pas membre du Parti socialiste européen), dirigé par Emile Roemer (SP), on va un peu vite en besogne. De fait, pratiquement tous les électeurs des Pays-Bas ont voté pour des partis soulignant que telle qu’elle fonctionne ou pourrait évoluer l’Union européenne n’est pas à la hauteur. Les électeurs n’ont sans doute pas voté pour le statu quo, en ce sens qu’ils ont été séduits par des discours eurosceptiques de droite ou de gauche, et, que, de ce fait, leurs choix sont allés dans des directions opposées.

Le vocabulaire en usage est en effet de plus en plus trompeur : si par « eurosceptique », on désigne le programme d’un parti qui veut remettre en cause l’existence même de l’Union européenne ou la présence de son pays au sein de l’Union, on trouvera peu de partis « eurosceptiques » ayant quelque poids électoral en Europe. Même vouloir sortir de la zone Euro ne peut être considéré comme eurosceptique en ce sens, puisqu’il est possible d’être membre de l’Union européenne sans être membre de la zone Euro, et qu’une discussion existe sur les conséquences qu’aurait la sortie d’un pays de la zone Euro pour ce dernier et l’UE et/ou sur celles de la fin de la zone Euro sur l’existence même de l’Union. Si par « eurosceptique », on désigne un parti ayant à son programme et en faisant état devant l’électorat des réticences sur l’orientation générale présente de l’Union européenne, on risque fort de se retrouver avec tous les partis un peu généralistes dans leur discours sur les bras. Dans le cas néerlandais, cela semble patent : la droite néerlandaise (VVD) veut une politique de droite en Europe, la gauche néerlandaise (PvdA) veut une politique de gauche en Europe. Lutter contre l’inflation ou lutter contre le chômage, telle est la (vieille) question opposant la droite et la gauche, n’est-elle pas en train de se transposer au niveau européen? Lutte-t-on contre le chômage en revenant aux saines logiques du marché libre ou bien par une utilisation des découvertes keynésiennes?

Enfin, ce qu’il faut encore souligner, c’est que le gouvernement, probablement dirigé à ce stade par le vainqueur Mark Rutte, qui a promis de ne pas payer un euro de plus pour la Grèce, sera obligé de suivre le mouvement si l’Allemagne et la France décident qu’il est impossible de laisser tomber le soldat hellène. Les Pays-Bas paieront leur écot comme les autres! Idem pour le fédéralisme au sein de la zone Euro si France et Allemagne trouvent un accord sur ce point. Les Pays-Bas y adhéreront volens nolens! Le leader travailliste, s’il participe au gouvernement, devra quant à lui accepter la ligne « austéritaire » en cours, comme notre cher FH le fait. Au total, les électeurs néerlandais auront donc entendu bien des paroles critiques contre le cours actuel de l’Union européenne lors de la campagne électorale, mais ils seront confrontés à un futur gouvernement qui sera bien obligé de suivre le mouvement général européen. Cela aussi n’est pas vraiment nouveau. C’est à la fois une chance et un problème récurrents pour l’intégration européenne : les grands partis historiques qui ont fait l’Europe gardent la main lors des dernières élections, mais ils sont systématiquement obligés de trahir leurs électeurs pour pouvoir continuer de faire fonctionner la machine. Tout cela tiendra tant qu’un électorat national ne basculera pas d’un coup pour un parti eurosceptique, et ne quittera pas sous sa direction le navire européen. A ce stade, c’est bien peu probable. Geert Wilders a peut-être cru que son heure était arrivé en réorientant son parti dans cette direction, mais il n’a pas été de taille à entraîner les Néerlandais vers ce qui apparaît de fait comme une « sécession » avec tous les risques que cela suppose.

(Assistanat=cancer)

Qu’est-ce que certains membres de la majorité ne vont pas inventer pour essayer de regagner son électorat perdu… dans l’abstention ou  vers les terres nationalistes.  Je m’ennuyais un peu, et, puis, voilà que le ministre Laurent Wauquiez se met à la  tête d’une croisade (parlementaire) contre l’assistanat, le vrai cancer de notre société selon lui. Croisade qui dénonce, avec moult détails sur les abus de ces fainéants d’assistés (rappelant les welfare queens d’ascendance reaganienne) les effets d’assistanat lié au RSA (Revenu de solidarité active).

Je n’attendais pas vraiment dans ce rôle de père fouettard pour le moins traditionnel  le jeune Ministre des affaires européennes. La dénonciation de l’assistanat constitue bien sûr comme un fond de sauce de tout discours de droite (et aussi d’extrême-droite bien sûr) depuis quelques décennies. Le mot même d’assistanat est d’ailleurs un marqueur politique fort.  Ce qui ne cesse de m’amuser depuis que les médias ont relayé la proposition du Ministre, c’est que, justement, le dit RSA avait été vendu (tout au moins à l’électorat intéressé par cet aspect des choses) comme une « rupture » avec le RMI. Selon la rhétorique d’alors, ce dernier, puisqu’inventé par la gauche en 1988, donnait lieu massivement à de l’assistanat. ( F. Bayrou en faisait aussi beaucoup dans le même sens.) Du coup, le candidat et président à peine élu de 2007 s’était quand même pas mal impliqué dans cette affaire, confiée certes à un haut fonctionnaire de gauche (Martin Hirsch), mais je crois bien me rappeler qu’il était alors question justement de ne pas encourager l’inactivité (d’où le nouvel acronyme, RSA, « revenu de solidarité active« ). Et, là, bingo, notre jeune Ministre d’affirmer que, sur ce plan-là, c’est complètement raté (… comme le reste, dirons les esprits bougons), et que le RSA n’est autre que le revenu socialiste d’assistanat en somme. Vraiment une grande et brillante idée que cette dénonciation d’une des grandes réformes du quinquennat. On comprend la réaction pour le moins mitigée de certains responsables de la majorité (R. Bachelot, F. Fillon). Le bilan de N. Sarkozy se voit du coup diminué d’un item supplémentaire. Avait-il besoin de cela?

Sur le fond, la proposition de L. Wauquiez – cinq heures de travail au minimum par semaine comme contrepartie de l’aide et un écart important entre le revenu minimum des travailleurs (qui se lèvent tôt) et le revenu maximum des assistés (qui n’en branlent pas une)-  satisfait sans doute les canons de la proposition populiste : simple en apparence, mais niant les réalités  pratiques de la politique publique en question. Les spécialistes du domaine ont tout de suite fait noter les incohérences de la proposition ministérielle.

Cependant, imaginons même que cette règle des cinq heures minimum de travail entre en vigueur. Je ne suis pas certain que les plus gênés par cette mesure nouvelle soient vraiment les allocataires du RSA qu’on veut ainsi sanctionner de quelque façon dans leur oisiveté ; je soupçonne que ce seraient bien plutôt les gestionnaires locaux du RSA qui seraient fort marris de cette nouveauté. En effet, L. Wauquiez a-t-il réfléchi une seconde aux coûts organisationnels, de gestion quotidienne, qui consistent à trouver un travail (faisable tout de même) à tous les allocataires du RSA? Que fait-on par exemple du cas des femmes seules ayant des enfants en bas âge à faire garder? Des personnes faibles d’esprit ou de corps? Et ce pour cinq heures par semaine seulement? Notre Ministre ignore-t-il que, de nos jours, toute gestion d’ hommes ou de femmes en vue d’un travail officiel – même le plus simple!-  est devenu un labyrinthe bureaucratique, y compris bien sûr dans tout ce qui consiste le maquis du traitement social du chômage, de l’emploi d’insertion, etc.? Si elle était appliquée, en plus de ce qui est déjà prévu dans la loi actuelle sur l’activité dans le RSA, une telle mesure aurait au moins le mérite de donner un coup de fouet à la création d’emplois de petits bureaucrates pour gérer cette obligation. Plus généralement, du point de vue du budget public, il revient moins cher de payer les gens à ne rien faire, que de les payer à faire un peu quelque chose. Comme de nombreux analystes l’ont dit très rapidement à propos du RMI, ce qui n’a pas fonctionné, c’est l’insertion, justement parce que cela supposait de coûteuses politiques publiques pour trouver quelque chose à faire d’un peu logique aux dits assistés. Certes, du temps du camarade Staline, les choses étaient bien plus simples : on convoquait tous les chômeurs parasites sociaux (hooligans?) d’une ville, on leur donnait deux, trois outils pour dix personnes, et l’on leur suggérait sous bonne garde de quelques membres du NKVD de bien vouloir creuser avec vigueur et entrain ce joli canal bien nécessaire toute de même à l’édification du socialisme. Aujourd’hui, ce traitement de masse des assistés parasites sociaux par le travail manuel simple et sans chichis n’est vraiment plus possible; tout simplement, en 2011, en France, il n’existe plus, tout travail est devenu hautement technique; il faudrait de toute façon individualiser les travaux à effectuer, ce qui suppose toute une bureaucratie ad hoc derrière.   Sans compter qu’il ne s’agirait pas en faisant trop simple, à la Staline, de réinventer les « Ateliers nationaux » de 1848, et de permettre à ces RSAistes de se connaître entre eux et donc de penser à se mobiliser! Les assistés doivent rester des individus, et ne jamais avoir l’occasion en pratique, de devenir un collectif, sinon où irait-on?

Pire encore, admettons que, par un effort bureaucratique inédit, on leur trouve tous un travail à ces hordes d’assistés, fainéants, sans doute affreux, sales et méchants. Soit il s’agit effectivement d’un travail créant de la richesse (au sens de la comptabilité nationale), et, dans ce cas, il aurait mérité d’être réalisé sous des formes normales : la concurrence avec les travailleurs effectuant les mêmes tâches sous d’autres statuts ne sera que trop évidente, et il apparaitra du coup que certains secteurs de l’action publique sont effectivement sous-financés. Soit, en réalité, il n’existe pas de travaux utiles, que le marché ou le secteur public ne prennent pas déjà en charge, et alors, pour éviter la concurrence avec les travailleurs déjà occupés, il ne reste plus qu’à leur faire creuser des trous dans le sol et à les remplir ensuite, et là, on ne peut pas dire qu’il y ait contrepartie de la part de l’assisté. (Sinon que, grâce à cette activité physique, cela l’empêchera de devenir obèse et de peser par sa mauvaise santé sur les comptes de la Sécurité sociale…)

De fait, je crois bien que, dans une société compliquée comme la nôtre, toutes les tâches simples créant de la richesse ont déjà été inventées. Il n’existe pas de gisement caché de travaux à effectuer, surtout s’il s’agit de tâches demandant une faible qualification. On peut certes revenir sur le progrès technique dans certains domaines : du genre, on peut ramasser les feuilles mortes à la main, une par une, on peut réinventer le « poinçonneur des Lilas », mais cela revient à creuser des trous et à les reboucher.

Le débat lancé par Laurent Wauquiez me parait du coup surtout traduire l’absence de réflexion de la part de certains politiciens de droite sur l’avenir du travail non qualifié dans un pays comme la France. Venant d’un jeune, destiné à incarner la relève, c’est inquiétant. En même temps, puisque seul le message compte pour séduire l’électeur… pourquoi pas? Let’s have fun!

Ps. Beau texte, sobre et dur, de Lionel Stoleru, « L’indigne ‘droite sociale’ de Laurent Wauquiez » dans le Monde du jeudi 12 mai 2011. Les temps ont bien changé : je me suis demandé si, aujourd’hui, avec un Wauquiez et quelques autres apprentis en populisme droitier en circulation, il serait possible d’instituer ex nihilo un revenu minimum, dont pourtant on peut se demander avec L. Stoleru, « Que serait devenue la société française sans ce filet de sécurité? »

Défense des frontières

Étant à Berlin pour des vacances (bien ou mal méritées? agréables en tout cas), j’ai suivi de loin les événements de ces derniers jours.  Heureusement, au retour, Nicolas Sarkozy m’a réveillé de ma torpeur. En effet, dans le cadre de l’annonce qu’il allait demander conjointement avec l’Italie à la Commission européenne  d’étudier une réforme de l’espace Schengen, suite à l’afflux d’immigrés clandestins tunisiens sur le territoire européen, ce dernier a fait usage d’une forte expression pour qualifier le sens de son action « la défense des frontières ».

Venant d’Allemagne en étant passé par Strasbourg pour une rapide halte, j’ai subi du coup comme un court circuit neuronal : diable, nous en étions déjà là, j’avais manqué des épisodes comme ces touristes de la plage d’Ostende de l’été 1914 que décrit Stefan Zweig dans le Monde d’hier ayant juste eu le temps de plier bagage par le dernier train avant l’invasion, l’Ennemi se pressait donc aux portes, et il fallait défendre les frontières… comme à Wissembourg en 1870,  comme sur la Meuse  en 1940…  ILS ARRIVENT! SIE KOMMEN! Aux armes, citoyens ! No Pasaran!  Ô Sainte Geneviève, protégez-nous de vos exhortations et de vos prières de ces nouveaux païens! On excusera ce pataquès symbolique, mais ce « défense des frontières » pour quelqu’un qui revenait de chez l’ennemi héréditaire, cela m’a fait tout drôle. Du coup, comme citoyen lyonnais, je voulais m’engager de suite dans l’armée Bourbaki, et aller secourir de mon courage les Belfortains  assiégés par le  Prussien, mais vu mon âge…

Eh oui, dans la rhétorique populiste, il faut augmenter les doses pour être efficace, et, là, cela m’a vraiment fait comme un shoot, nous ne sommes pas loin des hordes teutonnes déferlant sur la vertueuse Patrie du droit et de l’humanité.

Mais, par le Dieu des batailles,  notre Empereur saura écraser de ses légions ramenées en hâte de lointaines et vaines campagnes contre les Parthes ces Childéric, Attila et autres fourbes aux yeux vitreux de haine et de convoitise. Rome sera sauvée!

Amendement Coppé-Jacob : un cadeau de Noël pour…

Pour qui? Mais pour tous les antiparlementaristes évidemment!

Petit rappel des faits : dans le cadre du récent débat parlementaire sur une loi visant à instaurer plus de transparence financière pour les parlementaires, le nouveau chef des députés UMP, Christian Jacob, avec le soutien du nouveau chef du parti UMP, Jean-François Coppé, a déposé un amendement visant à supprimer toute sanction pour fausse déclaration de patrimoine à la Commission pour la transparence de la vie politique par un élu soumis à cette obligation. Comme la ficelle était aussi grosse qu’une corde pour pendre la République aux cris de « Tous pourris! », les députés de la majorité ont réussi à corriger le tir, en maintenant comme sanctions pour fausse déclaration, une amende (30.000 euros?) et l’inéligibilité, mais pas la peine de prison prévue (2 ans?).

Si on remet cette décision dans le contexte général de durcissement des lois pénales (on vient juste de voter la loi dite « LOPPSI 2 » qui correspond à un magnifique catalogue liberticide au nom de « la sécurité, première des libertés »), l’abandon de la peine de prison – même si tout cela reste bien symbolique – pour les élus dissimulateurs de patrimoine apparait comme particulièrement (d)étonnant.  La presse régionale elle-même s’en émeut. Et comme dirait Christian Jacob venu défendre son amendement (sur France-Inter ce matin 22 décembre 2010), il est facile de faire à l’occasion « de la démagogie et du populisme faciles ». Sur ce point, le chef des députés UMP me parait bien avoir entièrement raison. Il aurait peut-être été avisé d’y penser avant. Même si le Parlement finissait par revenir  dans la suite du processus parlementaire à une peine de prison (éventuellement plus lourde que celle prévue au départ), le vase est cassé, et cet épisode d’avant-Noël va s’ajouter au déjà lourd dossier de la « République irréprochable ». Cela n’aura pas d’effet en soi sur l’opinion publique, mais cela servira comme une autre illustration des lieux communs antiparlementaires qui trainent de ci de là.

La vraie question du coup, c’est celui de la motivation d’un tel amendement. Je me perds en conjectures.

Incidemment, on a appris parce qu’il a soutenu Christian Jacob d’une déclaration au téléphone que Jean-François Coppé serait en vacances actuellement à… Cuba. Cela me laisse songeur là aussi : pour un libéral aussi affirmé que lui (ne veut-il pas comme Gérard Longuet, supprimer les 35 heures,  la source de tous nos maux!),  s’agit-il d’aller jouir du déplorable spectacle de l’échec du « socialisme qui ne marche pas »? Ou d’aller y préparer le terrain à la transition vers la liberté? Ou fait-il simplement partie de ces (trop) nombreux Occidentaux qui ne se rendent pas bien compte de ce que cela veut dire que faire du tourisme à bon compte dans un pays dictatorial?

De la Providence…

Dans la nuit de samedi à dimanche, le leader de l’extrême-droite autrichienne Jorg Haider a été victime d’un accident de voiture. Le leader du BZÖ est mort, semble-t-il, sur le coup, et rien ne laisse à penser à ce stade qu’il n’ait pas été le seul responsable de son propre accident. Il était seul au volant et il a simplement perdu le contrôle de son véhicule. Selon la presse autrichienne, il aurait en effet circulé à grande vitesse sur une route nationale dans une voiture puissante en plein brouillard; il aurait dépassé la vitesse autorisée de prés du double. Il est donc mort en pleine cohérence avec ses idées « libérales » en ne respectant pas une régle commune – banale somme toute – au volant d’une voiture puissante et luxueuse, comme l’éternel jeune homme qu’il prétendait être. On ne peut que compatir face à tant d’imprudence qui plonge sa famille dans le deuil.

Il est certain que la science politique dans la mesure où elle est à la recherche de régularités n’est pas très à l’aise avec ce genre d’événements, qui soulignent le rôle d’une personne particulière dans l’histoire. Si une théorie du complot se développe à propos de cette mort, il y aura sans doute un politiste pour étudier la construction de cette théorie par des militants d’extreême-droite et pour l’inscrire dans une série de semblables théories du complot concernant les disparitions prématurées de leaders extrémistes dans l’Europe contemporaine, mais de la mort en elle-même nous n’avons pas grand chose à dire.

Pourtant, la mort d’un Jorg Haider changera par définition quelque chose au cours ultérieur de l’histoire. Si l’extrême-droite autrichienne se réunifie et surtout connaît de grands succès par la suite (encore plus grands que celui qu’elle vient de connaître), il sera difficile de ne pas penser que sa mort a favorisé ce développement en résolvant par le fait le problème du leadership dans ce courant politique.  On maudira la Providence d’avoir ainsi résolu le problème. Si au contraire, son parti le BZÖ se délite sans laisser de trace, si l’extrême droite autrichienne reste divisée et connaît des revers divers,  et si ce succès de l’automne 2008 est (enfin) le dernier, il faudra bien s’interroger sur la perte d’expérience que cette mort a représenté pour ce courant, et l’on  se réjouira de la disparition fort opportune du tribun carinthien. Quelque soit le développement ultérieur, on se dira que quelque chose en a été changé, bien que l’on ne sache pas quoi exactement; cela sera proprement indécidable : dans une politique trés personnalisée qui repose sur l’impact d’une personnalité sur le public, la disparition d’un acteur prend un sens autre que dans une politique où seul le groupe partisan ou autre compte. Nous ne saurons ainsi jamais ce qui se serait passé dans la politique néerlandaise si Pim Fortuyn avait vécu, nous ne saurons pas non plus ce qui se serait passé si Isaac Rabin n’avait pas été tué par un extrémiste – ou plutôt nous le devinons dans les deux cas en fonction de nos inclinations politiques.