Archives de Tag: Parti démocrate

Matteo R. peut-il sauver François H. ?

Comme je suis parallèlement la politique française et la politique italienne, je ne peux que constater le contraste pour le moins saisissant entre le sort des deux partis de gouvernement de part et d’autre des Alpes.  Le PS de F. Hollande connait à ces élections européennes un plus bas historique: 14% des suffrages exprimés, bravo l’artiste! Ce n’est d’ailleurs là que justice immanente des sentiments populaires. A trop renier toutes ses promesses et à ne tenir que celles qui n’intéressent qu’une minorité (le « mariage pour tous »), il ne fallait pas s’attendre à autre chose. Inversement, le PD de Matteo Renzi enregistre un score extraordinaire : un peu plus de 40% des suffrages à lui seul (avec en plus une participation électorale de près de 59%) laissant très loin derrière le second parti (le M5S de Beppe Grillo avec 21%).

La situation économique des deux pays latins n’est pourtant guère différente : chômage au plus haut, croissance nulle ou anémique, budgets publics en peau de chagrin, consommation des ménages qui flanche, régions entières en déshérence, mais pourtant le PD de Matteo Renzi réussit à « casser la baraque », et se retrouve l’un des rares partis de gouvernement de l’Europe des 28 à dépasser à lui seul le seuil de 35% des suffrages exprimés. Une des premières raisons du succès du PD se trouve à mon avis dans le prédiction faite par son principal adversaire, Beppe Grillo, qu’en cas de victoire du M5S (entendue comme ce parti devant le PD), il faudrait changer de gouvernement. Je parierais que cette crainte d’une nouvelle crise gouvernementale, sans issue claire, a effrayé les électeurs italiens, et cela d’autant plus que B. Grillo a organisé toute une série de meetings semblant annoncer la révolution par les urnes. Or les ménages italiens, étant les premiers possesseurs de la dette publique italienne, ne peuvent qu’avoir quelque crainte face aux projets révolutionnaires de B. Grillo sur le traitement de cette dernière. Bref, le succès du PD -seul grand parti de gouvernement encore crédible actuellement en Italie -, c’est d’abord le refus des aventurismes qu’incarne le M5S. Par ailleurs, Matteo Renzi, depuis qu’il s’est imposé sans grande élégance au poste de Président du Conseil en débarquant Enrico Letta, son collègue de parti, n’a eu de cesse de promettre des réformes en Italie et de critiquer assez durement les choix « austéritaires » de l’Union européenne. M. Renzi n’est au pouvoir que depuis quelques mois, et les électeurs ont pu lui faire aussi crédit de sa volonté réelle de réorienter la politique européenne – mais là encore sans aventurismes excessifs.

Dans le cas français, c’est bien sûr tout le contraire. F. Hollande a été élu en mai 2012 sur la promesse de réorienter la politique européenne. Il n’a en réalité rien fait, rien en tout cas qui soit perceptible par l’électeur français de base. Le slogan du PS, tiré d’une phrase du candidat PSE à la présidence de la Commission, l’allemand Martin Schulz, « L’austérité en Europe est une erreur », qui se trouvait sur ses affiches électorales, se trouve pleinement démenti par la pratique des gouvernements Ayrault et Valls d’une austérité, déniée certes, mais bien réelle. La campagne du PS était schizophrène ou hypocrite au choix.

Maintenant les perspectives pour le PS de F. Hollande et la gauche française en général sont sombres. Le scénario central comprend désormais : défaite aux sénatoriales à l’automne prochain; déroute générale aux régionales de 2015 et aux cantonales si elles sont organisées; non qualification d’un candidat de gauche au second tour de l’élection présidentielle en 2017; et enfin victoire très probable du candidat de la droite modéré à la présidentielle avec le secours effrayé des électeurs « républicains » face au « péril brun ». Bis repetita placent. On reparlera donc d’alternance à gauche en 2022 ou en 2027. Je comprend la mine contrite de J. L. Mélenchon hier soir.

Peut-on encore éviter ce sort tragique (ou juste)? Sur les seules bases françaises, et en restant dans le calendrier institutionnel actuel, non. En effet, la politique du « socialisme de l’offre » n’aura au mieux que des effets limités, à la fois géographiquement et socialement, pour améliorer le sort des Français. Ce sera toujours la France des grandes métropoles modernes qui en profitera, et la France du XXème siècle continuera sa lente agonie. Ce seront toujours les personnes qualifiées qui auront un emploi et celles qui le sont peu qui « galéreront » ou attendront petitement de toucher leur petite retraite dans la gêne d’un chômage sans fin.  Ce n’est pas en baissant les impôts sur le revenu que les électeurs vont se (re)découvrir soudain une âme d’électeur de gauche. Surtout,  j’ai ainsi entendu à la veille de l’élection européenne un ministre socialiste promettre qu’on redescendrait à 3.000.000 de chômeurs début 2017, autant dire que le chômage de masse restera sans doute donc la préoccupation numéro 1 des Français à ce moment-là et que le parti au pouvoir n’aura même pas besoin d’espérer être qualifié au second tour de l’élection présidentielle.  Feu la gauche…

Maintenant, il ne reste qu’à espérer que Matteo Renzi, fort de son résultat, fort aussi de la la situation italienne où tous les partis qui ont des électeurs, y compris le sien, critiquent l’austérité imposée par Bruxelles, soit à même de faire modifier vraiment les grands choix de politique économique européenne. Déjà, c’est l’italien Mario Draghi, à la tête de la BCE, qui a sauvé l’Euro à l’été 2012 et qui semble bien décidé depuis quelques mois à éviter une déflation européenne à la japonaise. C’est peut-être Matteo Renzi qui va réussir à persuader ses pairs européens qu’il faut absolument se débarrasser de la charge de l’endettement public par un retour à une croissance un peu solide dans tous les pays de l’Union, y compris dans l’Europe du sud, et non par l’austérité à tout crin. Dans un tel scénario, où l’Union européenne choisirait un relance concertée de son économie pour solder ses dettes accumulées, on peut espérer une diminution sensible du chômage et une transformation de l’ambiance générale en Europe. Cela finirait par profiter au parti au pouvoir en France.

La première étape de ce scénario va bien sûr être le choix du Président de la Commission et la composition de cette dernière. La logique de démocratisation du choix du Président de la Commission qu’avaient publiquement adoptée les « partis européens » (PPE, PSE, ALDE, PVE, PGE) avant le vote devrait assurer la nomination du luxembourgeois  J.- C. Juncker par le Conseil des chefs d’État et de gouvernement. Cet homme d’expérience ne va pas donner une image très réjouissante de l’Europe. Est-ce que les partisans d’une Europe à l’image plus dynamique réussiront à imposer une autre personnalité plus dynamique? A. Merkel a déjà dit qu’il y aurait des « discussions ». Là encore, F. Hollande risque d’être sauvé ou enfoncé encore plus par des éléments qui ne dépendent plus de lui. Plus généralement, le PS de F. Hollande ne me semble plus maître de son destin, et cela d’autant plus que je vois mal comment de ce parti fatigué avant même d’avoir gouverné trois ans puisse sortir des idées novatrices pour relancer l’économie française sans aide d’un contexte européen plus favorable.

Enfin, il va falloir se supporter tout cela.

Publicités

Italie : « compromis historique » – le remix.

Les derniers rebondissements de la crise politique ouverte en Italie à la suite des élections politiques de février 2013 représentent à ce stade un retour vers le passé que même mon pessimisme, bien connu de mes proches et étudiants, ne m’avait pas permis d’envisager.

Bien sûr, la réélection de Giorgio Napolitano comme Président de la République à 87 ans pour un mandat (théorique) de 7 ans, constitue l’élément le plus visible de ces dysfonctionnements de la vie politique italienne  – ou plutôt de la tendance de ceux qui la dirigent à persister dans leur être au détriment désormais de tout semblant de justification autre que le poids des circonstances. De fait, l’élection du Président de la République semble avoir ouvert la voie à une solution impensable encore il y a quelques mois : un nouveau « compromis historique » comme dans les années 1970 entre la droite et la gauche. G. Napolitano semble avoir négocié avec les partis désirant le réélire, malgré son opposition affirmée à cette hypothèse de réélection à l’âge où même les Papes demandent désormais à pouvoir se reposer. Il a obtenu d’eux une promesse formelle de créer et d’appuyer un gouvernement d’union nationale – dans le cas contraire, il démissionnera!  On se trouve ainsi dans une solution inédite en Italie – et ailleurs peut-être : la menace de démission d’un chef de l’État, irremplaçable pour l’instant, lui donne tout pouvoir pour imposer sa politique aux partis majoritaires au Parlement. C’est donc lui ou le chaos, donc désormais, il faut lui obéir! Il n’aurait pas 87 ans, tout le monde se méfierait un peu plus, car cela revient à lui offrir la dictature.

Il y a donc une « présidentialisation de fait » du régime –  le politiste Ilvo Diamanti parle de « présidentialisme sans intention de l’instituer ». Ce dernier est totalement contraire à l’esprit de la Constitution italienne de 1947-48, qui refusait tout pouvoir personnel. Ce « présidentialisme de fait » se trouve en contradiction, au moins partielle, avec toute l’évolution institutionnelle depuis les années 1990, qui avait  visé à aller vers un système politique parlementaire à la manière de Westminster. Cette évolution devait permette des alternances entre deux camps bien différenciés. Contrairement à l’époque de la « partitocratie » (1946-1992) et de son sommet, le « compromis historique » des années 1970, les électeurs devaient être en mesure de choisir directement la majorité gouvernementale et le chef du gouvernement. Ce fut le but de la réforme instituant un scrutin mixte (majoritaire-proportionnel) en 1993-94, ce fut encore le but du mode de scrutin mixte (proportionnel-majoritaire) créé en 2005-06 qui institua des primes de majorité pour la coalition de listes  ou la listes arrivée en tête au niveau national ou régional et qui fit en sorte que chaque coalition de listes ou liste déclare par avance son candidat à la Présidence du Conseil. A la fin des années 2000, la création du « Parti démocrate » d’une part, et celle du « Peuple de la Liberté » d’autre part, allaient aussi dans le sens de cette « démocratie de l’alternance ». Les « primaires » régulièrement organisées par le Parti démocrate ce dernier automne allaient encore dans cette direction. Et, là que fait-on, parce que nécessité oblige, on jette tout cela par dessus bord, au nom de l’urgence – comme dans les années 1970. On évoque même comme possible Président du Conseil le nom de Giuliano Amato, 75 ans, ancien Président du Conseil par deux fois, n’ayant pas laissé des souvenirs impérissables de bonheur aux Italiens – euphémisme. J’ose encore espérer à cette heure où j’écris que tel ne sera pas le cas. En effet, j’imagine sans peine la rancœur, l’amertume, voire la désespérance, que cela pourrait soulever chez tous les Italiens  voulant sincèrement un renouvellement de leur pays. Il n’y aurait guère pire insulte à leur faire… J’espère au moins que ce gouvernement d’union nationale aura l’hypocrisie de choisir un homme moins marqué, plus jeune si possible.

On semble en effet se diriger en effet vers un gouvernement d’union nationale entre la droite (PDL), le centre-gauche (PD) et le centre (Monti). On retrouverait au gouvernement exactement les mêmes forces qu’avant l’élection où toutes ces forces ont perdu massivement des suffrages. En effet, depuis novembre 2011, un « gouvernement du Président », formé de « techniciens »,  a été dirigé par Mario Monti, avec le soutien parlementaire de ces mêmes trois forces. Toutes trois, en particulier le PDL et le PD, ont perdu plusieurs millions de suffrages par rapport à leurs scores des élections de 2008. Deux petits partis du centre (UDC et FLI), qui soutenaient avec enthousiasme, le gouvernement Monti, ont même disparu de la scène parlementaire à cette occasion faute d’électeurs.

Le seul résultat de l’élection de février 2012 aura donc été d’obliger  ces mêmes forces – ou de leur permettre?- à continuer à gouverner ensemble. Ce n’est sans doute pas ce que la majorité des électeurs voulaient quand ils se sont exprimés en février… On ne saurait imaginer déni plus cinglant des promesses d’organiser désormais les élections en Italie comme le choix direct des dirigeants par le vote populaire.

Quoi qu’il en soit, il devrait pourtant y avoir une majorité parlementaire en ce sens: le centre (Monti) et le PDL de Berlusconi étaient sur cette ligne depuis la proclamation des résultats en février, et le PD va suivre le mouvement comme un poulet décapité… En effet, la coalition autour du PD, arrivée en tête en février, est morte en cette fin d’avril, et en tant qu’acteur unitaire sur la scène politique italienne, il faut sans doute admettre que le PD n’existe plus.

Lors de l’élection présidentielle par les députés, sénateurs et délégués des régions (1007 électeurs), le PD a en effet explosé façon puzzle au delà de tout ce qu’on pouvait même imaginer. S. Berlusconi aurait télé-contrôlé avec quelque dispositif de science-fiction la direction du PD qu’il n’aurait pas pu mieux servir ses intérêts – à part peut-être organiser sa propre élection à la Présidence. Avec de tels adversaires, le jeu en devient trop facile. Premier essai de faire élire un Président de la République par le centre-gauche : le leader du PD propose de voter pour un vieux dirigeant post-démocrate-chrétien issu de leurs rangs,  Francesco Marini, qui serait acceptable par le centre, et surtout par la droite de Berlusconi. Première catastrophe : face à la perspective de cette alliance de fait avec Berlusconi, une partie des élus PD se rebiffent. Certains font même défection pour Stefano Rodotà, un autre noble vieillard issu de la gauche communiste, le candidat soutenu par le M5S, et aussi par l’allié de gauche du PD, le SEL. Échec cuisant de Marini, qui se retire de la course. Deuxième essai, après avoir voté blanc aux tours suivants de scrutin : Bersani, le leader du PD, fait acclamer par l’assemblée des grands électeurs PD (députés, sénateurs, délégués des régions) la candidature de Romani Prodi, ancien Président du Conseil, père spirituel du « centre-gauche » des années 1990. C’est là choisir un personnage dont ne veut pas S. Berlusconi comme ce dernier l’a déclaré à maintes reprises. Et, là, re-catastrophe, un quart des votants du PD font défection à leur candidat… sans aucune explication de vote bien sûr de la part des traîtres. A ce stade, la direction du PD semble avoir complètement perdu pied. Elle ne s’attendait pas à un tel niveau de duplicité. Au lieu de temporiser et de chercher un candidat « technique », sans passé politique marqué, qui aurait au moins pu apparaître comme un renouvellement normal de la charge présidentielle, elle se rallie à Napolitano. Elle accepte par la même occasion le gouvernement d’union nationale que ce dernier veut depuis quelque temps.  Elle en  vient exactement là où Bersani et l’ensemble de la direction du PD déclaraient depuis des mois ne pas vouloir aller, tenant compte à mon avis de l’aversion profonde d’une bonne partie des militants et électeurs du PD envers une telle hypothèse. Le petit parti allié du PD, SEL, a toute de suite annoncé qu’il ne participerait pas à cette alliance au centre, faisant donc éclater la coalition arrivée en tête en février 2013 à la Chambre des députés. Le M5S de Beppe Grillo fait ainsi la preuve que le PD, avec lequel il ne voulait pas s’allier, n’était pas vraiment opposé à S. Berlusconi. Je ne suis pas sûr cependant que cette preuve profite électoralement au M5S; en effet, beaucoup de ses électeurs voulaient un changement tout de suite, et vont lui reprocher de ne pas avoir au moins essayé de gouverner avec le PD. S. Berlusconi, sans même avoir dû trop se fatiguer, gagne sur toute la ligne. Finalement, on va faire comme il a dit…

Au final, le vote de confiance pour le nouveau « gouvernement du Président » marquera sans doute la fin du PD. L’une de ses rares raisons d’être était justement de s’opposer à S. Berlusconi.

Il faudra aussi prévenir F. Hollande que son objectif d’avoir un « gouvernement de gauche » à Rome, c’est fini pour un temps dépassant a priori de loin le terme de son propre mandat.

Ps 1. Allez voir ce rapide entretien dans les  Echos avec le politiste italien Sergio Fabbrini. C’est l’un des Italiens qui rêve pour son pays d’institutions « gaulliennes ». L’un des éléments serait d’adopter le scrutin majoritaire à deux tours. En effet, c’est le mode de scrutin qui permet de se débarrasser de tous les petits partis, extrémistes de deux bords et autres empêcheurs de gouverner l’État en rond. Bonne idée, cher collègue!

Ps. Ce matin, mercredi 24 avril 2013, G. Napolitano a finalement choisi de donner la charge de former le gouvernement à Enrico Letta, vice-secrétaire (démissionnaire) du PD. Le « nouveau » Président aura eu au moins la décence d’épargner aux Italiens le retour de G. Amato. J’ai même l’impression que le bruit du retour de ce dernier a couru justement pour souligner que, tout de même, E. Letta est « un petit jeune », de même pas 50 ans. Ouf. En même temps, son oncle, Gianni Letta, a été l’homme-lige de S. Berlusconi dans les belles années 2000, en dirigeant son cabinet de Président du Conseil. Il pourra donc donner des conseils à son neveu sur le fonctionnement d’un gouvernement. Pour être aimable, on dira que les Letta représentent bien la continuité de l’État italien.

En tout cas, ce choix de G. Napolitano est entièrement cohérent avec le choix pro-européen de ce dernier; en effet, E. Letta, un post- démocrate chrétien s’est fait un (pré)nom dans la politique italienne justement parce qu’il prétendait vouloir prendre l’Europe au sérieux (c’est-à-dire ne pas dire simplement que l’Europe était l’avenir de l’Italie, ce que prétendent tous les politiciens italiens ou presque depuis 1980, mais rechercher vraiment à « européaniser » l’Italie). C’est le représentant par excellence de la nouvelle génération de politiciens professionnels pour lesquels l’Europe a toujours fait partie de l’équation.

Les « Ritals » ont mal voté! Unsere Europe Kaputt!?!

Ah, là, là, en démocratie, les électeurs quand on leur donne la possibilité de voter, quels licences, ces veaux d’électeurs, ne se prennent-ils pas! Nos amis transalpins – que je qualifie très affectueusement ici de « ritals » – s’en sont payés une bien bonne …  La  presse internationale en est tout en émois, parfois rageurs, contre ces Italiens irresponsables qui risquent de relancer la crise de la zone Euro (comme si elle était déjà finie…). Ne voilà-t-il pas qu’ils oublient d’aller voter, ou qu’ils votent pour des gens vraiment pas bien raisonnables, des populistes, des démagogues, des anti-européens. Bernard Guetta, dans sa chronique matinale sur France-Inter, semblait lui-même avoir perdu espoir en l’Europe, c’est dire. Silvio Berlusconi et Beppe Grillo se trouvent ainsi mis dans le même sac, alors qu’ils ne représentent sans doute pas la même vision de l’avenir de l’Italie et de la manière de faire de la politique. On ne retient en l’occurrence que leur commune mise en cause de l’Euro, sans se rendre compte qu’elle s’avère de nature assez différente.  Beppe Grillo veut certes un référendum sur l’Euro – ce qui semble pour beaucoup de commentateurs la preuve qu’il représente rien moins que l’ultime incarnation du démon! un proche cousin, sinon d’Hitler, tout au moins du général Peron ou d’Hugo Chavez  -, mais, si le programme du M5S était appliqué intégralement, cela ferait sans doute de l’Italie un pays « scandinave », tant l’importance de la lutte contre la corruption des élites, l’utilisation d’Internet, le rôle des jeunes et des femmes, et l’écologie lui importent. Inversement, S. Berlusconi ne veut pas vraiment un tel référendum sur l’Euro; à mon avis, il bluffe complètement sur ce point, mais les forces politiques, économiques et sociales, qui l’ont presque porté à la victoire une nouvelle fois, sont tout sauf favorables en pratique à une véritable normalisation « à la scandinave » ou « à l’allemande » de l’Italie. Ils ne veulent pas se plier aux règles communes, c’est tout! Plus généralement, ces deux forces viennent d’horizons historiques différents : le PDL constitue le réceptacle de toute une histoire de la droitisation de la politique italienne depuis au moins le début des années 1980 (d’abord au sein du PSI de Bettino Craxi), alors que le M5S, cette force hyper-populiste, est issue des échecs répétées de la rénovation supposée de la politique après 1993. Hier soir, à la télévision italienne, la différence était hallucinante entre le vieux porte-parole de droite rappelant (avec une féroce ironie) qu’ils étaient eux (la droite) « affreux, sales et méchants », mais qu’il n’étaient pas morts politiquement contrairement aux prédictions de la veille, et la jeune (future députée) M5S, qui rougissait en parlant au journaliste…

Les Italiens ont donc mal voté, mais il ne faut donc pas trop simplifier le tableau tout de même.

Tout d’abord, les électeurs italiens ont humilié (un peu) les sondeurs. Bon, cela n’est qu’un détail. En dehors des scores du M5S, les autres partis sont plutôt dans les larges fourchettes d’il y a quinze jours.  Mais, surtout, ils n’ont pas envoyé dire par leur vote qu’ils n’étaient pas d’accord du tout avec la route suivie depuis quelques années – pas seulement dans les rapports entre l’Italie et ses engagements européens, mais bien plus largement.

Tout d’abord, ils envoient au Parlement, comme premier parti en nombre de suffrages, le parti dirigé par l’histrion Beppe Grillo, le « Mouvement 5 Étoiles », avec 25,6% des voix à la Chambre des députés et 23,8% au Sénat. C’est bien au delà des scores prévus par les sondages publiés il y a encore quinze jours. Surtout, à ma connaissance, c’est en absolu le premier courant politique nouveau depuis l’avènement de la République italienne en 1946 qui, à sa première participation à une élection générale, arrive à un score pareil, et de très loin. La « Ligue du Nord » d’Umberto Bossi avait fait un peu plus de 8% au niveau national en 1992 à sa première participation (et, encore, en fait, ses ancêtres directs étaient déjà là en 1983 et 1987). Le parti « qualunquiste » de la fin des années 1940, que, bizarrement les commentateurs italiens utilisent peu pour dévaloriser le M5S en l’assimilant à ce mouvement « poujadiste » avant la lettre, avait surtout des élus dans le sud du pays. Le premier parti de S. Berlusconi, Forza Italia, avait fait un score similaire en 1994, mais il ne représentait pas, comme la suite l’a bien montré, une force politique radicalement nouvelle dans son idéologie et ses méthodes d’action, mais bien plutôt la transmutation, incomprise au départ, d’une partie du camp modéré italien traditionnel (comme aujourd’hui, la liste civique de M. Monti semble être surtout une nouvelle illustration de la persistance d’une certaine Italie catholique). La nouveauté du M5S est d’apparaître d’emblée en plus comme une force  nationale. Quoiqu’il ne gagne pas les primes de majorité à la Chambre et au Sénat parce qu’il est toujours battu par l’une ou l’autre coalition, son succès en voix se traduit plutôt correctement en sièges, car il profite du fait qu’aussi bien à la Chambre qu’au Sénat, certains partis ou coalitions n’atteignent pas les seuils requis pour avoir des élus, et ne participent donc pas à la répartition des sièges à la proportionnelle entre perdants.

Ensuite, les électeurs de droite ont fait bloc autour de S. Berlusconi et de ses petits alliés de droite. Quand on pense à l’état de l’image personnelle de S. Berlusconi depuis 2010, on ne peut que saluer la performance.  La campagne de S. Berlusconi prenant des tonalités de « révolte anti-fiscale » (contre l’IMU [taxe d’habitation], contre Equitalia[agence chargée depuis 2007 de récolter les impôts et taxes]) a magnifiquement fonctionné pour ramener une bonne part des brebis égarés de la droite. Pas toutes, mais déjà assez pour rester compétitif. C’était: votez pour mon parti, je suis certes une crapule, mais, avec moi, vous payerez moins d’impôts.  L’aspect anti-germanique a dû jouer aussi. Je serais intéressé de voir si les collègues politistes italiens ont posé des questions en ce sens dans les sondages sorties des urnes.  La remarque du 27 janvier 2013 de S. Berlusconi sur l’anti-sémitisme de Mussolini qui aurait été uniquement amené par l’alliance avec l’Allemagne nazie prend dès lors tout son sens. Les  Allemands, aujourd’hui comme hier, sont la cause de tous les maux de l’Europe. En résumé, Mussolini était un brave garçon, qui avait bien mené sa barque depuis 1919 contre les communistes et autres socialistes, mais qui a été entraîné après  1938 à de bien  mauvaises choses par Adolf; moi-même (Silvio B.), j’ai été amené à accepter bien trop d’austérité mortifère par une certaine Angela M., désolé, je ne le referais plus.

La campagne a donc été l’occasion de réactiver le mythe du « bon » fascisme (italien). Italiani brava gente. Du point de vue européen, comme le PPE par la voix de Joseph Daul avait littéralement désavoué le PDL de S. Berlusconi et invité à voter pour la coalition de M. Monti (qui comprenait un parti, l’UDC, membre du PPE), je parierais que S. Berlusconi va lui faire rentrer dans la gorge cet affront. Il a déjà commencé ce matin, en disant que « le spread, il ne faut pas s’en préoccuper, les marchés sont fous »(sic). Autrement dit, notre bon Silvio semble bien avoir l’intention de faire monter les enchères en donnant un peu la fièvre aux marchés financiers, pour rendre indispensable un « gouvernement de responsabilité nationale ». A droite, il faut aussi admirer la performance du petit parti post-fasciste « Fratelli d’Italia » (presque 2% des voix), lancé en décembre 2012, il gagne le derby avec l’autre petit post-fasciste de la coalition Berlusconi, « la Destra » de Storace, 0,6%, mais surtout ses responsables humilient l’ancien leader d’AN, G. Fini, qui finit avec FLI à 0,5%. L’homme qui voulait normaliser totalement la droite italienne, l’européaniser depuis sa participation à la « Convention Giscard » il y a dix ans, ne vaut donc rien sur le plan électoral.

Du côté des perdants, ou de ceux qui ont fait une belle contre-performance, on mettra bien sûr l’alliance rassemblée autour du PD. Elle arrache d’un cheveu la majorité à la Chambre et rate de très loin la majorité au Sénat. Il semble que son leader Bersani ait reconnu sa défaite, sinon technique (en sièges), au moins morale (en dynamique), cet après-midi. Il appelle du coup à l’aide le M5S – amusant.  Apparemment, une grande partie des Italiens se sont souvenus que ce parti avait soutenu le gouvernement de Mario Monti depuis l’automne 2011,  certes le parti de S. Berlusconi aussi, mais le PDL a acquis un avantage tactique en rompant le premier l’alliance tripartite PD/UDC/PDL, et en se situant d’emblée dans une opposition féroce à l’action du gouvernement Monti depuis 2011. Un vrai gauchiste à la Stiglitz / Krugman, notre Berlusconi nouvelle mouture. Le PD a été pris au piège de son propre loyalisme envers un parcours institutionnel sans heurts pour l’après-gouvernement Monti. Il paye aussi sans nul doute l’impression donnée pendant la campagne qu’il ne prenait pas la mesure de la souffrance des Italiens due à la cure d’austérité qu’il avait accepté « au nom de l’Europe ». Sans compter le scandale sur la banque MPS, qui a frappé en plein cœur de l’un de ses fiefs historiques. L’austérité juste de son slogan (« Italia justa ») a dû apparaître à beaucoup comme juste de l’austérité.

Il y a aussi tous ceux qui incarnaient de vieilles forces politiques. L’échec de la liste « Rivoluzione civile » devrait interroger : en se mettant à quatre partis propriétaires de vieilles marques établies pendant l’autre siècle (deux néo-communistes, les Verts, et IdV), ils n’arrivent péniblement qu’à 2,3%,  même pas à 4%, ce qui leur aurait permis d’avoir des élus… Sic transiit gloria mundi. Du côté de la coalition Monti, l’UDC, héritière de la DC et membre du PPE,  s’écroule à  1,8%. Les autres tentatives de réanimer à droite ou à gauche un parti identifiable comme « démocrate-chrétien » ne rapportent rien ou presque (0,1% ou 0,5%). Plus généralement, les vieilles marques, présentes sur le marché électoral avant 1992 pour certaines, ou depuis les années 1990, sont démonétisées du point de vue électoral. Ce ne sont décidément pas des élections vintage. La seule exception me semble être le relatif dynamisme des marques post-fascistes ou néo-fascistes. En les additionnant (celles au sein de la coalition Berlusconi et les non-alignés), on arrive autour de 3% des voix. Si l’usage de « La faucille et le marteau » du PCI  ne pèse électoralement plus rien du tout, comme celle du « Scudo cruciato » de la DC, l’affichage plus ou moins marqué des valeurs nationales liées à l’héritage fasciste semble encore présentable pour une minorité d’électeurs. Plus généralement, on remarquera que le tricolore se trouve très présent dans les symboles électoraux – le nom du M5S fait lui aussi allusion à un symbole national. On pourrait ajouter à cette résistance des vieilles marques (de droite), celle de « la Ligue du Nord ». Malgré une contre-performance historique, elle reste juste au dessus des 4% des suffrages. Le parti, en principe le plus eurosceptique du paysage politique national depuis 1999, n’a certes nullement profité de la situation; il est vrai qu’avec ses multiples casseroles judiciaires, dont une en pleine campagne,  et avec son alliance avec S. Berlusconi qui révulse une partie de sa propre base, il n’avait rien d’engageant, mais il a surmonté l’épreuve. Roberto Maroni, son leader, devient même ce soir gouverneur de Lombardie. Still alive.Still jazzing.

Au total, au delà de la critique de la cure d’austérité imposée par les engagements européens de l’Italie, il me semble surtout qu’une bonne partie des électeurs italiens avaient envie de faire le ménage, envie de nouveauté. Les scores au sein de la coalition de Mario Monti illustrent ce fait. A la Chambre des députés, elle a recueilli seulement 10,5% des suffrages exprimés – ce qui, en soi, constitue un désaveu de la ligne suivie depuis l’automne 2011 -, mais sur ces derniers, 8,3% vont à « Scelta civica »(Choix civique), la liste civique des personnes entrées en politique à cette occasion, et seulement 1,8% à l’UDC et 0,5% à FLI, ce qui veut dire que 80% de ceux qui ont soutenu le pro-européen Monti  ne voulaient pas des vieux politiciens tout aussi pro-européens que lui. Il ne faut donc pas à mon avis confondre deux tendances  dans cette élection italienne : le problème conjoncturel avec la politique économique inspirée par le « consensus de Bruxelles » qui, d’évidence, ne marche pas bien (euphémisme);  la volonté plus structurelle d’une très grande part des électeurs italiens de renouveler entièrement leur classe politique. Il ne faut sans doute pas confondre les deux phénomènes.

Berlusconi grillé par les marchés financiers : le marchorat a voté.

Ce cher Silvio Berlusconi a démissionné ce samedi soir 12 novembre 2011.

La raison immédiate de son renoncement à sa charge n’est autre qu’un vote parlementaire qu’il a perdu quelques jours auparavant. 308 voix seulement à la Chambre des députés sur un texte du gouvernement. La perte de sa majorité parlementaire par S. Berlusconi est liée à la défection de quelques députés de son camp, effrayés il n’y a pas d’autre mot, par le sort de la dette italienne sur les marchés financiers. Il est vrai qu’un taux de prés de 7% pour se financer  a été atteint pendant un court moment. Une partie de ces braves gens, que S. Berlusconi avait pourtant soigneusement choisi (grâce à la loi électorale italienne, votée en 2005 et utilisée en 2006 et 2008) pour être députés en son nom, a fini par trahir la majorité élue en 2008. Il y avait déjà eu des pertes depuis 2008, avec la dissidence de Gianfranco Fini entre autres, mais il y avait eu des récupérations de dissidents et des prises dans le camp adverse. Je comprends que S. Berlusconi ait été confiant jusqu’au dernier moment.

L’histoire retiendra que ces mêmes députés et sénateurs ont appuyé leur chef à travers tous les scandales qui ont marqué cette lente agonie du berlusconisme, qui dure depuis l’été 2009 au moins. Seul le jugement des marchés les aura fait finalement bouger. Du point de vue électoral, les dernières élections en date, dans la (petite) région Molise, avaient même vu la victoire de son camp, allié de nouveau à l’UDC, et symétriquement, l’écroulement (peu noté dans les médias italiens) des scores du PD et de l’IDV (à moins de 10% des voix chacun). Les sondages pour S. Berlusconi étaient certes mauvais, mais, avec des élections prévues en 2013 seulement, la situation pouvait encore se retourner, surtout que le camp d’en face n’était pas brillant non plus. Bref,  la situation sur le plan intérieur n’était pas vraiment pire que d’habitude. Mais le marchorat a voté, et a fait voter par la peur qu’il inspire les quelques députés nécessaires à la chute de S. Berlusconi.

Ce dernier va donc être remplacé par Mario Monti, ancien Commissaire européen. Je ne peux que, comme le politiste italien I. Diamanti, noter l’extraordinaire ressemblance qui se crée ainsi entre la période 1992-1993 et la période actuelle. Dans les deux cas, un gouvernement qui a remporté une majorité parlementaire dans les urnes est balayé par une crise à quatre dimensions :

une dimension « européenne », la plus visible aujourd’hui, mais tout aussi présente en 1992-1993, quand le gouvernement de Giuliano Amato doit assumer la dévaluation  de la lire italienne et mettre en place des plans d’austérité : la crise d’alors fait suite à une période dite de « finanza allegra » (finance joyeuse), où l’État italien dépense plus qu’il ne fait entrer d’impôts dans les caisses; déjà, à l’époque, l’Union européenne fait pression sur l’Italie pour qu’elle mette ses comptes publics en ordre, et, déjà, les agences de notation font la pluie et le beau temps. (C’est d’ailleurs ainsi que j’entends moi-même parler pour la première fois des dites agences.)

une dimension économique : la crise de 1992-93 correspond aussi à une perte, via le niveau de la lire ancrée au mark (via son appartenance au SME) et l’inflation interne (liée à la puissance des syndicats confédérés, bousculés par les « comités de base »), de compétitivité des produits italiens; la dévaluation effectuée alors permet dans les années suivantes un boom à l’exportation. On retrouve cette dimension aujourd’hui : cet été, le patronat organisé, les syndicats ouvriers et la plupart des représentants des intérêts économiques ont rédigé un appel commun au gouvernement Berlusconi pour qu’il prenne des mesures en faveur de la compétitivité du pays et de la croissance économique. En 1992-93, le patronat italien organisé n’était pas en reste dans le travail de sape des gouvernements du pentapartito, et ses intellectuels organiques joueront un rôle dans la définition des objectifs de Forza Italia, le premier parti de S. Berlusconi. (En principe, ce parti aurait dû faire la « révolution libérale » attendue par le patronat organisé.)

une dimension morale : comme chacun le sait sans doute, les partis de la « Première République » (1946-1992) ont été emportés par la tourmente judiciaire nommée « Mains propres ». Bien que les années récentes aient vu une multiplication de scandales, y compris les célèbres frasques orgiaques de S. Berlusconi lui-même, aucun terme unique n’a désigné cette multiplication de scandales. Par contre, il existe une radicalisation du vocabulaire utilisé pour désigner les politiciens professionnels : en 1992-1993, suivant une longue tradition établie dès la fin du Dix-neuvième siècle, tous les commentateurs dénonçaient  « la classe politique » corrompue et inefficace. Aujourd’hui, on dénonce de même « la caste » des politiciens, tout aussi corrompue et encore plus inefficace si cela est possible.

une dimension populaire/référendaire : on s’en souvient peut-être, ce printemps 2011 a vu la victoire éclatante de trois référendums abrogatifs proposés par des groupes hostiles aux divers aspects du berlusconisme. Un référendum, celui sur l’« empêchement légitime », constituait même clairement un désaveu de S. Berlusconi lui-même en tant que personne privée cherchant à se soustraire à la justice de son pays. Avec 55% de votants parmi les inscrits, et 95% de oui parmi les votants  à l’abrogation, une nette majorité des électeurs avait pour la première fois exprimé son désaveu à l’encontre de S. Berlusconi personne privée. En 1992-1993, l’instrument référendaire, aux mains de segments de l’opposition à ce qu’ils qualifiaient alors de « régime » ou de « partitocratie », avait joué là aussi un rôle majeur de légitimation populaire pour casser la légitimité de la majorité parlementaire.

Dans les deux cas (1992-93 et 2011), la crise finit par se dénouer à travers l’appel pour prendre la tête du gouvernement à une personnalité « apolitique » d’orientation clairement libérale, soutenue par l’autorité présidentielle. En effet, face à une majorité parlementaire délégitimée, le Président de la République,  Oscar Luigi Scalfaro et Giorgio Napolitano respectivement (tous deux d’ailleurs un personnage de second plan dans leur parti respectif avant d’être élu président, mais jouant sur l’aura d’une longue carrière politique commencée dans la Résistance ou dans l’immédiate après-guerre), incarne la légitimité  de l’État italien, et ses choix pérennes, à savoir le choix de l’Europe dans les deux cas. En avril 1993, G. Amato, le Président du Conseil, issu de la majorité parlementaire d’avril 1992 cède donc  la place à Carlo Azeglio Ciampi. Ce dernier n’est autre que le gouverneur de la Banque d’Italie. Il reste en poste un an avec ce qu’on appellera le « gouvernement des professeurs », soutenu par une majorité de députés issus des urnes de 1992. On se dirige droit vers un scénario très semblable, avec un Mario Monti, ex-Commissaire européen, par ailleurs recteur de l’Université privée de la Bocconi, qui, de fait, va être soutenu par une majorité des élus de 2008 (ex-majorité et ex-opposition confondues).

Sur le fond, les mesures contenues dans le dernier texte voté sous le gouvernement Berlusconi (le « maxi-amendement » à la « loi de stabilité » exigé par l’Union européenne) donnent déjà le ton : flexibilité accrue du marché du travail, départ en retraite à 67 ans à mettre en place le plus tôt possible, privatisations y compris de services publics locaux, concurrence dans les secteurs des professions libérales, etc. . La lettre d’Oli Rehn en tant que Commissaire européen à Giulio Tremonti, Ministre de l’Economie, rendue publique le 8 novembre par la Repubblica avec ses demandes comminatoires en 39 points sur les progrès du gouvernement Berlusconi dans tous les domaines de l’action publique ou presque dessine clairement un programme en matière de politiques publiques à suivre. Le TINA européen triomphe.

Probablement, la différence avec 1992-93 tiendra dans l’inexistence de la soupape qu’avait représentée, face à la rigueur d’alors, la dévaluation de 1993 de la lire par rapport au mark et au franc français. Au moins à court terme, le gouvernement Monti n’aura sans doute pas plus de croissance à offrir aux citoyens italiens que celui de S. Berlusconi. Face au mécontentement qu’il ne manquera pas de produire ainsi, il pourra sans doute compter sur le soutien des députés et des sénateurs avides de rester en place jusqu’en 2013.  Mais, s’il réussit à s’installer et à durer, le gouvernement Monti ne devrait pas manquer de se créer ses oppositions : le vote de confiance qu’il sera bien obligé de demander aux deux Chambres d’ici quelques jours constituera une première indication en ce sens.

Et les ascari sauvèrent Silvio…

Et, voilà, c’est fait le « plus grand homme politique que l’Italie ait connu depuis l’Unité » selon ses propres termes , Silvio Berlusconi, vient de réaliser un autre exploit digne de sa légende:  il vient en effet de repousser une tentative de le renverser par la voie parlementaire, et ce malgré la perte d’une partie de la majorité qui l’avait porté de nouveau au pouvoir en Italie en 2008. La défection de la droite se voulant légaliste, emmenée par Gianfranco Fini, pourtant son allié depuis 1994, connait là un grave échec . Au Sénat, la majorité de S. Berlusconi reste solide comme prévu : 162 votes pour la confiance,  135 contre, et 11 abstentions. A la Chambre des députés, la motion de défiance à son égard a été repoussée selon la presse italienne par 314 voix contre 311. S. Berlusconi encaisse en plus ainsi la satisfaction d’échapper à  l’humiliation d’une courte défaite telle que celle connue à deux reprises par Romano Prodi, son rival de centre-gauche des années 1990-2000, en 1998 et en 2008.

Cette victoire parlementaire, qui laisse beaucoup de scenarii ouverts pour la suite, a été obtenue à la façon habituelle des gouvernements italiens des années 1880-1920 (sic), à savoir en faisant appel à la célèbre formule du « transformisme ». Pour durer, les gouvernements de l’époque, ceux du célèbre Giolitti en particulier, avaient en effet l’habitude de récupérer les élus d’opposition en leur promettant quelques avantages (pour eux-mêmes, pour leurs proches, pour leur circonscription dans un contexte de suffrage restreint). On appelait alors cette sorte d’élus à vendre les « ascari », en employant péjorativement à leur égard le terme désignant les troupes coloniales auxiliaires dans la zone de la Corne de l’Afrique alors l’objet de toutes les attentions impérialistes du récent Royaume d’Italie. Le présent vote parlementaire du 14 décembre 2010 ressemble fortement à ces votes d’autrefois : les transfuges élus sur les listes des partis d’opposition en 2008 ou ceux loyaux en principe au nouveau parti de Gianfranco Fini (Futur et Liberté pour l’Italie, FLI) ont fait la différence; il y a certes eu aussi des transferts de dernière minute dans l’autre sens, mais la balance a penché du bon côté pour S. Berlusconi grâce aux  bons offices des éternels ascari.

Parmi les retournements de veste les plus spectaculaires, on notera que des  députés n’ont pas hésité à passer du parti anti-Berlusconi par excellence, l’Italie des Valeurs (IdV) d’Antonio Di Pietro, au soutien au gouvernement de ce dernier. La situation n’est pas nouvelle pour la « Seconde République » italienne : le Parlement élu en 1996 avait connu lui aussi son lot de transfuges (passant à l’époque de l’opposition de centre-droit au soutien aux gouvernements de centre-gauche au pouvoir) , ce qui avait d’ailleurs incité le centre-droit revenu au pouvoir en 2001 à voter en 2005 une loi électorale donnant toute latitude aux dirigeants des partis pour sélectionner leurs élus au Parlement.  Cette centralisation du recrutement des élus à la main de chaque chef de parti (via des listes bloquées) ne donne en fait que des résultats médiocres en terme de loyauté partisane. A l’exception des élus de la Ligue du Nord (LN), tous les grands partis connaissent dans la présente législature des scissions ou des défections individuelles, que ne viennent le plus souvent plus couvrir aucune feuille de vigne idéologique. (En même temps, tous ces grands partis, là encore à l’exception de la LN, recrutent sans problème de conscience excessif des transfuges. )

De fait, le scénario actuel n’est que la conséquence de l’affaiblissement extraordinaire des organisations partisanes depuis un quart de siècle : ces dernières ne jouent plus du tout un rôle de filtrage des pures ambitions personnelles. Une bonne part des élus italiens sont des professionnels de la politique au sens le plus plat du terme, à savoir que  des individus pour lesquels seuls leurs intérêts matériels de carrière leur importent à l’exclusion de toute détermination précise en matière de politiques publiques à mener ou de gouvernement à soutenir. Comme il importe peu à un cadre supérieur de contribuer à vendre de la lessive, des couches-culottes, ou des meubles.  La fin des idéologies qui avaient marqué le XXème siècle se fait particulièrement sentir, sans être remplacé par autre chose qu’un acquiescement de fait à l’ordre établi des choses. De fait, avec un peu de mémoire, on se rend compte facilement des changements de positionnement des uns et des autres.  Cela donne un peu le tournis, et fait apparaître par contraste la classe politique française comme un ramassis d’idéologues psychorigides. Ainsi une telle qui fut un temps une critique acerbe de S. Berlusconi au nom d’une idée de la « droite » idéaliste – Daniela Santanché – en est devenue en 2010 la gardienne attitré, et inversement, des thuriféraires berlusconiens s’éloignent . En un sens, cela fait mieux comprendre la proposition d’il y a quelque temps de S. Berlusconi de réduire à rien le nombre des parlementaires italiens dans une prochaine réforme constitutionnelle. Il enregistre ainsi qu’ils ne sont que des employés sans idées, dont le débat politique pourrait se passer.

Cette situation s’explique sans doute par la mise au rencart de toute vraie ligne de fracture en matière de politiques publiques entre les grands partis : du Parti démocrate (PD) au Peuple de la Liberté (PdL), en passant par l’Italie des Valeurs (IdV), l’Union du Centre (UdC), et les nombreux autres (micro-)partis centristes, toujours presque sans électeurs mais toujours par un miracle perpétuel avec des élus au Parlement, tout le monde se trouve d’accord sur l’essentiel (le désaccord sur S. Berlusconi étant l’arbre qui cache la forêt du consensus). Il y a certes la Ligue du Nord qui poursuit son projet de fédéralisme sans solidarité, il y a certes une gauche de gauche qui relève légèrement la tête (mais qui se trouve depuis 2008 hors du Parlement), il y a certes des querelles d’arrière-garde entre catholiques et laïcs (et, encore, il faut se pincer pour prendre ces affaires très au sérieux vu les protagonistes et ce qu’on sait de leur vie privée), mais, pour le reste, le marais se trouve très  largement majoritaire parmi les parlementaires.

Pour l’heure, S. Berlusconi triomphe donc grâce à une classe politique majoritairement à son image, beaucoup de savoir-faire professionnels pour faire carrière, mais pas beaucoup de projets pour l’Italie.

Les derniers jours de Berlusconi?

Cette fois-ci, cela se précise, les derniers jours de la vie politique de l’homme qui a changé le sort de la politique italienne sur les 20 dernières années  semblent approcher à grands pas. Je n’épiloguerai pas sur les frasques de S. Berlusconi . La récurrence des révélations sur sa vie privée depuis plus d’un an tiennent peut-être, comme il le dit lui-même, d’un complot de la mafia, mais, surtout,  elles attirent l’attention  sur le vieillissement du personnage. S. Berlusconi n’entend pas changer son « mode de vie » pour reprendre sa propre expression, mais il est fort possible que ce dernier renvoie à un état précédent de la société italienne.  Profitant du scandale, Gianfranco Fini, pourtant son allié le plus constant depuis 1993, a enfin décidé d’appeler à la démission le « plus grand chef de gouvernement qu’ai connue l’Italie depuis son Unité » selon les dires mêmes  du dit chef moins de deux mois après lui avoir renouvelé  officiellement sa confiance par un vote  solennel au Parlement. Il est vrai qu’organiser un nouveau parti n’est pas de tout repos, et qu’il fallait absolument gagner du temps. Gianfranco Fini  a donc  franchi le Rubicon  devant la convention de fondation de son nouveau parti, « Futur et Liberté » (sic), tenu dans la capitale de l’Ombrie, à Pérouges. Les « futuristes » (comme les nomment déjà la presse italienne) – sans doute pour troubler les  lexicographes de l’avenir qui se demanderont pourquoi ce  même terme apparait à un siècle de distance dans l’histoire italienne  – menacent de quitter le gouvernement si S. Berlusconi ne démissionne pas de lui-même et ne propose pas un élargissement au centre de la majorité.

Gianfranco Fini, actuel Président de la Chambre des députés italienne, est l’ancien leader du Mouvement social italien (MSI) néofasciste des années 1980-90, parti devenu en 1994-1995, l’Alliance nationale (AN) post-fasciste. Sur la demande de S. Berlusconi, qui l’avait largement pris de court à l’automne 2007, G. Fini avait finalement accepté, non sans réticences évidentes, la fusion d’AN avec le parti de ce dernier  et  quelques autres petits partis dans le « Peuple de la Liberté » (PdL) en 2008-09. Or cet ancien néofasciste  finit par sortir de ce dernier  clairement par la porte de gauche! En effet, en dehors de l’hostilité personnelle entre S. Berlusconi et G. Fini (déjà bien visible dans les médias italiens à l’automne 2007), G. Fini se propose de construire à cette occasion un parti ayant un programme « républicain », au sens où il s’agit de refuser l’ingérence excessive de l’Église catholique dans la vie politique italienne, d’empêcher la différenciation Nord/Sud que promeuvent la Ligue du Nord ou les forces politiques s’organisant uniquement sur une base électorale méridionale, d’affirmer le rôle de la légalité dans la vie politique, économique et sociale contre le style berlusconien de rapport au droit (euphémisme…), de  travailler pour une intégration forte des immigrés dans la vie sociale, économique, politique de l’Italie, de soutenir enfin qu’il faut que l’État choisisse des politiques publiques et ne laisse pas dériver le pays au gré des lobbys intérieurs et des marchés internationaux . Cela ressemble beaucoup à un gaullisme idéalisé, qui représenta d’ailleurs une source d’inspiration du MSI dans les années 1970-90. G. Fini, cohérent d’ailleurs avec des déclarations précédentes, récuse même l’anticommunisme comme argument politique contemporain.

Avec de tels arguments, je doute que l’entente avec S. Berlusconi soit encore possible, puisque ce dernier est désormais présenté comme le parangon des vices italiens les plus classiques. A court terme, le nouveau parti des « futuristes » va chercher surtout à changer la loi électorale. Celle adoptée en 2006 (grâce à l’assentiment de G. Fini) possède en effet le défaut de faire du choix des députés et sénateurs une prérogative de facto des seuls chefs de parti. De fait, les électeurs peuvent choisir leur majorité, mais pas leurs élus de cette majorité ni ceux des oppositions. Bien malin sera cependant celui qui pourra prédire avec exactitude la loi électorale qui serait choisie par un bloc anti-berlusconien au Parlement dans les prochains mois. Toute la rhétorique des réformes institutionnelles depuis le début des années 1980, soutenue par une large part des politistes italiens, tend à attribuer l’inefficacité de la politique italienne en terme de politiques publiques au scrutin proportionnel. Gianfranco Fini et AN s’étaient d’ailleurs beaucoup investis dans l’adoption d’un mode de scrutin strictement majoritaire (sur le modèle britannique en particulier). Or le mode de scrutin depuis 1994 est devenu mixte, et, par la magie d’une tricherie partagée entre centre-droit et centre-gauche, a produit des effets de plus en plus majoritaires au fil des scrutins (1996, 2001). En 2006, malgré l’apparence de retour à des bases proportionnelles, le scrutin adopté revient à créer une circonscription unique pour désigner la Chambre des députés et autant de circonscriptions qu’il existe de régions pour désigner le Sénat, avec dans les deux cas l’application d’une majorité simple d’électeurs pour emporter une majorité (primée en plus) d’élus.

Probablement, le plus facile serait de revenir au scrutin mixte d’avant 2006,  mais faut-il revenir à sa version de 1994 ou à celle de 2001? (qui comportent des effets très différents pour les troisièmes forces). Cependant,  avec le  retour à un tel mode de scrutin, tout comme avec celui adopté en 2006, S. Berlusconi peut encore gagner les élections anticipées, organisées éventuellement au printemps 2011. Je suppose que les frondeurs anti-Berlusconi  feront tout pour éviter cette éventualité. Le plus simple serait alors de revenir à un scrutin proportionnel;  dans ce cas, le PdL et ses alliés n’arriveront jamais à gagner  à court terme une majorité au Parlement. De fait, on devrait assister dans ce choix d’un nouveau mode de scrutin à l’hésitation entre les croyances en matière de bonnes institutions qui poussent dans la direction majoritaire et l’intérêt partagé du large rassemblement anti-berlusconien à le priver de toute chance raisonnable de retour au pouvoir. Ce dernier aspect est bien sûr essentiel pour faire se dissoudre le PdL.

Vedremo… En tout cas, nous voilà reparti pour une belle crise politique.

La brise de gauche ne passe pas les Alpes…

Les élections régionales italiennes de cette année constituent une étape supplémentaire dans le chemin de croix du centre-gauche italien. Sur 13 régions en jeu, le score finit à 7 à 6 pour le centre-gauche, victoire apparente donc, mais cela ne doit pas cacher l’océan de difficultés qui se profilent pour la gauche.

Premier point : une partie des électeurs se sont abstenus (+8% d’abstention par rapport à 2005), mais il n’est pas dit que cette abstention ne soit pas venue des électeurs proches de l’opposition. Plus encore, dans certaines régions, apparaissent des dissidences « anti-partis »,  avec les listes du « Mouvement Cinq Etoiles » de l’humoriste entré en politique, Beppe Grillo.  Elles témoignent de fait d’une dissidence au sein même de l’électorat susceptible de voter pour l’opposition. L’une d’entre elle fait même perdre avec ses 4% une région, le Piémont, pourtant gagnable par la gauche alliée aux centristes de l’Union du centre (4% aussi). En Emilie-Romagne, région conservée par la gauche, ce mouvement né d’abord sur Internet ne fait pas moins de 7%! La critique de masse de tous les partis politiques, surtout ceux de gauche à dire vrai, correspond à l’incapacité de la gauche d’incarner une opposition crédible. Le centre-gauche a gouverné le pays sur une ligne « sociale-libérale » d’adaptation aux contraintes européennes, entre 1996 et 2001, puis, très brièvement, en 2006-2008, elle en paye sans doute encore aujourd’hui le prix face à une droite qui prend bien soin depuis 2006 au moins d’apparaître comme finalement plus « protectrice » qu’elle. Le camp qui l’emporte dans la droite représente d’ailleurs avec la « Ligue du nord » la ligne la plus défensive des intérêts des seuls Italiens (du nord) dans tous les domaines (immigration, économie, sécurité, culture, etc.).

Second point : les défaites de la gauche s’effectuent dans un contexte où  vraiment tout a été dit depuis un an sur Silvio Berlusconi. Récemment, sont sortis dans la presse des écoutes téléphoniques le montrant en train de faire pression sur les autorités compétentes de la RAI et de l’équivalent local du CSA pour faire interdire d’antenne un opposant médiatique historique…  De fait, avec ce qu’on a appris via les médias italiens sur S. Berlusconi & Cie, il y avait sans doute matière à faire démissionner les 26 autres chefs de gouvernement de l’Union européenne…  et le Très Saint Père en prime. Mais, malgré tout cela, l’Église catholique italienne a presque officiellement appelé à voter pour son camp (au nom de la « défense de la vie »); S. Berlusconi a pu intervenir massivement dans les télévisions, publiques et privées, à la veille du vote, après que son camp politique a fait tout bonnement interdire toutes les émissions de débat politique dans les semaines précédents les élections en retournant une loi adoptée par le centre-gauche à son profit, et il a donc réussi après avoir organisé un grand meeting de soutien à Rome « au nom de l’amour contre la haine » (sic) un dernier effort de mobilisation contre « les communistes », « les juges rouges », les « médias », etc., le tout presque comme d’habitude malgré le poids des casseroles et des … ans, qu’il traine de plus en plus visiblement. Son parti a certes perdu des voix par rapport aux Européennes de 2009 et encore plus par rapport aux élections politiques de 2008, et, dans le nord du pays, son allié de la Ligue du Nord semble bien le phagocyter, mais, à ce stade, réussir à gagner des régions tient littéralement du miracle. Je n’évoque même pas ici les difficultés de l’économie et de la société italiennes – qui font apparaître par comparaison les gros ennuis de notre pays comme une promenade de santé.

Troisième point : les régions perdues par le centre-gauche le sont le plus souvent à juste titre vu le désastre de la gestion de centre-gauche précédente. La Campanie et le Latium avaient perdu en route leurs présidents de région pour cause de scandale (privé ou public), la Calabre voyait se représenter un Président de région avec une dissidence de gauche contre lui, soulignant l’importance de l’honnêteté en politique. CQFD. Le Piémont, où la Présidente sortante n’avait pas fait parler d’elle pour sa mauvaise gestion, sera lui perdu en raison de la montée en puissance d’une dissidence « anti-partisane » de gauche, le « Mouvement Cinq Etoiles ». Ne résistent parmi les régions qui ne sont pas presque automatiquement acquises à la gauche  que la Ligurie au nord (où il n’y avait d’ailleurs pas de liste « Mouvement Cinq Etoiles », et où l’électorat est réputé le plus âgé du pays), et au sud, les Pouilles, où l’atypique Nichi Vendola reste à son poste (largement grâce à sa capacité à réunir toute la gauche, et aussi grâce à une liste autonome de l’Union du centre qui fait prés de 9%). Pour le reste, le centre-gauche conserve des régions qu’elle ne pouvait pas perdre : l’Emilie-Romagne, la Toscane, l’Ombrie, les Marches dans le centre où elle fait fructifier l’héritage du PCI, et la Basilicate au sud où c’est celui de la vieille DC  développementaliste du sud qui la sauve… C’est par comparaison avec les récentes élections régionales françaises les « Alsace » du centre-gauche italien. Perdre ces régions voudrait dire perdre toute espoir de reconquête – mais, même là, des failles sont apparues.

Quatrième point : l’organisation interne de la coalition de centre-gauche se complique de nouveau. Le Parti démocrate, qui était censé dominer lors de sa formation en 2007 largement son camp et qui a déjà perdu quelques pièces depuis l’année dernière, s’étiole dangereusement au profit d’alliés dont aucun n’émerge franchement lors de ces élections régionales. L’Italie des Valeurs d’A. di Pietro, le plus grand des alliés du PD, fait un bon score sans plus, les diverses tendances à sa gauche (« Fédération de la gauche »,  « Gauche, écologie, liberté », « Fédération des Verts », etc. ) existent un peu, mais sans qu’émerge un acteur significatif et avec une nette prédominance de logiques locales.  Dans le camp d’en face, la situation est assez similaire, le grand parti s’affaiblit au profit de ses alliés, mais elle reste bien plus claire : le Peuple de la Liberté diminue son poids dans la coalition au profit d’un allié, la Ligue du Nord, qui augmente sa performance électorale dans ses fiefs (Vénétie, Lombardie et Piémont) et qui fait désormais sentir son influence jusque dans les Marches (6% des voix, là où le « parti du nord du Pô » faisait à peine 1% des voix cinq ans plus tôt…). Quant aux  autres petits  alliés du Peuple de la Liberté, leurs performances respectives sont tellement disparates et localisées qu’elle ne dessinent aucune dynamique déstabilisatrice pour la coalition. Gianfranco Fini doit s’en vouloir d’avoir laissé s’opérer la fusion entre Alliance nationale et Forza Italia lors des élections politiques de 2008, et S. Berlusconi se féliciter encore une fois de son coup de génie du fameux « discours du marchepied » de l’automne 2007.  AN aurait-elle été encore indépendante qu’elle  aurait pu regrouper d’ autres déçus internes du berlusconisme autour d’elle que ceux attirés par la Ligue du Nord…

Bref, les élections régionales italiennes de 2010 sont, vues à l’échelle nationale, une nette défaite pour le centre-gauche italien, contrairement à ce qu’a  prétendu aujourd’hui Pierluigi Bersani, le leader du Parti démocrate, pour essayer de sauver la face. A l’échelle régionale, la gauche peut bien sûr être compétitive, mais, malgré un contexte national tout de même a priori très favorable à une opposition quelconque,  on ne discerne aucun mouvement de fond en sa faveur. Des élections locales partielles, municipales et provinciales, étaient aussi organisées ce week-end, le bilan est tout autant en demi-teinte. Venise, une ville traditionnellement « rouge » dans la Vénétie « blanche », est certes sauvée au premier tour d’un des ministres les moins fréquentables du gouvernement Berlusconi. Lecco, ville située dans ce nord de la Lombardie  où la Ligue du Nord s’est  d’abord affirmée il y a maintenant une vingtaine d’année, est gagnée par la gauche unie au premier tour contre un candidat de la Ligue du Nord, Roberto Castelli, lui aussi ministre, tentant il est vrai de sauver une municipalité où la coalition de droite avait éclatée précédemment. Il existe donc encore quelque chose à faire pour une gauche unie dans le « Nord profond », mais la route y est encore longue.

Du coup, on comprend la remarque d’Umberto Bossi, le leader de la Ligue du Nord, le soir de sa victoire. Il a regretté (encore une fois) que la gauche n’ait pas su être fédéraliste. D’une certaine façon, à regarder son confinement électoral dans quelques régions bastions, le PD pourrait trouver avantage à une fédéralisation poussée de l’Italie, en abandonnant la chimère d’une (re)conquête du pouvoir national. Il faut espérer que le Parti démocrate  repousse cette avance et qu’il cherche résolument une autre politique qui séduirait enfin une majorité d’Italiens.

… …  mais comme il dit la chercher depuis bien longtemps déjà …  …