Darmanin-Johnson: deux vieilles démocraties, une même irresponsabilité au pouvoir.

L’affaire de la finale au Stade de France est lue par la plupart des médias et des commentateurs comme une autre démonstration de l’incurie du Préfet de police de Paris et de l’irresponsabilité du Ministre de l’Intérieur. La droite et l’extrême-droite soulignent que les supporters de Liverpool ont été attaqués autour du Stade de France par des « sauvages », à savoir les suspects habituels en pareil cas, « jeunes de banlieue » et « mineurs étrangers isolés », sans que la police, pourtant présente en masse, ne réagisse. La gauche s’indigne plutôt de la n-ième démonstration d’un maintien de l’ordre « à la française » contre ces mêmes supporters, à grands renforts de gazeuses et de gaz lacrymogène. Au regard des témoignages des dits supporters de Liverpool, les deux camps hexagonaux ont d’ailleurs sans doute raison tous les deux – ce qui bien sûr ne les excite que plus l’un contre l’autre (« Racistes! » vs. « Laxistes! Islamo-gauchistes! »). L’affaire est cependant vue comme essentiellement française.

On peut aussi y voir une concordance des temps franco-britannique. En effet, l’actualité britannique est actuellement occupée par les suites de ce que la presse appelle le « Partygate », à savoir le scandale lié à toutes ces fêtes organisées par les personnes travaillant pour Boris Johnson dans les locaux mêmes de l’administration de Westminster au moment des confinements décrétés pour lutter contre le CCVID-19 en 2020 et 2021. Malgré l’évidence d’une responsabilité de B. Johnson dans le fait d’avoir (au minimum) laissé faire ces fêtes et d’y avoir participé lui-même, ne serait qu’à l’insu de son plein gré, ce dernier se refuse de son côté à démissionner, de manière tout aussi résolue qu’un Darmanin de ce côté de la Manche. Ils s’excusent, reconnaissent certes quelque manquement, mais ne démissionnent point.

Dans les deux vieilles démocraties, on se trouve donc rendu au même point. Selon les éléments rassemblés par la presse, les réseaux sociaux, et éventuellement des enquêtes policières ou administratives, un responsable politique ment effrontément, ou,si l’on veut y voir le côté comique, galéje tel un personnage de Pagnol. Les déclarations de notre Ministre de l’Intérieur sur les dizaines de milliers de billets d’entrée contrefaits ne correspondent ainsi visiblement pas à grand chose. Les photos de B. Johnson verre en main dans l’une ou l’autre fête en principe interdite ne sont même pas dénoncées par lui comme des deep fake produites par les services secrets russes. De notre côté, des soutiens de la majorité présidentielle ont été jusqu’à voir dans la situation autour du Stade de France l’intervention de la mafia russe. (C’est Poutine qui a dû bien rire si l’information lui est parvenue.) Les réactions de B. Johnson à toutes les preuves accumulées qu’il était au courant de ces fêtes ont surtout consisté à virer des lampistes, et il semble que, du côté français, on s’oriente dans la même direction.

Il est difficile de ne pas voir dans ces deux situations une évolution très inquiétante pour les deux vieilles démocraties. Certes le mensonge fait partie depuis toujours de la vie politique des États, de la raison d’État, mais, dans les deux cas, on se trouve face à deux personnages qui sont pris, comme on dit en italien, les mains dans le pot de confiture, et, malgré l’évidence de leurs manquements respectifs, ils ne démissionnent pas de leur poste. C’est cet affichage du mensonge – ne serait-ce que parce qu’on n’en tire pas la seule conséquence morale possible, démissionner – qui me parait grave. Comment maintenir ensuite une norme minimale de comportement chez tout un chacun? Mentir suppose de ne pas se faire prendre en train de mentir. C’est une norme de la vie sociale, que les enfants apprennent assez tôt je crois, et la vie politique ne peut guère s’en abstraire. Ou alors on passe vraiment à autre chose… (Et, dans le cadre de la raison d’État, il ne saurait être question d’être pris sur le fait, ou alors il faut assumer ce manquement à la morale au nom d’une valeur politique supérieure, tel un Mussolini assumant le meurtre de Matteoti par ses partisans.)

En même temps, rassurons-nous tout de même : dans les deux pays, le droit reste préservé de dire publiquement que les deux personnages arrangent la vérité à leur manière. C’est déjà cela. Et comme dirait notre bon Président, Emmanuel Macron, qui s’y connait en vie démocratique, ce n’est pas la dictature, pas la Corée du nord tout de même. Juste le triomphe de l’irresponsabilité des deux côtés de la Manche, une belle « Entente cordiale » en somme.

Et, du coup, comment prétendre éduquer la jeunesse après ça? Il ne vaut mieux pas y penser.

Jusqu’ici tout va bien…

Voilà, les résultats du premier tour de la présidentielle sont là depuis une semaine. Il n’y a, comme prévu, pas eu de miracle pour la gauche. Jean-Luc Mélenchon a certes fait un bon score, mais cela ne lui a pas suffi pour se qualifier au second tour.

Maintenant, nous voilà donc face au match retour de 2017 : Macron/Le Pen.

D’après les sondages disponibles, l’avantage resterait au sortant. Il faut dire que, du point de vue des soutiens de toute nature (politiques, associatifs, religieux, etc.), les appels au vote en faveur de ce dernier l’emportent de très loin. Ces appels ne convainquent sans doute personne, mais au moins permettent-ils d’objectiver les rapports de force dans la société française. La « société civile » d’extrême-droite reste tout de même singulièrement pauvre (ou discrète?), même si la « société politique » (organisations, médias, influenceurs, etc.) de cette dernière est elle foisonnante.

Cependant, tout cela ne me rassure qu’à moitié. Comme l’a souligné Dominique de Villepin, un événement au sens historique du terme peut encore se produire: si Marine Le Pen était élue ce 24 avril, en dehors des conséquences pour la France et ses habitants, c’est tout l’ordre international d’après 1945 qui vacillerait sur ses bases. Poutine aurait gagné une alliée et serait en mesure de semer la discorde chez l’ennemi.

Les raisons qui me font douter de la victoire d’Emmanuel Macron dimanche prochain sont à la fois liées à sa campagne et au déroulement de son quinquennat.

D’une part, comme à beaucoup d’observateurs, sa campagne me parait affreusement mauvaise. On le retrouve ces derniers jours tel que l’éternité le change. Plus il prétend avoir changé, moins, par expérience, on se trouve porté à le croire. La mise en scène de sa volte-face sur l’écologie constitue l’un des éléments les plus risibles de ce point de vue quand on a suivi les péripéties du quinquennat. Cinq années de greenwashing acharné, une Convention citoyenne humiliée et un soutien sans faille du grand chef des chasseurs à la veille du premier tour pour en arriver à cette ode in extremis à la Nature que Macron veut désormais fêter (comme la Musique). Les interventions de tous les médiocres qu’il a promu depuis 2017 font peine à voir, et surtout à entendre, et donnent furieusement envie d’avoir piscine le 24 avril. Pour ajouter au tableau, au lendemain même du premier tour, Macron n’a rien trouvé mieux que de nier l’existence d’un « front républicain » en 2017. Effectivement, dans sa pratique de gouvernant, Macron a fait pendant cinq (longues) années comme si cela n’avait pas présidé à son élection, fort de sa majorité parlementaire de Playmobils, il n’en a certes fait qu’à sa tête. Il officialise ainsi en 2022 ce qu’on a vu à l’œuvre depuis 2017, mais, sauf à diffuser une vraie fake news pour le coup, c’est bel et bien grâce à la volonté de barrage face à Marine Le Pen de beaucoup d’électeurs (de gauche et de droite) qu’il a été élu en 2017. Bref, pour un électeur de gauche, le seul argument qui justifie que l’on vote pour lui reste « le front républicain », la volonté de faire barrage à Marine Le Pen. Il n’y a de ce côté-là aucun autre argument recevable.

D’autre part, toute l’action de son quinquennat constitue une somme de désastres, grands ou petits, dans toutes les politiques publiques. Éducation, santé, logement, université, recherche, police, grand âge, immigration, travail, environnement, etc., c’est à un florilège de manquements auquel on a assisté, que ce soit en matière de financement ou surtout de stratégie. Il n’y a pas un problème d’intérêt public qu’on puisse dire avoir été (un peu) réglé depuis 2017. Il n’y a guère que la (lente) remontée en gamme de nos forces armées dont on pourrait le créditer (même si l’enlisement de ces dernières au Mali constitue un autre point noir du quinquennat). Surtout, comme l’a montré l’enquête d’une commission sénatoriale sur l’usage des cabinets de conseil, c’est à un évidement de l’État auquel on assiste, à une éviscération, dont le dernier épisode en date n’est autre que le sabordage en règle de notre corps diplomatique, qui vient d’être acté par un décret publié entre les deux tours. La haute fonction publique « à la française » ne sera bientôt plus qu’un pieux souvenir. L’avenir est désormais aux illusionnistes aux bonnes recommandations, à des clones de Macron par milliers. La réélection de Macron acterait de fait le triomphe de la compétence feinte à tous les niveaux. Ou serait-ce plutôt que, pour une partie des électeurs, compte seulement en matière d’action publique le fait de ne pas payer trop d’impôts? C’est certes le seul vrai grand succès d’Emmanuel Macron (suppression de l’ISF, mise en place du PFU sur les revenus du capital mobilier, suppression de la taxe d’habitation, etc.) qui lui a permis de phagocyter au premier tour de cette élection presque tout l’électorat de droite (celui non raciste en tout cas).

Du coup, même si une part de moi-même comprend bien le gain électoral qu’apporte à Emmanuel Macron son positionnement central, une autre part n’arrive pas encore à croire qu’un tel dysfonctionnement de toutes les politiques publiques ne finisse pas par se payer cash au final. De fait, en dépit des sondages, je me demande si un vote venu de l’abstention au premier tour ne va pas lui jouer un bien mauvais tour, et à nous avec. Tous ces gens dont il s’est fait haïr (« Gilets jaunes », « No-vax », etc.) ne vont-ils pas dimanche prochain se ruer vers le vote Le Pen au second tour dans un « Tout sauf Macron » vengeur? Et tous les gens qu’il a blessé, au propre ou au figuré, ne vont-ils pas s’abstenir (ou voter blanc ou nul) et donner ainsi la victoire à Le Pen? Pour ces derniers, personne ne saurait par ailleurs leur faire grief de quelque manière que ce soit de leur choix: nul ne doit être en effet sommé de voter pour son bourreau (et chacun reste seul juge de ses propres souffrances). Si une partie des électeurs, par ailleurs parfaitement démocrates, ne peuvent que s’abstenir au second tour, même face à la menace Le Pen, c’est bien en effet à cause de l’action d’Emmanuel Macron pendant son mandat. Le vote pour Jacques Chirac en 2002, pourtant créateur du RPR, Premier Ministre au moment de l’affaire d’Ouvéa (1988), entouré d’affaires « abracadabrantesques », etc., avait posé moins de dilemme à beaucoup, parce que, malgré tout, la somme de ses manquements à la common decency apparaissait au final moins lourde, moins évidente, moins revendiquée, que celle d’Emmanuel Macron, le petit prince du mensonge ou de la demi-vérité. J’ose cette formule qui pourra paraitre excessive, car j’ai eu le malheur de lire récemment Le Traitre et le Néant des journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme (Paris : Fayard, 2021). Je n’y ai pas appris grand chose, mais cela m’a remis en mémoire à quel point ce quinquennat n’a été qu’une succession de faux-semblants, de demi-vérités, de n’importe quoi du point de vue de la morale la plus élémentaire de la vie publique. Nous aurions été sous la IIIème ou la IVème République (ou chez l’un de nos voisins nordiques actuellement), Macron Président du Conseil aurait été viré du pouvoir cent fois depuis 2017.

En conclusion de ce post, j’ose espérer du coup qu’en cas d’événement, nul commentateur n’aura l’outrecuidance et la mauvaise foi d’en attribuer la responsabilité à un autre qu’à Emmanuel Macron lui-même et à la belle équipe de seconds, troisièmes et quatrièmes couteaux qu’il a soudé derrière lui depuis 2017. L’élection de Marine Le Pen serait le couronnement de toute leur œuvre.

Puisse ce post être sans objet le 25 avril prochain au matin.

P. Charbonnier, Culture écologique

Pendant que l’Ukraine agonise en raison d’une « opération militaire spéciale », pendant que l’on se dirige droit vers la réélection sans gloire à la Présidence de la République du meilleur client français d’un cabinet de (mauvais) conseil (sauf pour lui-même) , pendant que l’on bat des records de chaleur en Antarctique pour un mois de mars, il faut tout de même continuer de penser à l’avenir et à la formation de la jeunesse. Lire et recenser le manuel de Pierre Charbonnier, Culture écologique (Paris : Les Presses de Science Po, 2022) me parait une bonne occasion pour se (re)mettre dans cette optique.

P. Charbonnier est un philosophe qui, visiblement, a adopté en pratique une relation à son propre travail intellectuel semblable à celle d’un Durkheim jadis. Il ne s’agit pas seulement de penser la réalité dans sa tour dorée, mais de servir directement au plus grand bien de la société dans laquelle il vit. Après avoir produit une ambitieuse histoire des idées (Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques, Paris : La Découverte, 2020), dont je m’étais permis de faire une recension (quelque peu acide, j’en conviens) sur ce même blog, il propose un manuel voulant porter les bases d’une « culture écologique ». Il s’agit d’une nouvelle forme de manuel mis en place par les Presses de Science Po (Paris) dans une collection nommée « Les Petites Humanités ». J’avais déjà pu apprécier ce format avec le livre de Dominique Cardon, Culture numérique (2019). L’idée est de proposer au lecteur (étudiant) une synthèse aussi précise que percutante sur des fronts nouveaux du savoir (dont bien sûr une institution comme Science Po Paris ne peut se désintéresser). Cela signifie des chapitres courts et très lisibles, illustrés avec mesure, suivis de deux ou trois pages de « A lire, à voir, à écouter », à savoir des références de tous ordres (bibliographies, webographies, filmographies, etc.). Autrement dit, ce sont des manuels qui se veulent de réelles introductions pour permettre ensuite au lecteur d’aller plus loin (et non pas des manuels qui se voudraient exhaustifs sur un sujet et qui chercheraient surtout à épater les collègues).

Pour ce qui concerne le manuel de P. Charbonnier, on trouvera effectivement dans ses 343 pages de quoi se faire une « culture écologique ». Mais, du coup, qu’est-ce donc que cela une « culture écologique »? C’est un ensemble de savoirs et de problématiques qui nous permettent de saisir les rapports entre les sociétés humaines et leur environnement « naturel ». Le mot « naturel » doit ici recevoir de très gros guillemets, car, justement, ce que le livre entend nous apprendre par a+b est qu’il n’y a plus guère de « Nature » (au sens d’un univers bien séparé de l’homme), il n’y a que des interactions entre les processus naturels (physico-chimiques, biologiques, etc. ) et les processus économiques, sociaux, politiques, démographiques, etc.

Cette refonte de notre vision, où les affaires humaines ne doivent plus du tout être séparées de celles de la Nature, est proposée en huit chapitres bien calibrés : La terre, le vivant, la technique, La nature domestiquée, L’invention de la nature, Le capitalisme et ses limites, Les critiques du progrès, Les chemins de l’écologisme, L’économie du changement climatique, La réinvention de la société. Il y a de fait un côté encyclopédique dans le propos, puisque le lecteur passe des considérations très générales sur l’homme comme animal coopératif doué de technique aux projets contemporains de « Green New Deal », en passant par la domestication animale, le capitalisme tel que vu par K. Marx ou K. Polanyi et quelques auteurs visionnaires comme Gandhi ou Rachel Carson. Un étudiant qui lirait et assimilerait tout ce propos n’aurait pas lieu de se plaindre à l’auteur de la marchandise ici vendue pour moins de 20 euros. (La seule vraie faiblesse qu’il m’a été donné de repérer dans le propos concerne le passage dédié à l’« environnementalisme partisan », p. 232-238, en particulier en Occident, où peu de politistes se reconnaitront tant la vision de la naissance de ces partis écolos parait platement fonctionnaliste.)

De fait, P. Charbonnier tient ici la ligne qu’il a défini dans son livre plus théorique d’histoire des idées. Il s’agit, comme l’explique l’introduction, d’ajouter de la nature aux contraintes juridiques et économiques sur leur action que doivent intégrer les futurs décideurs que forme un lieu comme Science Po. Attention toutefois, comme il le dit très explicitement, il ne s’agit pas de plaider pour le « naturalisme » (pour une nature qui imposerait désormais des choix à l’humanité, une sorte de néo-malthusianisme): « Pourtant, il est possible d’entendre autrement la référence à l’écologie. On peut simplement affirmer que le réseau d’interactions et d’obligations qui structure la vie sociale doit être redéfini pour intégrer un meilleur usage de la Terre, plus juste, plus durable, mieux informé. Autrement dit, la référence à la nature n’impose pas nécessairement un carcan à l’action et à l’imagination, comme le craignent les plus réticents à l’écologie politique [allusion au grand contempteur des Amish qui nous gouvernera encore cinq ans de plus? ], elle permet d’interroger à nouveau nos orientations collectives. » (p. 17-18) On retrouve de fait la même idée-force que dans son livre plus théorique: préserver les libertés fondamentales des Modernes et leur sens de la justice sociale dans ce nouveau cadre de l’action humaine (« préservation des libertés fondamentales sous la contrainte écologique », p. 14). Dans la conclusion, il compare même le rôle de cette « culture écologique » pour « intégrer des coordonnées écologiques » dans les choix collectifs avec « la procédure administrative (…) garant de contre l’arbitraire, la corruption ou la force » (p. 326). En quelque sorte, après l’État de droit, il faut aussi l’État écologique, pour inventer une expression qui n’est pas, me semble-t-il, dans l’ouvrage.

Le lecteur de ce blog aura compris que je suis guère opposé à cette idée. Ne suis-je pas enseignant dans un Science Po Grenoble contrôlé selon certains collègues à la lucidité sans pareille par les « islamo-gauchistes intersectionnels queers »? (Attention second degré). Par contre, j’ai cru percevoir dans la conclusion de P. Charbonnier (« Pour une culture écologique », p. 321-332) une bonne dose d’illusions.

Première illusion, la moins grave. Il fait comme s’il suffisait à un futur décideur de savoir tout ce qu’il explique dans l’ouvrage pour se convertir à l’État écologique. Au niveau des (futures) élites, je doute pour le moins du sens de la causalité. Je crois plutôt que ce seront les étudiants déjà orientés vers cette approche que j’appelle d’État écologique qui y trouveront des sources, des justifications. Je doute que cela convertisse qui que ce soit. En passant, je note que cette conversion des convaincus sera d’autant plus facile que le livre de P. Charbonnier m’est apparu comme tout entier orienté vers l’avenir immédiat, vers l’avenir des individus déjà nés au monde. Il ne s’agit plus, comme avec un Hans Jonas à la fin des années 1970 ou du rapport de Club de Rome en 1972, de se préoccuper de nos (hypothétiques) descendants, mais d’agir hic et nunc pour sauver (ou pas) notre propre peau ou éventuellement celle d’autrui. De ce point de vue, le fond de ce manuel marque le moment où les affaires d’écologie deviennent de plein droit des affaires du présent. (On pourrait d’ailleurs se demander s’il ne s’agit pas d’une nouvelle victoire du « présentisme » : l’écologie ne serait plus une perspective d’un avenir de nouveau radieux, mais plus simplement un état du monde à affronter.)

Deuxième illusion: au delà de ce seul manuel destiné à des étudiants type Science Po, P. Charbonnier plaide dans sa conclusion pour une meilleure connaissance de l’écologie, des processus d’interaction homme-nature, à tous les niveaux d’enseignement. Il fait ici comme s’il n’existait pas déjà des cours de biologie, de physique, de chimie, d’histoire ou de géographie, et toutes ces formes de pédagogie qui visent à faire de nos successeurs des personnes mieux informées sur ces points-là. Comme me l’ont dit, il y a déjà quelques années, mes propres étudiants de Science Po Grenoble, ils sont « bassinés » (sic) par tous ces aspects « écologiques » depuis le collège. Et, pour citer mon propre exemple, et parce que P. Charbonnier fait allusion aux flux matériels qui constituent la vie urbaine moderne dont tout un chacun devrait avoir connaissance, je crois bien me souvenir d’avoir été moi-même amené visiter une station d’épuration lors de mes années de collège (soit, hélas, dans les années 1970!). Un auteur allemand de ma génération, Harald Welzer, raconte la même chose dans Selbst Denken (livre paru en 2015 en poche en allemand) pour en tirer la même conclusion : le discours pédagogique sur ces sujets n’a aucun effet grandiose sur le cours du réel. (Pour lui, cela tient à l’« industrialisation profonde » de notre psyché par les processus consuméristes.) Dans les pays les plus développés, il y a donc en fait des lustres que l’éducation scolaire s’efforce de mettre l’accent sur ces sujets. L’« alphabétisation écologique » (p. 331) existe déjà. Cependant, cela ne change pas grand chose dans les comportements d’adultes. De la même manière que l’instruction civique ne fait guère par ailleurs de bons citoyens ou l’initiation à la sécurité routière de bons conducteurs.

Probablement, comme le ferait remarquer tout sociologue, parce que ces comportements d’adultes sont déterminés par bien d’autres choses que l’éducation scolaire. A mon sens de politiste, tout cela n’imprime pas beaucoup dans les pratiques parce qu’il n’existe pas assez de modes d’encadrement de la population adulte qui guident vers cette vision. Nous sommes là face à l’impasse d’une société d’individus, qui ne peuvent plus (ou surtout ne veulent plus?) se raccrocher à un syndicat, une Église, une association d’éducation populaire, un parti, pour guider leur action au jour le jour. Faute de vouloir encore déléguer, il ne leur reste donc plus qu’à s’informer par eux-mêmes, ce qui est en pratique impossible sur tous les sujets d’intérêt commun.

Quoi qu’il en soit, P. Charbonnier avec Culture écologique a produit un bel outil d’initiation pour nos étudiants, et l’on ne peut que lui souhaiter d’être réédité, enrichi et mis à jour, de façon que l’on dise un jour « le Charbonnier » pour désigner l’ouvrage dans la pure tradition des grands manuels issus des cours de Science Po (Paris).

2022: toujours pas de miracle en vue pour la gauche.

Nous sommes début février 2022. La campagne présidentielle se déroule cahin-caha, et la situation parait de plus en plus désastreuse pour la gauche en général.

Dans mon dernier post sur le sujet datant de septembre 2021, j’avais fait allusion à la « primaire populaire » en y voyant une éventuelle voie de sortie qui aurait fait émerger une candidature (presque) commune. Je laissais alors mon jugement en suspens.

Cette dernière a bien eu lieu finalement, in extremis, à la fin du mois de janvier 2022, mais elle aboutit pour l’instant à l’exact inverse de ce qu’elle prétendait faire. à savoir promouvoir le choix d’une candidature commune de la gauche capable de se porter au seuil de qualification pour le second tour (autour de 20% des suffrages, voire seulement 15%, vu l’opération Zemmour en cours sur le flanc droit de l’offre politique).

Comme chacun sait, Christiane Taubira a en effet fini par être la seule candidate d’importance (?) acceptant la règle du jeu posée par les organisateurs, et elle l’a emporté en un tour grâce au mode de scrutin choisi (le « jugement majoritaire »). Résultat : elle se considère désormais vraiment comme candidate à l’élection présidentielle. Or ses premières interventions en tant que candidate investie montrent qu’en fait elle n’a rien travaillé en aval et qu’elle s’est fait prendre au piège de son envie de revenir sur le devant de la scène médiatique. Un bel exemple de « protagonismo », comme disent les Italiens, de ce besoin irrépressible de certains acteurs politiques sur le retour d’exister encore, alors que leur temps est passé et que l’on sait bien d’expérience que ces personnes n’apportent rien à la vie politique d’autre que leur envie d’avoir encore une fois leur heure de gloire médiatique. Quelques absences de plus, et quelques personnes malintentionnés pour rappeler son passé politique pour le moins sinueux, sans compter son caractère peu amène en réalité, et la mascarade sera vite finie.

Comment en est-on arrivé là? Tout d’abord, il y a l’erreur de stratégie de la candidate investie par le Parti socialiste, Anne Hidalgo. Dans un premier coup de théâtre, après avoir dit le contraire, elle accepte de participer au processus proposé par les initiateurs de la « primaire populaire », elle lui offre donc un début de légitimité. Dans un second temps, voyant que même le candidat investi par la « primaire écologiste », qu’elle pouvait raisonnablement avoir l’espoir de battre, Yannick Jadot, refuse de se plier à l’exercice (pour ne pas parler de celui de l’Union populaire, Jean-Luc Mélenchon ou du PCF, Fabien Roussel), elle fait machine arrière toute, en voyant en plus l’apparition dans ce jeu-là de Christiane Taubira. Les organisateurs de la « primaire populaire » face à ces refus, qui montraient que même le regroupement du PS, de ses anciens et nouveaux satellite partisans (PRG, Nouvelle Donne, etc.) et des divers partis écologistes, était impossible, auraient pu déclarer forfait. Ils ont décidé d’aller jusqu’au bout, en inscrivant d’office, pour faire semblant de rassembler, dans les possibilités de vote Jadot, Hidalgo et Mélenchon, tout en signalant bien que ces derniers avaient refusé de participer. Un éminent juriste lié au PS a souligné juste avant le vote de la « primaire populaire » que, selon lui, la procédure proposée revenait à organiser un sondage sans en respecter les normes légales. Le PS n’a pas été plus loin et n’a pas souhaité faire donner l’artillerie légale pour essayer de tout bloquer. Selon le journal Libération, Fabien Roussel a été exclu parce qu’il n’avait pas reçu assez de parrainages dans le processus préalable au vote proprement dit. Il n’était pas du côté masculin parmi les cinq mieux parrainés. Cette circonstance qui m’avait échappé souligne que tous les électeurs possibles de gauche ne se sont pas reconnus dans cette « primaire populaire », en tout cas pas ceux proches du candidat du PCF, pour ne pas parler des électeurs séduits par nos trois trotkystes en lice.

Comme le temps manquait désormais, nous étions tout de même fin janvier 2022, le vote, exclusivement en ligne, de la « primaire populaire », rassemblant tout de même quelques centaines de milliers de braves gens, n’a été précédé d’aucun vrai débat entre les candidats retenus (le plus fort dans l’affaire est que la favorite Christiane Taubira s’est fait remplacer pour le seul débat organisé entre les quatre candidats ayant accepté la procédure), l’effet escompté de mobilisation de l’attention des médias sur les propositions des candidats a donc été complètement raté. Et, à la fin, « la gauche » (avec des gros guillemets tant la revendication de représenter tout ce camp en est devenu peu assurée) se retrouve avec une candidate de plus: la dame Taubira, dont le caractère présidentiable m’échappe un peu. Qu’a-t-elle fait d’important depuis 2017 pour le « peuple de gauche »? Exister? Évidemment, Anne Hidalgo tient perinde ac cadaver à rester candidate, n’étant pas prête à jouer les Montebourg elle aussi, et à retourner en plus à sa gestion de la capitale. Du coup, elle se réclame dans le journal Libération, dont la une la montrant sur un fond rouge sang restera dans les annales, d’une légitimité naturelle, en quelque sorte historique. Ne représente-t-elle pas le parti dominant de la gauche depuis les années 1970? Il se murmure que François Hollande et son dernier Premier Ministre, Bernard Cazeneuve, viendraient sous peu à son secours.

Le niveau d’incompréhension qu’elle affiche face à sa situation confine au tragique-comique. Elle est désormais à moins de 5% des intentions de vote dans tous les sondages disponibles. Les données de sondages collectées par notre collègue Emiliano Grossman sont sans appel : une moyenne de presque 6% des intentions de vote début octobre 2021 pour la candidate du PS, et, en ce début février 2022, moins de 3%. L’actuelle maire de Paris ne comprend visiblement rien à ce qui lui arrive. C’est pourtant simple : Hollande. Elle aurait dû le comprendre dès le départ de sa campagne aux réactions outrées suscitées par sa promesse de « doubler le salaire des enseignants ». Personne n’y a cru, et surtout pas les premiers intéressés. Sa participation houleuse à la grande manifestation des enseignants de ce mois de janvier2022 pour protester contre l’ « Ibiza-blanquérisme » aurait dû l’éclairer encore plus. Les électeurs traditionnels de la gauche, y compris sa frange la moins radicale (les enseignants), se sont sentis trahis par les (basses) œuvres du dit Hollande. Ils n’ont pas oublié, et ils ne sont prêts d’oublier. La marque PS est donc aussi grillée que celle de celle de la SFIO en son temps. (Remarque bien sûr bien désolante: il a fallu aller de 1956-58 à 1981 pour que les socialistes français reviennent aux affaires.)

Mais, au sein du PS, ils n’ont visiblement pas compris que le quinquennat Hollande les a tués. Ils ne comprennent décidément pas que les choix économiques et sociaux de ce quinquennat 2012-2017 sont à la source de tous leurs déboires actuels. C’est amusant de voir certains d’entre eux, dont Anne Hidalgo elle-même à demi-mot dans un oral de rattrapage organisé par Médiapart, admettre que le PS n’a pas assez travaillé entre 2017 et 2021. Ce n’est pas de travail proprement dit qu’il aurait dû être question, ce ne sont pas les propositions en terme de politiques publiques qui manquent, mais de reformulation complète de l’histoire du « hollandisme » au pouvoir, d’affirmation d’une ligne politique de rupture radicale avec ce passé-là. Il aurait fallu rompre radicalement avec François Hollande et tout ce qui l’entourait dont bien sûr le fait d’avoir engendré un Emmanuel Macron et quelques autres personnages dont l’histoire de France se serait fort bien passé (C. Castaner, JL. Guérini, O. Dussopt, M. Schiappa, etc.). Or le dit Hollande et ce qui lui reste de proches semblent bien vouloir revenir mettre leur grain de sel dans la candidature Hidalgo. La pauvresse, serait-on tenté de dire tant on finit par plaindre la toujours candidate du PS.

De fait, d’un point de vue plus comparatif, en Europe, tous les partis socialistes et sociaux-démocrates qui ont trahi depuis les années 1990 leurs bases électorales historiques (le « petit salariat » pour simplifier) en mettant en place, ou en laissant mettre en place dans le cadre d’une coalition gouvernementale, des politiques économiques et sociales d’inspiration néo-libérale, des chocs d’austérité expansive, finissent par le payer très cher électoralement. On peut penser aux naufrages sans retour à ce jour des partis socialistes en Pologne, en Hongrie, en Grèce, voire aux Pays-Bas. Inversement, lorsque les dirigeants d’un parti socialiste ou social-démocrate comprennent à temps, non souvent sans des fortes batailles internes pour le leadership, qu’il faut revenir aux fondamentaux de l’offre politique socialiste (comme l’ont fait non sans mal, ceux du SPD en Allemagne ces dernières années, rompant avec le très néo-libéral et très poutinien G. Schröder, ou ceux du PSOE en Espagne) sans verser toutefois dans la radicalité et la complexité (en gros, en n’oubliant pas de promouvoir d’abord la hausse du salaire minimum et la hausse des retraites par exemple) ou ont compris qu’il ne faut jamais les quitter (comme le PSD en Roumanie), il peut rebondir nettement, ou tout au moins se maintenir dans le jeu. En 2012, le PS était dans cette situation. Le « peuple de gauche », fervent lecteur d’Indignez-vous de S. Hessel, avait voté cette année-là pour ce retour aux bases du socialisme après les cinq années de « sarkozysme ». C’est bien toute l’importance du discours de février 2012 de François Hollande (« Mon ennemi, c’est la finance. ») qui promettait ce retour aux bases de l’offre politique du socialisme. Or, à moins d’être membre du dernier carré des « hollandistes », le PS au pouvoir a fait exactement le contraire sur ce plan-là de ce que le cœur de son électorat populaire, et pas seulement d’ailleurs, attendait. Plus le quinquennat avançait, plus cela devenait évident, et plus les défaites électorales du PS s’enchainaient avec une belle régularité On finit tout de même la mascarade du hollandisme au pouvoir sur la « loi El Khomry » et la « loi Macron ». Et, à la fin, courageux mais pas téméraire, François Hollande n’a même pas jugé bon de se représenter au jugement du bon peuple de France – ce qui aurait pourtant soldé la facture en quelque sorte. (Un Hollande à 5% des suffrages au premier tour des présidentielles de 2017 aurait bien clarifié les choses.)

Malheureusement, pour le PS et la gauche en général, les dirigeants actuels du PS n’ont pas su tirer les leçons de cette situation. Certes, ils ont fait par toute une série de documents l’inventaire des années Hollande (ce qui a irrité bien sûr le dit personnage et ses proches), mais ils n’ont pas su marquer le coup en se débarrassant de lui radicalement (comme l’a fait par exemple le Labour britannique avec Tony Blair en raison de son rôle dans la légitimation de seconde Guerre du Golfe en 2003). Pas physiquement bien sûr, mais politiquement.

En effet, de deux choses l’une.

Soit François Hollande était fondamentalement d’accord avec la politique économique et sociale inspirée par son secrétaire général adjoint à l’économie à l’Élysée, alias Emmanuel Macron, et, dans ce cas-là, un parti socialiste en quête de reconquête électorale de l’électorat populaire ne doit rien avoir à faire avec cela. Il faut exclure cette personne et ses proches du Parti socialiste. Tout leur mettre sur le dos, changer de nom, interdire à tout ministre du dit Hollande de représenter le parti ou la gauche plus généralement (coucou dame Taubira, très loyale Ministre du brave homme), et repartir de l’avant en oubliant ce désastre. (En réalité, avec le départ de Benoit Hamon, pour créer Génération(s), l’inverse exact s’est passé. Les « hollandistes » sont restés pour pourrir la barque déjà bien vermoulue, et F. Hollande reste « socialiste ».) Il est vrai que dans le cadre de la Vème République, il était difficile aux nouveaux dirigeants du PS de dire que, parmi les deux Présidents élus par le PS depuis 1962, les deux étaient en réalité de droite dans leurs convictions profondes, et que le dernier en date était vraisemblablement le plus à droite des deux. (Mitterrand était sans doute philosophiquement de droite, mais il savait au moins que le pays avait besoin de mesures de gauche.) Cela ne fait pas un récit très glorieux. De ce point de vue, le PS français souffre désormais de ces anciens leaders bien peu reluisants, surtout celui qui n’est pas encore mort et enterré. Enfin, il leur restera toujours Jaurès et Blum… en attendant que Jospin soit mort pour pouvoir le célébrer lui aussi.

Soit François Hollande s’est fait vraiment couillonner dans les grandes largeurs par Emmanuel Macron, comme Hollande lui-même aurait tendance à le dire, mais là c’est presque pire. En effet, quel est ce parti de gouvernement où un ennemi idéologique (car il ne fait guère de doute désormais que le dit Macron, s’il a des convictions, a gardé et développé celles de son milieu d’origine) monte au plus haut du pouvoir d’État lorsque ce parti le détient en principe? Plus généralement, quel est ce parti dit « socialiste » qui engendre de fait par scission d’une partie de son aile droite un parti aussi « (néo-)libéral » que LREM? Pour l’instant, le PS en tant qu’organisation n’a eu aucun réflexion sur ce développement, et ne semble guère avoir pris la mesure de l’impact que cette filiation PS-LREM peut avoir sur l’électorat de gauche. (Il se trouve que le Parti démocrate (PD) italien a connu un phénomène assez similaire. Matteo Renzi a réussi à s’emparer de la direction du PD, puis de la tête du gouvernement, en écartant le groupe dirigeant de centre-gauche. Heureusement pour le PD, la réforme constitutionnelle très à droite visant à pouvoir faire passer en force toutes les réformes néo-libérales possibles et imaginables, que le dit Renzi avait fait voter par le Parlement élu en 2013, a été très largement refusée par les électeurs italiens fin 2016, provoquant la chute du gouvernement Renzi et le retour à une direction de centre-gauche à la tête du PD. Finalement, après quelques années de flottement, le dit Renzi a quitté le PD en 2020 avec ce qu’il faut bien appeler ses obligés (les députés et sénateurs qu’il avait fait élire en 2018 en les plaçant sur les listes du PD) . Il a créé ses propres groupes parlementaires à la Chambre et au Sénat, et son propre petit parti centriste, très très centriste, sans aucun attrait sur l’électorat italien d’ailleurs. Le PD se repositionne depuis lors au centre-gauche, il est certes très très loin d’être à gauche, mais, au moins, n’est-il plus dirigé par un homme dont tout porte à croire qu’il a toujours été un homme de droite. )

Au final, cette situation lié au quinquennat Hollande est tragique pour toute la gauche. Car, clairement, le parti qui occupait le centre-gauche depuis les années 1970 est électoralement mort, au moins à l’échelle nationale. Les actuels dirigeants du PS ont cru ne pas l’être en regardant les résultats des municipales, départementales et régionales de 2020 et de 2021. Ils auraient tout de même pu regarder le score d’une ancienne ministre de F. Hollande dans la région Auvergne Rhône-Alpes. Cela ne laissait présager rien de bon. La plus-value auprès des électeurs apportée par le fait d’avoir été Ministre sous Hollande semble bien faible.

Cette situation de carence de l’offre au centre-gauche est d’autant plus tragique que le « peuple de gauche » aurait encore plus qu’en 2012 quelques revendications à faire valoir. Il ne se passe en effet pas un jour sans qu’on entende parler d’un secteur de l’action publique en souffrance (éducation, justice, santé, logement, etc.) et sans qu’on se dise que tout cela correspond(ait) à des aspirations en général assumées par la gauche de gouvernement (et par la droite républicaine quand elle n’était pas encore devenue « décomplexée »). Tout le bilan des politiques publiques pendant le quinquennat Macron, qui a déjà été et va être publicisé par diverses instances (privées ou publiques) à l’occasion de cette présidentielle 2022 va montrer que tout ce qui était pris en charge par la gauche de gouvernement depuis un siècle a souffert. Les macronistes vont se défendre bien sûr, en soulignant les quelques avancées qu’ils mettent toujours en avant (ah oui, le dédoublement des classes de CP dans les écoles aux publics difficiles, le reste à charge zéro pour les appareils auditifs et les lunettes…). Mais il sera difficile d’y croire, l’arbre ne fait pas la forêt. Plus les divers spécialistes sectoriels font les bilans pour leur secteur, plus le désastre d’ensemble pour les politiques publiques apparait. Pour ne prendre qu’un seul exemple, les macronistes, pourtant des libéraux en économie, n’ont même pas été capables de légaliser l’usage du cannabis (avec THC), malgré un rapport en ce sens d’un de leurs propres députés, et font tout pour saboter l’émergence en France d’un marché légal du CBD (le cannabis sans THC) pourtant avalisé par un jugement européen, alors même que cette légalisation du cannabis (avec THC) aurait pu correspondre à une désescalade dans les relations entre une partie de la population et la police, à la création d’un marché nouveau, à une aide bienvenue à un secteur de l’agriculture française, et surtout à l’idéologie libérale professée en 2017 (et mise en œuvre par ailleurs avec la foi du charbonnier). Ou encore pensons au refus obstiné de donner accès au RSA à tous les jeunes le nécessitant au profit d’usines à gaz bureaucratiques censées atteindre le même but. Ou à la catastrophe depuis 2017 en matière d’offre immobilière (y compris par les promoteurs privés). Ou au sous-financement des Universités face à la hausse du nombre d’étudiants (dans toutes les filières [par ex. droit, médecine, gestion], pas seulement celles menant aux bien connues licences, masters et doctorats en « islamo-gauchisme intersectionnel ») . Ou aux EPHAD qu’il s’agit surtout de ne pas trop surveiller. Bref.

Bien sûr, au delà d’une Hidalgo touchée coulée et d’une Taubira qui va devoir sérieusement bosser ses dossiers pour ne pas connaître le même sort, il reste trois autres candidats à gauche (en excluant les trois trotskystes). Roussel, Jadot, Mélenchon. Le candidat issu de la « primaire écologiste » baisse lui aussi nettement (de plus de 8% en octobre 2021 à moins de 5% début février 2022). Inversement, Roussel augmente un peu (de 2 à 3%). Mélenchon lui oscille autour de 10%. On marquera que les deux qui se maintiennent ou progressent se trouvent être les plus traditionnellement à gauche. De fait, il reste encore l’hypothèse d’un décollage plus franc de Mélenchon, le « trou de souris » comme il le dit lui-même. On serait alors dans la situation qu’a connu la Grèce en 2012-2015 quand à l’écroulement du PASOK a fait pièce la percée de SYRIZA. Vu les incertitudes sur le flanc droit de la compétition(Pécresse/Zemmour/Le Pen), ce n’est bien sûr pas totalement impossible de voir Mélenchon se qualifier au second tour, qu’il l’emporte à ce second tour est encore une autre paire de manche. Ce serait en effet vraiment une première dans toute l’histoire politique de la France qu’une majorité de gauche gagne avec un leadership issu de son aile gauche. Ce ne fut pas le cas en 1936 (Blum), en 1956 (Mollet), en 1981 (Mitterrand), en 1988 (Mitterrand), en 1997(Jospin), ou en 2012 (Hollande). Ou alors il faudrait (re-)découvrir d’ici le 10 avril 2022 que Mélenchon n’est dans le fond qu’un social-démocrate un peu bourru. (En vérité, vu sa longue carrière au sein du PS, c’est bien le cas, mais les deux sont valables : social-démocrate et bourru.)

Le candidat des écologistes (Jadot) pourrait incarner ce leadership de gauche plus centriste, mais encore aurait-il fallu que cela soit acté depuis des mois par un ralliement de toutes les forces issues du PS (sauf bien sûr Hollande et consorts si l’on suit mon raisonnement). C’est vraiment bien tard pour une telle opération.

L’enjeu à ce stade commence du coup à être tout autre : que va-t-il rester de toute la gauche, écologistes compris, aux législatives? Pas grand chose à mon avis. Les députés survivants vont être très rares. On peut comprendre du coup la stratégie du PCF d’essayer d’exister lors de cette campagne. Il faut sauver les derniers députés du parti de Maurice Thorez, et le camarade Roussel semble mener ce combat-là non sans une certaine efficacité.

Bref, à part un miracle... les cinq prochaines années seront encore celles de l’opposition pour la gauche. Et là, il va bien falloir une vraie remise à plat. Or, vu les projets des deux candidats les plus susceptibles d’être élus ou réélus à ce stade, Macron ou Pécresse, il va y avoir du sport, car toutes les difficultés que les spécialistes décrivent du côté des politiques publiques ne vont pas disparaître le lendemain de l’élection, et nos deux vainqueurs probables n’ont aucune idée un peu crédible pour redresser la trajectoire, bien au contraire. De larges secteurs de la société française vont avoir de quoi se mobiliser.

Ah, mais homme de peu de foi que je suis, pour nous éviter ce long chemin de croix, ô Sainte Taubira, patronne des causes désespérées, sauvez-nous! Dites-nous un psaume, un poème, un discours, de vous, ô génie de notre belle langue, et notre peuple, votre peuple désormais, se lèvera en ce 10 avril, et l’espoir des jours heureux renaitra! Amen.

Post-scriptum (en date du 9/2/22): les intentions de vote de dame Hidalgo et de dame Taubira plongent plus vite que je n’arrive à mettre à jour mes propos. Par exemple, dame Hidalgo aux derniers pointages du Conseil constitutionnel dispose de ses 500 parrainages et plus, et dame Taubira n’en a que moins de 40. C’est là une extraordinaire illustration de la force maintenue du PS parmi les élus locaux et de son image désastreuse auprès des électeurs. A confirmer bien sûr le 10 avril. Mais vraiment là remonter de presque plus rien à quelque chose, cela serait là pour le coup une vraie « remontada », n’est-ce pas Arnaud?

Erratum (en date du 11/2/22) : J’avais mis dans une première version de ce post que l’on ne savait pas pourquoi F. Roussel n’était pas dans la liste des candidats-malgré-eux (comme Jadot, Hidalgo et Mélenchon). Selon Libération, il n’a pas reçu des parrainages en nombre suffisant pour être proposé. Il n’y a donc rien d’obscur là-dedans, mais cela constitue plutôt un indice intéressant des électeurs qui ont été intéressés par cette démarche. Pas les partisans de Roussel et/ou du PCF tel qu’il l’incarne en tout cas. L’évolution et les bons résultats dans les sondages de la ligne « 100% terroir, diesel et nucléaire » de Fabien Roussel constitue le reflet inverse de cette non-qualification.

J. Fourquet & J.-L. Cassely, La France sous nos yeux.

Peut-on encore prétendre en 2021 dresser un tableau crédible de l’état général de la société française en ne faisant appel qu’à deux auteurs, en se dressant ainsi de fait contre la spécialisation disciplinaire des sciences sociales et en essayant de ne pas tomber dans l’essai à la Zemmour ou dans le roman à la Houellebecq? C’est le pari du duo, formé par le sondeur Jérôme Fourquet (Directeur du département Opinion de l’IFOP) et le journaliste Jean-Laurent Cassely, dans leur ouvrage commun, La France sous nos yeux. Économie, paysages, nouveaux modes de vie (Paris : Le Seuil, 2021).

Probablement, beaucoup de collègues universitaires auront été exaspérés à la lecture de cet ouvrage – s’ils l’ont lu. Je dois avouer avoir été plutôt séduit. Le livre m’a fait penser à une sorte de Mythologies à la Roland Barthes adapté à notre époque. Les auteurs mettent ainsi l’accent sur des phénomènes sociaux, qui, pour limités soient-ils, la symbolisent. Ils proposent par exemple tout un passage sur l’implantation de la danse country dans les milieux populaires (p. 390-398), qui fait partie de ce qu’ils appellent la couche d’américanisation des pratiques culturelles, ou bien un autre sur le tacos français (p. 424-429). Un sujet finalement moins anodin qu’il n’y parait puisque le maire de Grenoble, Eric Piolle, a récemment revendiqué la dite invention culinaire au nom de sa ville (selon un article du Progrès de Lyon qui m’est tombé sous les yeux) relançant ainsi le derby en cours avec Lyon sur ce sujet.

Quelque peu paradoxalement, puisque l’un des deux auteurs est un sondeur, la méthodologie de l’ouvrage semble moins de demander leurs opinions aux Français que de les observer dans leurs comportements, d’où le titre et l’accent mis sur ce qui est clairement visible. De ce fait, le livre s’apparente par bien des côtés à une France vu par la lorgnette d’un agent immobilier ou par celui d’un institut de marketing pour biens et services de grande consommation. Qui achète quoi? Qu’achète-t-il? Où l’achète-t-il? C’est du coup un joyeux fourre-tout où un graphique ou une carte bien choisie remplacent bien souvent ce qui serait l’objet par ailleurs d’une longue démonstration, un mélange d’impressions personnelles et de données quantifiées, plus ou moins maîtrisées. Cela donnera sans doute lieu à quelques habiles réfutations à fins pédagogiques dans les cours de méthodologie de première année par des collègues moins bien disposés que moi.

De fait, une très grande attention est apportée à établir un lien fort entre la qualité (ou la non-qualité) des lieux d’habitation et la sociologie que cela induit, ce qui n’est certes pas totalement une nouveauté sociologique. Ils distinguent ainsi dans leur seconde partie (La France désirable: une nouvelle hiérarchie des territoires): « La France ‘triple A' » (chap. 1) , « La banlieue entre boboïsation et ghettoïsation » (chap. 2), « La maison individuelle avec jardin ou l’idéal ‘Plaza majoritaire' » (chap.3) . Leur approche consiste plus généralement à affirmer que, désormais, toute l’organisation économique, spatiale, sociale du pays correspond à une détermination par la consommation, et non plus comme autrefois par la production. Leur première partie (Des usines aux zones commerciales et aux parcs de loisirs: un nouveau modèle économique) et leur quatrième partie (Les nouveaux visages des classes sociales: les métiers de la France d’après) reprennent ainsi le thème bien connu de la désindustrialisation/tertiarisation, en lui donnant une tournure (trop?) radicale. Tout tournerait donc désormais autour de la consommation de biens essentiellement venus d’ailleurs (d’où l’importance prise par la logistique [entrepôts, axes routiers, etc.]) et de services de loisirs (comme les parcs d’attraction), de soins (comme les EPHAD) ou orientés vers le bien-être de la personne (cf. leur liste à la Houellebecq de ce genre de professions qu’ils ont repérée à l’accueil d’un centre de coworking du sud de la France, p. 313-314), avec en arrière-plan un grand capitalisme français aux réussites de moins en moins liées à l’industrie, mais plutôt à l’immobilier ou à la grande distribution (chap. 4 de la quatrième partie, « Les métamorphoses des 0,01% »). Ils citent d’ailleurs comme indice de cette mutation l’arrivée de Laurence Parisot, alors patronne de l’IFOP, à la tête du MEDEF en 2005, contre la volonté de l’UIMM (bastion historique des industriels français). Cette référence ne manque pas d’ailleurs d’humour auto-référentiel pour un J. Fourquet employé lui-même de l’IFOP. Ne situe-t-il pas ainsi lui-même au cœur de ce qui crée de la valeur (du profit) dans la France actuelle?

Ils soulignent aussi, en bons (?) adeptes du marketing, la tendance à la différentiation croissante de l’offre avec à la fois une polarisation, entre une offre premium et une offre discount, et une nouvelle différentiation par le bio, le local, l’éthique. Leurs comparaisons de prix entre des produits similaires dans l’usage (bière et hamburger, p. 246, vêtements, p. 249), mais différents dans l’image qu’achète avec eux le consommateur, sont plutôt grinçantes. Au total, il n’est pas très difficile de se situer soi-même au fil des pages dans cet univers version 2021 de la « Distinction » (là encore une idée plutôt classique en sociologie) par le lieu d’habitation et par la consommation, dont ils décrivent les tenants et les aboutissants.

Sans doute est-ce un effet de l’angle consumériste/immobilier choisi par les deux auteurs, mais force est de constater que le livre donne au final l’impression d’une France où n’existeraient plus que des individus tout occupés à chercher des jouissances (ou des soins ou consolations) dans l’usage de divers biens et services, un pays où n’existeraient presque plus aucun collectif sinon ceux de la similitude dans le voisinage ou de la communauté d’un goût (ou besoin) particulier. Le symbole de leur vision de la France se trouve sans doute bien résumé dans l’accent qu’ils mettent sur le développement de l’habitat pavillonnaire avec le développement en sein d’un mode de vie spécifique, centré sur le jardin, le barbecue et la piscine. Perfidement, ils intitulent l’un de leur passage, « Du droit à la ville du droit à la piscine » (p. 166-172). Cette allusion au « droit à la ville » (du sociologue marxiste Henri Lefebvre) amène à la conclusion totalement inverse aux espoirs collectivistes de ce dernier selon laquelle « Posséder une piscine, fût-elle de taille modeste, c’est l’assurance de pouvoir recevoir les membres de sa famille autour d’une bulle protectrice. C’est pour cette raison que de nombreuses maisons en zone littorale font de la piscine un marqueur social, puisque cet équipement permet de contourner la piscine municipale, mais aussi la plage dont le public est composé par définition d’une population qu’on ne choisit pas. » (p. 171). Selon eux, c’est le repli sur l’entre-soi des semblables qui l’emporte partout ou presque.

A les suivre, en dehors des grandes métropoles, même s’ils prennent le soin de décrire les autres options possibles (comme par exemple des segments de la ruralité revigorés par des aspirations écologistes/alternatives, ou ailleurs par les tenants du télétravail à haute valeur ajoutée), le mode de vie pavillonnaire/automobile reste très largement majoritaire. Ils montrent a contrario à quel point les grandes villes (Paris en particulier) se situent en contre-tendance à ce mode de vie, ne serait-ce que parce sans doute l’on y est déjà rentré dans la période post-automobile. De ce point de vue, même si cela peut paraitre trop schématique, le livre constitue comme un rappel utile de la géographie sociale du pays, surtout pour quelqu’un qui, comme moi, vit au cœur d’une métropole et qui ne connait comme expérience de la baignade que la piscine municipale ou le bord de mer. De fait, les hiérarques du Parti socialiste se seraient-ils donné le temps de lire cet ouvrage avant de choisir leur candidate à l’élection présidentielle de 2022 qu’ils auraient exclu totalement de choisir la maire de Paris pour cette tâche. Ce choix apparait à la lumière de l’ouvrage de Fourquet et Cassely en effet comme le moins congruent possible avec le vécu de ce ventre mou des classes moyennes et populaires qu’il s’agit pour le PS de séduire et qui vit sans doute désormais majoritairement dans ce paradis (enfer?) pavillonnaire. (A noter que l’ultramarine Taubira ne parait guère mieux faire l’affaire. C’est Stéphane Le Foll qu’il fallait choisir, camarades!)

Au delà du cas d’Anne Hidalgo, il n’est pas trop difficile du coup d’en tirer des (tristes) considérations politiques. Contrairement au livre précédent de J. Fourquet (L’Archipel français) qui insistait lourdement sur la différentiation culturelle en cours, en particulier autour de l’islam (peu évoqué ici, sinon sous la forme de la nourriture hallal, du kebab et de la chicha, p.413-423), le lecteur reste plutôt ici frappé par l’enfermement d’une France majoritaire (socialement) dans un mode de vie guère adapté aux contraintes éventuelles d’une hausse du prix de l’énergie ou bien d’une détérioration des termes de l’échange international. En lisant ces deux auteurs, on comprend mieux que la première préoccupation des Français soit actuellement leur pouvoir d’achat. Ils y font allusion directement en traitant en conclusion du clivage observable au sein du département de la Drôme (‘Idéal pavillonnaire contre néo-ruralité : deux modes de vie, deux dominantes politiques‘, p. 472): « Dans cet espace, la civilisation de la voiture (toujours elle) et du pavillon individuel domine. Mais dans ce département modeste, toute une partie de la population locale relève de la nouvelle constellation populaire et occupe des emplois peu rémunérés. Du fait du coût de l’immobilier (beaucoup ont ‘fait construire’ selon la formule consacrée et sont lourdement endettés), de l’importance de la part du budget consacré à l’automobile, du poids des taxes et des dépenses contraintes, les reste-à-vivre est minime – voire inexistant. C’est la raison pour laquelle cette partie du département a constitué un important foyer de mobilisation et d’action des Gilets jaunes. » (p.472)

On l’aura compris sans doute, ce livre se situe au total dans la lignée du déclinisme, un déclinisme soft, mais un déclinisme tout de même. On est bien loin de la légèreté des Mythologies. On se surprend à rire jaune bien souvent. Que l’on raisonne en libéral productiviste (qui se désolerait des pertes de capacités industrielles), en socialiste planificateur (qui ajouterait à cette désolation le rôle du marché financier/immobilier dans ces évolutions) ou en écologiste (qui s’affligerait de l’enfermement de la plupart de ses contemporains dans un mode de vie consumériste insoutenable à terme), le tableau ici dressé n’est pas très encourageant. Mais comme disait le titre d’un vieux film des années 1970 décrivant une autre période de désarroi français, « Que la Fête commence! » N’est-ce pas aujourd’hui le premier jour des soldes d’hiver? J’y cours. Moi aussi, il me faut me distinguer par quelque achat éthique au meilleur prix!

2022 : Il faudrait un miracle…

Pour qu’un candidat de gauche gagne la présidentielle l’année prochaine en France. A ce stade de la précampagne de l’élection présidentielle 2022, ma rationalité de politiste me dit en effet qu’il n’y a aucune chance de voir un candidat de gauche (écologiste compris) gagner la présidentielle. Il ne me reste que ma fréquentation de l’histoire où, parfois, les événements déjouent les attentes les plus solidement ancrées pour me donner quelque espoir de me tromper.

Les choses se précisent en effet sérieusement.

D’une part, tous les partis de gauche en présence font mine de s’organiser de leur côté pour aller à la présidentielle : le PS autour d’Anne Hidalgo (même si Stéphane Le Foll ne va sans doute pas se laisser faire – vas-y Stéphane t’es le meilleur!); EELV et ses petits alliés autour du candidat ou de la candidate qui sera choisi par les (trop rares) personnes qui auront bien voulu participer à leur primaire ouverte; FI autour du son grand leader, toujours le même, charismatique en diable encore en cette année 2021; le PCF lui-même, ce centenaire, autour de son chef, presque aussi charismatique que le précédent; et pour corser le tout, quelques sans-parti, comme Arnaud Montebourg, prêt à tenter leur (dernière) chance au grand loto de la présidentielle. Chacun revendique donc son droit à exister pleinement en plaidant bien évidemment l’union naturelle et indispensable des forces de progrès autour de sa modeste personne. (Il devrait bien sûr y avoir aussi une candidature LO et peut-être une NPA pour achever de mobiliser les masses prolétariennes.) A ce stade, il faudrait donc vraiment un miracle pour que tout ce beau monde se mette d’accord sur une candidature unique au printemps 2022, la seule en l’état de l’opinion publique susceptible de passer la barre du premier tour. Le suivi des sondages d’intention de vote pour la présidentielle, mis en place par le collègue Emiliano Grossman, s’avère pour l’instant totalement déprimant de ce point de vue. Au 20 août 2021, selon la moyenne sur 7 jours calculée par ce dernier en prenant les résultats de tous les sondages publiquement disponibles, aucun des trois candidats testés actuellement (Jadot, Mélenchon, Hidalgo) ne dépasse même la barre des 10% d’intention de votes. Par contre, en additionnant les scores de tous les candidats marqués à gauche (Roussel, Jadot, Mélenchon, Hildalgo), tous les sondages récents amènent ce camp à 25-30% des intentions de vote, donc au niveau permettant d’espérer une qualification au second tour.

Certes, des militants associatifs et des intellectuels de gauche engagés essayent d’organiser une « primaire populaire » via un site internet dédié pour dégager par un vote des sympathisants de gauche un ou une candidate qui soit jugée le ou la plus consensuelle. Le processus en est au stade des parrainages (un peu plus de 75000 à ce jour), avant la sélection proprement dite. Elle aurait lieu avec un mode de scrutin dit au « jugement majoritaire ». Chaque candidat/e serait noté/e par les électeurs de cette primaire, et le/la mieux noté/e serait retenu/e. Ce mode de scrutin, qui revient à choisir un ou une prétendante très appréciée dans son camp, n’est peut-être pas sans risque, puisqu’il est possible d’apparaitre bien sympathique au cœur de cible de son camp, tout en étant guère présidentiable par ailleurs (ce qu’on pourrait appeler perfidemment « l’effet Hamon »). Il y a seize candidats parrainés actuellement. Le cinq premiers en termes de parrainages citoyens sont dans l’ordre: Taubira, Rousseau, Autain, Hidalgo, Batho, côté femmes, et Ruffin, Larrouturou, Giraud, Piolle, Mélenchon, côté hommes. Cette initiative tend à inventer un parti unique de la gauche, des écologistes et des sans-partis, que les promoteurs de la primaire populaire appellent « Bloc des justices« . Fort habilement, elle vise à tenir compte de la réalité du rapport de force dans l’électorat qui suppose de regrouper toute la gauche et quelques électeurs sans orientation précise pour espérer qualifier un candidat de gauche au second tour. Cependant, je vois mal tous les partis et tous les candidats accepter son résultat, comme le font les démocrates ou les républicains aux États-Unis pour leurs primaires respectives, même si, selon les organisateurs de cette primaire populaire, la plupart d’entre les partis de gauche (EELV, PS, PCF, FI) ont accepté la plate-forme programmatique en dix points issue du travail de synthèse de ces associatifs à partir de diverses plate-forme associatives. Il faudrait donc un premier miracle démocratique, à savoir que plusieurs millions d’électeurs inscrits participent à la phase de sélection, dont la date ne semble pas fixée par ailleurs à ce jour. De fait, si les promoteurs de cette initiative réussissaient à amener autour de 5 millions d’électeurs à s’exprimer lors de cette primaire populaire, cela changerait la donne, surtout si le résultat était suffisamment tranché. Cela ne va évidemment pas de soi, car il faudrait déjà que tous les partis concernés prennent eux-mêmes l’initiative au sérieux et appellent leurs soutiens à y participer. Or on ne dirait pas que cela doive être tellement le cas à juger de leurs comportements actuels en cette fin d’été 2021, ou alors, ils cachent vraiment bien leur jeu.

Chacun d’entre eux semble en effet prisonnier de son histoire, au delà même des ambitions de leurs présidentiables respectifs. Les partis de gauche ont évolué en effet depuis des décennies dans un contexte où il leur était loisible au niveau local et au niveau national de se concurrencer entre eux sans oblitérer leurs chances de victoire au second tour. La concurrence entre PS et PCF a représenté la forme canonique de cette situation. Les municipales, les régionales et les départementales de 2020 et de 2021 leur ont permis de rejouer cette vieille partition. Il n’est que de voir à quel point les dirigeants du PS se croient redevenus tout d’un coup des cadors. De fait, tout se passe comme si tous les dirigeants des partis de gauche étaient incapables d’accepter leur niveau réel dans l’électorat, très bas selon tous les sondages disponibles concernant l’élection présidentielle, l’orientation de l’électorat national sur l’axe droite/gauche ou bien pour la proximité avec l’un ou l’autre parti. A cette considération générale, il faut ajouter la tendance de plus en plus nette à la multiplication des scissions, et à la mise en place de petites organisations partisanes, totalement à contre-courant de la réalité implacable du caractère très majoritaire de l’élection présidentielle. Le PS a ainsi essaimé au fil des ans toute une série de scissions, faisant à l’envers le chemin parcouru en 1969-1971, scissions elles-mêmes incapables de se regrouper vraiment en un seul nouveau parti à gauche du PS même si, au fond, elles tiennent des positions très proches. (Même si j’ai suivi la politique française depuis quelques décennies, j’ai toujours l’impression de découvrir une nouvelle de ces organisations à l’occasion).

Probablement, il faut plusieurs défaites de suite pour faire comprendre à un camp ou à un parti qu’il faut modifier sa stratégie perdante. (Sans compter qu’il y a aussi des partis qui choisissent de continuer à persister dans l’insignifiance électorale au nom de la pureté de leur cause.) Cela risque donc de durer encore. On se consolera en constatant que la droite classique n’est guère plus vaillante en matière d’unité partisane.

D’autre part, il faut bien constater que la gauche et les écologistes partent en cette fin d’été 2021 avec un très sérieux handicap en terme de médiatisation des enjeux dont ils sont propriétaires. Les grands médias donnent en effet un écho aux enjeux de la droite et de l’extrême-droite : immigration, insécurité, Islam, cela tourne en boucle. Le retour au pouvoir des Talibans à Kaboul constitue sans doute un événement de plus de nature à renforcer encore ce tropisme des grands médias. Certes, les feux de forêts et autres catastrophes, liés désormais clairement dans les grands médias au réchauffement climatique, sont traitées, mais, pour l’instant, il n’existe pas une armée d’éditorialistes pour vitupérer, dans la foulée de ces nouvelles et du dernier rapport du GIEC et ce à longueur de journée, le laxisme coupable des autorités envers… Total, Airbus et autres carbo-capitalistes. Nous sommes tous dûment sermonnés par ces bons apôtres hostiles à la bien-pensance islamo-woke que, de ce train-là, nous finirons « soumis », mais pas « grillés » ou « noyés ». De ce point de vue, il faudrait que la gauche et les écologistes s’interrogent sur la stratégie poursuivie par un certain industriel breton. Ce dernier en (extrême-)droitisant deux médias de sa propriété (C-News et maintenant Europe 1), qui semblent entrainer derrière eux tout le champ médiatique, vise-t-il simplement à s’assurer que jamais la gauche ne pourra revenir au pouvoir en lui savonnant la planche du point de vue de l’opinion publique (tout Président de droite, de Macron à Bertrand en passant par Pécresse ou Barnier lui allant bien), ou bien vise-t-il à porter l’extrême-droite (que cela soit sous sa forme Le Pen ou sous forme Zemmour) directement au pouvoir? Dans le second cas, la prise de conscience d’une telle stratégie – pour la première fois depuis des décennies, un industriel militerait pour un tel développement, risqué par ailleurs pour le capitalisme français en général – pourrait peut-être pousser à l’union de toutes les gauches pour empêcher une telle victoire. En effet, ce que semble montrer la poursuite de leur routine par tous les dirigeants des partis de gauche en cette rentrée 2021, c’est qu’aucun ne croit vraiment à la victoire de l’extrême-droite en 2022. Les élections régionales de cette année semblent avoir fait pour eux la preuve définitive de la non-compétitivité du RN de Marine Le Pen au second tour. Paradoxalement, les dirigeants de gauche semblent donc d’accord sur ce point avec Zemmour et ses soutiens : cette femme est nulle, aucun risque de ce côté-là. Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter. On se résigne à l’inévitable réélection d’Emmanuel Macron, un homme sans convictions certes comme dirait François Hollande, mais on n’envisage pas sérieusement l’idée que ce dernier puisse être battu au second tour par un candidat d’extrême-droite.

En outre, pour vaincre le biais des grands médias à l’encontre de leurs thématiques de prédilection, il faut constater qu’à ce stade, aucun parti de gauche n’a su développer ou mettre en valeur une ou des propositions qui soient compréhensibles par la masse des électeurs. Du côté droit de l’échiquier politique, c’est un florilège de propositions toutes plus liberticides, racistes, xénophobes, ou inconstitutionnelles les unes que les autres qui sont énoncées pour faire nouvelle, pour faire jaser au café du commerce. Par exemple, Michel Barnier, sans doute pour casser son image de modéré, propose d’arrêter toute immigration pendant cinq ans. Infaisable, inconstitutionnel, contraire aux engagements internationaux de la France, mais ça claque. Valérie Pécresse se la joue comme Tchatcher en proposant d’en finir avec ces hordes de fonctionnaires surpayés qui encombrent … euh nos écoles, nos hôpitaux, nos commissariats. Ils y vont tous de leurs propositions choc ayant bien compris qu’il faut augmenter la dose de c… pour se faire remarquer. La proposition de rétablissement du bagne de la part de l’un d’entre eux ne saurait donc trop tarder. Et, à gauche, pas grand chose pour attirer le chaland. Cela peut encore venir (la semaine de quatre jours?), mais, à ce stade, cela reste trop peu concret. Toutes les grandes victoires électorales de la gauche au XXème siècle (1936, 1981, 1997) ont été associées à la promesse d’une ou plusieurs réformes sociales clairement compréhensibles et visualisables dans leurs conséquences par l’électorat dans sa vie quotidienne. Pour l’instant, force est de constater qu’on ne voit rien venir de tel. Sans compter que ces victoires furent précédées de mobilisations sociales autour des dites réformes sociales, or, aujourd’hui, on serait bien en peine de discerner un équivalent en ce sens. Depuis 2017, on s’est mobilisé contre, et bien trop peu pour. Certes, il y a des mobilisations, essentiellement juvéniles, autour du climat, mais leurs demandes restent trop générales pour atteindre le grand public, et elles n’apportent guère un avantage individualisable à l’électeur. (Ne pas mourir de canicule en 2033 ou en 2037, cela reste un peu abstrait tout de même pour la plupart des gens.)

Cette atonie programmatique et partisane de la gauche, tout au moins dans ce que le grand public peut en percevoir, parait d’autant plus dommageable que, par ailleurs, l’évolution des valeurs des Français au fil des générations ne lui est pas entièrement défavorable. Tout n’est pas perdu de ce point de vue. Notre jeune collègue Antoine Bristielle fait ainsi remarquer, dans une courte note pour la Fondation Jean Jaurès, que les idées de gauche ne sont pas mortes, elles sont souvent majoritaires dans l’électorat: aspiration à la justice sociale, laïcité, défense de l’environnement, soutien à plus de démocratie. (Certes, des interprétations de droite de ces idées peuvent aussi exister.) Les travaux de Vincent Tiberj sur le renouvellement générationnel du rapport à la politique pointent aussi cette aspiration à plus de démocratie du côté des jeunes générations. Cela se traduit certes par un rapport distant à la politique politicienne (dont je parle dans le présent billet de blog) et intermittent au vote, ce qui induit un cercle vicieux d’éloignement entre leurs aspirations et les choix du pouvoir politique de l’heure pour lesquels trop nombreux parmi eux ont négligé de voter. Pour l’instant, les partis de gauche et leurs candidats à la présidentielle ne semblent pas réussir à profiter de cette réalité, à en faire une force. Il est possible que la déception de 2022, avec ce qui s’en suivra pendant cinq ans d’avanies diverses et variées, donne à ces générations montantes la force de renverser la table en 2027.

Comme la gauche ne gagnera sans doute pas en 2022, force est alors de s’inquiéter pour la suite. Un Macron réélu sera encore plus méprisant que le Macron actuel. Il aura en effet réalisé ce que les Présidents précédents n’ont pas réussi à faire : se faire réélire. On ne mesure sans doute pas assez ce que cela voudra dire en terme de valeurs morales dans notre pays. Que le grand bonimenteur, le grand greenwasheur, le grand saboteur du modèle social français, le digne successeur d’Adolphe Thiers, soit réélu, risque de renforcer encore la désaffection pour la politique chez la plupart de nos compatriotes. Par ailleurs, inévitablement, vu son âge, il voudra assurer la suite, et il ne manquera pas d’évoluer façon Orban vers une volonté de ne plus jamais quitter le pouvoir. Un ou une Présidente d’extrême-droite nous promet des temps troublés. Et c’est là un euphémisme. Un ou une Présidente de droite (hors Macron of course) aurait au moins le mérite d’éviter ces deux écueils. Sa majorité présidentielle serait par ailleurs plus ancrée dans les territoires, et le ou la nouveau/nouvelle Président/e devrait un peu plus respecter cette part-là au moins du pays. Face à des gens n’ayant rien appris, rien compris, dépassés par le cours des événements, voulant surtout parler à leur électorat vieillissant, la gauche et les écologistes seraient sans doute à même de briller dans l’opposition. Mais bon, Bertrand, Pécresse, Barnier, cela ne fait vraiment pas rêver. Pour l’instant, c’est pourtant là à mes yeux de politiste pessimiste l’issue rationnellement la moins défavorable de cette élection 2022.

Puissé-je me tromper complètement, et ce post être cité un jour comme un exemple d’aveuglement sur les lendemains radieux qui étaient à portée de mains. Le printemps 2022 sera ainsi le nouveau jour de gloire de la gauche française, et je me serai fait du mouron pour rien. Sur ce, je m’en retourne préparer ma trente-deuxième rentrée d’enseignant.

Corine Pelluchon, Les Lumières à l’âge du vivant.

Les Lumières à l’âge du vivant, voilà bien un titre énigmatique, pour le dernier ouvrage en date de la philosophe Corine Pelluchon (Paris: Seuil, 2021). En effet, qu’est-ce donc que « l’âge du vivant »? Parler des Lumières avec un grand L constitue en effet une référence philosophique, littéraire, historique, sans grande ambiguïté. Il s’agit bien sûr de ce grand mouvement intellectuel du XVIIIe siècle européen, qui fonde notre modernité occidentale et qui reste inscrit à l’horizon de notre droit positif (Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen, « principes garantis par les lois de la République », etc.) et qui irrigue encore notre ordre symbolique (Révolution française, « Liberté, égalité, fraternité », etc.).

Mais l’âge du vivant? Voilà un terme qui pourrait surprendre. Peut-on imaginer un temps de l’humanité qui ne soit pas aussi un âge du vivant? Puisque pour exister, il faut vivre – sauf à supposer toute une humanité de spectres, mais laissons cela à la théologie ou à la mystique. De fait, le choix de ce terme désigne chez l’auteure la présence de deux considérations. D’une part, il s’agit d’un équivalent du terme fort à la mode ces temps-ci d’anthropocène. Ce terme désigne le fait que l’action humaine est devenue d’une ampleur telle que les équilibres de la Nature eux-mêmes, supposés immuables par les générations qui nous ont précédées, tout au moins à leur propre échelle de temps, en sont fortement modifiés. D’autre part, au delà de cet aspect descriptif de notre condition présente en tant qu’humanité, l’auteure choisit cette expression pour faire place à toutes les revendications de tout ce qui veut vivre à l’encontre d’une attitude de mépris, négligence, oubli, instrumentalisation, domination, de la part de ceux qui incarnent une Raison qui n’en a rien à faire de tout ce qui n’est pour eux que ressources, matière, chair, chère, à leur libre disposition, à leur bon plaisir en somme.

Ce choix du terme âge du vivant s’explique ainsi fort bien de la part d’une philosophe qui s’est fait surtout connaître par ses travaux sur ce qu’on a coutume d’appeler la « cause animale ». L’enjeu de l’ouvrage est alors de concilier l’héritage rationaliste et émancipateur des Lumières et toute une série de critiques dites post-modernes de ces mêmes Lumières comme étant la cause même de bien des maux contemporains, et de proposer une redéfinition des Lumières qui n’en trahisse cependant pas ni les acquis en terme de liberté et d’autonomie ni la prétention à établir des valeurs universelles (telles que l’on peut les trouver par exemple dans les grands textes normatifs de droit international).

De fait, c’est à un parcours assez classique, très scolaire si l’on veut, voire scolastique aurait dit un Pierre Bourdieu, auquel nous invite l’auteure. Elle multiplie en effet les références philosophiques à la légitimité désormais bien assise (Theodor Adorno, Günther Anders, Hannah Arendt, Walter Benjamin, Jan Patocka, Maurice Merleau-Ponty, Edmund Husserl, Leo Strauss, etc.). Le lecteur aura ainsi parfois l’impression de parcourir un manuel ou un cours, avec des morceaux de bravoure qui attestent plus de la compétence professorale de l’auteure qu’ils ne servent à nourrir le propos.

Tout commence ainsi par un rappel des travaux de l’École de Francfort (chapitre 1, Raison et domination, p. 37-67) et des apports de la phénoménologie et du darwinisme de Darwin (chap. 2, Les Lumières et le vivant, p. 69-116), avant de proposer dans le reste de l’ouvrage une vaste reconstruction autour d’une opposition entre ce qu’elle appelle le « Schème de la domination » et le « Schème de la considération ». Le terme de schème désigne ici un principe qui organiserait tout le monde social à un moment du temps historique. « De même, la dénonciation du Schème qui régit notre monde et qui est fondé sur la domination des autres et de la nature en soi et à l’extérieur de soi conduit à s’opposer à l’impératif de rendement maximal et au règne de la compétition et à faire de l’écologie le chapitre central d’un projet alternatif de société. Une organisation sociale et politique structurée par le Schème de la considération repose sur l’autonomie des sujets. C’est leur capacité à instituer de nouvelles significations et à nouer des rapports avec les autres, humains et non-humains, qui ne soient pas des rapports de domination qui est la clef des nouvelles Lumières. » (p. 120)

Pour l’auteure, le rationalisme des Lumières, comme l’avaient bien vu la « Théorie critique » et la phénoménologie husserlienne, a dérivé vers le seul rationalisme instrumental. Il a ouvert la voie à une vision totalement individualiste de chaque être humain, maximisant son seul propre bonheur, obtenu au détriment des autres êtres, humains et non-humains. Il a occulté la faiblesse corporelle de chacun, la vulnérabilité qui appelle nécessairement à un moment de l’existence de chacun le soin d’autrui. Il a négligé tous les non-humains rabaissés à l’état de ressources dont on peut disposer. Il a même laissé la technique s’autonomiser et les moyens qu’elle offre à l’humanité devenir des fins qui s’imposent à elle. Cependant, il n’est pas question pour l’auteure de donner raison aux « Anti-Lumières » qui critiquent la prétention de l’homme à s’autonomiser de la tradition ou de la transcendance, et ne voient dans tout cela qu’un juste retour des choses face à l’hubris des Lumières. Il n’est pas question non plus d’abandonner toute prétention à une pensée universaliste fondée sur une raison qui serait partageable par toute l’humanité en cédant au relativisme.

Comme l’auteure l’explique fort bien en conclusion, elle propose alors en effet rien moins qu’une conversion des consciences. Il faut pour sauver le projet des Lumières changer de Schème. « Autrement dit, un changement de régime peut être violent et passer par une révolution, mais la destitution d’un Schème ne s’opère pas par les armes ni par une effusion de sang. Elle repose sur la substitution d’un ethos à un autre et sur un changement d’imaginaire et s’enracine dans une transformation des sujets qui affecte leurs représentations, leurs évaluations, leurs émotions, ainsi que les couches inconscientes et archaïques de leur psychisme. » (Conclusion, p. 295)

Comme spécialiste du Schème de la domination (puisque politiste de métier), c’est peu dire que je n’ai pas été très convaincu par cette approche, même si je sympathise en pratique avec la conversion qu’elle propose à l’humanité. I am a good guy.

Cette approche ressemble en effet fort à celle que proposent les « religions de salut » depuis fort longtemps, ou plus généralement toute approche morale. Tenir compte d’autrui (quelque soit la manière dont est défini cet autrui) dans toute décision libre, dont on se trouve responsable, fait partie du bagage de la plupart des religions ou sagesses disponibles. Plus encore, cet élargissement du sens même d’autrui qu’elle préconise ne laisse pas de faire penser à la compassion telle que la préconisent les bouddhistes ou à l’amour du prochain des chrétiens. Je conçois bien qu’une philosophe française contemporaine, bien inscrite dans l’Université laïque et républicaine, ait quelque difficulté à reconnaître ces dangereuses proximités, mais cela confine parfois au déni de réalité, voire à la falsification historique. J’ai été ainsi très étonné de ne pas voir apparaitre dans ce livre si chargé de références pourtant le concept de « personne » qui fut dans les années 1930-1960 la manière usuelle de critiquer ce même individualisme solipsiste et dominateur qu’elle attaque ici à longueur de pages. Il est vrai que le « personnalisme » avait quelque source dans le catholicisme. Je souligne d’autant plus ce point que Corine Pelluchon semble faire de son « Schème de la considération » une nouveauté qui va tout résoudre. Or il faut bien admettre que notre monde tient déjà à peu prés debout, parce que, en pratique, la plupart d’entre nous, simples mortels, se comportent plutôt bien avec autrui, tout au moins les autrui dont nous avons conscience, souvent parce que notre socialisation nous y a prédisposé. Certes, la définition d’autrui qu’elle propose est très large (en incluant les êtres non-humains), mais que la philosophe se rassure, nous devons déjà tenir compte d’autrui, parce que ces aspects sont déjà bel et bien inscrits dans le droit, les mœurs et la morale, ou dans des mondes professionnels (comme l’enseignement). Autrement dit, le « Schème de la domination », entendu comme une pulsion à faire fi d’autrui, ne contrôle pas toutes les consciences individuelles, et surtout ne les contrôle pas tout le temps. Il n’est pas le principe organisateur de tout l’ordre social. Ce monisme parait tellement réducteur que personne ne pourra le prendre vraiment au sérieux parmi les pratiquants contemporains des sciences sociales. De plus, le recours à un humanisme qui serait souci de soi et de ses propres fragilités physiques ne me parait pas complètement en décalage avec la réalité d’une société comme la société française, surtout par mauvais temps de pandémie.

Ainsi, comme le disent mutatis mutandis toutes les religions de salut et la plupart des morales en circulation, il vaut mieux être bon que mauvais. Et être bon ou mauvais, cela a très souvent trait à notre comportement vis-à-vis d’un autrui. Or le résultat de ce message moralisateur, plutôt fort répandu, a été, disons, mitigé : sa présence n’a pas empêché de très grands crimes d’avoir lieu, comme l’esclavage par exemple (re)mis en place par des (bons?) Chrétiens ou perpétué par des (bons?) Musulmans. S’il suffisait de prêcher la morale pour rectifier le monde, cela se saurait. L’auteure s’inquiète aussi beaucoup de la montée en puissance des nationalismes et des populismes, sans se rendre compte que les nationalistes ou les populistes sont pleins de considération pour les membres de leur propre nation ou peuple. C’est bien cela l’une de leurs caractéristiques principales (« Les Français d’abord. ») Même les libéraux les plus extrémistes dans leur égoïsme revendiqué à la Ayn Rand prêchent la considération. Ils la réservent certes à leurs seuls semblables, mais même eux n’ignorent pas ce fondement de la morale, parce qu’ils ont sans doute besoin de reconnaissance eux aussi.

Le problème n’est donc pas le manque d’individus moraux dans ce monde en proie à la rationalité instrumentale, à des Lumières qui auraient mal tourné. Cela peut certes aider d’avoir plus d’individus moraux et avec une vision morale plus inclusive, mais la vision du changement historique que porte Corine Pelluchon me parait d’un irénisme confondant. Si vraiment, il faut changer le monde pour aller vers une plus grande prise en compte de la Nature, de notre propre fragilité et des autres êtres vivants, cela se fera aussi avec des rapports de force. Il y a des intérêts en somme à vaincre, pas seulement une passion de la domination pour la domination à convertir par de belles paroles en espérant que les pêcheurs se convertissent. Ces rapports de force passent nécessairement à un moment par de la contrainte ou par de la violence. Cet aspect-là aussi peut se penser, se contrôler, se maîtriser, et non pas être écarté d’un revers de la main au nom d’une vision selon laquelle l’usage de moyens violents corromprait nécessairement la juste cause défendue. Pour donner un exemple (facile), les Résistants qui décidaient de tuer au péril de leur propre vie des occupants dans la France entre 1940 et 1944 n’ont pas corrompu la très juste cause qui était la leur. Bien au contraire.

Par ailleurs, tout en marginalisant toute morale hétéronome (religieuse), Corine Pelluchon laisse entrevoir par moment des pointes d’irrationalisme assez déroutants. Comme le montre la citation plus haut, elle semble bien croire à l’existence de « couches inconscientes et archaïques » du psychisme. Elle traite ce point (p. 133) rapidement en citant l’hypothèse d’inconscient collectif de Jung qui « est prise très au sérieux par les écopsychologues » (p. 133, sic) dans un passage visant à expliquer « l’écart entre la prise de conscience écologique et les difficultés éprouvées par les individus et les gouvernements à opérer les changements qu’ils jugent pourtant nécessaires. » (p. 133). Malheureusement, les explications à donner à ce hiatus bien réel sont bien plus simples et plus concrètes, ne serait-ce que des problèmes fort banaux de niveau de vie et de confort à préserver. Qui a vraiment envie de prendre des douches froides quand il a eu le bonheur de prendre des douches chaudes?

Enfin, Corine Pelluchon devrait se méfier d’elle-même. Elle est en effet en bonne voie avec cet ouvrage, faisant suite à toute une série d’autres plus spécifiques dans leur objet, de finir « toutologue », spécialiste de tout en somme. Cette maladie de l’intellectuel, qui prend tellement confiance en son jugement à force de l’exprimer qu’il finit par parler de tout avec autorité, y compris de ce qu’il ne connait que trop peu, frappe très souvent les philosophes. Elle a été identifiée à ma connaissance d’abord en Italie, où le terme de « tuttologo » est bien attesté depuis une quarantaine d’années au moins (1976, selon mon dictionnaire Zingarelli). Je me permets cette pique, certes quelque peu désobligeante, car ses propos sur l’Europe (chap. VI, L’Europe comme héritage et comme promesse, p. 249-285) sont par moments pour le moins stratosphériques. Ainsi, pour donner un exemple, selon elle, « Dès le début des années 1990, la construction européenne a été fragilisée par la mondialisation [jusque là tout va à peu bien, le spécialiste du sujet peut à la limite admettre ce raccourci ] et par l’échec de l’intégration des populations issues de l’immigration [là j’ai calé, quoi? ai-je bien lu?]. « (p. 270). Elle réitère cette même idée un peu plus loin en affirmant : « Or l’acquisition de traits moraux indispensables à la délibération et à la participation démocratiques, au niveau national comme au niveau européen, se heurte à l’échec de l’intégration d’une partie de la population issue de l’immigration et à montée des partis d’extrême droite qui exploitent cet échec. » (p. 271). D’une part, selon le récit le plus habituel, les difficultés liées à la construction européenne au début des années 1990 correspondent avant tout à la découverte par le grand public des enjeux de souveraineté liées à une intégration accrue, en particulier autour de l’établissement d’une monnaie unique. Ce n’est pas pour rien qu’on parle à ce moment de « souverainisme ». S’il y a débat, lors du référendum français de 1992, qui porte sur la citoyenneté, c’est celui du droit de vote des citoyens des autres pays européens lors des élections municipales, et ce débat aurait plutôt d’ailleurs tendance à opposer un « nous européen » à un autre non-européen présent sur le sol européen et qui sera donc privé de ce droit. Cet aspect fait donc plutôt progresser l’intégration entre les peuples européens. Ensuite, si l’on se rapproche du présent, le principal moment négatif de désintégration européenne n’est autre que le Brexit. Mais, dans ce cadre, le vote des Britanniques s’est révélé xénophobe contre tous les étrangers, y compris les Polonais, les Français, etc. Ce n’est pas là une question de « manque d’intégration de population issue de l’immigration », telle que l’entend sans doute C. Pelluchon dans le contexte français des années 2020. En somme, s’il n’y avait eu aucun immigré extra-européen sur le sol de l’Union européenne, les Européens auraient déjà eu assez de désaccords entre eux pour s’empêcher mutuellement d’avancer, et je doute que cela soit la présence d’immigrés turcs mal intégrés en Allemagne et d’immigrés algériens mal intégrés en France qui soit la source principale des difficultés rencontrés dans les années 1990. Par ailleurs, elle néglige complètement que, si les partis d’extrême-droite sont tous hostiles à l’immigration et aussi désormais à l’Union européenne telle qu’elle fonctionne, ils finissent aussi par défendre tous une certaine idée de l’identité européenne (chrétienne). Cette identité-là de l’Europe existe aussi, et elle est plutôt favorisée par cette absence d’intégration de certains immigrés extra-européens que C. Pellluchon prend pour acquise.

Au total, notre lecture de cet ouvrage, pourtant si riche de références, nous a laissé désabusé. La montée en généralité que propose ici Corine Pelluchon nous apparait comme un échec complet. L’absence, voire même l’évitement, de toute réflexion réellement politique, au profit d’une fuite dans l’appel à une conversion des consciences, me parait d’autant plus tragique que l’heure est grave. La société politique française se situe en pleine dérive à l’extrême-droite toute, et notre brave philosophe de tendre son rameau d’olivier et de prêcher la considération universelle. Il lui faudrait plutôt commencer à argumenter de manière plus réaliste si elle veut sauver les Lumières. En particulier, je ne crois pas que replier l’extrême-droite contemporaine sur un simple revival des Anti-Lumières soit particulièrement éclairant pour la combattre.

T. Ribault, Contre la résilience

Il y a des auteurs qui ne cherchent visiblement pas à se faire des amis ou des alliés. Thierry Ribault avec son livre Contre la Résilience. A Fukushima et ailleurs (Paris : Éditions L’Echappée, 2021) est de ceux-là. C’est en effet à une radicale et savante imprécation contre la résilience, ce concept tellement à la mode en temps de pandémie, auquel le lecteur est convié. Il nous invite à pester et tempêter avec lui contre cette injonction faite aux victimes d’un accident nucléaire comme celui de Fukushima en 2011 de surmonter sans trop maugréer l’épreuve que leur envoie le destin – et plus généralement à nous révolter contre cette omniprésente obligation qui nous est faite de nous adapter à tous ces malheurs qui nous touchent. En l’espèce, tous en prennent ici pour leur grade: les gouvernements (japonais, américain, etc.), les scientifiques partisans du nucléaire civil, les spécialistes en résilience appliquée, un corps médical bien content de laisser faire les psychologues, grands maîtres en matière d’acceptation joyeuse du malheur, là où il faudrait bien plutôt convoquer des cancérologues ou des épidémiologiste, mais aussi des associations de victimes trop contentes de pouvoir positiver le malheur qui les touche dans un héroïsme de survivants volontaristes, et même presque tous les autres chercheurs ayant fait la sociologie de cette acceptation du risque nucléaire dans nos sociétés. Cette imprécation, portant sur le cas précis de l’accident du Fukushima, s’élargit de plus à l’encontre de tous ceux, partisans du progrès technologique, ou même « collapsologues » à la Pablo Servigne, qui veulent de fait préparer nos corps et surtout nos âmes à vivre avec les conséquences négatives de ce dernier.

Cette radicalité autorise parfois des raccourcis qui rebuteront plus d’un lecteur attentif, et qui peut-être en séduiront d’autres sensibles à la charge d’indignation que met l’auteur dans son propos. Cette difficulté est produite par le mélange des genres ici proposé par T. Ribault, entre le compte-rendu d’une recherche de terrain, la défense d’une thèse sur la sociologie générale de notre temps, et enfin, il faut bien s’autoriser à le dire, un pamphlet.

D’abord, ce livre est d’évidence le résultat d’une longue recherche de terrain sur l’accident nucléaire de Fukushima en 2011 de la part d’un chercheur en sciences sociales du CNRS. Cela semble comme sous-entendu pour le lecteur, dans la mesure où T. Ribault ne s’attarde guère à expliciter sa démarche, pourtant bien présente. Comme le montrent à la fois la volonté d’éclairer dans les premières pages le lecteur sur les tenants et les aboutissants de la situation décrite, des citations de personnes interrogées tout au long de l’ouvrage, et tout l’appareil critique des notes, il s’agit bien là d’une enquête de terrain sur la manière dont les autorités japonaises et internationales ont de fait encouragé une doctrine du vivre avec les conséquences de l’accident. Elles ont ainsi refusé l’évacuation de toute la partie du Japon qu’il aurait fallu évacuer pour prendre en compte le risque accru pour les personnes touchées de développer un cancer, ceci en changeant ex post la norme de risque acceptable, elles ont limité cette dernière aux zones les plus touchées, et encouragent depuis dix ans un retour dans la joie et la bonne humeur retrouvées dans ces dernières. A cette action résolue des autorités, politiques, économiques, scientifiques, médicales, pour revenir à la vie d’avant l’accident, la résilience apporte un supplément d’âme en quelque sorte. Elle prétend transformer en effet des personnes objectivement victimes du nucléaire en acteurs subjectivement maitres de leur propre sort face à ce dernier. Chacun est donc encouragé à maîtriser son risque en se faisant lui-même spécialiste de sa possible irradiation ou de celle de ses proches, et surtout à le maîtriser dans sa propre psyché. T. Ribault insiste en effet sur le fait que ces autorités pro-nucléaires japonaises et internationales cherchent à faire de la peur des conséquences de l’accident sur la santé une peur largement irrationnelle, surestimée, qu’il faut ramener à sa juste valeur par le calcul par chacun de son risque propre d’irradiation. Il faut pour elles avoir « peur de la peur » (du nucléaire). L’auteur rappelle fort à propos les ramifications internationales de toute cette affaire de manipulation des consciences, qui dépasse de loin un effet supposé de la culture japonaise, prête selon un préjugé trop répandu à tous les accommodements avec un réel difficile marqué par les tremblements de terre. Des experts français apparaissent ici dans la boucle, et T. Ribault ne se prive pas de citer aussi bien leurs noms que les polémiques auxquelles il s’est livré auparavant à leur encontre (cf. par exemple, note 85, p. 357-358). Il indique aussi que la méconnaissance des effets à moyen et long terme des irradiations sur les populations ressort d’une longue histoire d’une science qui n’a jamais vraiment été faite, tout en l’étant officiellement, mais d’une manière si parcellaire qu’il s’agit plus là d’une vaste opération de « non-science » qu’autre chose. Surtout, pour ce dernier, le traitement de l’accident de Fukushima en 2011 n’est jamais que la suite d’une longue histoire de minimisation des effets du nucléaire sur les populations depuis la fin des années 1940. L’accident de Tchernobyl en 1986 fait partie bien sûr de cette trame internationale, où toutes les autorités intéressées à la poursuite de l’aventure du nucléaire (civil et militaire) tendent à en minimiser le risque pour les populations, à le présenter justement comme un « risque » (calculable) et non pas comme une « menace » (incalculable et existentielle).

A cette trame d’une manipulation de la science et des consciences par des élites chaudes partisanes du nucléaire, T. Ribault ajoute dans le cas de Fukushima la montée en puissance d’associations citoyennes locales, qui, créées de manière indépendante des autorités japonaises, finissent par ajouter au moulin de la résilience. En effet, la critique que portent ces associations sur le manque de transparence des autorités japonaises et sur leur difficulté à s’adapter aux réalités du terrain, aboutit en fait à valider l’approche qui consiste à ne pas évacuer complètement les lieux contaminés. T. Ribault s’aperçoit ainsi que ces associations citoyennes locales, souvent très vite reconnues et valorisées par les autorités japonaises et internationales, portent une vision héroïque de la situation, qui revient à vivre (ou plutôt à mourir) avec les conséquences du nucléaire, et à ne pas le combattre en tant que tel. Autrement dit, tout ce qui consiste à cogérer avec les représentants autoproclamés des victimes un tel accident finit par s’inscrire dans la méthode générale à l’œuvre qui permet de concentrer l’attention sur les conséquences de la catastrophe, sur l’éventuel évitement de la prochaine de même nature, et jamais sur ses causes.

Ensuite, à cette enquête de terrain, dont il est vrai que T. Ribault ne s’attarde guère à en justifier la correction méthodologique, s’ajoute de fait une considération bien plus générale qui s’articule autour du rôle de la résilience dans la tenue même de nos sociétés. En effet, le succès de cette approche auprès des autorités tiendrait donc avant tout au fait qu’elle ne traite que de la manière de s’accommoder des conséquences des méfaits du nucléaire, et plus généralement de ceux du progrès technique, sans jamais de traiter les causes mêmes de ces derniers. En somme, la résilience permet de ne jamais revenir en arrière et de toujours aller de l’avant. On ne cherche plus à combattre ou abolir les causes, on est invité à s’adapter à la nouvelle réalité technique. Tout au long de l’ouvrage, la filiation avec les travaux de l’École de Francfort sur les déboires de la rationalité instrumentale, et plus encore avec la pensée de Günther Anders sur la technique, apparait comme le fil directeur de la conceptualisation proposée. La technique domine désormais l’humanité, et cette dernière est sommée de s’adapter, d’être résiliente, c’est à dire d’accepter cette nouvelle condition où il n’est pas possible de vivre sans la technique telle qu’elle est et les risques qu’elle implique. La fuite n’est pas possible, la révolte non plus, la révolution encore moins, il faut simplement trouver en soi-même les ressources mentales pour se plier à ce que la technique nous impose. L’auteur multiplie du fait de cet héritage philosophique les concepts quelque peu grandiloquents, comme « la falsification du monde », tout en nous proposant de faire preuve de non-résilience, c’est-à-dire en l’espèce a minima de fuir le plus loin possible du danger nucléaire. Sur un plan plus général, T. Ribault analyse et dénonce cette tendance montante dans nos sociétés à nous adapter psychologiquement aux catastrophes présentes et à venir, et à ne plus même se proposer d’en combattre les causes. Il faut malheureusement lui donner fortement raison sur ce point : la réaction à l’épidémie de Covid-19, qu’il évoque d’ailleurs, constitue une illustration de sa thèse. On doit s’adapter, on doit trouver des remèdes, revenir à la normalité, mais il n’y a guère pour l’instant d’action véritable sur les causes, rappelons que l’OMS propose simplement de prévoir un traité international pour lutter contre les prochaines pandémies, mais qu’elle ne s’interroge pas trop sur les causes de la présente pandémie. Il est vrai que, parmi les causes possibles (passage de l’animal à l’homme via l’élevage industriel, déstabilisation des milieux naturels, voire même recherches scientifiques ayant mal tournées, pour ne citer que celles que j’ai le plus entendues évoquer), aucune, si elle était validée, ne supposerait de laisser notre monde revenir à la normale. Sans compter bien sur les causes de la diffusion de la pandémie, comme l’interconnexion presque instantanée de toute l’humanité par les voyages aériens.

Le propos, quoique chargé d’un vocabulaire philosophique parfois abscons, rejoint en fait les conclusions de toute cette école d’historiens de l’environnement, de la pollution, de la science et de la technique appliquées à la production capitaliste (François Jarrigue, Thomas Le Roux, Jean-Baptiste Fressoz, etc.) qui ont montré que la grande opération qui a permis le déploiement de cette dernière au moment de la Révolution industrielle a consisté en une désinhibition par rapport à la prise de risque. T. Ribault retrouve ainsi l’idée que la notion même de « risque »(calculable) fait partie intrinsèque des conditions mêmes de possibilité de ce déploiement de la technique. Il retrouve aussi l’idée que la « non-science » (ce qu’on s’efforce de ne pas investiguer pour ne pas paniquer les citoyens) est bien l’autre aspect de la « science » (ce qu’on prétend savoir pour rassurer les citoyens). Cette convergence entre les travaux des historiens et ceux de ce sociologue, même s’ils n’utilisent pas exactement le même vocabulaire conceptuel, est frappante, et permet sans doute d’inscrire la résilience dans une histoire longue des dispositifs favorisant l’acceptation des effets négatifs de la technique.

Enfin, il faut bien le dire à nouveau, le livre est aussi un pamphlet, ou, pour rester neutre à son propos un essai. Sous une belle couverture, dans un livre qui constitue en soi un bel objet grâce à un éditeur attentif à ces aspects matériels et iconographiques, T. Ribault, dans une langue parfois fort enlevée, flingue à tout va tous ceux qui font leur petit ou gros business sur la résilience, en particulier toutes ces personnalités qui se sont exprimées dans l’espace public dans ce style-là au moment du début de la pandémie de Covid-19, tous ceux qui vendent aux individus ou aux entreprises des conseils en résilience. Il distingue bien aussi le fond très droitier, très cruel, de ces discours, qui sont dans le fond, une version savante, du « Marche ou crève! » bien connu, une autre manière de tenir un discours de « darwinisme social », de faire du Nietzsche de bazar (« Tout ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort ») .

Ce mélange un peu déroutant d’une recherche de terrain, d’une approche de sociologie générale et d’un pamphlet rend la critique difficile. On se doute bien que l’auteur du pamphlet prendra très mal toute remarque un peu négative à l’égard de son brulot et qu’on sera soupçonné de parti pris en faveur de la résilience et de collaboration avec l’ennemi nucléariste. Essayons cependant.

La première, la plus classique, c’est sur le rôle qu’il assigne à la technique en elle-même. On pourrait écrire exactement le même récit en se contentant de noter que ce sont les considérations économiques et stratégiques des autorités japonaises et autres puissances nucléaires qui expliquent tout le déroulement de l’affaire. Simplement, vu ses ressources énergétiques naturelles, et sa situation géopolitique face à la Chine et à la Russie, il n’est pas question que le Japon se dénucléarise. Je doute toujours de ces grands appels dans un récit historique à un rôle autonome de la technique, alors que le fond de l’affaire se voit pourtant nettement dans le cas précis : la puissance. T. Ribault rappelle d’ailleurs lui-même que le Japon se tient au seuil de l’arme nucléaire, grâce à une installation de retraitement construite par une firme française bien connue (p. 188). Ce simple fait de raison d’État suffit à expliquer l’acharnement des autorités japonaises à conserver leur industrie nucléaire, et à nier la gravité des dommages subis par la population de Fukushima.

Par ailleurs, il me semble que l’auteur oublie toujours les Japonais non touchés par l’accident. Que se serait-il passé si le Japon s’était dénucléarisé pour la production de son énergie électrique? Peut-être que tout simplement le « mode de vie » des Japonais aurait dû radicalement changer. L’auteur semble parfois négliger le fait qu’une majorité d’une population donnée soit prête à « sacrifier » les perdants d’un tel jeu avec le feu (nucléaire), parce que, pour la plupart des gens, rien n’importe plus que le confort. C’est là à mon sens une considération plus générale: les grands accidents technologiques, aussi spectaculaires soient-ils, n’aboutissent pas vraiment à des mises en cause radicales des techniques en cause, parce que, au final, les gagnants du jeu restent majoritaires dans la société considérée. Finalement, un accident nucléaire, même majeur, ce n’est pas si différent d’un accident dans une mine de charbon ou de l’explosion d’une quelconque usine chimique : seule une minorité de la population du pays est touchée. Elle est certes bien plus large pour un accident nucléaire que pour celui dans une mine de charbon ou dans un site chimique, plus interclassiste et plus durable aussi, mais cela reste un dommage limité. Le jour où un accident technologique toucherait 100% d’une population, la réaction serait sans doute différente, mais, de fait, il n’existe pas à ma connaissance d’exemple de ce type, sauf à considérer que la civilisation technique en elle-même frappe tous les hommes d’obsolescence à terme. C’est peut-être vrai in absracto, mais, pour l’instant, certains sont toujours plus égaux que d’autres face aux conséquences négatives de la technique, il existe toujours des gens (une majorité de citoyens, une minorité de dominants ou une élite restreinte de décideurs?) pour ne pas y voir quelque mal que ce soit parce qu’ils échappent à ces conséquences et ne bénéficient que des bons aspects de cette dernière. Il y a donc toujours des Elon Musk en action, bien trop persuadés de l’innocuité de leurs actions pour que quelque chose change sur ce point. Et surtout, comme l’ont bien montré les sociologues, les historiens et les géographes, il existe une très forte disparité d’exposition aux risques liés à la civilisation industrielle.

La seconde critique que je me permets de porter est sur les solutions, sur la suite à donner à une telle imprécation. Je ne peux d’une part qu’approuver l’idée de l’auteur que « Le malheur n’est pas un mérite », et j’ai apprécié toutes les dénonciations des spécialistes de la résilience (B. Cyrulnik par exemple), de tous ces charlatans prêts à vous vendre le kit complet du « vivre son malheur dans la joie et la bonne humeur, sans ennuyer autrui par ses plaintes de surcroit ». T. Ribault nous invite à nous attaquer aux causes des accidents nucléaires, et plus généralement de l’emprise mortifère des technologies sur nos vies. Certes. En pratique, dans le cas précis de Fukushima, il encourage surtout les habitants des zones contaminées à avoir peur, à fuir vite et loin, et à surtout ne pas revenir sur leurs pas. Il s’agit avant tout de sauver sa peau, et de ne pas accepter de devenir les cobayes satisfaits et héroïques du « Des radiations, même pas mal! » . Il semble d’ailleurs que pas mal de Japonais concernés aient suivi cette ligne de conduite, malgré les injonctions inverses des autorités. Pour le reste, l’auteur nous laisse un peu seul avec le sentiment d’indignation qu’il fait lever. Bien sûr l’action politique contre le nucléaire parait une réponse.

Cependant, au niveau de critique de la civilisation fondée sur la technique auquel il se situe, la proposition de radicalité qu’il fait ici parait très abstraite. Sa réponse sur ce point dans l’entretien qu’il a accordé au Monde montre cette même limite. Surtout, il semble négliger que, du point de vue politique, il n’y a parfois rien à faire. Concrètement, si les habitants de Fukushima ou simplement une part d’entre eux avaient voulu forcer le gouvernement japonais à abandonner le nucléaire, ils auraient sans doute très mal fini, la justice japonaise n’étant pas connu pour être très libérale avec les fauteurs de trouble. Il y a des circonstances dans lesquelles les rapports de force politiques s’avèrent tellement défavorables que la lutte politique devient elle-même sacrificielle. C’est là dans le fond une autre version de la résilience, si, certes, elle fait des martyrs de la cause, n’est pas non plus tellement recommandable si l’on veut sauver la peau des individus victimes d’une catastrophe technologique. Par ailleurs, au delà de ces usages instrumentaux par les autorités de tout ce qui peut être qualifié de résilience, T. Ribault néglige la réalité humaine des arts de la résistance au malheur, de l’humour, de la dérision, du sarcasme, de ce dont il fait pourtant lui-même usage dans son ouvrage pour affronter le malheur qu’il analyse.

Au final, on peut toutefois espérer que ce livre contribuera à la délégitimation de ce concept cache-misère de résilience. Malheureusement, il y a fort à parier qu’un autre terme aux usages similaires le remplacera. En effet, les dominants n’ont pas fini d’avoir besoin du consentement à leur malheur des dominés. Les paris sont donc désormais ouverts pour deviner quel terme remplacera une déjà presque obsolète résilience.

J. Weisben et S. Hayat, Introduction à la sociohistoire des idées politiques.

Pendant que les médias et les réseaux sociaux se remplissent de bruit et de fureur autour d’une prétendue invasion de nos belles Universités françaises par la « peste intersectionnelle », le « racialisme », l’« islamo-gauchisme« , le « décolonialisme », et, bien sûr, la très redoutée « écriture inclusive » (mais, j’en oublie sans doute, n’étant pas chroniqueur au Figaro, tant cela devient un peu confus à la fin), revenons pour se reposer de tant de bêtise satisfaite d’elle-même et d’acrimonie sous testostérone à des temps politiquement plus sérieux, tout au moins par les discours qu’on y tenait. C’est ce à quoi invite le manuel de Julien Weisbein et Samuel Hayat, Introduction à la sociohistoire des idées politiques (Louvain-la-Neuve : De Boeck supérieur, 2020, 255 p.). Il nous propose en effet une traversée de trois siècles de pensée politique en Occident, de la lutte contre l’absolutisme à nos jours.

La présentation s’inscrit dans un courant dit de la « nouvelle histoire politique des idées politiques » (très bien présenté en Introduction, p.5-20). Courant qui, en 2021, n’est certes plus très nouveau au sens strict, car son acte fondateur remonte à la toute fin des années 1960, avec l’article de l’universitaire britannique, Quentin Skinner, paru originellement en 1969 en langue anglaise, « Signification et compréhension en histoire des idées » (dont on trouvera d’ailleurs la traduction de sa version de 2002, dans l’excellent choix de textes de Patrick Cerutti, Histoire de la philosophie. Idées, temporalités et contextes, Paris : Vrin, 2018, p. 215-274). Comme les deux auteurs le résument habilement dans leur introduction, cette nouvelle vision consiste à redonner de l’historicité à tous les textes (« extraire les idées politiques de leur éther »), leur redonner toute leur importance dans le cours de l’histoire (« rendre raison de la performativité des idées politiques »), et ne pas négliger comment ses idées sont produites par des producteurs d’idées et utilisées par des consommateurs d’idées eux-mêmes tous socialement situés (« réinsérer les idées politiques dans leur tissu social »). En somme, les idées politiques (les énonciations sur ce que le locuteur/scripteur perçoit comme la vie collective et ce qu’elle devrait être) ne peuvent pas être comprises sans leur redonner cet épaisseur de contexte, qui explique à quoi elles ont pu servir à un moment donné et à qui. Pour revenir à l’actualité, un historien des idées politiques aura sans doute beau jeu dans quelques années d’expliquer que tout ce déferlement de boue sur nos têtes d’Universitaires décrétés mal-pensants précéda d’un an la victoire de Marine Le Pen à la Présidentielle de 2022 ou la réélection de justesse d’Emmanuel Macron à la Présidence sur une ligne très droitière. Bien sûr, pour nous, c’est évident. Avec le recul du temps, le contexte et l’usage des idées politiques se perdent dans les brumes de la mémoire, et c’est le rôle de cette « nouvelle histoire des idées » de nous les rappeler.

Mais le processus ne s’arrête pas là: les idées politiques naissent et se déploient certes dans une configuration sociohistorique, mais une partie d’entre elles survivent à ce contexte d’énonciation. Elles deviennent ce qu’on appelle des idéologies, qui s’accumulent au fil des siècles. La tâche que le présent manuel s’assigne consiste à expliquer la naissance des grandes idéologies qui ont régné et/ou règnent encore en Occident. Il entend ainsi permettre à ses lecteurs de mieux s’orienter dans ce vaste fatras issu de l’histoire. Les chapitres s’enchainent de fait dans une continuité historique qui permet de comprendre qu’une idéologie peut être un temps dans une opposition à un pouvoir institué et contribue donc à le dés-instituer (comme le libéralisme contre les royautés de droit divin, cf. chapitre 1, Des lumières aux révolutions bourgeoises: le libéralisme, p.21-42), et, dans un autre temps, devenir le discours de légitimation d’un pouvoir institué (comme le libéralisme au service des démocraties libérales/représentatives, cf. chapitre 4, De la subversion au conservatisme : le libéralisme au pouvoir, p.79-100). Même processus pour le socialisme, auquel plusieurs (très bons) chapitres sont consacrés (chapitre 5, Penser la société industrielle: le socialisme entre utopie et science, p.101-122, chapitre 7, Représenter la classe ouvrière : les socialismes après Marx, p. 145-167, chapitre 9, La soviétisation du marxisme: le communisme d’État, p. 181-194, chapitre 10, De la démocratie libérale au compromis social-démocrate, p. 195-213). Le lecteur trouvera aussi présenté dans cet ouvrage le « républicanisme » (chapitre 2, La redécouverte d’une tradition antique : le républicanisme, p.43-61) (qui rappellera au lecteur que ce dernier n’a décidément pas grand chose à voir avec le prurit « républicain » de la France contemporaine), le conservatisme (chapitre 3, Le refus de la modernité politique : le conservatisme, p. 63-78), le nationalisme (chapitre 6, Représenter et mobiliser la nation : le nationalisme, p. 123-144), le fascisme (chapitre 8, Totaliser la nation et l’État: fascisme et national-socialisme, p. 169-180), et le néo-libéralisme (chapitre 11, La dernière idéologie? Le néolibéralisme et ses contestations, p. 215-238).

La présentation m’a paru généralement claire, pédagogique, et concise. Le manuel tient bien son pari d’initier le lecteur à la « nouvelle histoire des idées politiques ». Il n’est pas cependant sans susciter des interrogations de ma part.

En effet, la première grande surprise que j’ai eu en le lisant, c’est de n’y trouver aucun chapitre consacré à l’idéologie démocrate-chrétienne. Le rôle de la religion (catholique) est cité dans le cadre du chapitre consacré au conservatisme (p. 69-70), en citant quelques grands noms (Bonald, Maistre, Chateaubriand, Lammenais), et l’on indique bien qu’il y a « une contestation récurrente par l’Église et les penseurs catholiques, tout au long des XIXe et XXe siècles, des prétentions des normes laïques à fonder un ordre civique durable (…) » (p. 70). On en restera cependant là pour tout le reste de l’ouvrage. Cette lacune parait d’autant plus dommageable que ce même chapitre 3 explique le déclin politique du conservatisme (contre-révolutionnaire) par son enfermement (social) dans l’aristocratie (p. 72-77). Or, si ce constat est sans doute vrai pour le conservatisme des « Ultras » de la Restauration et leurs successeurs, il est totalement faux si l’on considère la montée en puissance de l’idéologie démocrate-chrétienne, que ce soit comme corpus doctrinal (penseurs catholiques et Encycliques) ou comme force politique (cléricale ou laïque), qui, justement, a réussi à éviter cet enfermement, et enfin comme régime politique ou légitimation d’un régime. Cet oubli correspond sans soute au caractère très franco-français de la perspective adopté par les auteurs. Du point de vue de l’histoire politique européenne des deux derniers siècles, la montée en puissance de la démocratie-chrétienne (en concurrence frontale avec le socialisme athée et le libéralisme voltairien) entre les années 1840 et la fin des années 1940 (où elle prend le pouvoir dans la plupart des pays démocratiques de l’ouest de l’Europe) ne doit pas être oublié – sans oublier les versions très droitières de la formule, comme le « salazarisme » au Portugal (1926-1974) ou le régime de Monseigneur Tiso en Slovaquie (1938-1944). Il est d’ailleurs piquant, de ce point de vue « clérical », de s’apercevoir qu’un éditeur, situé à Louvain-la-Neuve, en Belgique, ait accepté de publier un ouvrage de sociohistoire des idées avec un tel oubli qui vous ferait pourtant aisément recaler en France même au CAPES d’histoire (enfin, celui avant l’ère Blanquer, celui où il fallait avoir des connaissances historiques et non pas réciter son catéchisme « républicain »). Ce manque me parait d’autant plus dommageable que le principe de sélection des idéologies ici présentées est qu’elles ont donné lieu à la mise en cause ou à la formation d’un régime politique ou d’un ordre sociohistorique particulier (le « champ politique » qui détermine la conquête du pouvoir d’État par un groupe particulier, cf. Encadré 5, p. 17) – principe de sélection parfaitement défendable par ailleurs.

Les auteurs sont sans doute ainsi fondés de ce dernier point de vue à ignorer dans leur présentation, qui se veut réduite à l’essentiel, le féminisme, l’écologisme, le tiers-mondisme, l’anti-spécisme, etc. parce qu’en Occident même, jusqu’ici, aucun régime politique ne peut être dit avoir été radicalement mis en cause par l’une ou l’autre de ces idéologies et parce qu’aucun régime n’a été globalement fondé jusqu’alors sur ces idées. Par contre, cette règle ne peut valoir pour tout cet univers démocrate-chrétien ici (presque) complètement absent. Il est vrai que la France se trouve être à la fois le berceau de ces idées (au moins dans le cadre catholique) et le pays où l’incarnation partisane de ces dernières, le Mouvement républicain populaire (MRP), fut incapable de se maintenir à un étiage électoral élevé tout au long des années d’après guerre (contrairement à la DC italienne, et bien sûr à la CDU-CSU allemande). Nous ferons toutefois remarquer à nos deux jeunes collègues, sans doute bien plus à gauche idéologiquement que nous ne le sommes, que le journal La Croix, le Secours catholique, la Fondation Abbé Pierre et la CFDT (pour ne pas parler de la CFTC) existent toujours, que le monde catholique et ses diverses incarnations politiques, comme l’Abbé Pierre, Mauriac ou même le Général De Gaulle, ne peuvent pas être oubliées si l’on veut présenter aux étudiants la sociohistoire des idées politiques chez la « fille aînée de l’Église ». Comment comprendre les luttes autours de l’affaire Dreyfus et une bonne part de l’antisémitisme français sans cet aspect catholique?

Le second point d’étonnement qui m’a étonné pour un manuel paru en 2020, c’est effectivement le traitement très réduit offert aux idéologies politiques qui se sont affirmées dans le second vingtième siècle, comme le féminisme et l’écologisme. Cette lacune, justifiée certes dès l’introduction par la présentation d’idéologie comme critique ou appui global d’un régime politique, me parait d’autant plus dommageable qu’elle offre une lecture très partielle de l’actuelle domination du néo-libéralisme. Il est ici présenté surtout comme une réponse des libéraux à la crise du libéralisme dans les années de l’entre deux-guerres qui finit par triompher du compromis social-démocrate à la faveur des difficultés de l’État-providence. Il faudrait ajouter que ce courant, le Thatchérisme pour bien me faire comprendre, comprend aussi une coloration proprement réactionnaire par rapport aux mouvements sociaux des années 1960-1970. Quand un N. Sarkozy fait remonter l’origine de tout les maux de la France à « 1968 », en s’inspirant entre autre d’un livre de Luc Ferry et Alain Renaut (La pensée 68. Essai sur l’anti-humanisme contemporain, 1985), il rappelle bien l’aspect proprement réactionnaire du néo-libéralisme contemporain. L’offense faite au « Parti de l’ordre » par tous les chevelus et toutes les chevelues « interdisant d’interdire » dans ces années-là n’est pas prête d’être oubliée par les partisans de ce camp, et ce que nous vivons correspond largement à cette immense soif de revanche. Les projets d’émancipation tout azimuts des années 1960 continuent à se payer dans une soif de réaction apparemment inextinguible dans le camp d’en face.

Le troisième point d’étonnement m’est apparu dans le côté exclusivement occidental du récit ici présenté. Pour un livre paru en 2020 (et pas en 1990), cela irait désormais peut-être mieux en le disant. Il faudrait donc intituler ce livre pour sa prochaine édition, Introduction à la sociohistoire des idées politiques occidentales (1500-2025). Bien sûr, les deux auteurs ne sauraient être omniscients, personne ne peut l’être, mais il faut au moins reconnaître dans quel cadre l’on s’inscrit, un cadre somme toute limité à l’Occident (au sens large). Or, pour les étudiants d’aujourd’hui, il serait peut-être bon de dé-provincialiser leur regard. Ne faudrait-il pas du coup introduire un chapitre sur l’Islam politique? Sur le nationalisme des dominés extra-européens? Voire sur la « théologie de la libération » ou les théories de la « Terre-Mère »? Et de ne pas oublier peut-être le « néo-confucianisme » des actuels dirigeants de la République populaire de Chine? Toutes ces idéologies extra-occidentales ont elles aussi leur sociohistoire, et, de plus en plus, ces diverses sociohistoires-là se mêlent à la nôtre, cela vaut aussi bien pour l’Institut Confucius installé à dessein dans une ville universitaire que pour la mosquée d’inspiration « frériste » que, peut-être, on y trouvera aussi. Voilà d’ailleurs peut-être une autre explication de cette furia réactionnaire des temps actuels qui s’abat sur nos têtes : l’Occident doit faire avec les Autres, y compris dans ses propres murs. Et nous universitaires avons le malheur de le faire remarquer.

Quoi qu’il en soit de ces manques – tout à fait logiques pour deux d’entre eux -, au total, ce manuel sera bien utile à nos étudiants, et qui sait, les prochaines éditions répondront à mes objections. (Ce qui supposera d’obliger l’éditeur à admettre plus de pages à l’impression, car rien de ce qui y est déjà présent ne doit être omis.)

« Vous n’avez pas le monopole de la haine. »

Là visiblement, avec la discussion de la loi dite sur le « séparatisme » (pour utiliser la pratique journalistique qui s’est imposée), nous venons d’entrer dans une nouvelle dimension des bouleversements politiques français.

A quoi assiste-t-on sinon en effet à un magnifique exercice d’union de toutes les droites? Qui peut encore douter qu’en cas de victoire à la Présidentielle de 2022, Marine Le Pen n’aura aucun mal à constituer une majorité parlementaire entre ses troupes, l’immense majorité des LR et même sans doute quelques LREM ayant su trahir au bon moment? Il leur suffira juste de se répartir le butin. Le débat entre le Ministre de l’Intérieur actuel, Gérard Darmanin, et la cheffe du RN, Marine Le Pen, aura constitué une illustration parfaite de cette concurrence pour occuper cet espace très à droite où chacun croit déceler la clé de la victoire à la Présidentielle.

La loi est proposée par la majorité LREM/MODEM, mais aussi bien la plupart des élus LR que les rares élus RN de l’AN sont prêts à l’amender pour qu’elle aille encore plus loin dans ses aspects répressifs. Or cette loi, de l’aveu même de ses promoteurs, ne combat qu’un seul ennemi : les islamismes, bien distingués d’ailleurs pour l’occasion du terrorisme proprement dit. C’est tellement cousu de fil tricolore que personne ne fait plus vraiment semblant. La loi n’est pas officiellement une loi exclusivement contre les islamismes, uniquement pour ne pas donner prise à une accusation de cibler explicitement une religion et certains de ses pratiquants (puisqu’il n’est guère possible de nier que, pour être islamiste, il faut se revendiquer de son appartenance à une forme ou l’autre de l’Islam), ce qui peut-être pourrait choquer le Conseil constitutionnel, voire la Cour européenne des Droits de l’Homme.

Cette hypocrisie ne trompe donc personne. Mais cette manière de procéder en généralisant à tout le monde des restrictions, contrôles, surveillances, etc. au nom du renforcement des « principes républicains » constitue une porte grande ouverte à tous les usages liberticides qu’ une future majorité voudra faire de cette loi contre n’importe quelle forme d’expression de la société civile, religieuse ou autre, qui ne soit pas compatible avec ce que le pouvoir du moment entendra alors sous le terme de « valeurs de la République ». Les autorités des différents cultes ne se s’y sont pas trompés. Les protestants en particulier ont été les premiers à comprendre le piège dans lequel les libertés religieuses sont en passe de tomber. Il est vrai qu’ils y ont été fortement aidés par le fait que le Ministre de l’intérieur s’en est pris aux protestants évangéliques pour essayer de faire croire que la loi ne viserait pas seulement certains musulmans.

Avec la discussion de cette loi, nous assistons de fait à une union profane des droites par l’affaiblissement de trois traditions politiques de ces mêmes droites : l’anti-républicanisme, la référence au catholicisme et le libéralisme politique, et par l’affirmation de deux tendances au sein de ces mêmes droites : l’adoption du matérialisme vulgaire comme référence et le déni de réalité (sociale) comme doctrine.

Un premier point à constater est en effet qu’en 2020, toutes les droites, y compris le Rassemblement National (RN), tissent des louanges à longueur de temps à « la République ». Elle fut pourtant pour une partie de leurs ancêtres politiques, « la Gueuse ». Surtout la dernière expérience de gouvernement très à droite qu’a connu notre pays se fit au nom d’un « État français », qui ne se revendiquait pas vraiment des acquis républicains et libéraux des années 1870-1940, et qui avait changé la devise du régime en « Travail, famille, patrie » à défaut de pouvoir statuer sur la nature exacte de ce dernier. De fait, il ne devrait pas échapper à grand monde à ce stade que le même mot de République a été utilisé il y a deux siècles par les partisans des libertés (publiques, syndicales, religieuses, etc.) et du pluralisme (politique, religieux, social, etc.) et qu’il est maintenant monopolisé dans le débat public par des politiciens qui veulent diminuer en son nom les libertés et le pluralisme au nom d’une menace existentielle « à la Houellebecq » pesant sur le pays des Droits de l’Homme. La « Soumission » menace dans nos quartiers, donc supprimons des libertés à foison, telle est en résumé la doctrine actuelle de nos politiciens. Je ne suis pas sûr que le mot en sorte grandit. Personnellement, j’ai comme une petite nausée à entendre ce beau mot de République, si chargé d’histoire, ainsi employé à contre-emploi. Mais sans doute suis-je dans le fond un conservateur dans l’âme, qui n’aime guère voir ainsi le sens des mots changer. OK, I am a Boomer, I am so vintage now.

Le second point à constater, c’est l‘effacement de la référence catholique. En effet, avec toutes ces propositions visant à mieux contrôler la pratique religieuse de certains croyants (les musulmans, what else?), nous voilà dans une situation où toutes les religions, y compris le catholicisme, pourraient tomber sous le coup de la loi. Qui peut-on trouver en effet de plus critique des « valeurs de la République » que les catholiques de la « Manif pour tous »? En effet, à leurs yeux, comment les législateurs républicains ont-ils pu oser aller à l’encontre de la loi divine et de la loi naturelle qui veut que le mariage soit l’union d’un homme et d’une femme? De fait, c’est l’idée même de liberté religieuse, voire de liberté de conscience, qui semble désormais complètement échapper à tous ces députés des droites, qui, avec tous leurs amendements, font parler leur (absence de) cœur. La France Insoumise (FI) l’a bien compris d’ailleurs. Pour mettre les partisans de cette loi devant leurs contradictions, elle multiplie de son côté les amendements « bouffeurs de curé », en proposant par exemple de supprimer le régime concordataire en Alsace-Moselle ou de défaire les compromis passés autour de la « Question scolaire » au cours des deux derniers siècles au profit d’une vision étatisée de l’enseignement. Cette porte ainsi grande ouverte à une répression de toutes les religions et croyances devrait faire réagir. Or, visiblement, ce genre de considérations ne fait plus désormais ni chaud ni froid aux quatre partis de droite (RN, LR, LREM et MODEM) qui sont d’accord désormais sur l’essentiel, à savoir sur l’objectif d’éradication de l’islamisme – sans compter le PS, le PCF et la FI qui ne sont guère sur une ligne si différente au nom de leur vieux fond laïcard commun. Ce dernier doit primer sur toute autre considération, même si tous ces partis de droite et d’extrême-droite s’accusent mutuellement, soit d’impéritie, soit d’extrémisme, dans les moyens choisis pour y parvenir. Il est vrai que tous légifèrent en partant du principe que ces restrictions de liberté concerneront en pratique d’autres personnes que leurs propres électeurs, et qu’en fait pour ce qui reste de la religion majoritaire traditionnelle du pays (le catholicisme) rien ne changera.

Le troisième point à constater, c’est l’écroulement en cours de la référence au libéralisme (politique). Cette majorité issue d’une confrontation au second tour entre la candidate de l’extrême-droite et celui de l’extrême-centre montre à mesure que les mois et les années passent son profond mépris pour les libertés telles que pensées et mises en œuvre par la tradition libérale du XIXe siècle. La censure presque intégrale de la « loi Avia » par le Conseil constitutionnel et l’absence totale de remise en cause au sein de LREM à la suite de cette dernière resteront comme le symbole de ce changement d’époque. Cette loi contre « le séparatisme » vise certes d’abord les pratiquants trop zélés d’une religion, mais elle s’inscrit bien sûr dans un cadre plus vaste de restrictions des libertés. La lutte contre le terrorisme avait déjà ouvert les vannes, mais toute contestation de l’ordre social en vigueur semble devoir être à terme, criminalisée, censurée. Les partisans de ces restrictions des libertés de tous au nom des « valeurs de la République » le font sans aucune retenue, car ils sont bien persuadés qu’ils ne seront jamais eux-mêmes dans l’opposition, et qu’ils n’auront jamais eux-mêmes à subir les effets de leurs propres lois liberticides. Ils n’ont certes pas tort du point de ce que l’on peut savoir en ce début de 2021 des rapport de force électoraux dans le cadre de cette longue agonie de la Ve République comme démocratie libérale. Autant une arrivée au pouvoir de l’extrême-droite, qui ne gênera guère le reste des droites (comme le débat entre le Ministre de l’Intérieur et Marine Le Pen l’a montré), est désormais de l’ordre du pensable et du probable, autant celle d’une (vraie) gauche ou des (vrais) écologistes apparait de plus en plus comme une possibilité, toujours légale certes, mais rendu impossible en pratique par les divisions de ce camp et l’absence d’un leader reconnu en son sein. En tout cas, malgré tout le discours des LREM ou des LR qui fait de Mélenchon un Chavez en puissance, assoifé du sang de la bourgeoisie, les droites ne craignent pas de mettre dans la législation du pays tout ce qui permettrait à un Mélenchon ou quelque autre gauchiste/écologiste devenu Président de la République et appuyé par une majorité parlementaire d’installer une République sociale/écologique en réprimant durement les forces réactionnaires qui auraient l’outrecuidance de s’opposer à « la République » (encore!). Cette asymétrie est sans doute à tenir à l’esprit pour comprendre cette débauche de restrictions. Nos droites ont visiblement oublié cet aspect constitutif de tout régime libéral. Parfois, il y existe des alternances, et l’on peut y occuper chacun à son tour la place d’opposant, donc méfiance, méfiance, sur ce que le pouvoir du moment est autorisé à faire aux opposants. De fait, dans notre République, tout ce qui restera bientôt comme droit d’opposition au simple citoyen, ce sera son droit de vote – car, pour l’heure, sans vote, personne ne sait légitimer une dictature dans une ancienne démocratie. Tout le reste sera criminalisé, ou simplement ignoré. Et l’on se gaussera pourtant de ce qui se passe en Hongrie et en Pologne. La convergence en cours devrait pourtant nous alerter.

Cet affaiblissement des vieilles références des droites laisse place à deux tendances, certes visibles depuis des décennies, mais désormais exprimées crûment.

D’une part, l’affirmation d’un matérialisme au sens le plus vulgaire du terme. Certains à propos de la discussion de la loi sur le séparatisme ont pu parler d’athéisme d’État. C’est à mon avis plus grave encore : le vieil athéisme d’État (communiste ou rationaliste) était fondé sur une idée du destin de l’Humanité et de son émancipation par la Science des ténèbres de la religion ou de la superstition. Il y avait en quelque sorte un côté fort religieux dans cet athéisme, une spiritualité chassait l’autre. Comme nos députés, tout particulièrement les députés LREM issus du secteur privé, sont pour la plupart des gens qui sont mus par le carriérisme le plus élémentaire et ont, comme l’ont montré les débats sur la loi de réforme de la recherche, autant d’amour de la Science (désintéressée) qu’il est possible d’en avoir quand on pense 100% business plan, mon pari est qu’en réalité, ces élus ne peuvent même pas comprendre que des personnes aient des valeurs, convictions, indignations, etc. qui aillent au delà du simple prendre et avoir. Ces boutiquiers pourtant diplômés des meilleures écoles, ces hommes et femmes unidimensionnels au sens le plus fort du terme, ignorent toute référence morale ou philosophique allant au delà de l’utilité immédiate du profit, et surtout de leur profit propre. Ce n’est pas exactement ce que des libéraux comme Benjamin Constant entendaient promouvoir par l’octroi de libertés individuelles et politiques. Vu les circonstances sanitaires, on pourrait appeler cela le « théorème Sanofi » qui domine nos élites actuelles. Il n’est alors pas étonnant que ces gens ne comprennent pas l’importance de la spiritualité dans la vie humaine – sauf, éventuellement, comme escroquerie rémunératrice qu’ils croient déceler chez autrui. Des fins dernières en somme, ils ne sauraient même comprendre que, pour certains êtres humains, elles existent comme préoccupation. Les quelques extraits de la rencontre entre des jeunes issus d’une fédération de centres sociaux et de la secrétaire d’État à la jeunesse, qui ont été diffusés par les médias, resteront ainsi comme le témoignage de cette incompréhension profonde: ces jeunes, visiblement issus des banlieues populaires, admettaient les différences religieuses ou philosophiques entre eux, et leur donnaient un sens positif à travers le terme de « respect ». Pire encore, certains d’entre eux soulignaient les aspects pacifistes des messages religieux, à l’encontre de notre hymne national (qui, comme ils l’ont appris dans leurs cours d’histoire, est effectivement au départ un hymne guerrier). Face à cette réalité, la secrétaire d’État donnait l’impression, pour le coup, d’avoir vu le Diable en personne. Pourtant, ce n’est pas là une information très nouvelle : même si la population française apparait comme l’une des plus détachées des religions qui soit au monde (d’après les sondages), le phénomène de la religiosité n’a pas disparu complètement, y compris chez les jeunes. (Il faudra aussi l’avertir à l’occasion qu’il existe encore des scouts de diverses obédiences religieuses. J’en ai croisé récemment dans ma rue. Il me semble qu’ils avaient ce qui ressemblait fort à une croix sur leur uniforme. ) Du coup, face à tant d’incompréhension du phénomène religieux, il est fort à parier que les islamistes les plus clairvoyants et surtout les plus radicaux se réjouissent de toutes ces restrictions qui vont faire en France de leur forme toute particulière d’Islam un martyre pour le coup bienvenu. Toutes ces difficultés que la nouvelle loi entend mettre à leur pratique, prosélytisme, organisation, sociabilité, etc. va sans doute leur donner l’aura du martyre pour la vrai foi. Ils pourront donc se présenter en victimes d’un État français « islamophobe ». Et, probablement, l’obligation de discrétion qu’on leur fait ainsi, en pouvant dissoudre toutes les associations proches des plus radicaux d’entre eux, ne va pas faciliter la tâche des services de police dans leur surveillance. (Pour mémoire, à ma connaissance, aucune politique anti-religieuse n’a jamais vraiment réussi à éradiquer une religion dans une population donnée, sauf à recourir comme ultima ratio à des pratiques aux tendances quelque peu génocidaires, ce qui évidemment résout le problème. C’est sûr que les Dragonnades de notre cher Louis le Quatorzième ont eu quelque efficacité sur les parpaillots, tout au moins pendant un siècle. Par ailleurs, ce sont souvent les politiques de conversion à une autre religion qui s’avèrent les plus efficaces à long terme, comme pour les Tchèques re-convertis manu militari au catholicisme par les missionnaires jésuites après la défaite de la Montagne Blanche.) La vraie question que nos élus auraient dû se poser est: non pas comment les islamistes attirent à eux les fidélités (en pénétrant la vie associative ou les associations sportives par exemple), mais pourquoi ont-ils du succès? A quelle demande de la part des personnes qu’ils mobilisent répondent-ils? J’ai bien peur que nos gouvernants y donnent au mieux une réponse matérialiste, en luttant contre les discriminations, pour permettre à chacun (dans les populations discriminées) de devenir un producteur/consommateur satisfait, sans voir que le fait religieux n’est pas réductible à une simple frustration que l’achat d’une télévision grand écran ou un voyage all inclusive en Thaïlande dissiperait.

D’autre part, la discussion de cette loi sur le séparatisme me semble témoigner d’un refus des droites de voir la réalité sociologique du pays. Désolé, chers gens de toutes les droites, la France a connu des nombreuses vagues d’immigration depuis des décennies, et il se trouve qu’une partie de cette dernière n’a pas hérité de l’une ou l’autre religion chrétienne ou que l’autre partie n’a pas hérité de la même couleur de peau que les habitants de la France métropolitaine avant 1900, ou même les deux. C’est un fait. Sous la référence à la « République », s’opère une vaste opération de déni. Les victimes collatérales de ce déni sont, comme le lecteur le sait sans doute, les universitaires pratiquant les sciences sociales accusés d’être infiltrés par une horde d’« islamo-gauchistes », de« racialistes », d’« indigénistes », de « décolonialistes », de se livrer aux joies perverses de l’« intersectionnalité », et j’en oublie sans doute. Ah oui, j’oubliais, très important, nous sommes infiltrés par la pensée américaine. (L’anti-américanisme français, ce long récit interminable.) Sous ce florilège d’accusations, que diffusent d’ailleurs certains universitaires se sentant submergés par cette vague de nouveautés, le refus de voir la nouvelle complexité de la société française actuelle me parait tristement évident. Le plus étrange à mes yeux est de voir ces dénonciations se contredire largement elles-mêmes: en effet, les mêmes qui alertent sur le danger de l’islamisme sur notre sol et le lient à la présence d’une immigration venue de pays majoritairement musulmans ont tendance à refuser que le fait musulman soit pris en compte par la sociologie de la France contemporaine. Le musulman les intéresse dans les potentialités islamistes ou terroristes qu’il porte (naturellement?) en lui, beaucoup moins en tant que citoyen français ou résident légal se sentant éventuellement discriminé pour son accès à l’emploi ou au logement. Des Gilles Kepel, Hugo Micheron ou Bernard Rougier, autant de chercheurs alertant sur la pénétration des formes les plus extrêmes de l’islamisme sur le territoire français, que font-ils sinon de l’intersectionnalité à l’insu de leur plein gré, et certes en lui donnant un sens politique complètement différent de celui que lui donnent certains partisans affichés de cette approche? Pas en parlant de victimes, mais en repérant des subversifs. Quand j’entends l’un d’entre eux lors d’une émission de France-Inter à laquelle il était invité proposer de relancer les études d’arabe à l’Université pour mieux saisir le phénomène islamiste, ne bat-il pas en brèche les « valeurs de la République » en soulignant que, en France, tout ce qui peut importer pour comprendre la société telle qu’elle est ne se passe pas nécessairement exclusivement en français? Pour habiter un quartier où cette même langue arabe est souvent pratiquée par des passants, je ne saurais entièrement lui donner tort. Au fond, les fanatiques de l’universalisme républicain, qui refusent de voir toute la complexité du social contemporain, nous renvoient à un homme abstrait dont toute la sociologie – qu’elle soit progressiste ou conservatrice dans son orientation politique – a démenti l’existence depuis plus de deux siècles.

J’ai du coup le soupçon que cet immense déballage de haine contre une grande partie des sciences sociales, et particulièrement de la sociologie, tient au fait que, du côté du « Parti de l’ordre », dé-catholicisé, il existe désormais un manque en matière de légitimation de l’ordre social existant. Il a dû abandonner le principe de hiérarchie naturelle entre les êtres humains (qui faisait partie du bagage conservateur), et il a dû se rallier au principe égalitaire et au principe méritocratique. On peut s’en féliciter. Mais la contrepartie de cette acceptation, c’est que, lorsqu’il reste dans la société française des inégalités difficiles à justifier en bonne raison, il faudrait en principe les réduire. Or que font la plupart des sociologues, ces gêneurs, ces empêcheurs de dominer en rond? Sinon démontrer par a+b qu’il reste des inégalités non fondées en raison, sinon expliquer les mécanismes, parfois tout simples, parfois fort complexes, qui, malgré (voire grâce à) l’égalité formelle et la méritocratie, recréent sans cesse de l’inégalité? Cette contradiction n’est pas nouvelle (Marx en parlait déjà) entre égalité formelle et égalité réelle, mais elle devient sans doute de plus en plus violente, difficile à assumer, à mesure que la référence (surnaturelle) à une priorité des uns sur les autres devient moins crédible, moins légitimée par un grand récit (religieux, civilisationnel, ou national) et qu’il n’y a donc plus de raison vraiment dicible pour que le « mâle blanc hétérosexuel » (pour causer à la manière de Zemmour ou de nos collègues partis en croisade contre le décolonialisme) soit en haut de la hiérarchie des êtres humains. Le mot de République et l’appel à l’universalisme républicain semblent alors devenir le totem ultime qui permet de justifier sans trop argumenter vraiment cette supériorité. (Cette attitude tranche d’ailleurs avec la filiation fasciste du XXe siècle, pour laquelle la supériorité des uns sur les autres allait de soi et pouvait se dire clairement. Rome ou Germanie éternelles. Il y avait une hiérarchie naturelle entre les individus, les sexes, les groupes sociaux, les nations, les civilisations. )

Pour finir une question se pose, pourquoi en 2021 les partis de droite et d’extrême-droite se battent-ils pour s’attribuer avec tant de hargne ce « monopole de la haine »? Comment est-on passé de la bataille pour le « monopole du cœur » qui opposait le droite et la gauche dans les années 1970 à ce débat politique où tout l’espace politique semble rempli par cette « Question musulmane »? Fait d’autant plus frappant que nous sommes en plein pandémie, et que, pour le coup, le lien entre Islam, islamisme et pandémie parait fort difficile à construire, même pour l’esprit le plus chafouin. Pourquoi ne semble-t-on plus se battre que pour les faveurs des électeurs qui ne pensent qu’à « écraser l’infâme »? Sont-ils donc tous persuadés qu’en 2022 n’iront voter à la Présidentielle que des électeurs majoritairement satisfaits de toute ce barouf fait autour d’une République qui se défend contre la Soumission?

Il est vrai que, pour l’instant, faute d’une gauche unie et face à des LR confits dans le néo-libéralisme austéritaire à la Larcher, les électeurs qui rêvent de discuter d’autre chose que de s’offusquer de l’évitement des cours de natation par les trop pudiques jeunes filles des quartiers risquent bien de devoir se contenter de ce spectacle-là.